Partagez | 
 

 It's better to burn out than fade away. Esteban & Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: It's better to burn out than fade away. Esteban & Libre   Dim 19 Oct - 21:55



   
Esteban & ...

" It's better to burn out than fade away. "

 Le regard noir, je chargeai mon arme d’un geste brusque avant de la diriger sur la cible et de tirer deux fois pour lui exploser la tête et le cœur. De ma main gauche, j’appuyai sur un bouton pour faire apparaître plusieurs cibles, que j’attaquai l’une après l’autre, sans en rater une seule. Je fourrai de nouvelles balles dans mon revolver et me concentrai pour toucher la cible la plus rapide, que je ne manquai pas. Lorsqu’un homme en carton s’approcha de moi, je lui défonçai le crâne en moins de deux secondes, avant de me concentrer sur un nouvel ennemi, que je ne tardai pas à tuer d’une pression sur la détente. Je m’apprêtais à recharger mon arme lorsqu’un type vint me demander d’arrêter parce qu’apparemment, je devenais violent.

« Dégage, connard, ou c’est ta tête que j’explose ! »

Juste après, je choisis une nouvelle victime à tuer, sans plus prêter attention au gars à côté de moi, qui semblait avoir pris ses jambes à son cou. J’enchaînai les ennemis en carton pendant plusieurs minutes, avant de déposer mon arme devant moi et d’appuyer mes mains sur la barrière, essoufflé. Je passai ma main dans mes cheveux et fermai les yeux, respirant à toute vitesse. Je rejetai ma tête en arrière, essuyant une perle de sueur qui coulait le long de ma joue. Je finis par m’asseoir contre la barrière, dos aux cibles qui avaient arrêté de bouger, la tête entre les mains, les coudes posés sur mes genoux. Lorsque je relevai la tête, je vis plusieurs regards rivés sur moi et je les fusillai du regard, ressemblant très certainement à un tueur en série. Tant pis. J’avais besoin de me défouler et ils avaient du bol que je tire seulement en salle et pas dans la rue, ce qui m’aurait fait bien plus de bien, soit dit en passant. Une fois que j’eus repris mon souffle, je me rendis au comptoir de la salle de tir et y claquai mon arme, sans dire un mot. Le type qui avait voulu m’empêcher de tirer un peu plus tôt me regardait d’un air apeuré, mais je sortis de la salle sans même lui accorder un coup d’œil, avant de me rendre aux vestiaires. Je pris mon sac de sport dans mon casier et passai ma serviette sur mon visage et dans mes cheveux, reniflai, puis enfilai un t-shirt propre, noir. Je pris une gorgée de ma bouteille d’eau en fermant les yeux, profitant du liquide frais qui coulait dans ma gorge. Je rangeai la bouteille dans mon sac, puis quittai la pièce en claquant la porte, pour marcher jusqu’à la sortie du centre sportif. Je sortis un paquet de clopes de ma poche et en allumai une, que je portai à mes lèvres pour tirer dessus, profitant de la fumée qui se dispersait dans mes poumons. Je m’appuyai contre le mur, un pied posé dessus, une main dans ma poche.




Codage par Phantasmagoria

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité







MessageSujet: Re: It's better to burn out than fade away. Esteban & Libre   Mar 21 Oct - 22:54


   


C'était officiel, j'avais les billets pour Etretat !
Bon, ok, je les avais depuis une bonne semaine maintenant, mais je ne pouvais m'empêcher d'être surexcitée ! ... Comment ne pas être dans tout ses état à l'approche de ses retrouvailles avec ses frères ? ...
Bien évidemment, j'étais restée muette sur mon départ, seule mes parents et ma sœur était au courant de mon départ pour la Normandie, et interdiction de vendre la mèche !

Mine de rien, j'étais surexcitée. Je sais je me répète mais je n'y peux rien, c'est le coup de l'émotion quoi ! ... Et puis, c'était la première fois que je quittais le sud pour monter aussi haut en France !
Heureusement pour moi, le mec qui attendait le train avec moi à été adorable et a même porté mes valises ! ... Bon, c'est vrai que je lui faisait les yeux doux depuis un moment et que la seule chose qui aurait put le dissuader d'approcher c'était l'énorme molosse qui dormait à mes pieds, muselière sur le nez...
Quoi... Je n'allais pas abandonner Beast à la maison avec ma mère, il deviendrait fou avec ses "Oooh le gentil chien-chien" ! ... Attends, mon chien était un warrior, si je l'abandonnais là-bas six moi je le retrouvais teint en rose avec des frou-frou partout ! ... Si j'ai pris un Beauceron ce n'était pas pour finir avec un caniche !

Bref, n'ayant pas de siège prédéfinis, comme tous les types du train en fait, mon Porte-Bagage à prit le siège à côté de moi. On a papoté, encore encore et encore, mais sincèrement, si j'avais eu autre chose à faire, j'aurais sautée sur l'occasion...
Non mais je vous jure, je regrettais sincèrement d'avoir jouer les chatons tout mignon pour ne pas m'encombrer de mes valises...
Enfin, il était partit et une fille avait prit sa place, non sans crainte. Elle dévisageait Beast en me demandant s'il était dangereux, et, parce que mine de rien j'en avais marre que l'on considère l'Amoûr de ma vie comme un cinglé mordant tout se qui passe à sa portée, j'avais répliquée avec détachement :

-C'est pour ça qu'il à une muselière, mais t'inquiète, il est sous sédatif là, il ne te bouffera pas avant une heure ou deux.

Bizarrement, cette cruche avait déguerpit et j'en profitais donc pour bisouiller mon doudou à quatre patte : la muselière faisait partit de la réglementation, je ne la mettait pas parce qu'il était dangereux, d'ailleurs ce n'était absolument pas le cas ! ... Il avait de la force, certes, mais vu son gabarit c'était normal, mais il était une boule d'amour qui n'avait jamais mordu.
J'aurais du étaler ma science face à cette cruche et lui sortir que les chiens qui mordaient le plus les humains étaient les bergers allemands et les labradors ! ... Il fallait qu'elle arrête de se nourrir de clicher quoi.

Je sais, j'étais pointilleuse sur mon toutou-chéri, mais bon... Ca m'énervait. Je détestais les préjugés.
Bref ! J'avais passé ma journée dans ce maudit train, et j'en avais  royalement marre... Je devais sortir, il fallait que je prenne l'air ! ... Raaah ! Je détestais être enferméééée !
... Enfin, j'arrivais aux alentours de quinzes heures à Etretat, et bien que l'idée de vivre en Normandie avec les vaches me plaisait moyen, je me devais d'y aller ! ... Sachant que j'avais déjà trouvée un boulot là-bas et que je ne pouvais pas trouver chez papa-maman... Enfin, si mais je me serais faite étriper : déjà qu'il supporte moyen que leur chaton fasse la tournée des bars, alors servir en boîte de nuit c'était moyen quoi...

A la gare, tout se compliquait étant donnée que personne n'était là pour m'aider, et bien que c'était voulut, je me maudissait de vouloir maintenir la surprise... Tant pis.

-Bon, le gros, tu prends  ta laisse et tu me suis avec les valises ! ... Tu ne pars pas voir des gens, tu me suis, capich' ?

Le "gros" ainsi nommé était mon chien, bien évidemment, qui semblait visiblement habitué à suivre sa maîtresse chérie même sans être tenu, et pour le coup, cela m'arrangeait grandement au vu des trois valises sur le point de craquer que je tirait avec acharnement jusqu'au taxi le plus proche.

Ainsi, j'ai atterri à HB où m'attendait mon logement, et, c'est dans le plus grand des désordre que je me jeta sur ses valises, les éventras afin d'en extirper mes précieux vêtements, mon maquillage, mes bijoux et tout ce qui s'en suivait, que je me précipita dans la douche, et que je passa quelques heures de détente.
Cependant, une fois que j'en eu marre de glander, je pris la décision de visiter un peu Etretat.

Le contraste que je formait avec mon chien pouvais étonner les passants : une jolie blondinette aux grand yeux bleu, vêtue d'une robe des plus adorables -bien qu'un peu courte-, d'un blanc éclatant, et le molosse au collier de clous et muselière, stéréotypé pour dévorer les enfants à sa portée, ce n'était pas ce qui s'accordait le mieux... Mais j'aimais les contrastes !
Bref, cela faisait certes bizarre, mais cela était tout moi, et puis Beast avait trop la classe avec son collier à clous ! ...

Alors que je suivais les panneaux qui signalait un Centre multisport -je faisais de la danse, ça pouvait toujours être cool !-, je songeais à tout plein de truc qui ne me firent pas tout de suite remarquer un claquement de porte. En fait, j'aurais pu rater la chance de ma vie si mon fidèle Doudou ne m'avait pas rappeler à l'ordre de part son excitation inhabituelle : Je te tenais. Mouhahahaha.

Un rire machiavélique digne de Scar résonna dans mon esprit et j'entreprit de suivre cet homme, tel James Bond.
Il ne m'avait pas remarqué, et vu la tête qu'il tirait, il devait être de sale humeur...
Autant envenimer les choses alors !

Et, surgissant de l'ombre tel un Pedobear sauvage, je me saisis de sa cigarette allumée, fit un tour sur moi même avant de me placer devant lui, la cigarette aux lèvres et un regard triomphant.
Je finis par retirer la cigarette de mes lèvres, la bloquant entre mon index et mon majeur, et porta mon poignet sur mon front, telle une tragédienne de renom :

-Ô Esteban, me voilà mon frère, je ne pouvais plus supporter ton absence, Ô mon ami, alors j'ai débarquée à l'improviste pour vous retrouver toi et Benjamin...

Elle se pencha légèrement en arrière, accentuant un mélodrame surjoué et plus que risible, avant d'éclater de rire et de rendre la cigarette à son grand frère.
Elle se recula de quelques pas, les mains dans le dos, et glissa, avant de lui tirer malicieusement la langue :

-Avoue que je t'ai manqué !    
FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: Re: It's better to burn out than fade away. Esteban & Libre   Lun 27 Oct - 14:17

Clique !
 

La fumée se dilatait dans mes poumons, lentement, alors que je fermais les yeux. Cette séance de tir avait beau m'avoir calmé, j'avais toujours les nerfs à fleur de peau. Une engueulade avec mon frère, pour changer, et pour éviter de le tuer, je m'étais barré aussi vite que je pouvais. C'était à propos d'un truc à la con, en plus, mais je m'étais levé de mauvais poil et j'aurais dû éviter d'aller rendre visite à Ben. J'y étais allé en paix, en plus, c'est juste que ce mec avait le don de me taper sur les nerfs sans le vouloir. J'étais en tort et je le savais, c'était d'ailleurs pour ça que j'étais énervé à ce point, mais les excuses, c'était loin d'être mon fort, alors il allait attendre un peu. Mais j'allais retourner le voir, ça c'est sûr. J'étais un enfoiré, oui, mais j'avais promis à Ben que je ferais des efforts, et je comptais bien tenir cette promesse.

Je suivis du regard une jolie fille qui me dévisagea d'un regard aguicheur, mais je ne bougeai pas d'un poil, n'abandonnant pas mon expression de tueur en série. Son sourire disparut et elle s'empressa de pousser la porte du centre sportif, ce qui m'arracha un léger sourire en coin, moqueur, mauvais. Je repris une bouffée de cigarette, remettant mon sac qui avait glissé à sa place sur mon épaule. Tout à coup, de nulle part, une sauvage surgit et me vola la clope coincée entre mes lèvres, ce qui me fit tiquer. 

"Oh, c'est quoi le problème ?" lançai-je d'une voix agressive, comme d'habitude quand j'étais sur les nerfs. 

Mon regard se posa alors sur le visage de la jeune fille et s'adouçit tout de suite, mon sourire s'agrandissant comme jamais. Une des deux plus belles filles du monde se trouvait devant moi, et j'écoutai avec amusement les conneries qu'elle me sortit, avant de lui faire une révérence et de lui lancer avec un grand sourire :

"Bonjour, très chère soeur, c'est un honneur de pouvoir vous accueillir dans cette petite ville pourrie où il ne se passe absolument rien de toute la journée."

Je ris doucement, avant de la serrer dans mes bras en l'étouffant. Une habitude qu'on avait tous les deux, même si ça avait généralement tendance à l'ennuyer. Mais qu'est-ce que j'aimais l'embêter, l'aînée des soeurs Giron ! Je lui posai un bisou sur les cheveux et lui répondis gentiment :

"Bien sûr que tu m'as manqué, pire que ça même ! T'apparais pile au moment où j'ai besoin de toi, t'es géniale.

Je finis par la lâcher et poser mon regard sur elle. Ses cheveux étaient un peu plus longs que la dernière fois, mais à part ça elle n'avait pas changé, pour mon plus grand bonheur. Aurore Giron. Elle était incroyable, d'avoir quitté le Sud pour nous rejoindre dans ce trou perdu. Et en plus personne ne nous avait rien dit ! Nos parents avaient réussi à garder le secret, ce qui m'étonnait vraiment, parce qu'ils étaient généralement les premiers au courant de tout mais aussi les premiers à crier les secrets sur tous les toits. Je lui repris la cigarette lorsqu'elle eut tiré dessus une seule fois, faisant de même avant de taper mon index dessus pour enlever les cendres. Le fait qu'elle fume me dérangeait un peu, mais après tout elle était comme moi : impossible à raisonner et vraiment très chiante quand on lui interdisait quoi que ce soit. Du coup, j'avais rien dit, préférant de loin jouer le grand frère cool. 

"Qu'est-ce que tu fais là ? Ne me dis pas que tu viens t'installer ici, parce que j'te croirais pas. T'es là depuis combien de temps ?

J'avais beaucoup trop de questions à lui poser. Mais en même temps, ça faisait un bail qu'on s'était pas vus - à part sur Skype - et puis bon, c'était ma petite soeur adorée quoi ! Là, y'avait vraiment de quoi me faire sourire quand même, et toute ma mauvaise humeur d'un peu plus tôt s'était envolée. Fallait juste pas qu'elle me demande d'aller voir Ben avec elle, parce que mon frère risquait fort de ne pas survivre à ça, mais sinon, j'étais au top. Je passai mon bras autour de ses épaules et lui lançai joyeusement:

"Bon allez, on va pas rester ici jusque demain, je t'emmène dans mon super studio cinq étoiles !

Je la conduisis jusqu'à la Ford Mustang qu'elle connaissait par coeur et lui ouvris la portière de son côté, avant de me dépêcher de rejoindre le mien, m'installant derrière le volant. Avant de partir, je lui dis doucement en souriant:

"Je suis content de te voir, Aurore.

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité







MessageSujet: Re: It's better to burn out than fade away. Esteban & Libre   Mer 29 Oct - 16:17


   


Un éclat de rire cristallin s'éleva lorsque Esteban qualifia Etretat de "petite ville pourrie où il ne se passe absolument rien de toute la journée", après tout, c'était l'impression qu'elle avait eu en débarquant, donc bon... Mais cela était toujours amusant sortit des lèves de son frère. Peut être à cause se la tonalité qu'il prenait... Enfin bref !
La bonne humeur d'Esteban réjouit au plus haut point la plus jeune qui, suite au "t'es génial", prit une pause digne de "Loreal, parce que je le vaut bien", les cheveux au vent et un regard faussement lointain.
Elle aimait faire la con, surtout face à sa famille, mais arbora une mine boudeuse en voyant la cigarette disparaître entre les lèvres d'Esteban : H-hey ! Mais euh... !
Son regard se tourna sur la bête tapis dans l'ombre qui fixait sa maîtresse, haletant en silence, et cette dernière lui accorda un sourire des plus adorable prête à s'élancer dessus et le couvrir de mille et une papouilles, mais le questionnement de l’aîné Giron attira son attention :
"Qu'est-ce que tu fais là ? Ne me dis pas que tu viens t'installer ici, parce que j'te croirais pas. T'es là depuis combien de temps ?"

-Pourquoi tu ne me croirais pas ? Tu sais, je n'ai plus six ans hein, si je veux partir quelque part, j'ai juste à dire à papa et maman que j'ai trouvée un taf de serveuse dans le nord, et les convaincre de me laisser y aller parce que deux grands frères matures et responsable sont dans la même ville. Après, je ne suis pas obligée de leurs dire que je travaille en boite de nuit. Tu ne vas pas me dire que tu ne leurs a jamais mentit, pas toi. Si ?

Elle lui décocha alors un regard fier, comme pour le défier de dire quoique ce soit, et s'adossa au mur, un sourire toujours aussi triophant aux lèvres. Cependant, lorsque le pompier guida la jolie serveuse jusqu'à sa voiture, la blondinette lança un regard à son monstre à quatre patte et lui fit signe d'approcher via un claquement de langue.
Elle se plaça donc à l'avant de la voiture, bloquant tout de même la portière du bout du talon en lâchant, un sourire malicieux aux lèvres :

-Moi aussi je suis heureuse de te revoir Esteban !... Mais...Je ne suis pas venue seule...Tu sais... Un beau mâle partage ma vie depuis un petit moment déjà... Il sort de chez les militaires mais, disons qu'il était un peu dissident donc on l'a viré. Mais bon, tu sais, il est vraiment cool et tout, je sais que tu vas l'adorer ! ... Bon, il porte des colliers à clous, m'écrase et ronfle la nuit, ça lui arrive de se jeter sur moi et de me faire légèrement mal, après tout il est tout en muscle et possède vraiment de la force, mais il est tatouée, et ça c'est cool ! Et puis, personne ne m'embête quand il est là, il est pire que toi ! ... Bref, vous allez troooop bien vous entendre !

Elle marqua une pause, un sourire mi-malicieux, mi-mystérieux  aux lèvres, cultivant l’ambiguïté de ces propos jusqu'à son climax, et finit par sortir du véhicule, ouvrir la portière arrière et lâcher un :

-Viens mon chéri, allez !

Une ombre jais et feu surgis presque aussitôt des ténèbres, massive, tous en muscle, les tombantes dû à la réglementation de Mai 2004 (je te sors des trucs vu en droit, t'as vue xD), et un magnifique collier à clou.
Aurore vint grattouiller la bête avant de lui faire signe de monter dans la voiture du bout de l'index. Suite à cela, elle glissa tout en surveillant malicieusement du coin de l'oeil son grand frère :

-Ne pourrie pas la voiture à tonton Esteban hein, du moins, pas tant qu'il regarde hein ! ... Oh fait, il s'appelle Beast.

Elle revint donc à l'avant de la Ford, jambes croisée, le sac a mains entre les bras, et un baisé finit par s'apposer sur la joue du grand frère avant que le beau regard azur ne vienne se perdre dans la voiture, à la recherche d'un truc intéressant comme un numéro de téléphone ou autre.
La curiosité était un vilain défaut, mais pas chez Aurore !
FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: It's better to burn out than fade away. Esteban & Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 

It's better to burn out than fade away. Esteban & Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Archives :: « Horse Beautiful » Forum version 1 :: Archives "RPG" :: Rp's divers-