Partagez | 
 

 « All I want for Christmas » † Alex & Clary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Lun 7 Déc - 18:52


« All I want for Christmas »
Alexandre & Clarissa
Moteur et action. C'était une longue journée qui se finissait après avoir longuement traîné. Grasse matinée, footing, une grosse heure à la salle de frappe, et les choses s'étaient faites gentiment. Bon, j'y avais gagné l'ombre d'un coquard sous l'œil mais disons que ce n'était pas par combat de rue mais plutôt par esquive complètement ratée. Et puis ce n'était pas horrible à voir et ça ne faisait pas mal, c'était juste bête, et on allait finir par me demander ce qu'on avait fichu. Remarquez c'était parce que personne n'avait vu la couleur de mes côtes. J'avais trouvé mon maître au combat, et même si on ne cherchait pas du tout à se faire mal, l'un et l'autre, on était deux forces brutes avec une formation au combat de rue, et surtout on était relativement insensibles aux contacts de force. Du coup on avait fait un peu du rapport de force et j'avais de jolies marbrures sur tout le torse. Mais même pas mal, et d'ici deux jours, on n'y verrait plus rien.

Enfin voilà, j'avais fait le tour de mes blessures de guerre en passant sous la douche. En même temps c'était le passage obligatoire parce que vu tout le sport que j'avais fait ... J'étais recouvert de sueur séchée, très peu ragoûtant cette histoire, je vous l'accorde ! Et puis, puisque je sortais avec Clary, alors j'avais plutôt intérêt à être présentable ! Surtout que j'étais presque à la bourre, pour ne pas changer ! Je terminais de sécher mes cheveux, histoire de passer le gel dedans, avant de boutonner ma chemise noire qui faisait très soft avec mon jean classique et droit. Je sortis finalement de la salle de bain, propre, frais et parfumé - pas du luxe quand même - pour enfiler une paire de chaussures et prendre mon trench coat en feutre noir, dans lequel j'avais déjà glissé mes papiers d'identité, mon portable et mon porte-feuille. J'attrapais finalement mes clés pour quitter mon studio, le verrouiller, et prendre ma petite route à pieds.

Arriver jusque chez Clary, c'était vraiment rapide, il fallait l'avouer. Elle n'habitait vraiment pas loin pour le moment, et c'était agréable. Mais avec la vente de l'académie, j'avais aussi reçu mon préavis et je n'allais pas tarder à déménager. J'avais songé à partir, prendre le large, mais bon ... Ce n'était plus du tout le programme maintenant que j'avais trouvé la jolie blonde. Je n'étais définitivement pas insensible, au contraire même, elle avait fait renaître quelque chose, au fond de moi, et je savais parfaitement ce que c'était, même si je refusais de me l'avouer. Enfin, c'était aussi difficile de le nier, vu comment je me comportais avec elle. J'étais totalement différent en sa présence, laissant le chasseur de côté pour l'homme tendre. Presque pathétique. Mais impossible de m'en empêcher. En arrivant devant sa porte, je secouais la tête en levant les yeux au ciel avec un sourire désabusé, m'insultant mentalement de tant de ... Naïveté, je pense, avant d'appuyer avec nonchalance mon épaule contre le bâti de porte avant de toquer. Lorsque la porte s'ouvrit, un sourire en coin passa sur mes lèvres.

« Je suis presque à l'heure, non ? »

Assurance, nonchalance, ironie, délicieux mélange de ce que j'étais.

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Lun 7 Déc - 22:02



Tout le monde a droit au bonheur, mais personne n'a le droit de détruire celui des autres.



"All I want for Christmas". Clarissa & Alexandre
La fin de l'année approchée à grand pas, enfin la fin de l'année civile, parce que Clary se sentait encore trèèèès loin de la fin de l'année scolaire. En tout cas, l'avantage avec les vacances approchant, c'était moins de cours bien chiant ou elle manquait de s'endormir toutes les cinq minutes. Oui, elle adorait ce qu'elle faisait, mais cela ne l'empêchait pas d'avoir certaines matières en quasi horreur. Le pire restait encore certainement l'anglais. Il fallait dire que leur prof ne les aidait pas et elle avait l'impression d'avoir un niveau primaire en langue... En tout cas Clarissa avait hâte que les vacances n'arrivent, et puis il y avait son anniversaire aussi avant. Ca elle aimait vraiment bien, même si elle ne le criait pas sur tous les toits, elle aimait avoir un peu d'attention en ce jour de venue au monde. Mais elle allait encore devoir patienter quelques jours avant d'être la princesse du jour. Bon ça c'était dans ses rêves, en vrai il y avait sa famille qui y pensait, quelques amis de la fac et voila... Elle finissait soit chez ses parents, soit toute seule devant son pc à se mater un truc pour oublier sa journée de fac.

Enfin là c'était pas du tout le jour de son anniversaire, elle y songeait quand même un peu parce que ça approchait, mais il y avait bien d'autres choses à avoir en tête, comme le fait de réviser un peu pour les quelques épreuves de partielles qu'elle avait avant les vacances, ou bien juste au cours auquel elle était en train d'assister. Elle était d'ailleurs en plein essayage de concentration lorsque son portable s'alluma sur la table et un grand sourire s'afficha sur ses lèvres. Ça faisait un moment quand même qu'elle discutait avec Alex par messages, qu'il se voyait de temps en temps et plus ça allait et plus elle se sentait tomber amoureuse, même si elle ne l'avait avoué à personne. Déjà parce qu'elle n'avait aucune idée de ce que pouvait ressentir Alex et qu'il était hors de question de lui dire ouvertement qu'elle était littéralement raide dingue de lui. Et puis franchement, même si elle avait voulu, elle en aurait été incapable alors... Elle n'avait pas su sur quel pied danser lors de leur première rencontre après cette fameuse soirée de pré-rentrée, mais assez vite elle avait pris plaisir à discuter avec Alex et à se taquiner par messages. Clary ouvrit donc son message et elle fut surprise et très amusée par la demande du blond, elle prit le temps de répondre, parce qu'elle était quand même en cours et qu'elle devait suivre un peu et aussi parce qu'elle était intriguée et essayait de savoir ce qu'il pouvait bien avoir en tête.

Quelques messages plus tard, Clary était invitée à aller elle ne savait pas ou avec Alex. rendez-vous 18h chez elle... en tenue normale. Bon est bien elle allait garder ce jean slim et ce pull en laine alors... Le reste de la journée lui parut... interminable, réellement, elle réfléchissait plus à ce qu' Alex avait pu prévoir qu'à ce qu'il se passait en cours et quand enfin le prof les libéra, c'est assez rapidement qu'elle quitta le bâtiment, saluant au passage ses amis. Elle rejoignit sa voiture et rentra au studio de bonne humeur. La journée avait été assez longue, mais là elle s'en fichait complètement, elle avait hâte de voir Alex et elle n'avait plus que ça en tête. Une fois rentrée, Clary commença par un peu de rangement, elle n'avait pas vraiment l'habitude de recevoir du monde et avait tendance à s'étaler un peu. Dans toutes les pièces. Pour finir elle checka ses mails et renvoya un dossier commencé à une binôme. Vers 17h30, elle ne tenait plus en place et préféra s'exiler dans la salle de bain pour une retouche parfum-maquillage-coiffure. D'abord les cheveux, elle les détacha laissant ses boucles tomber sur ses épaules, ça c'était rapide et efficace. Ensuite le maquillage, petite retouche de poudre juste pour pas avoir l'air d'un cadavre tout droit sorti de terre, puis les yeux, pas de bavure du style je me suis endormie sans me démaquiller... Et pour finir une touche de déo et de parfum. Elle alla s'observer dans son miroir, à l'intérieur de son armoire et le reflet lui plus assez. Un jean slim, un pull en laine tout doux beige et marron et une paire de bottines marrons.

Bon, il n'était pas encore l'heure et elle savait qu'Alex avait tendance à être à la bourre, alors la demoiselle s'installa dans le canapé avec son pc et passa plus de temps à réfléchir à ce qui allait se passer qu'à ce qu'elle faisait réellement. Heureusement Farm Heroes Saga ne demande pas beaucoup de concentration et surtout au pire y a des vies après... pas comme un dossier à rendre ou un cours à apprendre. Enfin elle entendit quelqu'un frapper à la porte. Clary referma son ordi avec un peu trop d'énergie et elle l'abandonna sur la table basse. Elle attrapa son manteau, son téléphone et ses clés et alla ouvrir à Alex. Elle savait à l'avance qu'elle allait avoir ce grand sourire aux lèvres, mais ça faisait quelques temps qu'elle n'essayait plus de le dissimuler, de toute façon c'était plus fort qu'elle. Son coeur fit comme à son habitude un raté en voyant Alex et un petit pouffement s'échappa de ses lèvres
.

"Peut être qu'un jour tu seras aussi fort que moi et même en partant à la bourre t'arrivera à l'heure ou même en avance."

Clary enfila son manteau. Elle avait toujours ce petit doute, faire la bise, pas faire la bise,alors en général... soit elle attendait que ça vienne d'Alex, soit elle faisait autre chose histoire de paraître occupée et de ne pas faire trop la mal polie. Surtout qu'elle était tout sauf mal polie. Une fois son manteau enfilé, elle leva les yeux vers le blond tout en enfournant ses mains dans le fond de ses poches.

"Alors, on fait quoi ?"

Bah oui, elle avait quand même passé l'après midi à ce demander ce qu'elle allait faire de sa soirée, maintenant qu'elle y était, elle voulait savoir. Enfin pour le moment elle voulait aussi fermer sa porte d'entrée, mais c'était dur avec un Alex devant la serrure... Alors elle le poussa gentiment pour avoir un accès plus libre et puis franchement... Elle ne se lassait pas d'être aussi près de lui.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Lun 7 Déc - 23:42


« All I want for Christmas »
Alexandre & Clarissa
Non, je n'étais pas d'un naturel ponctuel, et d'ailleurs je ne l'avais jamais vraiment été, même si c'était franchement de pire en pire avec le temps. Bon et surtout parce que j'avais pris mes aises avec deux arrêts maladies où on m'avait tout laissé passer sous prétexte que mon épaule me faisait la galère qu'elle me faisait. Et puis je ne culpabilisais pas vite alors du coup ... Je ne m'inquiétais pas vraiment que ça puisse agacer qui que ce soit, au pire je rentrais la tête en laissant passer l'orage lorsque j'excédais l'un de mes proches, et je servais mon irrésistible sourire. Tout allait toujours pour le mieux, c'était facile pour moi, avec ma belle bouille d'amour, et surtout ma façon d'être. Et puis quand ça ne passait pas, j'optais pour un sourire carnassier et j'envoyais les gens voir ailleurs si j'y étais. Là, par contre, je n'aurais besoin d'un rien, je savais d'avance qu'avec Clary, les choses seraient faciles. Et puis je n'étais pas tellement en retard pour autant, mine de rien.

Une fois que j'eus toqué, la demoiselle ouvrit relativement rapidement, avec toujours cet énorme sourire lui dévorant les lèvres que j'appréciais tant de voir sur son visage. J'avais l'impression de ne pas être le seul à sombrer petit à petit, et ça me rassurait. Je n'étais pas sûr de me relever à une deuxième grande claque, surtout pas si elle m'arrivait maintenant que je m'autorisais de nouveau à penser à une vie de couple, surtout pas avec cette fille que j'appréciais de plus en plus, trop peut-être, même si, en même temps, je savais que je serais son poison, et que si je tombais, que si mon passé me rattrapait, je risquais de l'emmener avec moi, et cela, je le refusais de plein pied. Néanmoins, je ne pouvais m'empêcher de lui parler, de la voir, ni même de lui sourire de cette façon charmeuse dès qu'elle entrait dans mon champ de vision. Cette fille me faisait un effet monstre, elle me changeait petit à petit en quelqu'un d'autre, et sûrement n'en avait-elle pas conscience. Était-elle seulement consciente de me plaire ? Au moins, elle me faisait rire, et ça elle ne pouvait pas l'ignorer, parce que mon rire retentit doucement dans le hall à ce qu'elle ajouta.

« Peut-être ... Tu crois aux miracles ? »

Un pétillement d'amusement ornait mon regard tandis que j'observais sa technique bien rodée pour ne pas avoir à entrer dans mon espace personnel. Difficile de ne pas l'avoir remarqué, d'ailleurs, parce qu'elle s'occupait toujours à autre chose, et que ces temps-ci, je n'entrais plus dans sa bulle. J'en venais à douter que je l'intéresse vraiment, et plutôt que de faire une erreur bête, je gardais mes distances. Dieu, mais que faisait-elle donc de moi ? Depuis quand étais-je capable de patience et surtout de retenue ? A sa question, je passais deux doigts le long de mon menton, un sourire de chat aux lèvres, évitant soigneusement de lâcher le morceau tout de suite, même si mes lèvres frémissaient légèrement. Je jubilais presque de la laisser dans l'attente de ma réponse. Je sais, c'était méchant. Très méchant même. Mais je m'apprêtais à répondre lorsque la demoiselle me bouscula, m'obligeant à reculer d'un pas tout en riant.

« Il paraît que le marché de Noël de Vattetot est superbe. »

Il y avait un soupçon de jeu dans ma voix, dans ma posture ... Dans tout de moi. Alors, avec ce même jeu, je tendis un bras galant vers la demoiselle dans un simulacre de révérence, ne la quittant néanmoins pas une seconde de mon regard bleu pétillant.

« Si mademoiselle veut bien se donner la peine ... »

Un clin d'œil charmeur en me redressant, une intonation elle aussi pleine de charme ... Pour le moment j'étais conscient de donner l'impression de simplement jouer, mais pour être honnête je me voilais la face et je me donnais une contenance. Je détestais cette sensation de tomber amoureux, au fond, même si j'étais incapable de vouloir m'en débarrasser. J'étais prisonnier de choses que je ne voulais plus ressentir, et le comble de l'ironie, c'est que j'étais heureux d'en être ainsi prisonnier.

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Mar 8 Déc - 15:13



Tout le monde a droit au bonheur, mais personne n'a le droit de détruire celui des autres.



"All I want for Christmas". Clarissa & Alexandre
C'était naturel autant de décontraction ?! Non mais parce que retrouver Alex appuyé sur le bâti, comme si c'était tout à fait normale, lorsque Clary ouvrit la porte la surpris un peu, bon pas au point d'effacer son grand sourire de ses lèvres, juste assez pour qu'elle se dise qu'à sa place elle aurait été toute droite, les mains jointes en attendant qu'il ouvre. Sauf que non, Alex semblait, comme à son habitude, à l'aise peu importait la situation. Et comme à son habitude Clarissa échappa au traditionnel bonjour. Ce n'était même pas qu'elle voulait pas approcher Alex, loin de là, mais... c'était plus fort qu'elle. Bon, elle ne manqua pas de lui répondre quand même, surtout qu'il était pas tant à la bourre que ça. D'accord, il était à la bourre, mais tout le monde ne pouvait avoir cette sorte de don que Clary avait. Celui de réussit à être à l'heure dans un peu n'importe quelle circonstance. Elle essayait des fois de faire en sorte d'être en retard... et bien ça ne marchait que rarement. Peut être qu'à force de traîner avec elle, Alex allait finir par au moins être à l'heure. Demander de l'avance serait peut être exagéré. La demoiselle avait levé les yeux lorsqu'il s'était mis à rire et sa réponse l'amusa à son tour. Elle haussa des épaules avant de répondre.

"T'es là non ?"

C'était un peu à double sens, il était là et en soit c'était un miracle pour elle, et puis il était là, présent et c'était tout ce qui comptait. Clary avait dit ça ne pensant plus au miracle de sa présence, mais elle espérait un peu qu'il ne comprenne pas à quel point elle n'en revenait pas. Mais pour le moment c'était mission manteau. Oui, c'était une technique quelque peu merdique et complètement débile puisqu'elle aurait été tout à fait capable de faire la bise à Alex sans rougir comme une tomate et qu'elle aurait en plus eu l'occasion de se rapprocher de lui. Sauf que c'était bien là le problème, elle craignait un quelconque rapprochement avec lui et que cela ne mène nul part. Alors oui, elle était folle de lui, mais elle avait aussi la crainte qu'il n'y ait qu'elle qui soit tombée amoureuse alors elle préférait garder comme une distance, tout en étant incapable de lui dire non lorsqu'il lui proposait une sortie ou tout simplement de lui avouer qu'elle aurait aimé être un peu plus qu'une amie. Tout ce qu'elle savait lui dire c'était des banalités et lui parler de sa petite vie d'étudiante quelque peu chiante... Enfin là elle lui demandait surtout ou il voulait l'emmener. Et il se laissait désirer en plus ! Du coup Clary le poussa histoire de réussir à fermer sa porte à clé et quand elle eut fini, elle glissa les clés dans la poche de son manteau et se tourna vers Alex. Vattetot... cela fait un moment qu'elle n'y était pas allée, pourtant ce n'était pas loin, mais elle se souvenait des paysages magnifiques de la côte.

"Ça fait des années que j'y suis pas allée ! Si ça a pas changé, le marché de Noel est vraiment bien."

Clarissa observa le blond avec amusement et secoua la tête d'un air désabusé. Bon oui, elle adorait ces petites manières, mais elle devait bien donner l'impression de pas être trop éperdue de lui non ?! Elle glissa néanmoins son bras sous celui d'Alex et posa son regard bleu sur le visage du jeune homme. Elle allait d'ailleurs le remercier lorsqu'elle remarqua la trace légèrement bleue sous son oeil. De sa main libre elle tourna le visage d'Alex pour l'avoir bine en face d'elle et elle bloqua un instant sur la marque. sur le coup elle pensait que ce n'était qu'un effet de la lumière, mais là... c'était bel et bien un coquard
.

"Alex, qu'est ce que t'as foutu ?"

Et c'était une forme d'inquiétude qui transparaissait dans sa voix. Elle savait que le blond n'était pas vraiment un enfant de coeur, mais elle n'avait jamais vu une trace quelconque d'un combat... Enfin là c'était surtout pour lui qu'elle s'inquiétait, pas que ça soit grave, mais et s'il avait des problèmes ? Clarissa resta les yeux plantés dans ceux d'Alex, et elle n'eut aucune envie de détourner le regard, ni même de reculer parce qu'elle était entrée dans son espace personnel. Elle attendait juste une réponse.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Mar 8 Déc - 16:24


« All I want for Christmas »
Alexandre & Clarissa
Ma décontraction était à la fois naturelle et durement travaillée. En fait, c'était la clé de ma survie, de ne jamais sembler surpris ou inquiet, peu importait la situation. Parfois j'agrémentais cela d'un soupçon de provocation ou simplement de volonté de ne pas obtempérer, et ça avait toujours parfaitement marché pour me donner des airs d'assurance même lorsque j'en manquais royalement. J'avais donc travaillé des années avant d'obtenir ce résultat, qui d'ailleurs maintenant était passé au naturel, même si des fois il valait tout de même mieux y songer un peu. En tous cas, c'était venu naturellement de m'appuyer de cette façon contre le montant de porte de la demoiselle. Sûr que ça devait la déstabiliser, par contre, mais bon, pour moi ce n'était pas extraordinaire, et elle finirait sûrement par s'habituer à ce que je me tienne de la sorte. J'étais aussi capable de m'installer bien assis sur un plan de travail ou de traverser mon studio avec mon jean tombant sur mes hanches en sachant parfaitement que quelqu'un était là. J'étais aussi capable d'ouvrir à des inconnus en boxer. Il n'y avait plus grand chose pour me déranger, en réalité. A part qu'on qualifie ma présence de miracle, peut-être, ce qui me laissait royalement sceptique, même si je n'en dis rien, me contentant d'un large sourire à l'intention de la demoiselle et d'une réponse plus ou moins toute faite.

« Oh, ça n'a rien d'un miracle, Clary. C'est plus une évidence. »

Suite à quoi je lui adressais un clin d'œil extrêmement charmeur. Tout en, bien sûr, me laissant désirer quant à l'endroit où je comptais l'emmener. C'était trop tentant de laisser planer le doute, c'était jouer, assurément, mais ça n'avait rien de méchant, à peine plus que taquin. Mais en même temps je n'étais pas un ange, et d'habitude bien plus compliqué à apprivoiser, alors il fallait bien que je fasse quelque chose pour ne pas être doux et docile comme un agneau ... Cela ne me ressemblait en aucun cas, c'était terrible. Pourtant c'était le résultat à force de côtoyer la demoiselle. Je n'en avais pas encore parlé avec Flo', parce que je savais ce qu'il allait me dire, et qu'au final, je n'avais envie ni de l'entendre ni de l'admettre. Amoureux. Une idée qui me faisait froid dans le dos, aux vues de mon fiasco sentimental un an plus tôt à peine, et surtout je ne voulais pas faire la même chose avec Clarissa. En fait, je me blâmais depuis quelques mois pour tout ce qui avait dégénéré, et j'en étais venu à me persuader que tout était de ma faute. Et je n'avais aucune envie de faire souffrir la jolie blonde avec mon incapacité à être un homme bien. Terribles pensées qui, par chance, ne parvenaient pas à m'engloutir.

C'est finalement avec un certain amusement après que la demoiselle m'eut poussée que je reculais, annonçant pour finir notre itinéraire ; sauf si, bien sûr, cela ne lui plaisait pas. J'étais un homme plein de ressources, au pire des cas. J'annonças donc le lieu, dans une petite révérence dont seul moi pouvait avoir l'idée, à mon avis, et la réponse de la demoiselle m'étira un sourire satisfait, pour seule réponse. La tête qu'elle tira ensuite me fit rire doucement. C'était grisant, d'être à ses côtés. J'étais un autre homme, et j'aurais pu rester cet autre homme pour le restant de ma vie, j'en étais certain. Mais c'était un idée, un souhait égoïste, et je ne pourrais rien lui apporter de bon, j'en étais conscient. Au fond, elle était bien trop bien pour moi, et je n'aurais jamais du continuer de me torturer avec cette fille qui ne serait jamais pour moi. Pourtant je remuais moi-même le couteau dans la plaie, bien trop accro à elle pour la laisser filer, bien trop désespéré à l'idée de la perdre pour avancer plus loin. Même si, définitivement, j'allais finir par faire quelque chose que je regretterais. Enfin, lorsque la demoiselle passa son bras sous le mien, un sourire délicieux étira mes lèvres, et j'allais me mettre en route, lorsque sa main attrapa mon visage, me forçant à tourner la tête. Au fond, une voix me criait de me libérer pour éviter que son regard ne se pose sur cette marque, insignifiante à mes yeux, mais qui reflétait tant de ma personnalité. Mais c'était Clary, et jamais je ne me serais détourné d'elle, jamais je n'aurais eu la force de la repousser. Mon regard glacial, dépourvu d'émotions, croisa le sien. L'inquiétude qui perça dans sa voix me fit me sentir coupable, et de ma main libre, j'attrapais celle qu'elle avait encore posée sur mon visage, avant de déposer un baiser galant dessus, sans pour autant la lâcher après. J'étais presque serein, en lui répondant.

« Ce n'est rien, Clary. J'ai trouvé mon maître, c'est tout. Il n'y a rien de grave. »

J'avais un sourire rassurant et une intonation douce. Ce n'était que la vérité, de toute façon. J'avais trouvé un maître au combat, et je me démenais pour m'améliorer. Pour une fois j'en étais marqué, mais c'était rare, et on ne s'était jamais réellement fait mal. Ce n'était de toute manière pas du tout le but. Je lâchais finalement la main de Clary, me penchant légèrement pour poser un baiser sur sa joue.

« On y va, miss Charmant ? »

Après tout, ce marché de noël nous attendait.

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Mar 8 Déc - 17:04



Tout le monde a droit au bonheur, mais personne n'a le droit de détruire celui des autres.



"All I want for Christmas". Clarissa & Alexandre
Clary eut un peu de mal à croire ce qu'elle venait d'entendre. Pour elle la présence d'Alex restait un miracle, par une évidence du tout ! Elle se trouvait particulièrement chanceuse qu'il l'ait vu, qu'il la regarde. Chanceuse également de réussir à garder son intérêt, alors que le plus souvent elle laissait les gens s'éloigner peu à peu. Bon là c'était quand même différent, elle n'avait pas envie de le laisser partir, mais elle ne lui en aurait même pas voulu s'il avait décider qu'ailleurs c'était mieux. Clary n'était pas débordante de confiance en elle et quand quelque chose se passait, elle s'en appropriait assez rarement le mérite, à moins que ça soit pour les cours... mais dans sa vie sentimentale, elle trouvait que la seule chose qui pourrait l'aider c'était un petit miracle, et pour le moment ce miracle se nommait Alexandre. Un beau miracle qu'elle avait envie de garder sans savoir comment faire. Par contre Alex savait très bien y faire, entre les clins d'oeil, les petit temps d'attente pour se laisser désirer... Heureusement, la demoiselle commençait à s'y habituer et elle ne rougissait plus à la moindre taquinerie, même si elle continuait de rougir dès qu'elle se sentait bête ou qu'elle ne savait pas quoi dire ou faire. Pour le moment elle savait qu'ils allaient devoir quitter le couloir s'il voulait profiter de la soirée. Surtout que d'après ce qu'Alex avait prévu, ça serait une chouette soirée.

Ils furent pourtant stoppés par Clary qui venait de voir cette trace bleue sous l'oeil d'Alex, et oui, elle s'inquiétait pour lui. Elle quitta le regard d'Alex pour observer sa propre main avant de lever les yeux en soupirant. Comment ça il avait trouvé son maître ? Ou ça d'ailleurs ? Elle avait raté un truc lors de l'une de leurs discussions ? Elle ne souvenait pas de l'avoir entendu qu'il allait dans les ruelles d'Etretat à la recherche d'un truc de mec des rues... Ni même qu'il cherchait un maître pour quoi que ce soit. Mais son sourire la rassura un peu, elle avait surement raté une étape quelque part et c'était la raison pour laquelle elle ne comprenait pas ce qu'il voulait dire. par contre elle pouvait voir que ledit maître était capable de laisser des marques et que c'était pas spécialement rassurant... Y avait plus qu'à espérer que ça soit lors d'un quelconque sport de combat et pas dans une des petites ruelles d'Etretat... Ses pensées furent interrompues par les lèvres d'Alex se posant sur sa joue et elle soupira une nouvelle fois avant de se mettre en route
.

"T'es exaspérant quand même des fois Alex... Mais tu sais te rattraper"

Tout en marchant elle jeta un coup d'oeil amusé au jeune homme, son sourire en coin incapable de quitter son visage. Elle sentait la chaleur monter vers ses joues mais elle ne détourna pas le visage. Cela faisait un moment qu'il avait du s'habituer à sa manière de rougir pour un oui ou un non... Enfin, elle ne devait quand même pas tomber et se concentra plutôt sur l'endroit ou elle posait ses pieds. Ils arrivèrent à la voiture du blond et Clary lâcha le bras du jeune homme et se tourna vers lui.

"Tu m'expliqueras quand même..."

Comment ça elle était tenace ?! bah oui, elle n'aimait pas ne pas comprendre et puis elle devait bien être un peu chiante aussi, c'était dans sa nature. Elle lui servit également son plus beau sourire avant de se tourner vers la portière. Une fois dans la voiture Clary boucla sa ceinture et se tourna vers Alex, curieuse.

"Dis moi... Noël à Paris ça doit être la folie non ?"

La demoiselle était réellement curieuse de savoir comment il avait pu vivre toutes ces années à Paris, comment c'était... Elle était une vraie fille de la campagne et rien que le monde l'été ça la mettait hors d'elle, alors elle avait du mal à comprendre comment on pouvait apprécier de vivre en ville. En plus de ça, elle était certaine que si elle vivait dans une grande ville elle serait une consommatrice de folie.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Jeu 10 Déc - 21:01


« All I want for Christmas »
Alexandre & Clarissa
Bien sûr, que j'étais exaspérant, et c'était juste une bonne vieille habitude. Je détestais me faire appeler Arthur par les personnes qui comptaient un minimum pour moi. Et j'avais du coup développé pas mal de stratagèmes dans le genre pour pousser les gens à passer à autre chose. Généralement ça ne marchait vraiment pas mal. Même si on me sortait toujours que j'étais insupportable, pas vivable, un vrai petit poison ... Un peu à la façon de Clary, là, et un joli sourire fiérot passa sur mes lèvres. J'étais bien conscient, de comment j'étais. Difficile de ne pas l'être, d'ailleurs. Je haussais finalement les épaules avec nonchalance.

« Je n'ai pas que des défauts, alors ... »

Vrai, j'étais adorable quand j'en avais envie. Patient de temps à autres. 'fin voilà, des fois je faisais des trucs bien, comme ne pas relever le petit rougissement sur les joues de la jolie blonde. J'avais un sourire adorable aux lèvres tout en marchant, son bras galamment passé sous le mien, l'observant du coin de l'œil et sans chercher à être discret. Je n'étais pas non plus insistant, et puis il fallait le dire, elle passait aussi bien du temps à me regarder alors ... C'était de bonne guerre, quand même. Et puis ... Je n'avais pas envie de la lâcher du regard, dans tous les cas. Pour ce genre de choses, oui, j'étais terriblement égoïste. Enfin, nous arrivions à ma voiture, et je lâchais à contre-cœur la demoiselle. A ce qu'elle me demanda, je fis légèrement la moue. Je détestais parler de moi, lâcher mes secrets, mes occupations. J'ouvris finalement la portière de la voiture.

« Il n'y a rien à expliquer, Clary. »

C'était tout de même dit avec une certaine douceur. Je rejoignis finalement mon poste de conducteur, démarrant le vieux moteur qui ronronna dans un son de mécanique - antique, sûrement - bien rodée. Bon d'accord mieux valait ne pas dépasser les cent dix kilomètres heures sinon titine se mettait à trembler mais bon, mon épave elle avait survécu à Paris et tout, du coup là pour aller jusqu'à Vattetot ça allait se passer crème quand même. Lorsque Clary me posa la question à propos de Paris, un très léger rire m'échappa, et un sourire un peu nostalgique étira mes lèvres. Noël c'était ... Une période vraiment intéressante, sur Paris.

« C'est la folie, oui. Du monde partout, les gens sont beaucoup plus pressés mais ... C'est ça, la vie que j'aime. Et puis il y a aussi des petits endroits, des petits riens, comme on les appelait, très mignons, décorés, calmes. En fait je crois que c'est la période idéal pour tomber réellement amoureux de Paris. » Je secouais finalement la tête. « Mon dieu qu'est-ce que ça peut me manquer, Paris ! Et pourtant je sais que la pire idée que je pourrais avoir serait de retourner y vivre. »

Je passais finalement une vitesse, roulant à bonne allure mais relativement prudemment quand même. Plutôt que de reposer ma main vacante sur le volant, j'allais plus volontiers chercher la main de Clary, lui lançant un coup d'œil de côté pour ne pas lâcher trop longtemps ma route des yeux, inutile de nous tuer tout de suite, quand même.

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Sam 12 Déc - 11:28



Tout le monde a droit au bonheur, mais personne n'a le droit de détruire celui des autres.



"All I want for Christmas". Clarissa & Alexandre
Les échanges avec Alex étaient devenus beaucoup plus naturels avec le temps et même si des fois Clary se sentait ridicule après avoir dit la première chose qui lui était venue en tête, elle rougissait et puis passer à autre chose sans plus trop se prendre la tête avec la connerie qu'elle avait dite. Et puis elle ne se privait plus de dire ce qu'elle pensait du jeune homme. Peut être pas au point de lui dire ce qu'elle pouvait ressentir, mais là elle n'hésita pas à lui dire qu'il avait ce côté exaspérant à ne pas lui répondre. Elle savait qu'il lui cachait des choses, c'était normal après tout, il devait y avoir des choses dont il n'avait pas envie de parler, mais ça l'énervait quand même de na pas savoir. Enfin comme elle l'avait annoncé, Alex savait très bien se rattraper. Mais c'était quand même mal connaître Clary que penser qu'elle allait oublier cette histoire. Pour le moment ils étaient en route vers la voiture et la demoiselle avait son regard posé sur le blond. Quand il lui dit qu'il n'avait donc pas que des défauts, la jeune femme le bouscula doucement d'un coup d'épaule.

"Parce que tu penses que je serai là si t'avais que des défauts..."

Lorsqu'ils arrivèrent à la voiture Clary fit une petite remarque à Alex et même s'il répondit avec douceur, elle comprit aisément que pour le moment il n'allait pas lui dire ce que c'était cette histoire de maître. Elle s'en était doutée en lui demandant une explication, mais elle voulait savoir... Elle allait le savoir un jour, juste pas pour l'instant. La jeune femme monta en voiture et une fois qu'ils furent tous deux installés, attachés et prêts à partir, elle posa sa question sur Paris. La demoiselle avait compris que Paris était un sujet qui touchait Alex, et comme elle ne connaissait pas la ville lumière, elle appréciait entendre le jeune homme en parler. Tout ce qu'elle avait vu de la capitale c'étaient les images vues à la télé. Alors oui, ça devait être une belle ville, mais il y avait aussi toute cette circulation, tout ce monde. C'était une toute autre histoire qu'Etretat. Alex répondit à sa question après un léger rire. Sa réponse créa un petit pincement au coeur de la blonde. Sur ce point ils étaient deux opposés, il aime l'agitation de la ville, le mouvement, alors qu'elle appréciait le calme de la côte, les paysages vallonnés. Mais ce pincement au coeur passa très vite, Alex était capable de convaincre Clary de tomber amoureuse de la ville.

Et puis il enchaîna sur une phrase qui laissa Clary assez perplexe. Elle connaissait les grosses lignes de la vie d'Alex sur Paris et elle pouvait comprendre que sa ville natale lui manque. Elle même n'était jamais partie d'Etretat, mais elle savait que tout ce qu'elle avait toujours connu lui manquerait. Alors oui, elle comprenait cette envie. Mais elle n'était pas forcément d'accord avec lui sur le fait de retourner y vivre. C'était peut être parce qu'elle ne voyait que le meilleur chez lui et qu'elle n'arrivait pas à s'imaginer qu'il puisse retrouver ses anciens travers. Elle le pensait capable de retourner vivre à Paris, elle ne l'espérait juste pas. Ses pensées furent interrompues par la main d'Alex qui vint se poser sur la sienne. Elle observa leurs mains et elle ressentit de nouvelle cette sensation au creux de son ventre, cette sensation d'exister vraiment pour quelqu'un et d'apprécier cela. Elle sentit également le rouge lui monter aux joues et elle détourna la tête un instant pour observer les paysages sombres. Après un court instant elle posa son grand regard bleu sur le jeune homme.


"Même si tu ne retournes pas vivre à Paris, je te rappelle que tu m'as dit que tu m'y emmènerais... Et puis si t'y retournes... ça sera plus compliqué pour se voir non ?"

C'était quelque peu égoïste de sa part de ne pas vouloir le voir partir, mais elle aimait sincèrement les moments passés avec lui. Clary avait eu l'impression qu'Alex restait presque pas obligation à Etretat et elle avait envie de lui montrer qu'il pouvait y avoir des trucs sympas dans la petite ville normande. Et elle souhaitait faire partie des trucs sympas. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'elle s'était laissée à lui dire qu'elle espérait qu'ils aient encore des rendez-vous comme celui-ci et pourquoi pas même une journée dans la capitale comme il le lui avait dit quelques moins plus tôt. Clarissa passa sa main droite dans ses cheveux et regarda de nouveau la route. Elle ne pouvait pas en dire autant et continuer de regarder Alex. Mais par contre elle était tout à fait capable de poser sa main sur celle d'Alex pour y dessiner du bout de l'index des formes abstraites. Il était entré en premier dans son espace personnel, la demoiselle se sentait donc plus à l'aise pour avoir un contact avec lui.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Lun 14 Déc - 21:41


« All I want for Christmas »
Alexandre & Clarissa
C'était quand même assez drôle, que Clary ose me mettre un coup d'épaule. Non pas que je risque de mal le prendre, au contraire même puisque ma réaction immédiate fut de rire à cette vaine tentative pour m'ébranler, mais plutôt que j'avais plus peur qu'elle se casse l'épaule qu'autre chose. J'étais un peu plus massif qu'elle, et si elle comptait me faire sentir quelque chose, elle pouvait toujours y aller, mauvaise épaule ou non elle n'avait pas la force nécessaire pour me déstabiliser. Mais bon c'était assez, voire même très drôle en venant de la demoiselle, et à ce qu'elle ajouta, je lui glissais un regard légèrement dubitatif. Ce n'était pas vraiment une question que je m'étais posée, mais en même temps je croyais suffisamment peu en mes capacités et qualités en tous genres pour penser que c'était éventuellement grâce à l'une d'elle que la miss appréciait ma compagnie. Je ne répondis donc rien, un simple sourire en coin aux lèvres, finalement, tout en rejoignant la voiture sur la cour de l'académie. Sur la route, je songeais que bientôt j'en serais parti, et que ça allait être encore une sacrée page qui allait se tourner, parce que j'en avais vécues, des choses, dans mon studio, mais bon ça me permettrait sûrement d'aller de l'avant plutôt qu'en marche arrière. Et puis Etretat, ça n'était pas si grand, et j'y restais. Je continuerais à voir tout mon petit monde, de toute façon.

Néanmoins, une fois arrivé à la voiture, lorsque Clarinette tâta une fois de plus le terrain pour savoir ce qui m'était arrivé, je la rembarrais gentiment. Je ne comptais pas en dire plus que ce que j'avais déjà dit, honnêtement. Ce n'était pas du tout le genre de choses que la blonde avait besoin de savoir, au contraire même, c'était mieux tant qu'elle ignorait à quel point je pouvais être con quand je le voulais et rechercher la confrontation physique de plein front. Enfin au moins maintenant je m'étais calmé et je m'en tenais à la pratique sportive encadrée du combat, même si on restait sur les bases du combat de rue. Les ecchymoses étaient relativement rares, et encore plus celles visibles, comme sur les bras ou le visage. Juste des fois on dérapait un peu ou alors, comme c'était le cas, je pouvais avoir une très mauvaise garde et une parade encore pire. Et là ça laissait des marques. Enfin, on pouvait oublier ça pour le moment. Je finis par m'installer dans la voiture, me préparant à partir, lorsque Clarissa me posa une question sur Paris. Ah Paris, ma ville, mon passé, mon grand amour. Sur ce sujet-là, je ne m'étais pas vraiment fait prier pour répondre.

Cette ville était mon véritable point d'ancrage à ce monde, la pierre d'angle de toute ma vie, le début et la fin de chaque période de ce que j'ai été. J'y avais enterré mes conneries, j'y avais enterré mon premier vrai amour, mais je savais aussi que, si j'y retournais, mes vieux démons me happeraient tout entier, une fois de plus, une fois de trois, et que ça me tuerait. Je ne pouvais pas fermer les yeux sur une évidence ; j'avais beaucoup trop changé pour retourner y vivre impunément. Je n'avais plus cette niaque, rarement cette méchanceté, et surtout j'avais beaucoup trop de points faibles facilement atteignables. Mes sœurs. Clary. Même en restant à Etretat, elles seraient en danger, parce que j'avais fait trop de choses pour lesquelles je m'étais mis dans de sales draps et dont seul mon départ de Paris m'avait évité les ennuis. Il y avait sûrement encore quelqu'un pour m'atteindre et chercher à se venger. Ou alors ils étaient en prison. Ou allaient en sortir. Bref, pour moi Paris c'était un rêve inaccessible, parce que même si mon seul désir était de retourner y vivre, je savais deux choses ; personne ne me suivrait, et c'était déjà un trop grand sacrifice que de les laisser derrière moi. Et puis, je finirais mort avant mes vieux jours. Pourtant, je voulais vivre. C'était une volonté farouchement inscrite dans mon âme, cette fois. Je voulais vivre, vivre cent fois, vivre jusqu'à en crever … Parce qu'il y avait Clary, et qu'à cause d'elle, pour elle, je voulais vivre. Tomber amoureux, c'était sûrement la dernière choses que j'aurais du faire, et surtout d'une fille comme elle, sauf que tout est dans le premier mot. Tomber. Et il n'existe pas de moyen de se rattraper. Aucun. On en finit condamné, condamné à mourir de cet amour, après avoir vécu tellement qu'on a consumé tout ce qu'il avait à nous offrir. Ou alors parce qu'on s'était entêté à nier l'évidence et qu'on l'avait simplement perdu. Aveu désabusé d'un cœur déjà grièvement touché. Finalement, j'avais déposé ma main sur celle de la demoiselle. Lorsqu'elle avait pris la parole, j'avais eu un sourire, même si j'avais gardé le regard rivé sur la route, sinueuse à cet endroit.

« Bien sûr, une promesse est une promesse, je t'y emmène quand tu veux. »

Il flottait un air très doux sur mon visage en disant cela, même si ce qu'avait ajouté la demoiselle avait fini par me décontenancer. En fait c'était très con, mais mon cœur venait de manquer un battement, et j'avais ouvert la bouche, mais sans trouver la réponse adéquate. Il allait falloir que je me reprenne, et très rapidement même. Pour cela, je me concentrais sur les doigts de l'étudiante, jouant sur la peau de ma main. Je pris le temps de respirer, et finalement répondis.

« C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles je ne peux pas retourner à Paris. Nos moments me manqueraient. Tu me manquerais. »

A regrets, je récupérais ma main, passa régressivement les vitesses tandis que nous arrivions à Vattetot et que, à la lumière des lampadaires, j'observais en coin la réaction de la demoiselle à ce que je venais de dire. Et en même temps, je cherchais un endroit où me garer. Ce qui était bien, à avoir passé le permis à Paris, c'était que j'étais un professionnel du stationnement en ville, et qu'une toute petite place comme celle que je venais de voir n'était pas une contrainte suffisamment importante pour m'empêcher de réaliser un créneau tiré au cordeau en une seule manœuvre bien calculée. Et ça, j'en étais relativement fier. Je coupais finalement le moteur, m'extirpant par la suite de la voiture pour aller galamment ouvrir la porte de Clary, un sourire à fondre aux lèvres, lui tendant finalement une main douce. Je n'avais plus qu'une envie pour ce soir ; la tenir près de moi et ne pas la lâcher. Surtout, ne pas la lâcher. Ne pas la laisser me fuir. Briser ce qu'il reste à briser.

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Mer 16 Déc - 0:03



Tout le monde a droit au bonheur, mais personne n'a le droit de détruire celui des autres.



"All I want for Christmas". Clarissa & Alexandre
Paris était le sujet de discussion pas excellence lorsque Clary voulait retrouver une sorte de lien avec Alex. Elle avait très bien compris, à la façon qu'il avait d'en parler, que Paris était importante à ses yeux et qu'il était facile de le lancer dans une discussion agréable sur la ville lumière. Clary prenait plaisir à l'écouter lui décrire certains endroits. Elle ne connaissait rien, mais son imagination débordante lui donnait un peu une idée de ce que c'était. Alors oui, après avoir subi une petite rebuffade, la demoiselle avait lancé Alex sur son sujet favoris. Et cela ne manqua pas, il lui expliqua que la ville était bondée, mais qu'il était aussi possible de trouver quelques coins calmes et sympas. Elle le croyait sur parole. Elle le crut également lorsqu'il dériva sur le fait que sa ville natale lui manque. C'était une notion que Clary comprenait facilement, par contre elle avait plus de mal à le croire lorsqu'il lui disait que retourner vivre la bas serait comme un suicide. Mais elle ne fit aucun commentaire sur cette partie de la discussion. Déjà parce qu'elle considérait qu'elle n'en savait pas encore assez sur le jeune homme pour réfuter ce qu'il venait de dire et également parce qu'elle n'avait pas envie de s'aventurer dans ce genre de conversation. Au lieu de ça, elle fit plutôt un petit commentaire sur l'un de ses messages, celui ou il lui disait qu'il l’emmènerait dans la ville lumière. Et sa réponse lui tira un sourire enchanté. Elle était plus heureuse sur le fait de passer du temps avec Alex que d'aller voir la capitale, mais comme Alex allait lui servir de guide, peut être qu'elle arriverait quand même à faire semblant de s'intéresser à la ville.

Clarissa poursuivit néanmoins avec une petite question, plutôt timide. Il lui arrivait rarement de poser ce genre de questions de vive voix, préférant largement l'écrire dans un message. Au moins elle pouvait se sentir bête à distance. Mais pour cette fois, elle osa et elle ne se sentit pas si bête que ça. Par contre Alex sembla être pris de court et cela amusa la demoiselle qui baissa la tête sur leurs mains, plutôt que de continuer de l'observer pendant qu'il essayait de se reprendre. Le voir ainsi donna presque un peu de courage à Clary, elle ne pensait pas vraiment être capable de le déstabiliser, alors se rendre compte qu'elle l'avait fait était quelque peu gratifiant. Mais Alex ne fut pas le seul déstabiliser. La réponse qui servit à la blonde lui fit relever la tête avant qu'elle ne la détourne pour regarder par le pare brise. Ses joues étaient devenues écarlates et elle avait rentrer légèrement la tête dans le col de son manteau. C'était plus qu'agréable d'entendre ce genre de chose, mais elle n'y était pas habituée et en dehors du fait de ressentir de nouveau tous ces papillons dans le creux de son ventre, elle se sentit bête à ne pas savoir quoi répondre. Elle aurait peut être dû lui dire qu'il lui manquerait aussi, beaucoup, énormément... Mais son pauvre cerveau n'arrivait pas à se décider sur la chose à dire et elle resta silencieuse.

Quand leurs mains se séparèrent, Clary osa poser son regard sur le jeune homme et elle se demanda ce qu'elle faisait là. Ou plutôt ce qui'il faisait là avec elle. Toute dans ses pensées, elle le regarda faire sa manoeuvre et la réussir avec brio. Un sourire amusé s'afficha enfin sur ses lèvres. Elle était bine incapable de faire pareil créneau, déjà elle aurait dû s'y reprendre au moins à trois fois et en plus de ça elle aurait surement réussit à taper ou rayer une voiture... Alex coupa le moteur et descendit, Clary eut une court moment d'absence à se demander comment aller se dérouler le reste de la soirée. Elle passa une main dans ses cheveux, se mordilla la langue et... la portière s'ouvrit. Quand Alex lui tendit la main, elle la prit sans hésitation et une fois sortie elle ne lâcha pas le jeune homme. Elle alla même jusqu'à entrecroiser leurs doigts tout en regardant ailleurs, l'air de rien. Le geste terminé, elle tourna la tête vers le parisien et s'est un sourire timide qui apparut sur son visage
.

"T'es prêt à voir ce qu'est un marché de Noël en Normandie ?"

La jeune femme ne se rendit même pas compte qu'elle venait de foutre en l'air un moment qui aurait pu être un peu spécial rien qu'avec cette phrase. Elle avait un peu de mal avec ce genre d'instant et comme ça al rendait généralement nerveuse, elle détournait un peu l'attention sur quelque chose qu'elle maîtrisait, comme la visite du marché de Noël. Ils s'engagèrent donc dans une ruelle pour rejoindre le centre ville, lieu du marché de Noël. La place était richement décorée et il y avait des tas de bonnes odeurs qui flottaient dans l'air. De la musique résonnait contre les murs des maisons voisines. Clary eut l'impression un instant de retourner en enfance. Elle suivit l'allée centrale et quand ils tombèrent devant un stand de vin chaud et cidre chaud, elle fit face à Alex, son grand sourire mangeant son visage.

"Je suis sure que t'as jamais goûté de vin chaud aussi bon !"

La demoiselle demanda un vin chaud et un cidre chaud, bien entendu, elle n'eut même pas le temps de sortir son porte monnaie que déjà Alex avait payé. C'était... mignon, ça lui faisait vraiment plaisir et elle avait de nouveau cette impression de ne pas être n'importe qui aux côtés du jeune homme. Bon, pour la forme elle tenta un regard réprobateur mais sans réel succès elle le savait. Une fois son verre à la main, elle récupéra la main du jeune homme et le conduisit vers la digue de la ville. Elle s'installa sur un banc. Bon tout cela lui avait donné envie de discuter, sérieusement... maintenant elle devait trouver le courage de le faire. Mais avant ça, elle allait boire une gorgée de sa boisson pour essayer de trouver un peu de ce courage dans la chaleur du cidre. Une gorgée avalée, elle tendit son verre à Alex.

"Je sais que c'est pas du whisky, mais faut que tu goûtes ça !"

Elle abandonna son verre au jeune homme, et histoire de se lancer, elle profita qu'il ait le nez dans le verre pour commencer à lui parler.

"Alex... Je vais surement avoir l'air ridicule avec ce que je vais dire, mais... ça fait un moment que je veux t'en parler et j'y arrive pas. Bref, tout à l'heure tu m'as dit que je te manquerai si tu repartais à Paris, alors voilà... J'adore les moments qu'on passe ensemble et je me maudits de pas être... de pas réussir à te dire ou à te montrer ce que je ressens. Je suis toujours en train de mettre une distance entre toi et moi alors que je veux juste l'inverse, mais je sais pas, j'arrive pas à faire autrement... Je suis même pas claire dans ce que j'essaie de te dire..."

Clary se sentait presque pitoyable de ne pas lui dire simplement qu'il l'attirait, qu'être amis n'étaient peut être pas suffisant, même si c'était mieux que rien. Durant son petit discours un peu décousu, elle avait laisser son regard se poser successivement sur le visage du parisien puis sur la mer qui se profilait à l'horizon. Elle avait également commençait à jouer avec la manche de son manteau. Ce n'était pas le genre de position qu'elle appréciait, être celle qui parle pour dire ce qu'elle ressentait, mais depuis la rentrée elle n'avait qu'une chose en tête et cette sortie était peut être celle qui lui permit d'avoir comme un déclic. C'était d'ailleurs encore fou qu'il l'ait invitée...

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Mar 2 Fév - 0:11


« All I want for Christmas »
Alexandre & Clarissa
Le reste de la route jusque Vattetot s'était plutôt bien passé. Parler de Paris me gardait plutôt calme et avenant, plus que de parler de mon coquard, en tous cas. Mais il y avait Paris, la ville lumière, la capitale des amoureux, et mon Paris, rempli de coupe-gorges et de magouilles en tous genres. Ce Paris-là n'était plus pour moi, mais le Paris de tout le monde, le Paris romantique, le Paris touristique, il me manquait, et terriblement en plus de cela. Et en parler, ça me faisait du bien. J'avais promis à Clary de l'y emmener, et plus que tout, je voulais tenir cette promesse, lui montrer mon monde, tout en en omettant les ombres omniprésentes. Il restait Montmartre, les Champs Elysées, la Tour Eiffel, et tous ces coins super connus. J'y avais déambulé près de vingt ans. C'était chez moi, tout ça, et je voulais qu'elle le voit comme à travers mes yeux, pour qu'elle puisse peut-être enfin comprendre pourquoi j'avais cette ville dans la peau. C'était risqué, les reliques de mon passé pourraient essayer de m'engloutir, et elle les apercevrait peut-être, mais je lui avais promis et, une fois de plus, dans cette voiture, en route pour le marché de noël, je le lui avais promis de nouveau. Tout comme je lui avais avoué clairement que, si je partais pour Paris, elle me manquerait, et qu'elle était l'une des raisons qui me poussait à rester à Etretat, et pas des moindres, en plus. Et une fois cet aveu fait, la conversation s'était tarie, jusqu'à ce que je me gare dans une manœuvre facile pour un parisien comme moi, et que je descende de la voiture pour lui ouvrir la porte, lui tendant finalement la main, un sourire aux lèvres.

Lorsqu'elle glissa la main dans celle que je lui tendais, je retrouvais un peu de confiance en moi. Il fallait le dire, je n'étais pas un habitué des rendez-vous, et soyons honnête, j'avais dissimulé derrière une simple sortie ce qui se voulait être un rendez-vous … Plutôt romantique. Bon, on faisait mieux dans le romantisme, j'avoue, mais ce n'était pas vraiment moi, ça. Et puis, c'était quand même pas mal. Pas un grand effort mais normalement un beau résultat. Et puis si là tout se passait bien, ce ne serait que le début de la soirée. Il devait bien y avoir un restaurant sympa dans le coin pour finir la soirée si ça tournait ainsi, non ..? Mes pensées furent rapidement chassées par les doigts de la demoiselle se glissant entre les miens, de manière plutôt discrète et timide, et je refermais doucement mes doigts autour des siens, exprimant ainsi mon désir de ne pas la laisser filer, mais en restant assez délicat pour qu'elle ne se sente surtout pas prise au piège. À son sourire timide, je répondis par un plus franc, un peu charmeur, mais sans pour autant utiliser celui à fondre que j'avais parfois, parce que je savais que sinon je risquais de perdre la jolie blonde en route. À la question de Clary, un rire léger m'échappa.

« Prêt. Après Paris, je suis curieux de voir ce que ma nouvelle région me réserve comme surprise. »

Je n'étais pas sûr de pouvoir être surpris, ou émerveillez, parce que ça n'était plus tout à fait dans mes gènes, mais pour autant je n'avais pas perdu ma curiosité et, dans tous les cas, j'étais tellement bien accompagné que ça ne pourrait qu'être une bonne soirée. Je me laissais finalement emmener jusqu'au lieu des festivités, parce que je devais avouer que j'étais quand même un peu perdu ici, et que j'étais bien obligé de m'en remettre au sens de l'orientation de la belle blonde. En temps normal, je ne penserais pas forcément qu'il s'agissait de la meilleure idée de l'année mais, pour le moment … Eh bien, je gardais mes petites réflexions amusées et je suivais, parce que je n'étais pas capable de mieux me repérer qu'elle, c'était certain. On n'était pas à Paris, pas plus qu'à Liévin ou à Etretat, alors je n'avais pas vraiment le GPS intégré. En tous cas, nous arrivâmes bientôt sur un centre-ville grouillant de vie et richement décoré. La musique, grande tradition des fêtes de noël, emplissait l'air et résonnait, pas trop déformée par les échos sur les bâtiments. Un vrai air de fêtes régnait ici, et j'avais posé un regard bienveillant sur la demoiselle, qui semblait aussi émerveillée qu'une enfant en arrivant là. Mes doigts quittèrent finalement les siens, et je passais un bras autour de sa taille, l'attirant doucement contre moi. Connaissant Clary, je jouais peut-être au con, mais cette distance entre nous m'énervait prodigieusement. Puis nous passâmes devant un stand de vin chaud et, entre son sourire et la façon donc la demoiselle vendait la chose, je ne pus que lever un sourcil avec amusement en lui répondant « Sûrement ! » avec un sourire en coin aux lèvres.

Je n'avais pas vraiment le courage ou l'envie de lui dire que, chaud ou froid, le vin, ce n'était pas vraiment mon truc. Et pourtant on me qualifiait généralement de bois sans fin … Je n'étais pas trop difficile. Je la laissais donc commander après avoir fait un petit signe au vendeur, comme quoi je payais, juste le temps de sortir mon porte-feuille de ma poche. Hors de question que la demoiselle ne paye. Devant son regard réprobateur, je ne pus m'en empêcher, mon sourire partit en coin, complètement charmeur. Je savais que je risquais de la tuer avec ça, mais j'étais incapable de l'en empêcher, bien trop joueur pour cela. Je pris finalement le verre de vin chaud qu'on me tendait tandis que la demoiselle glissait de nouveau sa main dans la mienne et que je la suivis de bon cœur vers la digue. Lorsqu'elle s'installa, je fis de même, et plongeais assez rapidement les lèvres dans mon vin chaud qui allait finir en vin froid si j'attendais de trop, le regard posé sur la demoiselle. Bon, il fallait avouer qu'il était buvable, pour quelqu'un comme moi qui avais pratiquement le vin en horreur. C'était sûrement le seul alcool avec lequel ça me faisait ça ! Et quand Clary me tendit son verre, un rire léger comme l'air m'échappa et je lui tendis le mien.

« D'accord, d'accord, mais tiens-moi ça … Je sais que je suis précédé par ma réputation mais un verre dans chaque main, c'est vraiment pas terrible quand même ! »

Je lui fis un clin d'œil, échangeant les gobelets, et attendis une petite seconde avant de goûter, quand même, parce que j'avais le goût du vin dans la bouche et j'avais comme un petit doute quand même sur le mélange. Mais bon, j'étais assez courageux pour quand même goûter le cidre chaud, parce que déjà, le cidre ça me plaisait vachement plus que le vin, de manière général, et puis j'étais assez curieux, aussi. Un peu alcoolique sur les bords, oui oui, ou du moins très appréciateur des alcools en tous genres, sauf le vin ! Lorsque la jolie blonde commença à parler, je levais le regard sur elle, haussant par la même occasion un sourcil. J'aurais voulu l'arrêter, mais je savais aussi que si je voulais que les choses changent – et égoïstement, oui, je le voulais, même si je savais que j'allais finir par la perdre si on suivait cette pente – je devais la laisser parler, mais progressivement mes incertitudes vinrent glacer mon regard d'azur. Lorsqu'elle se tut, je passais une main dans mes cheveux, les tirants en arrière par habitude. Clary fixait la mer, évitant soigneusement mon regard, et je ne savais donc pas vraiment quoi en penser. Quoi qu'il en soit … eh bien, je savais ce que moi, je ressentais, et pauvre d'elle, je voulais qu'on fasse un bout de chemin à deux. Doucement, je passais mes doigts sous le menton de la demoiselle, tournant délicatement son menton vers moi pour l'inciter à me regarder, mon pouce caressant la courbe délicate de sa mâchoire.

« Parle-moi, Clary. Tu vas me rendre fou, j'ai besoin de savoir ce que tu attends de moi. Je sais ce que je suis prêt à te donner, je sais jusqu'où je suis prêt à aller avec toi, mais j'ai besoin que tu me dises, que tu me donnes tes limites. » Ma voix était douce, mon regard à la fois incertain et tendre, mon visage sérieux sans être dur le moins du monde. « Mes seules limites, pour toi, ce seront les tiennes. »

J'étais suspendu à ses lèvres. J'avais peut-être peu parlé, mais j'avais parlé sans détour. J'étais comme l'un de ces condamnés à mort, un genou à terre et résigné, qui prie pour que le coup de grâce ou l'abolition de la sentence tombe rapidement. Que ce soit l'un ou l'autre, qu'on abrège mes souffrances. Même si elles n'étaient pas marqués sur mon visage, je les ressentais. Je détestais l'idée même d'être sur cet équilibre instable, de dévoiler une part de mon cœur, et de devoir attendre, en ayant peut-être l'air bête, et en ayant peut-être franchi la ligne interdite, perdant tout ce que j'avais bâti. Damné. Condamné à l'aimer.

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Mar 2 Fév - 22:56



Tout le monde a droit au bonheur, mais personne n'a le droit de détruire celui des autres.



"All I want for Christmas". Clarissa & Alexandre
La soirée s'annonçait douce et agréable, Clary était certaine que ça serait l'un de ces moments qu'elle ne voudrait jamais oublier, qu'elle ferait revenir régulièrement à sa mémoire. Bien entendu, elle ne pouvait pas deviner ce qui allait se passer, mais le simple fait de pouvoir avoir un moment privilégié avec Alex était suffisant pour qu'elle sache que ça serait ce genre d'instant. Et ça commençait plutôt très bien puisqu'ils se dirigeaient vers le centre ville main dans la main. Encore un peu et elle pouvait presque se croire en couple. Sauf que ce n'était pas le cas, elle n'avait pas encore été capable de passer le cap de s'ouvrir à Alexandre, elle en avait envie, mais savait pertinemment qu'elle allait s'y prendre comme une quiche et elle préférait nettement garder cette relation avec le jeune homme plutôt que de le faire fuir avec des phrases un peu trop... féminines. Elle laissait plutôt les choses se passer, même si elle craignait souvent de faire un truc de travers. La psychologie masculine, elle savait que ça existait, mais était incapable de comprendre. Elle n'avait pas côtoyait assez d'hommes dans sa vie pour savoir ce qu'elle devait dire, faire ou au contraire, taire. Cela faisait maintenant des années que son frère était parti et ce n'était surement pas avec l'aide de son père qu'elle pouvait s'en sortir. Jusqu'à présent, Clary s'était contentée de fantasmer en silence sur des hommes croisés au hasard ou sur des hommes qu'elle côtoyait mais savait inaccessibles. C'était sa première "relation" et même si elle était sur son petit nuage plein de petits coeurs, d'arc en ciel et de bisounours, elle stressait pratiquement continuellement de faire quelque chose de travers avec Alex.

Ils arrivèrent enfin au niveau du marché de Noël, et comme toujours, la demoiselle regarda les installations avec son grand regard bleu d'enfant. Elle aimait cette ambiance de Noël, la beauté des décorations et la joie qui s'affichait sur les visages. Clary était en pleine contemplation du village miniature lorsqu'elle sentit les doigts d'Alex quittait sa main. Tout d'abord se fut une sorte d'incompréhension, elle avait faite quelque chose ?! Et alors qu'elle levait la tête pour observer le visage du jeune homme, elle sentit son bras l'entourer et en plus de se sentir très bête, elle eut ce rougissement aux joues et les battements de son coeur qui s'accélérèrent. Elle était bien dans les bras du jeune homme, ça c'était certain, mais comme d'habitude, elle ne savait pas ce qu'elle était censée faire en retour... Devait-elle aussi passer son bras autour d'Alex ? Elle en faisait quoi de sa main ? Et de son bras ?! La ça devenait bien trop complexe pour elle comme situation. Alors qu'en réalité c'était tout bête... La proximité ne la gênait pas, c'était la situation en elle même et encore une fois, elle se maudit, se traita de tous les noms de ne pas savoir quoi faire de ce fichu bras. Elle ne pouvait quand même pas le laisser pendouiller... elle risquait de lui toucher les fesses sinon... Clary opta donc pour un passage de bras dans le dos du jeune homme, même si elle avait l'impression d'être totalement ridicule.

Leur petite promenade se poursuivit dans les allées et la blonde eut la très riche idée de faire goûter le vin chaud à Alex. Elle se sépara de lui le temps de commander et surtout de sortir son porte feuille, sauf qu'il fut nettement plus rapide qu'elle. C'était quand même grisant de voir qu'il ne voulait pas la laisser payer, et en même temps elle aurait bien aimé être la plus rapide. Donc elle tenta son regard réprobateur, qui, elle le savait, n'allait avoir aucun effet sur le parisien. Et il n'eut aucun effet, comme elle le pensait, en revanche, le sourire qu'il lui servit la fit fondre et son visage s'empourpra rapidement. Clary détourna le regard et en profita pour récupérer son verre de cidre chaud. Elle réfléchit un quart de seconde sur ce qu'ils pouvaient faire et l'idée d'aller boire leur verre face à la mer lui plus assez. Une fois les verres récupérés, elle prit la main d'Alex et l'emmena vers la digue afin de s'installer sur un banc. A peine une gorgée avalée, la demoiselle tendait déjà son verre à son compagnon pour qu'il goûte ce cidre chaud, qu'elle trouvait excellent. La réponse qu'il lui donna la fit rire et elle prit le verre de vin chaud entre ses mains, au moins ça avait le mérite de réchauffer ses petites mimines toutes froides.

Par un élan de courage, ou de folie, dont elle ignorait l'origine, Clary se lança dans une tirade toute clarinesque. Elle avait profitait qu'il ne puisse pas la couper tout de suite pour débuter et à présent, elle était lancée dans une explication assez foireuse de ce qu'elle ressentait. Son regard était fuyant et elle préférait regarder les reflets sur les vagues plutôt que le regard bleu glace d'Alex. Lorsqu'elle se tut enfin, elle avait l'impression que son cerveau était totalement vide et elle se sentait très nulle. Elle n'était pas le genre de fille capable de mettre des mots sur ce qu'elle ressentait, et si c'était le cas, elle n'en faisait pas part, trop pudique pour ça. Alors sa petite tentative ratée la mettait mal à l'aise et elle était en train de se demander pourquoi elle s'était lancée dans pareille galère. Ce sont les doigts d'Alex qui la ramenèrent sur terre et elle tourna doucement la tête sous la pression exercée sur son menton, ses yeux trouvèrent ceux d'Alex, mais elle ne put soutenir son regard qu'un seconde, préférant observer ses lèvres. Ce qu'il dit mit un certain temps à trouver du sens dans le cerveau de la blonde, elle releva les yeux pour plonger dans le regard de glace du jeune homme. Elle sentait son pouls battre au niveau de ses tempes et elle savait que c'était le signe que quelque chose d'important était en train de se passer et que son cerveau essayait d'analyser la meilleure manière d'agir. Clary était une fille un peu trop cérébrale et quand il était question de s'exprimer sur ses sentiments, elle était perdue. Pour finir elle inspira et quitta le regard d'Alex pour le poser sur le gobelet qu'elle avait entre les mains. Elle le porta à ses lèvres et but une longue gorgée avant de se lancer à nouveau. Il devait vraiment la prendre pour une folle !


"Alex... c'est le problème, je connais pas mes limites. Si tu savais à quel point c'est le bazar dans ma tête ! Je sais pas ce que je suis censée te dire. J'adore les moments passaient avec toi, je pense tout le temps à toi et tu me manques surement plus que tu ne devrais. Mais je suis pas assez courageuse pour te dire que..."

La jeune femme soupira et sentit les larmes lui monter aux yeux, ce n'était pas du tout prévu de pleurer, sauf que là c'était une surcharge émotive qui se traduisait par des larmes. Elle se tourna complètement vers la mer avant de continuer sa phrase, la voix tremblante et sans aucune assurance.

"Que je suis peut être en train de tomber amoureuse et que je sais pas comment faire..."

Après une seconde et une main essuyant le plus discrètement possible le coin de son oeil droit, Clary osa lever les yeux vers Alex, se sentant toute petite, toute fragile et complètement bête d'avoir dit une chose pareille. Elle ne savait même pas pourquoi elle avait dit tout ça. Mais maintenant que c'était fait, au moins elle serait fixée et c'en était presque un soulagement.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Lun 21 Mar - 11:16


« All I want for Christmas »
Alexandre & Clarissa
Passer du temps avec Clary relevait toujours de la grande épreuve. Elle n'était pas comme toutes ces filles, c'était la seule certitude constante. Elle était rafraîchissante avec son petit côté naïf absolument adorable. Elle était désarçonnante avec sa timidité à toute épreuve. Elle était charmante avec la maladresse que causait toujours ma présence à ses côtés. Pour un tas de raisons, j'adorais réellement passer du temps avec elle, même si j'étais sans arrêt sous pression, en équilibre instable. Notre relation me semblait parfois précaire, capable de s'effondrer dès que je deviendrais … Moi. Je me connaissais par cœur. J'étais un séducteur, un charmeur, et surtout un prédateur. La jolie blonde était une proie fragile et délicate prise dans mon piège et j'avais peur de la blesser, sans pour autant vouloir la libérer. J'agissais en égoïste en continuant de graviter autour d'elle, j'en étais bien plus que conscient. Mais parfois, c'était ce qu'elle disait ou faisait qui balayait mes certitudes d'un coup de vent, me rendant vulnérable, approchant mes failles de l'évidence, et je me sentais régulièrement incapable d'agir correctement pour elle. Elle ne devrait jamais se retrouver confrontée à celui que je pouvais devenir quand l'alcool m'échauffait le sang ou lorsque je faisais face à un fragment de mon passé. Cet homme impulsif, sanguin, violent … Elle ne devrait jamais le rencontrer, pourtant il était plus que partie intégrante de mon caractère. Je le savais, et ça me faisait peur pour elle. Je pourrais la briser comme une brindille. Il me suffirait d'un geste ou, plus certainement, d'un mot. Clarissa n'avait pas cette assurance que j'aimais et exploitais chez les femmes, au contraire même, et j'avais cette tendance à blesser ceux qui m'entouraient lorsque ça n'allait pas. Les mots étaient bien pires que les coups. Seulement, j'étais dépendant d'elle, simplement, et je n'avais plus du tout la force de m'éloigner d'elle, pas même pour son propre bien. J'avais quelque chose d'un fumier sur les bords.

Mais j'avais besoin d'elle. Je ne savais ni comment ni pourquoi, mais cette fille douce et timide avait capturé mon cœur. Elle m'avait réduit à ses désirs, et si elle me repoussait, presque à coup sûr, elle me tuerait. Elle tuerait celui que j'étais devenu depuis que j'étais sorti de Paris. Oui, sûrement elle me renverrait sans le vouloir à mes vieux travers, à ma vie de bagarre dans le quartier du Vieux Saint Antoine. Elle ne le ferait pas par méchanceté, mais ça risquait d'être ma réponse. Pour cette raison, j'essayais d'être celui dont elle aurait besoin, d'être assez bien pour m'offrir une place à ses côtés, pour longtemps, et surtout, je profitais autant que possible de sa présence à mes côtés. Par exemple, en passant mon bras autour d'elle, l'attirant contre moi, réduisant l'espace entre nous. J'avais besoin de son contact, vraiment. Cependant, j'évitais de poser mon regard sur elle en le faisant, feignant le geste instinctif et tâchant de ne pas la mettre mal à l'aise. Je savais que déjà ce contact plus étroit allait lui demander réflexion, et ajouter à ça mon regard glacé sur elle ne serait sûrement pas la meilleure des choses. Pourtant mon délicat sourire était bien présent sur mes lèvres. Et lorsque finalement la demoiselle passa elle aussi un bras autour de moi, un lent frisson de plaisir remonta le long de mon dos. C'était exactement la réaction que j'attendais d'elle et, en marchant, la tenant contre moi, je ne pus m'empêcher de la regarder en coin. Doucement, mon sourire s'étira ridiculement. Oui, parfaitement. J'avais l'air ridicule en mec amoureux. Mais alors carrément, je vous assure !

Pour certaines choses, par contre, je restais égal à moi-même. Comme pour ne pas vouloir la laisser payer les boissons chaudes, par exemple. Et à son air ouvertement réprobateur, je répondis par mon sourire ultra charmeur. C'était déloyal, parce que je savais parfaitement qu'elle n'aurait, elle, rien à y répondre parce que, systématiquement, je lui faisais perdre tous ces moyens par ce biais, mais c'était presque incontrôlable. Définitivement, c'était plus fort que moi. Enfin, ça marchait, au moins. Pas de réprimande pour moi et c'était tant mieux. Je récupérais mon verre de vin chaud et, laissant ma main se glisser dans celle de la demoiselle, je la suivis jusque la digue. Par ce temps clément, la mer était calme, et c'était très agréable à observer. Je m'installais finalement à ses côtés sur le banc, n'attendant pas longtemps avant de goûter le vin chaud. Qui n'était plutôt pas mal, on va dire, malgré le fait que je n'aime pas du tout le vin à la base, chaud ou froid d'ailleurs. C'était bien le seul alcool que je rejetais généralement en bloc. Pour le reste je buvais de tout, avec un net penchant pour le whisky. Mais du whisky chaud, d'un coup, j'avais quand même un doute … Enfin bref. Il y eut bientôt un échange entre cidre et vin, et je réussis à faire rire Clary, histoire de réputation me précédant, tout ça. Un sourire étira mes lèvres à cette réaction. Puis je goûtais le cidre chaud, et pendant ce temps-là, la demoiselle se lança dans un discours, ce qui était assez rare venant d'elle, et elle capta toute mon attention. Le fait était cependant qu'elle fuyait mon regard et, même si je ne comptais pas la couper, lorsqu'elle se tut, ma main, délicatement, passa sous son menton pour attirer son regard vers moi.

J'avais lâché tout ce que je pouvais lui dire sans lui mettre de pression. Mes limites seraient les siennes. Je ne comptais pas la brusquer. Jamais. Mais j'étais tout feu tout flamme, je me connaissais, et j'avais besoin qu'elle me dise jusqu'où j'avais la possibilité d'aller pour ne pas la cramer en même temps que moi. Seulement, face à son attitude, je n'avais pas la sensation de pouvoir lui dire que pour elle je ferais tout, absolument tout, et cela pour la simple raison qu'elle retenait mon cœur captif sans que je ne puisse faire quoi que ce soit pour lui échapper. Son regard fuyant me faisait douter de ce qu'elle allait me dire. J'étais nerveux, terriblement nerveux, et mal assuré. Je pourrais exploser en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Elle me rendait petit à petit fou, à éviter mon regard après ce que je lui avais dit. Le début de sa tirade me rassurait un peu. Que ce soit le bordel, c'était normal, pour moi ça n'était pas limpide non plus, malgré tout. Cependant, son « mais » me fit me lever d'un seul mouvement, le cœur serré, l'angoisse s’immisçant dans chaque cellule de mon être. Qu'est-ce qu'elle allait dire ? Que, pour ces raisons, elle préférait s'éloigner de moi avant que je ne devienne toxique pour elle ? Je n'étais pas fou, je savais quelle réputation j'avais, et quel genre je renvoyais lorsqu'on m'observait. Je savais aussi que je finirais par lui être toxique, c'était dans ma nature, je cramais tout ce qui m'arrivait de bien. Est-ce que je pourrais vraiment lui en vouloir de se protéger de moi ? La réponse était non. Mais ça me briserait assurément. J'étais en souffrance, attendant qu'elle continue. Et la suite de sa tirade explosa dans mon esprit. C'était pour ainsi dire irréalisable et, même lorsqu'elle posa son regard sur moi, j'en restais interdit.

Je m'étais tellement attendu à ce qu'elle me rejette que je me sentais perdu. C'était presque irréalisable et je me détournais d'elle, faisant quelques pas vers la mer, tirant d'une main tremblante mes cheveux en arrière tandis que ce qu'elle avait dit faisait tout doucement son chemin jusque mon cerveau. C'était une révélation et, une fois qu'elle commença à démêler les nœuds complexes de mes pensées, je fis demi-tour, retournant vers Clary. L'expression sur mon visage était difficilement déchiffrable, j'en étais conscient, mais elle ne renvoyait aucune hostilité. Mes doigts entourèrent l'un des poignets de la demoiselle, la tirant vers moi, vers le haut, et lorsqu'elle fut debout, ma main libre passa dans son dos tandis que l'autre quittait son poignet, passant le long de sa mâchoire. Si ces gestes avaient pu paraître vifs, poussés par un instinct ancré profondément en moins et me poussant à l'avoir au plus près de moi, lorsque mes lèvres se posèrent contre les siennes, c'était avec douceur, délicatesse. Un contact léger, furtif, durant lequel un sourire déforma la ligne délicate de mes lèvres, qui glissèrent finalement sur sa joue, s'approchant de son oreille tandis que je la gardais toujours contre moi.

« Pardonne-moi Clary, je n'ai jamais été très doué avec les mots. » J'éloignais juste assez mon visage pour pouvoir poser mon regard glacial dans le sien, tout aussi bleu. « J'ai eu tellement peur que tu préfères t'éloigner de moi … J'aurais pu comprendre, mais ça … » Un frisson glacial courut dans mon dos. « Je ne sais pas si j'aurais pu le supporter. » Mon sourire disparut légèrement et je caressais doucement son visage. « Je veux apprendre à être celui qui te mérite et en qui tu pourras avoir confiance. Je veux apprendre avec toi comment aimer. Ça sera peut-être long et parfois compliqué mais tant que tu me laisseras être à tes côtés, je veux tout faire pour te rendre heureuse. » J'appuyais mon front contre le sien, doucement, goûtant le plaisir de sa proximité. « Depuis que je te connais, tu me donnes un second souffle, un peu d'espoir. Je ne sais pas où on ira tous les deux mais … Je sais que j'ai envie de voir où ça nous mènera, si seulement toi aussi tu en as envie. » Ma voix était un souffle rauque, à des lieues de son habituelle assurance presque nonchalante. Je n'étais pas sûr de moi, pour l'une des rares fois de ma vie. Mais ça c'était l'effet Clary, l'envie fondamentale d'être celui qui la rendrait heureuse, le besoin même. La peur de tout faire foirer une seconde fois, parce que je savais que faire foirer les choses c'était une de mes principales capacités, quand même, et que ça faisait mal d'y penser, au final. Si je foirais tout avec elle … Je ne savais pas ce qu'il me resterait.

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   Ven 25 Mar - 19:12



Tout le monde a droit au bonheur, mais personne n'a le droit de détruire celui des autres.



"All I want for Christmas". Clarissa & Alexandre
Ce genre de terrains glissants, habituellement Clary les évitait. Elle était en tout cas très rarement celle qui débutait un discours, préférant rester discrète et ne pas faire part de ce qu'elle ressentait, sauf que là elle avait ce sentiment, ce ressentiment, qu'il était peut être temps de s'ouvrir un peu. La peur de perdre ce qu'elle avait avec Alex était assez partagée, si elle lui disait ça pourrait le faire fuir, mais en même temps si elle ne lui disait pas ça pourrait créer comme un fossé entre eux. La demoiselle avait donc laissé parler, non sans mal, son coeur. Ce qu'avait dit Alex l'avait rassurée, en quelque sorte, mais ça restait un bazar sans nom dans sa tête, d'ailleurs elle le lui dit, elle lui avoua également ce qu'elle pensait de ce qu'ils vivaient. Elle finit par émettre un "mais" qui eut pour effet de faire lever Alex, Clary l'observa d'un coup d'oeil, elle pouvait sentir la tension émaner du jeune homme et cela ne l'aidait pas des masses, pourtant elle continua, enfin en partie puisqu'elle prit le temps de faire une petite pause, histoire de rassembler son courage. Les larmes aux yeux, elle lança sa petite bombe. Oui elle était amoureuse d'Alex, depuis un moment déjà, mais elle n'avait aucune idée de comment elle devait le lui dire, de ce qu'elle devait faire alors elle avait attendu. Le dire maintenant n'était pas plus facile, mais les circonstances allaient dans ce sens, la soirée était parfaite et elle n'en pouvait plus de garder ça pour elle.

La réaction du jeune homme laissa Clarissa bouche bée. Elle ne s'attendait absolument pas qu'il se détourne d'elle lorsqu'elle lui dirait ses mots. La jeune femme observa Alex, les larmes montant de nouveau. Dans sa tête c'était d'autant plus le bazar, elle n'aurait jamais du se lancer dans ce genre de discussion, elle aurait du garder tout ça pour elle et profiter de leur amitié, des moments passaient à deux... Jamais elle n'aurait du se dévoiler autant, maintenant elle avait l'air totalement ridicule. La fille amoureuse du mauvais mec qui se prend un râteau. Clary finit par baisse la tête et laisser une larme couler sur sa joue avant poser son verre sur le banc et de passer un doigt sous son oeil pour effacer la trace qu'avait laisser la larme. C'était d'autant plus ridicule de pleurer devant le jeune homme alors qu'il s'éloignait d'elle. Une sorte de vide avait envahit sa poitrine et elle inspira un coup avant de relever la tête et de se montrer digne et forte, même si en cet instant elle n'avait qu'une envie : rentrer chez elle et raconter à Cléia la catastrophe qui venait d'avoir lieu.

Clarissa était en train de se demander comment elle allait faire maintenant pour rentrer lorsqu'elle vit Alex revenir vers elle. Incapable de le quitter des yeux, elle le regarda s'approcher et lui prendre le poignet. Pas vraiment contrariante, la demoiselle se leva tout en observant le visage du jeune homme. Elle n'arrivait pas à savoir ce qu'il avait en tête, pourquoi il revenait ainsi vers elle. En un rien de temps elle se retrouva dans ses bras, tout contre lui et elle sentit l'habituel papillonnement dans son ventre. La caresse le long de sa mâchoire la fit frissonner, un frisson de plaisir. Là elle était là ou elle voulait être, là ou elle voulait rester. Dans un réflexe qu'elle ignorait avoir, Clary ferma les yeux lorsque leurs lèvres se collèrent et elle sentit le sourire du jeune homme contre ses lèvres. Il était schyzo ?! Non mais il était parti, là il revenait, elle avait quand même le droit de se poser des questions. La question se perdit dans les tréfonds de ses pensées, son corps était assailli par des informations provenant d'un peu partout. Le contact d'Alex, son odeur, la chaleur de son corps, le gout de ses lèvres... En bientôt sa voix. Le coeur battant la chamade, la demoiselle dut faire un effort pour entendre ce qu'il lui disait. Elle n'était pas douée non plus avec les mots... seulement elle n'était pas douée non plus avec tout le reste, alors que lui savait très bien se faire comprendre, juste avec son corps.

Et enfin il se lança dans une explication. S'éloigner de lui ?! Elle en était bine incapable, préférant succomber à la tentation plutôt que de se raisonner et partir. Et elle comprenait tellement ce qu'il était en train de lui dire, elle même avait eu l'impression qu'un partie d'elle s'était éteinte lorsqu'il s'était détourné, partie tout à fait ranimer et bien vivante à présent. Le contact des doigts sur son visage avait tendance à la déconcentrée, mais un fin sourire apparu sur ses lèvres, elle ne demandait que ça, qu'il la rende heureuse, il avait même le droit de la rendre un peu malheureuse pour peu qu'il se rattrape derrière. Car après tout, elle n'était pas totalement dupe, ils étaient différents et dans ce genre de relation tout ne pourrait pas être rose. Clary sentit le front d'Alex se poser contre le sien et même si la proximité la mettait mal à l'aise, elle se sentait bien là. Rouge pivoine et le regard un peu fuyant quand même, elle écouta la fin du discours du jeune homme, se détendant au fur et à mesure de ses paroles. Et comment ça elle en avait envie ! Elle n'avait pas la moindre idée de ce que tout cela allait donner, mais elle voulait être auprès de lui, elle le voulait lui, c'était indéniable. Doucement elle posa ses lèvres sur celle du jeune homme, avec douceur, tendresse et un peu de maladresse. C'était bien la première fois qu'elle osait faire une chose pareille. Cela ne dura pourtant pas, ses mains posées sur le torse du jeune homme le repoussèrent et elle prit un air sérieux, enfin tenta l'air sérieux car elle avait encore les joues rouges et le regard brillant
.

"Par contre, va falloir que tu changes ce truc de te détourner quand je te dis un truc important sinon je vais pas y survivre ! J'ai cru que j'allait rentrer à pieds..."

Elle avait surtout cru qu'elle l'avait perdu et qu'elle allait devoir se dépêtrer toute seule avec ses sentiments, mais elle n'allait pas lui dire ça comme ça et préféra dédramatiser ce qu'elle avait ressenti en plaisantant. Son sourire d'élargit et tout ne enfonçant les mains dans ses poches pour se donner contenance, elle reprit.

"Et si je me suis lancée dans ce discours, tout à fait foireux, c'est parce que j'en ai envie Lex..."

C'était la première fois qu'elle employait ce surnom et il y avait cette petite inflexion pleine de douceur, de tendresse, elle était capable d'y mettre tout ce qu'elle ressentait pour lui. Mais pour l'instant elle était surtout capable de lui parler, envahir son espace personnel restait assez délicat et elle préférait rester planter là, son regard sur son visage plutôt que faire un truc de travers.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « All I want for Christmas » † Alex & Clary   

Revenir en haut Aller en bas
 

« All I want for Christmas » † Alex & Clary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Le monde :: — Un monde bien plus vaste-