Partagez | 
 

 « You and I we're like diamonds in the sky » † Ruby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Ruby C.-M. Delcourt
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 21
Date d'inscription : 24/01/2016






MessageSujet: « You and I we're like diamonds in the sky » † Ruby   Dim 24 Jan - 21:40


Ruby Cheyenne Mylena Delcourt

I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


Nom : Delcourt
Prénom(s) : Ruby Cheyenne Mylena
Surnom(s) : Vous ne trouvez pas que Ruby c'est assez court ? Sinon c'est comme vous voulez !
Âge : 22 ans
Date & Lieu de naissance : 31 octobre 1983 à Bordeaux
Situation familiale : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Particularités : Ruby porte les marques de son automutilation sur le corps. Des cicatrices, principalement aux avant-bras, mais aussi au niveau du ventre, des cuisses ... Elle vit avec et évite de les montrer, elles lui rappellent son passé, ce à quoi elle ne veut pas retourner, mais elle refuse catégoriquement de les dissimuler définitivement
Habitudes : Elle passe son temps à passer une main dans ses cheveux, c'est presque un tic, à force ○ Chaque jours, matin et soir, peu importe ses postes ou sa fatigue, elle sort promener son chien-loup, Gulliver, en forêt ou en campagne, pour le faire se défouler. Elle en profite pour se ressourcer ○ Sa journée de repos parfaite, c'est grasse matinée, promenade avec son chien, longue douche, lecture et pâtisserie !
Métier-Etudes : Infirmière. En études pour devenir infirmière de bloc opératoire
Groupe : Etudiants - Habitants
Avatar : Danielle Campbell

Anecdotes
Ruby a une sœur jumelle. Elle n'en parle jamais, cela dit, et ce n'est pas parce qu'elles ne s'entendent pas, plutôt parce qu'elles ont toujours été très indépendantes l'une de l'autre. Elles ne sont pas les deux moitiés d'une âme, mais pourtant s'entendent à merveille. Elles sont juste capables de ne pas vivre l'une avec l'autre sans que cela ne leur soit trop difficile.
Enfant, elle avait des problèmes de surpoids, ce qui lui a valu le harcèlement de ses camarades de classe, et ce mal-être profond qui l'a poussée à se mutiler. D'ailleurs les mutilations ont duré des années, même après qu'elle ait perdu son poids en trop, dès que quelque chose n'allait pas elle se blessait. C'est à la fac, quand elle a rencontré Aurélien, que tout a cessé, grâce à lui. Il lui a redonné confiance en elle et surtout, à force de côtoyer un mannequin, elle a appris à ne plus rougir. C'est un peu grâce à lui qu'elle est devenue celle qu'elle est aujourd'hui.
Sa première nouvelle rencontre à Etretat est celle qui l'a le plus marquée. Il s'appelle Louis, et a fait preuve d'un caractère explosif. Le premier abord aurait pu faire rebrousser chemin à l'ancienne Ruby, mais la nouvelle, avec son franc caractère et ses idées bien arrêtées, ne s'est pas laisser abattre, et bien lui en a pris, parce qu'elle a découvert un jeune homme plus qu'agréable, au final. Quelqu'un qui prend la vie avec enthousiasme malgré toutes les crasses que cette garce peut lui faire. Ils s'entendent à merveille et, d'une façon comme d'une autre, elle ne voit plus sa vie sans lui.
Lorsqu'elle était jeune, elle passait toutes ses vacances à Pyla-sur-Mer, dans une maison de famille. Toute la côte de l'Atlantique a été son terrain de jeu de l'été, d'enfance. La prochaine fois qu'elle pourra partir en vacances, elle espère bien pouvoir partir par là, parce qu'elle a de superbes souvenirs de ces semaines passées sur la côte.


Caractère

Pour Ruby, c'est assez difficile de se décrire mentalement parlant. Elle s'est reconstruite depuis son adolescence, et c'est tout ce qui compte. L'enfant introvertie et fuyante est devenue une jeune femme bien différente. Grâce aux personnes qui l'ont entouré, elle a réussi à s'assumer. Aujourd'hui, elle supporte le regard des autres sur elle. Si elle n'a pas la capacité de certaines à répondre du tac au tac aux hommes en les fixant droit dans les yeux, au moins elle un peu d'aplomb et n'est plus vraiment du genre à battre en retraite dès qu'une petite attaque lui est lancée. Ruby, même si elle peut rester sans voix, ne rougit plus face aux autres. Elle arrive même généralement à leur tenir tête et à leur répondre. Mais elle ne possède pas une once de méchanceté, et n'a rien de mordant dans ses réponses, définitivement. Elle a des crocs de chaton, assurément.

Bien sûr, cette généralité sur elle ne vous avance pas beaucoup. Vous devriez peut-être savoir aussi que c'est une jeune fille calme et patiente, une demoiselle d'une extrême gentillesse et toujours prête à rendre un service à quelqu'un dans le besoin. Qu'il s'agisse d'être l'oreille compréhensive, la voix de la raison ou qu'il s'agisse d'agir pour mettre hors de danger les personnes qui comptent pour elle, elle n'est pas du genre à laisser quelqu'un dans le besoin. On lui a tendu une main secourable, un jour, et elle est prête à faire la même chose. Ce petit bout de douceur et de calme porte une certaine détermination en elle. Elle n'est pas du genre à baisser les bras. Elle aime voir le bon en chacun. Bien sûr, elle n'est pas juste naïve, mais elle n'aime pas abandonner lorsqu'elle entrevoit quelque chose de bon quelque part.

En somme, beaucoup de belles qualités qui ont été mises en avant chez miss Ruby. Mais comme vous devriez vous en douter, elle a aussi quelques défauts. Pour commencer, elle est plutôt du genre rancunière. Il serait mal avisé de profiter de sa gentillesse, parce qu'elle pourrait éventuellement se découvrir quelques répliques tranchantes et une capacité à essayer de vous blesser. Sans cela, si vous brisez la confiance qu'elle peut placer en vous, vous ne la retrouverez jamais, du moins pas sans beaucoup plus de patience qu'il ne serait raisonnable d'en déployer. Pourtant, vous pouvez oublier la jalousie et la possessivité des traits de caractère de Ruby. Peut-être qu'il y a d'autres défauts qui vous sauteront un peu par hasard à la figure mais... Cette jeune fille à la fois indépendante et délicate risque de vous surprendre plus d'une fois.

acidbrain




Derrière l'écran
Prénom-Pseudo : Bloody
Âge : 19 ans
Pays : France
Fréquence de connexion : Tout le temps
Inventé ou scénario : Inventé
Commentaires : LOVEUH !
acidbrain

_________________

Camille:
 


Dernière édition par Ruby C.-M. Delcourt le Dim 24 Jan - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ruby C.-M. Delcourt
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 21
Date d'inscription : 24/01/2016






MessageSujet: Re: « You and I we're like diamonds in the sky » † Ruby   Dim 24 Jan - 21:41


Histoire





Ce jour-là encore, je l'ai vue rentrer, les larmes aux yeux. Elle n'était pas vraiment comme ces élèves populaires du collège. Elle n'avait pas leur physique parfait, pas leur façon de se moquer des têtes de classe. Elle était une de ces têtes de classe. Et elle l'a payé. Elle ne se sentait pas bien. Que ce soit dans sa peau, que ce soit dans sa classe. Elle ne se sentait pas bien. Et chaque jour, ils la bousculaient, se moquaient d'elle, l'insultaient et la rejetaient. Alors, chaque jour, elle rentrait, des larmes plein ses grands yeux clairs, chez elle, au grand désarroi de ses parents, incapables de l'aider car ils ne pouvaient pas vraiment comprendre ce qu'elle avait. Elle avait douze ans et subissait la méchanceté gratuite des enfants. Petite Ruby était un diamant griffé.

Et elle s'est enfoncée. Je l'ai vu, mais personne ne l'a vu. Même ses parents n'ont pas pu le voir. Le petit diamant griffé avait continué de s'abîmer, de s'entailler, et un jour, à force que les autres lui fassent mal, elle a commencé à se faire mal. C'était discret, c'était caché, mais c'était marqué dans sa peau, pour chaque jour de sa vie. Des lignes roses sur sa chair pâle, oubliées au creux de ses coudes, à l'intérieur de ses avants-bras, le long de ses cuisses... Elle avait quinze ans, ses ailes d'anges déchirées, et personne pour le voir. Sauf moi. Le collège avait été son cauchemar éveillé, et bien sûr, elle s'était renfermée, elle était devenue déprimée. Elle s'était tenue debout au bord d'un gouffre, en proie à des pierres tranchantes qui laceraient sa peau d'enfant.

Le lycée a été son second enfer. Bien sûr, elle était restée à l'écart de la masse, discrète, oubliée. Là encore, elle ne s'était pas fait beaucoup d'amis. Dans sa classe, il y avait aussi des moqueries sur son compte, on l'appelait "la grosse" ou "l'intello". Oui, petite Ruby était un peu plus ronde que ses camarades, mais ne voyaient-ils pas son visage délicat et joli ? Et puis, soyons honnête. Elle n'était que ronde, mais dans ce monde de diktat où il fait être filiforme pour s'intégrer, elle s'est heurtée à la méchanceté d'adultes en devenir. Les moqueries ne portaient plus sur les même choses qu'au collège, mais c'était bien pire. Moins immature mais pas moins douloureux. D'autres attaques pour un même mal-être. Difficile de se sentir intégrée. Alors, le diamant griffé continua de s'ébrécher, de s'entailler, et elle passa ses années lycée en rentrant la tête lorsqu'elle traversait le hall, sans parler à qui que ce soit dans sa classe, se contentant d'être là en cours et d'apprendre ce qu'elle avait à apprendre. Elle était maline, la miss, et plutôt bonne à l'école. Elle décrocha un bac scientifique et passa le concours d'infirmière sur l'idée de ses parents. Petite Ruby n'avait pas d'idées sur son avenir, mais moi, je trouvais que ça lui irait bien.

Et puis, ce fut la fac, la masse, le plus grand anonymat. Elle allait en cours dans une université, pour tout ce qui était théorique, et dans une annexe de l'hôpital, à quelques rues de là, pour la pratique. Dans la classe, petite Ruby n'était plus celle de laquelle on se moquait. Elle était celle qui se mettait à l'écart, certes, mais elle n'était plus victime des autres. Alors, elle se sentait moins mal dans sa peau, elle se faisait moins mal elle-même. Et puis, un jour, les choses ont changé, pour elle. Je l'ai vu. Je l'ai tout de suite vu. Il a fait un miracle avec elle. Lui, il était de ces garçons qu'elle avait toujours fui. Il était beau comme Apollon, avec son sourire à croquer, ses grands yeux noisette et sa façon toute naturelle de bouger. Elle l'avait croisé dans les couloirs un jour, et observé à la dérobée. Quand leurs regards se sont croisés, je m'en souviens, elle a baissé le regard et a tourné au premier couloir qu'elle a pu emprunter pour se soustraire à son regard brun qui la suivait.

Ce garçon là, pourtant, il était différent des autres. Bien sûr, il avait sa sale réputation. Il profitait de son physique pour attirer les filles dans ses filets, prenait ce qu'il voulait d'elles et puis les oubliait aussi sec. Pourtant, et je l'avais vu, cela ne l'empêchait pas de regarder le petit diamant griffé, lorsqu'ils se croisaient dans un couloir entre deux amphithéâtres. Il faisait droit, je crois. Je n'ai jamais posé la question à Ruby. Vous voyez, ce garçon, à la fois beau comme un dieu et entouré comme un roi, et bien petite Ruby l'avait bien remarqué, mais elle n'aurait jamais osé lui adresser la parole, ni même lever à nouveau les yeux sur lui. Elle savait qu'ils ne jouaient pas dans la même cours et elle ne voulait plus laisser la possibilité à un garçon de se moquer d'elle. Mais elle avait eu tord, parce qu'il lui avait porté une main secourable, une fois.

C'était bête, mais Ruby avait laissé glisser son classeur de cours, devant sa salle, à l'heure ou le groupe du garçon la quittait. Les feuilles, bien sûr, s'étaient éparpillées, et personne n'avait fait mine d'aider la brunette qui s'était accroupie pour ramasser ses cours, jusqu'à ce que ce garçon, ce garçon superbe et qui n'aurait jamais du se retourner sur elle, se penche pour l'aider, avec un sourire à faire fondre n'importe qui. Alors, la miss l'avait remercié, un soupçon timide, avec un petit sourire un peu timide, un peu farouche. Et il s'était présenté. Elle en avait fait de même, et il la complimenta pour son prénom. Pour la première fois, Ruby regarda un garçon droit dans les yeux pour le remercier, le sourire un peu moins farouche, mais toujours aussi timide. Bien sûr, ce n'était qu'une goutte d'eau, mais cette goutte d'eau était le début de quelque chose rien qu'à eux, quelque chose dont j'étais loin, mais que je voyais bien.

Et puis, progressivement, c'était se croiser dans un couloir, se dire bonjour, échanger des banalités au fur et à mesure. Se demander comment se passaient les cours. Et puis se croiser à la bibliothèque universitaire, parler un peu, apprendre à se connaître. Supporter progressivement ce regard chocolaté qui l'observait avec intensité, le soutenir en regardant droit dans les yeux ce garçon. Doucement, se faire confiance, se dévoiler, se rapprocher. La manœuvre avait duré quelques mois pour que les liens soient bien en place, et rapidement, il avait poussé la petite Ruby à relever la tête, à marcher droit devant et à laisser couler les insultes. Pour lui, c'était facile. Dans sa bouche, c'était facile. Il était l'exemple parfait de qui n'a pas à s'inquiéter du regard d'autrui. Pourtant, à force de persuasion, de patience, de compliments et d'encouragements, le miracle avait eu lieu. Petite Ruby s'était progressivement métamorphosée.

Elle avait, sous son regard, déployé ses ailes déchirées, et montré certaines de ces blessures, certains de ses déchirements. Et avec patience, il l'avait aidée à recoudre ses grandes ailes pour retrouver son assurance, aidée à arrêter de se blesser en lui montrant d'autres façon d'extérioriser ses douleurs. Comme la relation privilégiée qu'entretient un cavalier et sa monture. Alors, il lui avait rendu le sourire, son splendide et magnifique sourire plein de douceur. Il l'avait aidée à redevenir une jeune fille pleine de promesses, et surtout il lui avait montré le bon côté de la vie, lui donnant par la même occasion l'envie de se battre pour les autres. Elle avait enfin réussi à assumer son corps et, paradoxalement, c'est à cette époque qu'elle réussit enfin à perdre ces quelques kilos qui la complexaient depuis l'enfance, pour devenir cette jeune fille délicate et fine qu'elle est aujourd'hui. Il était devenue son meilleur ami, son confident, la voix de la raison et leur relation les rendait très proches, toujours à rechercher un moment à deux, pour pouvoir parler, se chamailler, s'amuser.

Voilà comment le petit diamant ébréché retrouva progressivement ses facettes lisses et brillantes. Sur ses conseils, elle s'intégra progressivement à sa promotion et se fit quelques amis. Elle était bien plus épanouie et, même si son cercle d'ami s'élargissait progressivement, cela ne l'éloignait en rien de lui. Même lorsqu'elle en rencontra un autre, dont elle tomba amoureuse, rien ne l'éloigna de lui. La relation était juste un peu différente, pour ne pas attiser la jalousie du copain de petite Ruby. Même lorsqu'il arrêta les cours, un peu moins de deux ans après le début de leur relation presque au delà de l'amitié. Ils se voyaient en dehors des cours, tout simplement, et miss Ruby n'avait aucun doute que son projet lui réussirait. Moi non plus, à vrai dire, je n'en doutais pas. Il avait tous les atouts de sa réussite en poche.

Voilà comment ma petite Ruby devint cette jeune femme que je vois aujourd'hui. Voilà comment ma sœur jumelle a grandi sous mon regard bienveillant mais face à mon impuissance à l'aider. Je pense qu'elle ne nous en a jamais tenu rigueur, à mes parents et à moi. Mais vous savez, Ruby est une fille discrète, et elle ne vous aurait sûrement jamais parlé de son histoire, si je ne l'avais pas fait. Et je ne sais pas tout, elle ne me dit pas tout. Vous savez, j'ai appris qu'elle partait un peu par hasard. Alors que tout semblait aller pour le mieux, comme toujours avec elle, alors qu'elle était diplômée, alors qu'elle était en couple depuis près de deux ans, un jour, c'est au téléphone que je l'ai entendue parler de son départ. Je n'aurais pas pu la retenir, alors aujourd'hui, je vous la confie. Prenez-en grand soin.

« Salut toi ! C'est Ruby. Je sais qu'il est tard et que tu dors probablement, et que tu risques de paniquer un peu demain matin en voyant que je t'ai laissé un message à une heure pareille mais... J'avais besoin de te le dire tout de suite, avant de craquer. Je t'avais dit que ça faisait un moment qu'entre Julien et moi ça n'allait plus trop et... Hier soir on s'est encore engueulé, et ce soir quand je suis rentrée, le... Le studio était vide, il a fait ses bagages, il est parti, mais il m'a même pas laissé un message... Cette fois, pour moi, c'est fini mais... J'ai un peu de mal à m'y faire je crois. Je... Rhan c'est bête de te laisser un message pour te dire ça, t'es loin... Mais j'avais besoin d'en parler et ça a toujours été toi pour parler de ce que j'avais sur le cœur. Ça me manque un peu, tout ça. Tu me manques beaucoup, toi. » Une pause de quelques secondes, un soupir poussé par un très léger sanglot ravalé. « Je pense que je vais prendre le large, maintenant. Faire comme toi il y a quelques années, quitter cette ville qui me rappelle cette rupture houleuse. Je sais pas encore où je vais aller, mais je peux trouver du boulot partout, maintenant. Bon, je vais te laisser. Je te rappelle dès que je connais ma prochaine destination. Qui sait, peut-être que ça sera la Normandie ? Pour pouvoir te surveiller un peu, et puis pour que tu puisses m'empêcher de faire des bêtises... Je t'embrasse fort Aurel, tu me manques ! »

Bien sûr, que j'ai quitté Bordeaux. Je n'aurais pas pu rêver mieux, mais j'ai réussi à me faire affecter aux urgences de l'hôpital d'Etretat. A moi la Normandie et ma moitié. D'ailleurs nous avons fait les retrouvailles en grandes pompes ; Aurel a fini aux urgences dès mon premier jour ! Mais bon que voulez-vous, j'aurais du m'en douter ... Non pas que ce soit habituel chez lui, mais plutôt que j'avais développé un sixième sens le concernant. Toujours est-il qu'on s'est retrouvé tout de suite, et que j'aurais volontiers passé un an lovée dans ses bras pour me remettre efficacement d'aplomb. Au lieu de quoi, j'ai du prendre ma vie en main, et avancer. Il n'a jamais été très loin, mais il n'a pas été le seul. Ma première vraie rencontre, ici, est sûrement ma plus belle. Il s'appelle Louis. Il me plaît, beaucoup. Et ce qui me plaît le plus, chez lui, c'est sa façon d'être avec moi. Sans vouloir être prétentieuse, je le sens, qu'il craque aussi pour moi, mais il a toujours la délicatesse de faire dans la discrétion. Pour l'instant, aucun de nous n'a décidé de sauter le pas, et si ça continue, moi, je vais prendre les devants ! Sinon, j'ai fait aussi quelques autres rencontres, et surtout, j'ai repris mes études. Je compte devenir infirmière au bloc opératoire, et il me fallait juste une lettre de recommandation pour ça. Alors j'ai tendance à n'avoir plus beaucoup de vie, mais ça me plaît, et surtout, je suis encore à Etretat et je n'en bougerais pas. Si tout se passe bien, et que je me révèle un minimum douée, j'ai une promesse d'embauche à la clé sur Etretat, alors franchement, ma vie ici, elle est plus que parfaite !

acidbrain

_________________

Camille:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« You and I we're like diamonds in the sky » † Ruby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Etat civil :: Citoyens en règles-