Partagez | 
 

 « Coéquipiers. » † Camille & Benjamin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Ruby C.-M. Delcourt
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 21
Date d'inscription : 24/01/2016






MessageSujet: « Coéquipiers. » † Camille & Benjamin   Mar 26 Jan - 12:50

Camille & Benjamin
« Coéquipiers »
La journée s'annonçait plutôt bien. C'était creux dans mon emploi du temps, normalement sensé nous permettre de réviser et de rattraper notre retard éventuel ; la médecine ça ne devenait pas facile ou reposant après la PACES, ça c'était une certitude ! Mais j'avais pris un rythme de travail intensif depuis quelques années maintenant, et encore plus depuis que j'étais rentré complètement détraqué de mon service pour la patrie. Bon d'accord, j'étais parti parce que je l'avais voulu, et en m'engageant j'avais une plutôt bonne idée de comment je risquais de rentrer, mais malgré ça, on n'était jamais vraiment préparé à ça, en réalité. Du coup, j'avais passé du temps à me battre contre mes instincts et je m'étais enfermé dans mon travail pour reprendre un peu de contrôle sur moi-même. C'était creux, comme technique, ça ne faisait que cacher les dégâts, mais avec ce camouflage de bonne santé et de bon moral, je pouvais sortir un peu, faire semblant de me mêler au monde, et petit à petit, le faire réellement. Comme aujourd'hui, où j'avais décidé de ne pas rester chez moi. J'avais besoin de sortir.

Pour moi, la journée avait commencé très tôt. Il était sept heures du matin quand j'étais sorti du lit, poussé par l'instinct et surtout par mon manque de quiétude dans le sommeil, et j'avais pris un rapide petit déjeuner, avant de sortir courir dans la campagne encore endormie. J'avais traversé la ville endormie et gagné la plage. Instinctivement, j'avais rejoint l'ancienne académie par la forêt. Mon ancien chez moi. Depuis peu, je vivais en ville, en colocation. Ce n'était pas si difficile qu'il n'y paraissait, de m'y faire ! Finalement, après une heure trente de course, j'avais rejoint la maison, rue Léon Brémont, apaisé par ma course. J'avais attrapé des affaires dans ma chambre - trousse de toilette, serviette, jean, boxer, chemise en coton épais - et j'avais filé vers la salle de bain, prenant une douche chaude assez rapide, me rasant et m'habillant dans la foulée. En moins d'une demi heure, j'avais libéré la salle de bain, et j'étais descendu à la cuisine avaler un yaourt. Courir ouvrait l'appétit, et je n'avais quand même pas avalé grand-chose au petit déjeuner.

Une fois mon goûter avalé, j'étais remonté me changer sur un coup de tête, troquant mon jean pour un pantalon d'équitation noir basique. Je camouflais mes chaussettes bariolées sous une paire de bottes impeccables, graissées dernièrement. Le goût du détail. Puis j'avais embarqué téléphone, papiers, clés et provision de carottes pour me rendre aux écuries. Il fallait bien que je consacre un peu de mon temps libre à Phænix Velvet, mon cheval de horse-ball ! Le mardi il ne travaillait pas, normalement, parce qu'il n'y avait pas de cours où il était nécessaire. Au pire des cas, s'il faisait une séance matinale avec moi et une séance l'après-midi, ça ne le tuerait pas. Il avait connu des efforts bien plus intenses dans sa précédente carrière. Il était un peu plus de dix heures lorsque j'arrivais aux écuries, qui étaient plutôt désertes. Il fallait dire que ça s'était pas mal vidé avec le changement de propriétaires. C'était une des raisons pour lesquelles j'avais quitté mon studio ; le côté fantomatique de cette ancienne académie, si pleine de vie à sa grande période, me donnait froid dans le dos. Mais au moins, je serais tranquille pour m'occuper du pursang.

J'étais passé par la sellerie, tout d'abord, pour récupérer tout le matériel nécessaire ; caisse de soins avec les guêtres, tapis, amortisseur, selle et bridon, que j'avais déposé sur un portant de l'aire de pansage. J'étais ensuite allé sortir le cheval pour l'attacher et commencer un bon pansage dans les règles de l'art après lui avoir enlevé la couverture qui l'empêchait de prendre froid. Il y avait un peu de travail, vu la couleur blanche éclatante de l'animal, mais c'était des gestes précis et bien connus que je répétais, et ça m'apportait une certaine sérénité bienvenue dans ma vie habituellement stressante. Lorsque des pas retentirent dans l'allée, plutôt que de me mettre sur le qui-vive, comme habituellement, je commençais par tourner la tête vers la provenance du son, et mon sourire détendu continua de flotter sur mes lèvres. J'identifiais plutôt bien la personne qui s'approchait, puisqu'il s'agissait d'un de mes futurs coéquipiers, Benjamin. A distance, je le saluais, toujours attelé à ma tâche.
acidbrain

_________________

Camille:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Benjamin Giron

Messages : 31
Date d'inscription : 23/01/2016






MessageSujet: Re: « Coéquipiers. » † Camille & Benjamin   Mar 26 Jan - 23:48




 

Benjamin et Camille
Coéquipiers

Les changements au sein d'Etretat ont été multiples durant cet hiver. Pour commencer, l'académie a été rachetée et est devenue un centre équestre, ensuite de nouvelles structures ont vu le jour et ont ouvert leurs portes, tel que l'hôtel, ou le centre de voile. Ces changements ont impacté la vie de Benjamin. Pour commencer, le rachat de l'académie l'a obligé à déménager en ville, heureusement, il avait eu plusieurs mois pour se retourner et trouver un logement qui lui plaisait. La rue Adrien Decourcelle était une rue passante, mais ça restait relativement calme, et puis il était au second, alors niveau bruit il n'était pas trop dérangé. Son changement de logement ne fut pas le seul changement dans la vie de Ben. Il se vit confier l'étalon qu'il avait ne charge durant les beaux jours de l'académie, Classic était un superbe étalon et Benji était ravi de pouvoir continuer de s'en occuper, surtout qu'il se lançait dans le Horse Ball et qu'il était heureux de se retrouver avec un cheval qu'il connaissait. D'ailleurs l'équipe de HB était assez hétéroclite, mais elle avait du potentiel, Ben connaissait très bien son frère et savait qu'il ne manquerait pas de rentrer dans le tas, pour les autres qu'il n'avait rencontré qu'une fois, il avait un avis assez positif. Seul l'avenir et leurs entraînements pourront leur dire ce qui allait se passer.

Le gros chamboulement pour Ben, fut également son petit détournement professionnel. Il a intégré la gendarmerie d'Etretat. C'était un choix personnel, qui pouvait paraître bizarre puisqu'à la base il était venu en Normandie justement pour patrouiller à cheval et ne pas finir dans un bureau; sauf que voilà, suite aux divers événements, il s'était aperçu qu'il était apte à faire ce travail et qu'il en avait même besoin. Pas pour mettre des amendes et se récolter de la caillasse, mais pour protéger les gens, leur venir en aide et parfois même les protéger d'eux mêmes. Ce n'était pas vraiment une vocation, mais il savait qu'il arriverait à s'épanouir dans ce travail. Les horaires étaient quelques fois un peu plus longs que lorsqu'il patrouillait, mais c'était souvent à cause de paperasse, alors ce n'était pas si fatiguant que ça. En plus de ça, il était dans une très bonne équipe, avec qui il avait collaboré lors du nettoyage de la digue détruite. Pour lui, donc, tout allait pour le mieux. C'était encore plus le cas en cette journée car il était de repos et pouvait donc profiter pour prendre du temps pour lui et aller s'occuper de Classic.

Même si Ben n'était pas réellement un adepte des longues grasses matinées, il profita de traînailler au lit. Il opta ensuite pour un petit déjeuner assez succinct avant d'aller enfiler sa tenue d'équitation. Autant sortir la bête dans la matinée pour avoir une après midi de libre, pour aller faire des courses et remplir le frigo par exemple. Pour le moment, il enfila sa paire de boots à moitié détruite, prit son manteau dans lequel il fourra clé d'appart', téléphone et une paire de carottes. Direction le centre équestre pour sortir l'étalon. La route n'était pas bien longue, mais c'était toujours plus long que lorsqu'il habitait sur place. Benji se gara dans la cour et attrapa ses chaps qui traînaient du côté passager. Il rejoignit la sellerie et récupéra ses affaires, pas la peine de faire vingt allers-retours s'il ne pouvait en faire qu'un. Une fois le matos en mains, il rejoignit l'allée ou se trouvait Classic. En arrivant dans l'allée, Ben remarqua un cheval gris, pratiquement blanc d'ailleurs et il put reconnaître Camille, l'un de ses partenaires de jeu. Il le salua avec son habituel sourire et abandonna son matériel près du box de Classic. Il attrapa le licol de l'étalon et avant de s'approcher de la porte, il jeta un coup d'oeil à la monture de Camille
.

"Y a des couleurs moins salissantes que le blancs quand même... t'as pas choisi la facilité !"

Et il le pensait, lui au moins avait la moitié de travail puisque sa propre monture était pie. Benji entra dans le box, grattouilla Classic avant de le faire sortir et de l'attacher devant. Il découvrit la bête et s'employa à le brosser pour qu'il soit le plus propre possible. Ce n'était pas si compliqué puisque l'étalon était rasé, couvert et qu'il ne sortait pas en pature à cause de l'état de ces dernières. Tout à son brossage, Ben discuta, tout seul, sans porter attention à Camille juste à côté.

"Allez mon couillon, on va travailler aujourd'hui ! Fini les balades le long de la plage, faut qu'on se bouge les fesses si on veut sortir quelques résultats ! Et puis avec l'équipe qu'on a... on va devoir être au taquet pour eux..."

Bon, d'accord, la fin était juste pour embêter Camille. Benjamin n'avait pas trop réussi à cerner le jeune homme lors de leur première rencontre et maintenant qu'ils étaient qu'à deux et que personne n'allait intervenir, c'était le bon moment pour lancer les hostilités. Gentiment mais surement.



made by guerlain


_________________

Les Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« Coéquipiers. » † Camille & Benjamin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Centre Equestre :: — Ecuries :: Allée intérieure-