Partagez | 
 

 A la sortie de l'école - Cléia & Valentin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4157
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 24


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: A la sortie de l'école - Cléia & Valentin   Lun 7 Déc - 18:37



“Depuis tout petit, je sais une chose : que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres.”



« A la sortie de l'école ». Valentin & Cléia
Cléia était passée dans l'heure du midi, d'ailleurs Val se demanda comment elle avait pu arriver jusqu'au garage à cause du bruit du moteur. Le jeune homme n'avait pas mis longtemps avant de s'apercevoir qu'il s'agissait de la courroie distribution. Ce n'était pas le bout du monde, il en avait changé des tas déjà, seulement il y avait eu un souci technique : pas de courroie en réserve. Et ça c'était plutôt la merde parce que Clé ne pouvait pas rouler comme ça. Valentin avait vu avec son oncle, parce que normalement c'était lui qui faisait les stocks, mais pas moyens d'en avoir une avant quelques jours... Et forcément, comme ils n'étaient qu'un petit garage, pas de voiture de prêt. Valentin s'était gentiment proposé pour ramener Cléia à la fac et pour aller la chercher à la fin des cours. Il devait travailler jusque dans la soirée, mais tant pis, il ferait le travail un peu plus tard, quitte à revenir après avoir ramené Clé chez elle. Il avait donc quitté son post pour reconduire la jeune femme à la fac et était reparti travailler le reste de l'après midi.

Quand Valentin se gara sur le parking de la fac, il était presque propre, il avait enfilé un jean noir, un t-shirt rouge et un pull gris. Bon par contre ses mains gardaient de grandes traces noires, mais même en les ayant lavées 3 fois, il savait qu'il n'arriverait à rien s'il ne mettait pas le bon produit. Ayant quelques minutes d'avance, Val sortit de sa voiture et alluma une cigarette, appuyé sur le capot, il observait les étudiants. Il n'avait pas vraiment connu les joies des cours puisque depuis bien longtemps il avait quitté les bancs de l'école pour parcourir les rues ou la route avec Gaël... Au moins il avait du boulot maintenant. C'était pas toujours facile, mais ça rapportait de l'argent et il faisait quelque chose qui le passionnait. La mécanique était son truc, et il s'en sortait aussi bine avec une voiture qu'avec une moto entre les mains, ce qui était quand même assez rare pour un mécano. Seulement voilà, il avait appris sur le tas et il n'avait jamais dit non à un boulot pouvant lui ramener de l'argent. Val, ne regrettait pas de ne pas avoir fait de grandes études, de toute façon il se savait incapable de rester assis durant des heures entière à écouter quelqu'un parler. Il se sentait nettement mieux dans le garage, sous une voiture ou le nez dans le moteur. Il avait besoin de bouger et puis il savait que son boulot aider tout le monde, alors il n'avait pas de raison à chercher un peu de fierté ailleurs.

Le jeune homme vit bientôt un petit groupe d'étudiant sortir par une porte, c'était drôle de les voir sortir comme ça. Il avait l'impression d'avoir à faire à des proies qui devront se séparer mais qui ne sont pas encore prêtes... Oui, lui se sentait plus comme un prédateur, mais parmi les proies il y avait Cléia et il était prêt à faire une multitude d'efforts pour qu'elle ne se sente pas comme une proie mais bel et bien comme une égale. Val se redressa et jeta son mégot un peu plus loin, glissant les mains dans ses poches. Clé' ne semblait pas très pressée et surtout prise dans une grande conversation ce qui amusa beaucoup le jeune homme au point de faire apparaître son demi sourire en coin. Elle en avait des choses à dire ! Et dire que maintenant elle lui parlait autant, c'était quand même pas gagné au début, si elle lui adressait deux mots c'était un miracle. Il ne doutait pas qu'elle ne le remarque, déjà parce qui'l n'y avait plus trente six milles voitures et que de toute façon sa tête dépassée largement des toits, il attendit donc qu'elle ne le rejoigne, suivant son trajet des yeux. Une fois qu'elle fut à portée de voix c'est avec amusement qu'il s'adressa à elle.


"Princesse, votre carrosse est avancé, un peu vieux et usé le carrosse, mais il roule"

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5083
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 21
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: A la sortie de l'école - Cléia & Valentin   Lun 7 Déc - 21:13


« A la sortie de l'école »
Cléia & Valentin
Première matinée d'examen ? Done. C'était terriblement compliqué cette histoire, mais bon sang, ça faisait un bien fou d'en être sortie ! Surtout que ça ne c'était pas si mal passé que ça, au final, même si j'en avais eu une galère terrible. J'aurais pu tomber sur quelque chose de vachement pire quand même. Brrr que cette phrase est terrible ! Enfin voilà, j'avais terminé vers midi moins le quart, et comme promis j'allais passer au garage, déjà pour voir Val, parce qu'avec mes révisions je ne l'avais pas vu beaucoup depuis quelques temps, et ensuite parce que ma voiture avait l'air de royalement rendre l'âme, ce qui était assez flippant. J'étais juste passée acheter deux sandwichs et deux beignets pour le dessert avant de rejoindre le brun à son travail.

Bon, bien sûr je m'étais un peu faite houspiller pour avoir roulé avec une voiture en état de décès dans le genre, mais bon d'un autre côté je n'avais pas pu faire autrement. Mais là d'un autre côté je n'avais pas non plus le choix, ma voiture restait en plan au garage tant qu'elle ne sera pas réparée, et Val s'était proposé pour être mon chauffeur jusqu'à ce que je récupère ma voiture. C'était à la fois avec plaisir, parce qu'on passerait un peu de temps ensemble, mais aussi un peu embêtant, parce qu'il allait devoir changer ses heures de travail pour moi et ça, ça m'embêtait un peu quand même. Mais bon, je n'allais pas rechigner pour autant, surtout que c'était vraiment adorable de sa part de se proposer. C'est ainsi qu'après avoir mangé ensemble, dans la joie et la bonne humeur, que Val m'avait déposé à l'université pour que je puisse retourner en examen, et il avait prévu de revenir me chercher à la fin de mon épreuve, c'était à dire dix-sept heures. J'avais bien dit que je pourrais prendre le bus de ville pour rentrer, mais il avait insisté pour venir lui-même, et au final je n'avais pas trop lutté contre ça, trop contente de le voir et de profiter d'un moment avec lui avant ce week-end. C'était long quand même, vraiment !

L'épreuve de l'après-midi se passa comme une lettre à la poste, pour le coup, et c'était super agréable et reboostant. Bon, j'avais quand même fini juste à la fin de l'épreuve parce que je m'étais vraiment mise à fond sur l'épreuve mais au final j'étais super contente de moi et c'était le principal ! En sortant, on avait été tout un petit groupe, et on avait un peu parlé de l'épreuve du jour, et principalement de celles de demain. Puis on avait passé les portes et rencontré le froid piquant, en parlant plutôt de tout et de rien, et c'était très bien. Même si je ne comptais pas traîner trop longtemps parce que je savais que j'étais attendue, je ne pouvais pas me sauver comme une voleuse. Mais bon le parking commençait à se vider, même si ça ne faisait pas cinq minutes qu'on papotait. Puis finalement une copine eut un sourire très caractéristique en se tournant vers nous toutes, pour nous demander si on savait qui était le mec canon qui attendait près des voitures. Je jetais un coup d'œil dans la direction indiquée, avisant Val, et un sourire apparut sur mes lèvres tandis que je saluais tout le monde avant de me diriger vers le jeune homme, un petit sourire naissant progressivement à mes lèvres et un rire léger m'échappa tandis que j'arrivais juste à son niveau.

« Eh bien, l'important c'est qu'il roule ! Et que le chauffeur ne manque pas de charme. »

Un sourire en coin, presque timide, étira mes lèvres. Bien sûr, mes joues virèrent légèrement au rouge, enfin, c'était une habitude, quoi. Mais ça commençait à aller mieux, petit à petit. Remarquez ça aurait difficilement pu être pire ! Je laissais finalement glisser mon sac au sol, histoire de plus facilement me hisser sur le pointe des pieds pour embrasser Val. C'était tout nouveau, ça, mais il fallait le dire, je ne savais pas trop où on s'en allait, tous les deux. Et je n'étais pas spécialement sûre que lui le sache mieux que moi. Mais bon, ce qui était sûr, c'était qu'on y allait, du moins on essayait. Je posais finalement une main sur son bras, un petit sourire en coin très mignon sur les lèvres.

« Ça va ? T'as bien bossé cette après-midi ? »

Très important de le demander ! Pour ne surtout pas avoir l'air de fanfaronner avec mon examen réussi - même s'il me soutenait à fond - si jamais sa demie-journée n'avait pas été très bonne, surtout que je savais qu'il y retournait après, et que ça, c'était quand même super moyen pour lui quoi. Mais bon pour le moment je voulais profiter à deux cents pour cent de notre petit moment, si court soit-il.

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4157
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 24


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: A la sortie de l'école - Cléia & Valentin   Mar 8 Déc - 13:48



“Depuis tout petit, je sais une chose : que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres.”



« A la sortie de l'école ». Valentin & Cléia
Attendre sur le parking devant la fac était assez amusant. Déjà parce que c'était la première fois que Val mettait les pieds à la fac et qu'il n'avait jamais pensé s'approcher autant d'un tel lieu, et ensuite parce que voir les petits jeunes sortir, et certains moins jeune aussi, c'était drôle. Il y en avait des pressé, de grands bavards et puis les solitaires... Il y avait vraiment une diversité de personnes, presque autant que sur un circuit de moto ! Il y avait quand même nettement moins de fils à papa à la fac... Parce que des fois dans les écuries... c'était une catastrophe le nombre de coureurs qui avait une moto du tonnerre grâce à l'argent de papa... Enfin là n'était pas la question, il attendit patiemment, sa cigarette aux lèvres, l'arrivée de Cléia. Il savait qu'elle avait encore été en épreuve et espérait qu'elle ait réussi. Parce qu'elle le méritait avec le travail qu'elle avait fourni et parce que c'était elle. Ca n'avait aucun sens et même pour lui s'était assez flou, mais c'était ainsi. Pas de prise de tête, il devait déjà bien trop faire attention à ce qu'il disait ou faisait avec Clé, alors pas la peine de se monter le bourrichon pour le reste, même s'il était question de sentiments.

Enfin il vit le groupe d'étudiants sortir et il aperçut Cléia parmi eux. Il l'observa de loin, amusait par son comportement avec les autres. Elle était nettement moins farouche que lorsqu'ils s'étaient rencontrés et en quelque sorte s'était rassurant. Surtout pour elle, ça ne devait pas être drôle de craindre le monde. Val s'était donc redressait à l'arrivée de la jeune femme, après avoir jeté son mégot, et lança sa petite phrase avec le sourire. Sa voiture était assez loin du carrosse, il le savait, mais avec sa dernière acquisition, il n'était pas près de changer de voiture... La réponse de la demoiselle le fit rire. En effet elle roulait et pour ce qui était du chauffeur... il faisait de son mieux, même si en ce moment le charme était quelque peu rompu avec les traces noires sur ses mains et sa tenue quelque peu... banale. Val' finit par avoir un grand sourire qui peu à peu devint un peu plus fin, plus charmeur.


"Si le chauffeur a du charme tout va bien alors..."

Clé s'approcha enfin du jeune homme et il la regarda déposer son sac au sol avant de venir l'embrasser. Il se pencha sans rechigner afin que leurs lèvres ne se frôlent. Il avait appris à laisser Clé venir à lui plutôt que lui aller vers elle. C'était quelque peu contre nature chez lui, s'il s'écoutait il la prendrait dans ses bras et l'embrasserait un peu plus passionnément. Mais son but n'étant pas de la faire fuir, loin de là, il se contenta de ce baiser et de sa main dans son dos. Et pas trop bas s'il vous plait ! Son regard vert ce posa sur le visage rond de Clé'. Elle avait ce petit sourire à croquer, et elle semblait nettement plus détendue que lorsqu'il l'avait déposé, ça avait du bien se passer son épreuve. Sauf qu'elle ne le lui disait pas, préférant lui demander comment c'était déroulée son après midi. Ce n'est qu'après avoir passé une main dans ses cheveux courts que Val' ne répondit, le tout en haussant les épaules.

"Comme tous les après midi au garage tu sais... en ce moment c'est plutôt des problèmes de batteries ou des changements de pneus avec les vacances qui vont arriver... Alors rien de bien passionnant. Et toi alors ? A quel point t'as réussi ?"

Val se pencha pour récupérer le sac de Clé et lui vola un bisou au passage avant de lui indiquer la portière, ils pouvaient tout aussi bien continuer de discuter au chaud dans la voiture. Parce que là le parking se vidait et ils allaient se retrouver comme deux imbéciles gelés. Le jeune homme ouvrit sa portière et déposa le sac de Cléia à l'arrière avant de se mettre au volant. Il regrettait presque de devoir retourner au garage après, mais il avait promis aux clients que leurs voitures seraient prêtes pour le lendemain et avec le temps passé avec Clé, il allait devoir rallonger sa journée. Mais au moins il avait eu le plaisir de la voir en dehors du week end sans que ça ne soit une galère sans nom pour trouver un bon moment.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5083
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 21
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: A la sortie de l'école - Cléia & Valentin   Mer 9 Déc - 22:38


« A la sortie de l'école »
Cléia & Valentin
Bien sûr, qu'il avait du charme, le chauffeur ! C'était peut-être bien la raison pour laquelle je m'étais laissée apprivoiser, soyons honnête. Non parce que bon, même s'il n'avait jamais rien fait pour m'effrayer, Val n'était pas tout à fait le genre d'homme auquel j'étais sensée m'attacher avec mon caractère et mon passé. Mais bon, après, le cœur a ses raisons que la raison ignore, aussi. Toujours est-il que nous deux, c'était relativement récent, et plutôt pas mal casse-gueule dans le genre - surtout pour lui, le pauvre, fallait réussir à trouver mon mode d'emploi et même moi j'étais incapable de l'aider avec ça, je ne l'avais pas ... - mais bon, pour le moment ça ne marchait plutôt pas mal du tout. Je commençais à réussir à être beaucoup plus détendue avec le jeune homme, et même à le taquiner un peu, et c'était vraiment tout neuf ça, surtout que d'habitude c'était plutôt de lui que ça venait systématiquement et que du coup je me faisais malmener un peu. J'eus un simple sourire en coin à sa réponse. Si pour lui tout allait bien ...

Ce que j'appréciais particulièrement, tout de même, c'était ce petit truc tout simple que Val avait pris ; me laisser venir. C'était carrément moins flippant, pour être honnête, et puis voilà, moi, j'avais envie d'aller vers lui, mais surtout pas de finir piégée. Là par exemple j'avais juste eu à m'approcher et à me grandir un peu pour qu'il se penche, et un petit bisou comme ça, c'était vraiment, mais alors vraiment agréable, tout comme de se sentir protégée dans les bras de son homme, sans non plus être totalement bloquée. En me reculant, malgré mon sourire, je fronçais le nez, le regard planté dans celui du jeune homme.

« Tu sais quoi ? Le chauffeur aurait encore plus de charme s'il sentait moins la cigarette. »

Franchement, c'était quelque chose que je détestais, et j'avais déjà du en faire l'allusion à une ou deux reprises au moins, mais bon ... Il avait la tête dure, quand même, le toulousain, mais bon ... ça je le savais depuis un bon moment, quand même. Enfin, je lui avais demandé comment s'était passée sa journée, enfin son après-midi plutôt, parce que je savais que ce n'était pas toujours tout rose au garage, et puis que bon, moi, je ne comptais pas l'écraser avec ma composition de biochimie qui n'aurait jamais pu mieux se passer qu'aujourd'hui. Bon et visiblement l'aprem de Val ne s'était pas plus mal passée qu'une autre, ce qui était quand même bien, même si bon, il n'avait pas l'air de surkiffer ses occupations du jour. Puis un véritable sourire étira mes lèvres lorsqu'il me demanda comment s'était passée mon épreuve, sauf que voilà, avant que je n'ai le temps de lui répondre, il me vola un baiser, ce qui me fit rire, tout simplement. Non mais en même temps ... Voilà quoi, je montais finalement dans la voiture, un sourire aux lèvres, mettant ma ceinture, avant de me tourner vers Val.

« Mon épreuve bah ... Tu vois super bien ? Encore mieux. » Un vrai sourire étira mes lèvres. « Tu finis tard, ce soir ? »

Tandis qu'il se mettait en route, je regardais par la fenêtre, observant le défilement du paysage, et puis aussi les quelques étudiants piétons qui se rendaient vers leurs logements, songeant que Val et moi n'avions pas pu passer tout à fait inaperçus, à l'université, et qu'on allait sûrement me demander des comptes. Ce qui serait assez drôle, je pense. Et puis bon, je faisais bien ce que je voulais. Mais ça risquait d'être assez drôle si Solène se rappelait de Val le jour de notre rencontre ...  

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4157
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 24


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: A la sortie de l'école - Cléia & Valentin   Mer 9 Déc - 23:15



“Depuis tout petit, je sais une chose : que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres.”



« A la sortie de l'école ». Valentin & Cléia
Ce n'était pas spécialement du genre de Val' de douter de ses charmes, mais il aimait entendre ce genre de choses, surtout venant de Cléia. Bon nombre de femmes lui avait dit, ou tout du moins fait comprendre, qu'il n'était pas moche, plutôt bien foutu et qu'en effet il avait du charme. Pour le charme, c'était naturel... Pour le reste, ça restait un certain travail, même si depuis quelques temps c'était un travail qu'il faisait directement au garage car il faisait pas mal d'heures et que le soir, quand il rentrait, le sport n'était pas vraiment sa priorité. Il passait le plus clair de son temps à porter des tas d'objets plus ou moins lourds, à être couché sous une voiture si le pont était occupé, ou alors penché au dessus d'un moteur. Le sport se réduisait donc en ce moment à quelques moments de motivation dans la semaine et à ce qu'il faisait au garage. Mais c'était une sorte d'entretien, il ne perdait pas en masse et restait donc bien bâti. Et même s'il aimait plaire, Val' gardait sa carrure par plaisir et non pour plaire. Il n'y avait, depuis quelques temps, qu'une personne à qui il voulait plaire et elle se trouvait à présent à ses côtés. Alors que demander de plus ?

Un baiser plus tard et il avait droit aux reproches. Il sentait la cigarette... et ce n'était pas la première fois qu'elle lui faisait la remarque, mais c'était plus fort que lui, dans les moments d'attente il s'en grillait une, ça avait toujours été comme ça. Et même si Clé le lui avait déjà dit, il avait tendance à oublier qu'elle n'appréciait pas ça. Pas qu'il ne l'écoute pas, juste que c'était tellement naturel chez lui de fumer qu'il en oubliait que ça pouvait déranger certaines personnes. Et puis il faisait des efforts depuis plusieurs mois, il fumait beaucoup moins, sans pour autant réussir à arrêter. Il n'arrivait pas à trouver la volonté de stopper. Alors il se prenait des réflexions de la part de Clé et le plus souvent sa seule répartie était son sourire en coin, charmeur au possible. Il n'avait aucune excuse et le savait, alors pas la peine d'épiloguer sur le sujet... Et puis Cléia ne semblait pas réellement lui en vouloir, donc ce n'était pas si grave que ça. Ils en arrivèrent à discuter de la journée de Val, enfin de son après midi plutôt banale au garage. Il y avait des moments comme ça ou c'était assez monotone et en ce moment c'était le cas. Mais monotone ne voulait pas dire sans taf...

Val n'attendit pas la réponse de la demoiselle avant d'attraper son sac et de lui voler un baiser. Il n'avait pas l'intention de rester planter là, alors en avant ! Une fois installé au volant, il alluma le moteur et prit la direction de l'académie. Clé venait de lui confirmer ce qu'il pensait, elle avait cartonné dans son épreuve. Et il ne était très content pour elle. Cette fille avait tout pour elle, l'intelligence, la beauté et ce petit truc en plus qu'était sa réserve. Elle avait tout pour réussir et avoir le job qu'elle souhaitait et là ou elle le voulait. Val' n'avait pas eu vraiment cette chance, même s'il n'était pas mal loti par rapport à ses résultats scolaires. Sauf que tous les deux avaient fait en sorte d'arriver là ou ils étaient... même si le fait qu'il soit ensemble soit quelque peu étrange, il fallait le dire. Mais il faisait des efforts pour ne pas la brusquer et même si c'était très loin d'être ce à quoi il était habitué, il trouvait que ses efforts payés. Cléia était plus à l'aise avec lui et même s'il devait contrôler chaque geste, il la voyait évoluer et il se disait qu'il y était un peu pour quelque chose. C'était assez gratifiant, même s'il ne faisait pas du tout cela pour ça. Il le faisait... et bien tout d'abord parce qu'elle l'avait intriguée et qu'à présent il tenait à elle...

Mais revenons plutôt à la discussion, la demoiselle lui demanda s'il finissait tard. Val' quitta la route des yeux pour les poser sur Cléia. Il ne devait déjà pas finir de bonne heure, mais avec les allers-retours et le coup d'oeil jeter à sa voiture ne l'aidait pas. Il ne regrettait pas de le faire, loin de là même, seulement il savait qu'il avait des responsabilités envers ses clients et il était hors de question de les décevoir, sinon ça serait des clients en moins et donc de l'argent en moins... Valentin reposa son regard sur la route et haussa des épaules
.

"Pas avant 21 heure je pense... Ça dépend de comment j'avance en fait. Tu penseras à moi quand tu seras dans le fin fond de ton lit, bien au chaud."

Petit regard vers Clé, clin d'oeil et sourire en coin. Il y avait de grandes chances que Clé se soit couchée au moment ou il allait rentrer. C'était la séparation qu'il y avait entre la vie estudiantine de Cléia et sa vie de mécano dans un petit garage de la ville. La route passa rapidement, et pourtant Val' n'avait même pas trop appuyé sur l'accélérateur, il commençait à faire noir et il savait que c'était un moment assez traître et il n'avait aucune envie de faire le zouave en mettant sa vie et surtout celle de la demoiselle en jeu. Il se gara dans la cour de l'académie et coupa le moteur. Dans quelques temps il allait devoir quitter l'enceinte de l'académie pour aller vivre en ville. Cette idée lui plaisait, mais il n'allait pas avoir l'occasion de croiser Cléia au détour d'un couloir ou dans la cour. C'était dommage. Le toulousain descendit de la voiture et récupéra le sac de la jeune femme au passage. Il rejoignit Clé et glissa sa main dans la sienne sans pour autant la serrer comme un forcené. Direction son appartement avant les aux revoir. Tout en marchant il reprit leur discussion.

"Alors, quoi de beau au programme ce soir ?"

Il ouvrit la porte du bâtiment, laissant passer la demoiselle et continua de parler tout en montant les étages qui les séparaient du studio de Cléia. Ce n'était pas vraiment avec plaisir qu'il allait la laisser chez elle toute seule, mais il n'avait pas le choix. Il n'allait quand même pas l'embarquer avec lui au garage pour son petit plaisir personnel...

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5083
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 21
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: A la sortie de l'école - Cléia & Valentin   Lun 14 Déc - 23:04


« A la sortie de l'école »
Cléia & Valentin
C'était tout de même plaisant, que Val soit venu me récupérer à la sortie des cours. J'aurais pu prendre le bus pour rentrer, c'était certain, et puis après tout, il n'y avait pas beaucoup de route à faire et puis c'était tout simple, mais ce qui était sûr c'était que rien ne valait la compagnie du jeune homme, à mes yeux. Même si d'un autre côté je savais qu'il avait du laisser son travail en plan pour venir. Enfin, je me disais qu'au final ça ne devait pas plus le déranger que ça, plus qu'il s'était proposé, et avait même un peu insisté puisque mon premier réflexe avait été de refuser la proposition. Mais j'avais finalement accepté, et de bonnes grâces même, plutôt contente à l'idée de passer un peu de temps avec lui avant le week-end. Il fallait le dire, avec ma semaine d'examens et donc les quelques révisions de dernière minute qui subsistaient tout de même, et les horaires du mécano au garage, nous n'avions strictement aucune chance de nous voir avant le week-end. Enfin, les vacances arrivaient heureusement à grands pas pour moi, et à partir de ce moment-là ça serait de toute façon beaucoup plus simple pour nous de passer du temps ensemble, puisque le seul paramètre vraiment important à prendre en compte serait le taf de Val, et que ça, on pourrait faire avec, et il ne nous faudrait qu'un soupçon de bonne volonté. J'étais d'avance ravie de profiter un peu plus de lui.

Mais déjà profiter qu'il soit venu me chercher c'était très bien, surtout que vu comme mon épreuve s'était bien passée, j'étais d'excellente humeur, et surtout, dans d'excellentes dispositions. Autant dire que je ne m'étais pas faite prier pour l'embrasser, même si je n'avais tout de même pas sur me retenir d'une petite critique sur cette odeur de cigarette que je n'appréciais pas du tout – mais à laquelle je commençais à m'habituer malgré tout – pour finalement parler de l'après-midi de Val et, un baiser volé plus tard, monter en voiture pour lui expliquer à quel point mon épreuve s'était merveilleusement magnifiquement parfaitement trop bien passée. J'étais vraiment ravie de ce résultat, il fallait l'avouer. Mais bon, il n'y avait pas besoin de s'appesantir dessus pendant quinze jours pour autant, parce qu'il y avait des choses bien plus importantes à mon goût, comme par exemple de savoir à quelle heure finirait le toulousain ce soir, à cause de tous ces décalages d'heures qu'il avait du faire à cause de moi. Et puis bon si j'avais bien compris d'avance il ne comptait pas vraiment ses heures le soir alors … Je fis une petite moue à sa réponse. Ça faisait quand même vraiment tard tout ça, même si vu sa tête ça n'avait pas l'air de plus le déranger que ça. Mais moi ça me dérangeait, parce que c'était en partie ma faute, il fallait l'avouer.

« Désolée de te faire faire des heures supp' ... » Je posais mon regard sur son visage, avant de passer une main dans mes cheveux, un sourire légèrement espiègle étirant progressivement mes lèvres. « J'ai pas besoin de ça pour penser à toi, tu sais ... »

Finalement, l'académie s'était profilée très vite, trop vite à mon goût, et ce n'était pas du fait du chauffeur, mais uniquement de la courte distance entre Horse Beautiful, qui très bientôt ne s'appellerait plus ainsi et changerait du tout au tout, et l'université. Val se gara finalement dans la cour, et je songeais avec un léger pincement au cœur qu'il allait bientôt déménager. Même s'il ne partait pas bien loin, puisqu'Etretat restait une relativement petit ville, il ne serait plus aussi près de chez moi qu'avant. Enfin, il n'avait pas trop le choix d'un autre côté, et on verrait bien ce que ça donnerait, de toute façon. Je ne voyais pas trop ce que ça pourrait changer entre nous, à part l'habitude de se croiser au détour d'une allée de temps en temps, mais bon, ça ne risquait pas de nous être fatal, au moins. Étouffant un petit soupir, je sortis de la voiture, fermant la portière avant de glisser ma main dans celle d'un jeune homme avec un sourire, me rapprochant de lui avec plaisir. Ce genre de petit contact n'avait plus grand chose de dérangeant pour moi, et c'était déjà un superbe pas en avant qui ne devait pas déplaire au jeune homme, parce que bon, c'était un petit rien, mais ça prouvait aussi que je commençais vraiment à lui faire confiance, et ça il ne le devait qu'à son comportement avec moi. En fait, on commençait à trouver notre terrain d'entente, et c'était de plus en plus facile entre nous. Il en restait, du chemin à parcourir, mais bon … c'était déjà mieux que rien. On avait donc pris la direction de mon studio, sans pour autant trop se presser, enfin en tous cas moi je n'étais absolument pas pressée de le voir partir, et lorsqu'il me demanda mon programme du soir, un sourire étira mes lèvres.

« Révisions, série, au lit. Rien d'exceptionnel quoi, surtout pas avec la journée de demain qui s'annonce longue et chargée. »

J'eus une petite mimique mignonne à souhaits. Je n'avais pas besoin d'une confirmation pour savoir que pour Valentin, sa soirée se résumerait à souper et à aller se coucher, en gros. Qu'il l'avoue ou non, il avait une petite mine, et puis il n'allait pas rentrer de bonne heure alors c'était plutôt normal mine de rien. Enfin, trop vite, la porte de mon studio se profila, et un petit soupir triste franchit mes lèvres. Je n'avais vraiment aucune envie qu'il s'en aille, mais c'était purement égoïste de ma part. Je me tournais finalement vers lui, une main toujours nichée dans la sienne, essuyant plus par réflexe qu'autre chose une trace grisâtre sur son visage de l'autre.

« Encore merci pour aujourd'hui. J'ai réussi à m'arranger pour demain, pour éviter de te déranger dans ton travail. » J'eus un petit sourire tout doux. « J'ai aucune envie que tu partes, mais je m'en voudrais si tu devais finir vraiment tard à cause de moi … Tu m'envoies un message quand t'as fini ? »

Je me hissais finalement sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur ses lèvres, parce que j'en avais fichtrement envie.

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4157
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 24


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: A la sortie de l'école - Cléia & Valentin   Jeu 17 Déc - 22:56



“Depuis tout petit, je sais une chose : que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres.”



« A la sortie de l'école ». Valentin & Cléia
Ils étaient à présents en voiture et Val' roulait en direction de l'académie. S'il avait pu, il aurait déposé Clé, peut être même qu'il l'aurait invitée chez lui juste pour boire un verre avant qu'elle ne retourne à ses révisions et ensuite il se serait pris une longue douche chaude. Au lieu de cela, il allait devoir laisser la jeune femme devant sa porte et retourner dans le froid du garage afin de terminer son boulot. Etre mécano était un travail passionnant, mais ne travaillant dans la famille, c'était également un travail prenant. Et Valentin savait que s'il voulait que la boutique tourne suffisamment pour garder des employés, il devait faire du bon boulot et assez vite. Le toulousain dévoila donc à Cléia l'heure à laquelle il pensait finir, et 21h ça allait encore, des fois il restait au garage bien plus longtemps pour un problème qu'il n'arrivait pas à résoudre. La demoiselle s'excusa de le retarder ainsi, mais ce n'était pas un problème. Déjà, de toute façon il savait qu'il n'allait pas finir de bonne heure depuis son réveil, et ensuite ça valait le coup de pouvoir passer du temps avec elle, même si derrière il devait travailler plus tard. Val haussa négligemment les épaules. Les heures sup' c'était son quotidien, alors un peu plus ou un peu moins...

Cléia ajouta néanmoins qu'elle n'avait pas besoin de le savoir au garage alors qu'elle était au chaud pour penser à lui. Cette petite phrase tira un sourire mi-amusé, mi-satisfait à Val. Il aimait l'entendre de dire de telles choses, c'était quand même, et encourageant, et agréable. Cléia n'était pas tout à fait le genre de filles qu'il avait pris pour habitude de côtoyer, c'était même tout l'opposer, et il devait prendre tellement de précaution et tellement réfléchir quand il était avec elle, qu'une simple phrase de ce genre, qu'un simple bisou comme elle avait pu le faire, lui donnait envie de continuer. Il n'avait jamais encore franchi de limite avec la demoiselle, de toute façon, il sentait très vite s'il s'en approchait trop et si ce n'était pas le cas, Clé' était du genre à lui dire non. Ce qui était assez nouveau, mais ne faisait qu'augmenter le plaisir de petits gestes simples. Ils arrivèrent rapidement à l'académie et une fois tous deux sortis du véhicule, la brunette vint glisser sa main dans la sienne et se colla presque à lui. Val avait appris à la laisser venir, et ce n'était jamais lui qui disait non pour un peu plus de contact. Ils prirent le chemin du bâtiment et tout en marchant, le toulousain interrogea Clé sur le programme de sa soirée. Il avait compris depuis un moment que la vie d'étudiant était assez studieuse et que Clé passait pas mal de temps à bosser, même si elle s'accordait des pauses régulières. La demoiselle lui répondit donc que ça serait une soirée assez banale, principalement parce qu'elle était encore en examen le lendemain. Val' serra doucement la main de Clé et posa son regard vert sur elle en souriant
.

"Il faut bien que tu bosses un peu non ?"

C'était une petite taquinerie. Bien sur qu'il savait qu'elle bossait, mais ce n'était pas vraiment le même genre de travail que lui pouvait fournir. C'était nettement plus intellectuel. Leurs pas les menèrent très vite devant la porte du studio de Cléia et la demoiselle se tourna vers lui, sa main vint caresser son visage et il n'eut aucun doute sur le fait qu'elle ait trouvé une trace quelconque et qu'elle essayait de la faire partir. Val l'observa et son sourire s'effaça un peu lorsqu'elle lui dit qu'elle s'était arrangée pour le lendemain. Il n'avait pas spécialement envie que quelqu'un ne prenne sa place. Et puis il aimait bien faire la route avec Cléia, ça lui permettait de la voir et de faire une pause dans son travail. Mais bon, il n'allait pas se vexer pour ça...Surtout qu'elle ajouta qui lui fit retrouver le sourire. Elle était tellement adorable ! Valentin diminua la distance qui séparait leurs lèvres et pour une fois il posa ses doigts sous le menton de la demoiselle avant de déposer trois baisers successifs sur les lèvres de la demoiselle, restant un peu plus longtemps sur le dernier, sans pour autant la forcer à quoi que ce soit. Il se recula ensuite de quelques centimètres et caressa les lèvres de la jeune femme de son pouce.

"Je ne finis pas tard à cause de toi mais parce que je donne des délais très courts aux clients. Et puis j'aime bien faire des pauses comme ça"

Son regard pétillant était rivé dans celui de Clé et s'est avec le sourire qu'il se recula et laissa tomber sa main le long de son corps.

"Et oui, je t'envoie un message quand j'ai fini. Bonne soirée Princesse"

Val se pencha pour embrasser la demoiselle et il ajouta un autre bisou sur le bout de son nez avant de faire demi-tour et de lacher la main de la jeune femme pour retourner au boulot. Là, il n'en avait absolument pas envie, mais le devoir l'appelait et peut être qu'ils auraient la chance de se voir un peu plus ce week end. Au pire ils allaient continuer de communiquer par message. Avant de quitter le couloir, Val jeta un dernier coup d'oeil à la porte du studio de Clé et soupira. Maintenant il allait devoir se concentrer sur tout autre chose.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: A la sortie de l'école - Cléia & Valentin   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la sortie de l'école - Cléia & Valentin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Archives :: « Horse Beautiful » Forum version 1 :: Archives "RPG" :: Rp's divers-