Partagez | 
 

 « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'   Mar 1 Sep - 11:02


« On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. C'est comme l'amour en fin de compte. Les grands circuits sont les mêmes pour tous. Mais chacun peut y préférer, ici ou là, sa petite chapelle. » † J.-C. Carrière
Grégoire & Elliana
Fin de la saison d'été. Et c'était d'ailleurs bien marqué. Etretat semblait s'être vidée de toute sa belle vie estivale dans la journée. Il fallait le dire, on était le dernier samedi d'août, et la soirée avait été exceptionnellement calme. Minuit, et le bar était désert. Il avait eu une superbe affluence tout l'été, affichant plein à craquer. Les soirées avaient été douces et agréables. Tout en musique et sans grandes dégénérations. Et puis, je connaissais bien l'effet grand vide du dernier soir de la saison. Il existait aussi à Morzine. Entre les locaux qui rentraient à peine de vacances et les voyageurs qui devaient rester chez eux, les seuls à avoir encore la tête à être dans un bar étaient tout bonnement et simplement les staffs de bar. N'empêche, on allait pouvoir fermer plus tôt. Oui, on, car même si l'affluence était au minimum ce soir et que tout le monde n'avait pas bossé, ma petite saisonnière était au rendez-vous. J'étais d'ailleurs en train de finir de nettoyer une table en l'observant du coin de l'œil balayer derrière le bar. Franchement, c'était tellement le désert, à L'Edelweiss qu'on pouvait se le permettre. Quand je vous dis plus un client, c'est plus un client, quoi. Enfin, ça nous permettait au moins de remettre un coup d'ordre pas trop tard ... Histoire de rentrer plus tôt que d'habitude et si l'établissement était en état, d'arriver un peu plus tard demain matin. Un peu de repos, voilà qui ne serait pas du luxe. Mais avant ça, il fallait finir, et surtout rentrer. Je n'étais pas spécialement motivé à quitter de suite mon petit bout de paradis, mais je ne pouvais pas pour autant imposer à la jeune fille de rester. N'empêche, il fallait un peu parler de cette saison qu'elle avait accomplie. J'avais été assez avare de compliments, pourtant elle avait été extra. Il était temps de s'asseoir et de parler un peu. Je tirais finalement une table pour libérer l'espace du vieux canapé rouge avant de le tirer un peu plus au milieu de la pièce. Voilà, ça c'était beaucoup mieux. La table basse qui allait avec le rejoignit rapidement, ainsi que ma guitare, parce que j'avais vraiment envie de gratter un peu. Ça me manquait, je n'avais pas eu trop de temps pour jouer pendant les vacances d'été, qui avaient été tout sauf des vacances pour moi. Je rejoignis finalement le bar.

« Arrête donc d'astiquer ce bar, tu vas l'user à force ! » C'était une petite plaisanterie, dite avec un joli sourire, et un petit clin d'œil amusé. « Vas plutôt t'asseoir, il faut qu'on parle un peu avant que je ne te libère ! »

Dans l'intervalle de temps, j'avais sorti deux verres propres, histoire de préparer deux mojitos. Le rhum était mon petit péché mignon, et le mojito celui d'Elli', alors ça nous allait parfaitement à tous les deux, ce genre de boissons ! Et puis ça allait vite à faire et ça se dosait à la perfection à force de le faire. Tout était dans l'habitude et le coup de main, je vous assure. Et ça, ma petite saisonnière commençait à l'avoir. C'était bien dommage qu'elle retourne à l'école et que ses études allaient lui avaler tout son temps, parce que dans son genre elle était relativement douée niveau travail au bar. Et pour le relationnel client elle n'avait définitivement pas le moindre souci, et c'était vraiment bien. Dynamisme et bonne humeur, le cocktail détonnant. C'était aussi exactement ce que j'attendais de mon équipe, et c'était agréable de ne pas avoir à le rappeler. Non pas que j'ai des têtes de con sous mes ordres, loin de là, mais bon, quand même, des fois il y avait les humeurs et les mauvaises nouvelles qui pouvaient influer, alors franchement c'était bien aussi de ne pas avoir à faire de petit rappel du genre « Ce qui se passe hors d'ici reste dehors. ». Après c'était moi qui passais pour la tête de con de compétition dans cette histoire. Je pris finalement les deux boissons sur un plateau, ajoutant un petit ramequin de cochonneries à manger plus par gourmandise que par habitude, avant de rejoindre Elliana. Je posais finalement le plateau sur la table basse avant de littéralement me laisser tomber dans le fauteuil. J'étais et je restais généralement un grand gamin en dehors du travail. J'eus finalement un sourire de chat.

« Règle numéro 1 ; on ne boit rien sur notre lieu de travail. » J'attrapais finalement un verre pour le passer à la demoiselle, m'emparant finalement du second. « Règle numéro 2 ; quand le patron te propose de faire une entorse à la règle numéro 1 ; il vaut mieux ne pas refuser. »

Je lui servis un des clins d'œil dont j'avais le secret avant de goûter mon mojito, histoire de vérifier que j'avais toujours la main. Et c'était plus que satisfaisant. En même temps ça faisait quand même partie de mes fétiches et de ceux que je réalisais le plus souvent alors … Heureusement pour moi que je savais toujours aussi bien le réaliser, sinon j'allais littéralement faire s'écrouler la boutique. Je reposais finalement mon verre, attrapant plutôt ma guitare que je calais contre moi, plaçant finalement mes doigts pour quelques accords. Tout en commençant à jouer, mon regard se posa sur la jeune femme.

« Alors, qu'est-ce que tu as pensé de cette saison d'été ici ? »

J'étais relativement sérieux, non sans l'ombre d'un sourire tout de même. Je ne voulais pas non plus lui faire croire que j'allais lui tomber dessus d'ici trente secondes, parce que si j'attendais d'entendre son avis sur comment elle avait vécu le travail, ce n'était pas vraiment pour lui faire des reproches derrière, bien au contraire. Il n'y avait rien à déclarer dans le négatif, alors bon, je pouvais arrêter de jouer ma tête de con de patron quand même !

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'   Jeu 3 Sep - 0:18



Qui que l’on soit au fond de nous, nous ne sommes jugés que d’après nos actes.



: "On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes." Elliana & Greg
Les vacances d'été étaient passées à une vitesse folle. Pour commencer ça n'avait pas été de véritables vacances pluisqu'Elli avait très vite passé un entretient d'embauche dans le nouveau bar de la ville. La jeune femme n'avait aucune expérience en tant que serveuse dans un bar, mais elle n'était pas bête et elle avait pu mettre en avant sa capacité d'adaptation en disant qu'elle avait travaillé plus d'un an dans les écuries de l'académie sans avoir de passé dans le monde de l'équitation. Et puis elle n'était quand même pas bête, elle avait de l'avance dans ses études et avait réussi avec brio dans son année de médecin, elle serait donc capable d'apprendre vite. Pour ce qui était du contact humain, le patron de l'Edelweiss avait eu un très net aperçu de ses compétences de communication lors de la soirée d'ouverture du bar. Elliana n'était pas farouche du tout, elle avait montré sa joie de vivre, sa bonne humeur, son aisance en compagnie de personne inconnue, elle n'avait plus qu'à prouver qu'elle était capable de retenue avec les clients. Parce que oui, déconner c'était bien, mais ça restait un travail et les clients du bar n'étaient pas là pour se taper la discute avec la serveuse trop bavarde et extravertie. Bref, Elli avait du se mettre en avant pour avoir se travail et dévoiler ses qualités et ses défauts. Même si avouons le, elle n'avait pas énormément de défauts pour se travail.

Donc à peine son année de médecine terminée, Elliana débuta son boulot de serveuse dans le bar de Grégoire. Elle avait quand même la chance d'être sortie plus d'une fois et de savoir comment ça se passe, sans oublier que son demi-frère était serveur en boite de nuit et son ex barman également en boite de nuit... Elle avait donc eu de quoi observer avant d'arriver à l'Edel'. Après quelques petites règles énoncées et les consignes données, Elli avait fait son travail, mémorisant les commandes et les tables comme une chef, gardant le sourire et le petit mot qui faisait plaisir. Elle était lumineuse dans son travail et le contact lui plaisait vraiment. En même temps elle venait de passer pratiquement neuf mois sans grands contacts humains à part pour les cours. Se changer les idées comme ça, suivre des conversations à droite et à gauche, lui faisait le plus grand bien. On pouvait presque croire que ce boulot était fait pour elle, mais la jeune femme était un peu plus ambitieuse, elle était entrée en médecine afin de poursuivre ensuite dans la filière maïeutique. Elle aurait pu choisir l'option gynécologue/obstétricien, mais ce n'était pas vraiment ce qui l'intéressait, elle préférait la relation avec la future maman et le bébé, donner naissance et tout cela avec moins de pression qu'un médecin, même si son travail restait largement aussi important auprès des parents et des bébés. Et si Elli travaillait pendant ses vacances scolaires c'était bien pour pouvoir continuer de vivre sans être trop sous la tutelle de ses parents, elle avait goûté à la liberté pendant un an et demi et elle avait un peu de mal à se faire à l'idée d'être de nouveau sous la coupe parentale. D'ailleurs la demoiselle serait même partante pour un job étudiante dans le bar de Greg à l'année afin de gagner un peu d'argent et ne pas avoir à demander à maman ou papa pour quelque chose.

Toujours était-il que pour l'instant c'était fin de saison et que les touristes avaient déserté la petite ville d'Etretat. Elli avait profité de ses presque trois mois de boulot dans le bar pour faire le plein de contact humain et cela même si elle avait du quitter son poste quelques jours en juillet pour une formation aux premiers secours et ensuite une semaine en août pour son stage avant la rentrée. Bien entendu son cher patron avait été mis au courant dès le départ qu'elle devrait s'absenter à certains moments pour ses études, mais ça n'avait pas empêché Grégoire de l'embaucher. Elliana avait même eu quelques regrets de laisser le bar pendant ses quelques absences car elle appréciait son travail, elle appréciait ses collègues et elle appréciait son patron, même si celui ci n'était pas vraiment tendre avec eux quand il s'agissait de travail. Heureusement pour elle, Elliana était une fille appliquée et il n'y avait vraiment que si elle avait un moment de tête en l'air ou il lui arrivait de rater un truc, mais bon, c'était humain et si elle se faisait remonter les bretelles, elle ne disait rien, sachant que c'était le boulot de Greg qui voulait ça. Comment pourrait-il survivre si ses employés commencent à faire n'importe quoi ?! La blonde avait donc pris un réel plaisir à faire sa saison au bar, ne regrettant qu'à peine le temps passé enfermée plutôt que sur la plage.

Elli en était à son dernier samedi de boulot, son contrat prenait fin en août et ce samedi était le dernier. La soirée avait été calme, très calme même, on pouvait sentir la rentrée approcher à grand pas. La jeune femme avait eu le temps de discuter avec les clients, de plaisanter avec eux alors qu'elle était seule serveuse du jour. Bien sur elle avait prit grand soin de ne faire patienter trop longtemps personne sinon elle savait qu'elle se serait fait rappeler à l'ordre. En tout cas, à minuit l'Edel' était vide et Elli' commença son habituel rangement avant de faire le ménage. Ils étaient rodés pour ce qui était de rangement et ménage, d'habitude ce dernier se faisait le lendemain matin, à la lumière du jour pour voir un peu mieux les dégâts de la veille, mais pour une fois, en finissant aussi tôt, Elli se mit en tête de faire un brin de ménage avant de partir. Elle débuta néanmoins par le reste de vaisselle et replaça les verres à leur place, elle poursuivit par un coup de balais derrière le bar. Il y avait encore un fond de musique et Elliana prenait plaisir à bouger un peu en rythme tout en passant le balais. de toute façon il n'y avait personne à part Greg pour la voir, elle pouvait donc bien avoir l'air ridicule. Pour finir elle alla couper la musique et revint derrière le bar. Elle avait vu son patron bouger quelques meubles et elle se demandait ce qu'il comptait faire, mais elle ne posa pas de question et attrapa une éponge pour nettoyer le bar que Greg avait sali, oui, il fallait le dire, monsieur le barman salissait son bar. La demoiselle n'eut pas vraiment le loisir de terminer sa tache car Greg avait apparemment une idée derrière la tête, Elli l'avait vu avec sa guitare, ce qui était plutôt très rare, et maintenant il s'approchait d'elle. Elle leva la tête et s'appuya sur le comptoir quand il lui demanda d'arrêter d'astiquer le meuble et d'aller s'asseoir à la place. Elle ne put s'empêcher de rétorquer avec amusement
.

"Si Monsieur le barman ne salissait pas autant le bar, je n'aurai pas à user ledit bar."

Son sourire s'élargit et elle regarda le jeune homme sortir verre et de quoi faire un mojito. Et oui, Elli connaissait à présent pas mal de cocktail, et Greg devait même ignorait qu'elle en connaissait plus que ce qu'il lui avait montré. Elliana l'élève studieuse n'avait pas pu s'empêcher de chercher quelques recettes par ci par là et elle avait une excellente mémoire. Mais là n'était pas la question, la blondinette déposa son éponge et s'appuya sur le bar, les bras croisés. Elle posa son regard émeraude sur le visage de Greg et soupira amusée avant de se décider à aller s'asseoir là ou le jeune homme avait fait quelques changements. Là elle put souffler un peu, parce que l'air de rien, même une soirée cool, ça restait fatiguant, surtout après toute une saison passée. Du coin de l'oeil elle observa son patron à l'oeuvre et attendit sagement qu'il revienne. C'était pas lui qui ne voulait pas que ses employés ne boivent durant les heures de services ? Il fit donc son apparition avec son plateau rempli des deux verres et de quelques trucs à manger. Ah bah s'il la prenait par les sentiments comme ça aussi ! Mojito plus à manger, il n'en fallait pas plus à miss Elli. Gourmande ? Bine entendu ! Elle savait qu'elle n'avait qu'une vie et elle n'avait aucune envie de se priver de quoi que ce soit, surtout pas lorsqu'il était question de nourriture. Greg se jeta dans le fauteuil, c'était littéralement ça, ce qui eu pour effet de faire sourire Elli de plus belle. Il fallait dire qu'elle n'avait pas trop d'allure non plus étalée dans son canapé comme une larve agonisante. Elle dut néanmoins se redresser afin d'attraper le verre qu'on lui tendait, son regard toujours posé sur le jeune homme. Ce patron était un numéro à lui tout seul quand même ! Il avait deux facettes, mais aucune des deux n'était désagréable, au contraire même. Un rire léger s'échappa de ses lèvres lorsqu'il lui parla de la règle numéro deux et elle leva son verre avec son beau sourire éclatant avant de boire une gorgée. Elle reposa ensuite son verre sur la table basse et attrapa quelques petites choses à manger avant de s'étaler de nouveau tout en écoutant les premiers accords. Elli haussa légèrement un sourcil lorsqu'il lui demanda son avis sur la saison. C'était une question piège ou il était juste curieux de savoir ?! Dans tous les cas la demoiselle n'allait pas lui cacher si quelque chose n'allait pas, elle n'était pas de ce genre.

"Et bien c'était particulièrement enrichissant, j'ai appris à faire des cocktails et à différencier la bière blonde de l'ambrée ou de la brune, même si je n'apprécie que la rosée... Sérieusement, je regrette presque de devoir retourner en cours, mais les bébés ne peuvent pas attendre."

C'était avec un certain amusement qu'elle avait répondu, il lui fallait un peu plus de sérieux encore pour commencer à l'être également. Surtout que pour être honnête, elle se trouvait seulement face à Greg, sans l'équipe derrière et qu'elle trouvait qu'elle n'avait plus à faire d'efforts pour se tenir. Ils s'étaient quand même rencontrés alors qu'elle était cliente et ils avaient passé assez de temps ensemble pour qu'il sache quel genre de caractère il avait en face de lui. Mais même si Elli gardait son sourire amusé, elle était on ne peut plus sérieuse quand elle lui disait qu'elle regrettait de quitter le bar. Elle avait passé de super moments et avait rencontré des gens géniaux. Seulement, maintenant qu'elle avait trouvé sa voie, elle ne pouvait revenir en arrière, déjà parce que ce n'était pas son genre et surtout parce que sinon elle se ferait littéralement tuée par ses parents, enfin sa mère. La blonde se redressa et attrapa son verre.

"Et toi, t'en as pensé quoi de ma saison ici ? J'ai pas été trop mauvaise ? Pour ma défense avant que tu me répondes... tu m'as quand même lâchement abandonnée pendant plusieurs jours tout ça parce que t'as voulu faire le malin avec ton parachute... c'était pas fair play de ta part de me lâcher comme ça avec les fauves."

En effet, ma pauvre Ellichette s'était retrouvée un peu seule avec une partie de l'équipe pendant quelques jours après l'accident de parachute du patron. Cela ne faisait pas très longtemps qu'elle était là, et elle avait fait de son mieux, surtout que mine de rien, elle était quand même inquiète pour la santé du malheureux Greg, et s'en était pas trop mal sortie. Heureusement quand même qu'il y avait une bonne équipée à l'Edel' ! En tout cas maintenant Elli se permettait d'en rigolait, il n'était pas mort, pas gravement blessé, alors elle se donnait le droit d'en plaisanter. mais derrière toutes ses petites piques et plaisanteries, elle était quand même réellement curieuse de savoir ce que Greg pensait, il ne lui avait pas dit grand chose, mais comme il ne passait pas non plus son temps sur son dos à l'enguirlander, c'était que ça devait aller... Deuxième gorgée de mojito quand même après toutes ses bêtises, il était vachement bon.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'   Mar 8 Sep - 22:08


« On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. C'est comme l'amour en fin de compte. Les grands circuits sont les mêmes pour tous. Mais chacun peut y préférer, ici ou là, sa petite chapelle. » † J.-C. Carrière
Grégoire & Elliana
Cette soirée qui touchait à sa fin s'était déroulée dans la joie et la bonne humeur, et il n'y avait pas eu à se presser pour les quelques clients présents. Le service s'était fait dans le calme et la décontraction sans pour autant que qui que ce soit ne doive attendre. Autant dire que c'était vraiment une très bonne chose, c'était largement autre chose que le rush estival qui m'avait épuisé pour le reste de la saison. Je prévoyais quelques jours de fermeture en octobre, histoire de partir du côté de chez mes parents faire un peu de randonnée en montagne avant la saison du ski, voire un peu d'escalade ou de rafting à quelques kilomètres de là. Ça serait du repos façon Grégoire Carpentier, ça, c'était sûr et certain. En tous cas, en attendant, la soirée était finie, un peu comme la saison. Après la rentrée scolaire, on aurait peut-être encore une ou deux bons week-ends, mais pas tout de suite, et là ça ne serait qu'une histoire de météo. Donc en fait pour faire le bilan d'une saison on pouvait se baser sur la période qui venait de finir, et c'était très positif. Si tout se passait bien, mon bar aurait un bilan positif en fin d'année, ce qui était une très bonne chose, et surtout un très bon signe pour l'avenir, parce qu'il y aurait des crédits à rembourser d'ici quelques temps. Eh oui, un établissement pareil, même avec des fonds prévus d'avance pour l'ouvrir, ça avait demandé des crédits. Enfin bref, même si la saison m'avait plutôt fatigué, je n'en tirais que du positif. Une équipe au top et motivée, des clients au rendez-vous, une ambiance qui s'était affirmée et qui s'était faite connaître, quelques artistes locaux qui étaient de belles révélations – des perles, même – et surtout une expérience humaine telle que je l'avais imaginée. J'avais suivi la voie de mon père, et j'avais quand même douté d'atteindre ce que je voulais attendre. En si peu de temps c'était superbe, et j'étais vraiment fier de ce que j'avais accompli, avec le soutien de mes proches et le travail de mon équipe, bien sûr. Je n'avais pas été seul, et il fallait l'avouer, heureusement que tout ce petit monde avait gravité autour de moi pour me tirer parfois vers le haut.

Bref, là il n'y avait plus qu'Elliana, ma saisonnière, et moi dans le bar. On l'avait fait tourner à deux toute la soirée, et maintenant qu'il s'était vidé, on s'attaquait à la remise en ordre. De quoi commencer un peu plus tard demain. Pendant que je m'occupais de la salle de manière consciencieuse, Elli', elle, s'occupait du bar tout en dansant. Par moments, je m'arrêtais de travailler pour la regarder faire avec amusement, avant de reprendre mon coup de balai où j'en étais, ou de continuer à déplacer mes meubles comme je l'entendais. J'avais une idée derrière la tête, et c'était le moment rêvé. De la tranquillité, c'était tout ce qu'il nous faudrait pour débriefer sur la saison d'été qu'elle venait de passer en temps qu'employée dans mon bar. Et il fallait le dire, si j'étais généralement quelqu'un d'excellente composition et avec le sourire, je pouvais me montrer intraitable sur le travail et surtout de très appliqué dans ce que je faisais. Je n'étais pas un patron facile, au contraire même, et j'en étais tout à fait conscient.Certains de mes amis n'avaient jamais compris cette différence entre mon attitude dans la vie de tous les jours et mon attitude au travail, mais c'était assez simple. Je n'étais pas seul au travail, donc pas le seul à pouvoir faire une bavure. Il fallait que mes employés soient irréprochables pour donner la meilleure image de l'établissement possible, et ce n'était pas en rigolant tout le temps que j'obtiendrais leur respect. Par contre si je faisais une connerie j'assumais et je ne leur retombais pas dessus, parce qu'il fallait que chacun prenne ses responsabilités et moi le premier. Bon j'assumais surtout d'être intraitable et d'avoir tendance à radoter pour pas grand chose, mais bon, on ne me referait pas ! Enfin bref, pour le moment c'était plutôt la bonne humeur quand même, et une fois les choses installées comme je le voulais et ma partie de travail achevée, je me dirigeais vers mon bar, hélant au passage Elli' pour qu'elle cesse d'astiquer le bar de cette façon, sinon elle allait le faire disparaître, pfiou, plus rien, à force ! Sa réponse me fit néanmoins rire d'un rire franc avant que je ne la bouscule gentiment en appuyant mon ordre d'un coup de menton vers le fauteuil. Non mais, c'était qui le patron ?

« Et c'est que mademoiselle se permet aussi de critiquer ! Non mais faut bien que je travaille quand même ! Et il me semble que la mousse qu'il reste vient d'une bière qu'une charmante demoiselle a oublié de surveiller en la servant, non ? »

Bon d'accord là je n'assumais pas mon bordel, mais d'un autre côté elle avait eu un raté de bière, alors bon, camembert ! Bon et puis surtout le bar allait de nouveau servir alors ça ne servait pas trop de le nettoyer puisque je comptais recommencer à préparer au moins deux cocktails alors bon connaissant ma capacité à dégueulasser mon plan de travail en moins de trente secondes … N'empêche que le mojito je savais le faire les yeux fermés, ou plutôt en veillant du coin de l'œil à ce que la blondinette obtempèrent. Non mais bon, elle aimait plutôt bien me contredire quand on n'était plus vraiment en service comme maintenant. C'était un peu une seconde nature chez elle, mais depuis notre rencontre je savais qu'elle était taquine. Mes fesses s'en souvenaient parfaitement ! Enfin bref, ce fut rapidement prêt et servi, et je m'étais laissé tombé comme une masse dans le canapé. Je n'avais strictement aucune classe, là, il fallait bien l'avouer ! J'attrapais finalement mon verre, pour commencer à le siroter doucement, avant de prendre ma guitare et de papoter tout en accordant les premières notes. Et pour ça, j'étais obligé de m'asseoir correctement ! Sinon demain j'allais être bloqué du dos comme ça n'était même pas permis, et franchement loin de moi cette idée bien médiocre. Je finis par poser ma vraie question, et ça sur un ton sérieux. Enfin pas grave non plus mais quand même, on débriefait de trois mois de travail avec des points positifs et des points négatifs, alors ça n'était pas tout à fait anodin. Même s'il fallait avouer qu'à part chipoter je ne pouvais pas reprocher grand-chose à la demoiselle. Pour une novice, elle avait été excellente, même ! Et d'après ce qu'elle disait elle avait eu un bon ressenti. Je ne pus m'empêcher d'avoir un sourire en coin.

« Tu pourras toujours revenir nous prêter main-forte quand tu auras des vacances … Je risque de m'ennuyer sans toi ! »

Et ses petites boulettes à faire dire « oups ! ». Il y avait parfois eu des accrochages pour me faire rire, mais c'était plus généralement le naturel de la demoiselle et son caractère de petit pitre qui me faisait sourire d'amusement même si j'essayais généralement de garder un peu de sérieux. Enfin, ce qui était vrai c'était qu'elle s'était faite une place dans la boutique et que ça allait faire vide sans elle. Heureusement que le reste de l'équipe était au top et puis que la saison allait se calmer nettement, sinon j'aurais fini par me demander comment je ferais sans elle ! Parce que bon il fallait quand même positiver un peu, j'allais la croiser de nouveau, déjà parce qu'elle aurait ordre de venir décompresser ici dès qu'elle pourrait, et ensuite parce qu'on vivait au même endroit alors si avec ça on ne se croisait pas de temps en temps ça n'étais pas normal ! Puis ce que la demoiselle ajouta me fit tourner la tête vers elle, avant que je ne rate un accord à cause de ce qu'elle venait de rappeler. Je pinçais donc les lèvres en me reconcentrant, parce qu'il était inadmissible que je me laisse distraire de la sorte, et puis j'attendis qu'elle ait fini de parler avant de soupirer et de répondre.

« Pauvre petite Elli' abandonnée ! Franchement, ça se voit que t'as été traumatisée par cet événement, t'ose même plus te foutre de moi ! » Je lui servis ma petite moue idéale avec ce genre de réplique. « Honnêtement et objectivement, si tous les saisonniers te ressemblaient, je crois que les patrons auraient beaucoup moins de cheveux blancs ! Si tu veux aller bosser à la montagne cet hiver, je t'envoie direct chez mon père, juste pour le plaisir de l'entendre dire 'Mais Greg, où est-ce que t'as trouvé une perle pareille ?' ! » Avec l'accent de chez moi, le vrai, celui que mon père, l'enfant du pays qui n'avait pas assez quitté sa montagne, avait. « J'ai rien à te reprocher, enfin pas plus qu'aux autres en tous cas, et j'ai passé d'excellents moments en ta compagnie. Ça fait du bien de pouvoir se reposer sur tous les membres de l'équipe, et tu vas vraiment laisser un vide ici à cause de ton petit caractère. »

Qu'est-ce que je pouvais dire de plus ? C'était vrai, et puis bon pour le reste j'étais pas trop du genre grand sentimental non plus, ni larmoyant, je n'aimais pas ça parce que ça me rendait vraiment mal à l'aise, alors je faisais au plus simple, mais bon ça se sentait que j'avais vraiment apprécié sa présence non ? Parce que c'était carrément le cas, elle avait une aide précieuse toute la saison, et surtout j'avais pu me reposer sur elle autant que sur les réguliers, et c'était quand même assez rarement le cas, du moins quand le saisonnier n'était pas du métier avant d'entrer là. J'eus finalement un sourire de chat, signifiant parfaitement la sortie du sérieux. J'avais quelque chose pour elle avant qu'elle parte, et ça n'avait absolument rien de sérieux.

« J'ai quelque chose à te faire écouter. Ça s'appelle Sweet Darling, ça a été écrit sur le piano de mon meilleur ami à six heures du matin avec deux grammes dans chaque œil, et si t'écoutes bien tu va comprendre pourquoi c'est cette chanson que j'ai choisie pour toi … »

Oh qu'il était beau ce sourire que je lui montrais en commençant à introduire le rythme de la chanson. Non, il n'y avait aucun sérieux, c'était un rappel du soir de notre rencontre, et c'était surtout parce que je savais qu'avec elle je pouvais me permettre, ça la ferait rire, ça.

Attention à toi car tes fesses, moi, je n'm'en lasse pas ♫

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'   Dim 13 Sep - 22:47



Qui que l’on soit au fond de nous, nous ne sommes jugés que d’après nos actes.



: "On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes." Elliana & Greg
L'avantage d'une soirée aussi cool c'était quand même de pouvoir commencer le rangement et le nettoyage de bonne heure et donc pouvoir espérer dormir un peu plus le lendemain matin. Pas qu'Elli ne soit une adepte de la grasse matinée, mais elle savait qu'elle allait reprendre les cours d'ici peu et l'idée d'avoir des journées un peu plus tranquilles avant le rush de l'année scolaire, elle n'était pas contre. Parce que même si cette seconde année serait moins éprouvante mentalement parlant, Elli ne comptait pas se reposer sur ses lauriers et abaisser sa quantité de travail juste parce qu'elle n'était plus en PACES. De toute façon, tout le monde lui avait dit que la première année était difficile, mais que la suite n'était pas forcément plus simple, c'était juste que les techniques pour apprendre et retenir acquises, cela pouvait paraître légèrement plus facile. Bref, tout ça pour dire que la demoiselle appréciait cette fin de saison car elle pourrait surement prendre un peu de repos. Après tout, elle n'avait pas eu de vacances, et même si elle l'avait choisi, Elli commençait à ressentir une certaine fatigue, qui elle était plutôt physique.

Toute à son nettoyage, Elliana ne se demanda pas vraiment qui pouvait l'observer et fit ce qu'elle avait à faire en dansant et sautillant, comme à son habitude. La jeune femme était rarement, voire jamais de mauvaise humeur, elle avait ce truc de toujours sourire, de rire pour un rien et de faire des choses un peu loufoques. Mais personne ne s'en était plaint et puis, elle savait se tenir quand même pendant ses heures de travail avec les clients. Elle était polie, souriante, parfois elle lançait deux trois trucs drôles, mais elle n'abusait jamais, préférant laisser les gens à leur soirée. Le balai passé derrière le bar, elle s'attaqua au nettoyage du bar, car même s'il n'y avait pas eu des tonnes de monde dans la soirée, le bar avait servi et ça se voyait. Bien même. Elli était en plein astiquage du plan de travail lorsque son cher patron fit son apparition et bien sur elle ne put s'empêcher de lui répondre. Déjà parce que c'était son genre de répondre et ensuite car elle savait pouvoir se le permettre puisqu'ils n'étaient plus qu'à deux. D'ailleurs Greg ne se vexa même pas, il se contenta de la bousculer en lui rappelant qu'il devait travailler et qu'en plus de ça, c'était elle qui avait eu un accident de bière. Oui bon pour ce dernier point Elli plaisait coupable, elle était en train de discuter avec une cliente qui lui demandait son avis sur deux cocktails différents, partie dans ses explications, la blonde ne s'était rendue compte que trop tard que le verre était plus que plein... Ça pouvait arriver même aux meilleurs non ? Sa seule réponse fut donc un léger tirage de langue et une grimace l'accompagnant.

Après avoir déposé ce qu'elle avait à la main, Elli rejoignit l'endroit que lui avait indiqué Greg et s'installa comme une mal propre dans le fauteuil. De toute façon ils n'étaient qu'à deux et elle n'avait pas vraiment de dignité à préserver devant son patron. Elle était fatiguée de sa semaine et n'avait pas envie de faire un effort quelconque pour paraître en forme et bien. De toute façon lui aussi avait une tête de fatigué alors... ils en étaient au même point. La demoiselle attendit donc patiemment que Greg ne revienne et elle ne manqua pas de regarder un peu le jeune homme préparer les mojitos. C'était quand même super méga rare qu'il ne fasse ça avec ses employés, enfin pour ce qu'elle en avait vu, peut être qu'il avait fait ça pendant qu'elle était absente. En tout cas elle appréciait la pause. Elle se jeta presque sur son verre, avec plus de retenue quand même, et elle répondit avec son habituelle bonne humeur. Bien sur qu'elle avait apprécié travailler à l'Edel', et elle le pensait vraiment quand elle disait qu'elle regrettait presque de devoir partir. Greg était un bon patron et un mec sympa, droit et surtout avec qui elle pouvait rire, même si quand c'était boulot, c'était boulot. Elli sourit lorsqu'il lui dit qu'elle pourrait passer pendant ses vacances. Et elle ne put s'empêcher de laisser échapper un rire léger lorsqu'il ajouta qu'il allait s'ennuyer sans elle. Mine de rien, il allait aussi lui manquer, ses regards pour la surveiller, ses petits conseils, son rire lors de ses bêtises. Son patron était presque devenu un ami et puis il fallait le dire, toute l'équipe était tout ce qu'elle avait eu pendant les vacances et elle s'était attaché à eux. Ils allaient tous lui manquer
.

"Arrête, je vais vouloir m'arranger pour continuer à bosser le week end ici..."

Et c'était avec une pointe de sérieux qu'elle disait ça. Elle ne savait absolument pas si le travail dans un bar et ses études étaient compatibles, mais en tout cas c'était quelque chose qui pourrait la tenter, enfin pour ça il faudrait qu'on lui propose quelque chose d'envisageable. Mais pour le moment ce n'était pas vraiment la question, Elli préférait savoir si son patron était satisfait d'elle. Bien entendu, elle ne pouvait pas le demander simplement, elle dut ajouter ce petit souvenir de l'accident du jeune homme, celui qui aurait pu lui coûter la vie. Quand elle mentionna cet incident, elle put constater la petite moue qu'il fit, mais elle continua. Ce n'était pas se faute à elle s'il était un peu suicidaire sur les bords... Et la réponse ne se fit pas vraiment attendre. Elle dévoila ses dents dans un magnifique sourire tout en reprenant quelque chose à manger. Ce n'était tellement pas son genre de se moquer de lui franchement ! Et quand Greg lui dit tout le bien qu'il pensait d'elle, elle sentit une petite pointe de fierté. Elle avait travaillé pour ne pas avoir l'air de traîner et puis la partie sociale ce n'était pas le plus compliqué pour elle. Par contre l'accent que prit le jeune homme la fit beaucoup rire. Elle se radossa à son fauteuil tout en continuant de l'écouter avec le sourire. Il n'oublia pas de mentionner son caractère d'andouille blonde, ce qui la fit rire de nouveau.

"Tu veux déjà me présenter à ton père... c'est un peu rapide monsieur ! Et puis tu sais ou mon caractère et moi habitons, si tu t'ennuies t'auras qu'à frapper à ma porte, on sera ravi de faire une pause"

Petit clin d'oeil amusé avant de récupérer son verre et de boire une bonne gorgée. Ca se buvait comme du petit lait tout ça, par contre elle avait intérêt à être prudente en rentrant, parce que ça serait dommage de perdre son permis pour avoir passer du bon temps avec son futur ex boss. Elle garda pourtant son verre en main et s'appuya de nouveau au dossier du fauteuil, son regard vert émeraude posé sur Greg qui avait toujours sa guitare sur lui. Il eut ce sourire de fin de service, ou d'avant service, celui qu'il avait quand il n'était pas très sérieux, ou en tout cas pas ne mode boulot. Elli l'observa donc pendant qu'il lui donnait les explications sur la chanson qu'il s'apprêtait à interpréter. Elle eut cette petite moue de curiosité, bah il allait quand même lui chanter une chanson et il ne l'avait pas choisie par hasard alors elle pouvait bien être curieuse. Enfin il débuta et très vite Elli ne put retenir son rire. En effet elle comprenait pourquoi il avait choisi cette chanson. Et puis les paroles en soit... il avait du talent le Greg, enfin pour ce qu'elle s'y connaissait en musique. Quand il termina, elle applaudit bruyamment en sifflant.

"Je ne sais pas si je dois être plus surprise par les paroles ou par le fait que tu chantes comme un dieu... Et je pense que tes fesses devraient quitter l'arrière du bar pour passer un peu plus sur le devant de la scène."

Et ce n'était pas de la flatterie en lui disant ça, elle pensait vraiment qu'il devait quitter un peu son bar pour mettre un peu d'ambiance pendant une soirée.Il avait du talent et en plus de ça c'était une chanson originale, rien avoir avec les reprises de certains qui passaient. Après avoir fait tournoyer son verre entre ses doigts et avoir pris une gorgée de mojito, Elli releva la tête avec son sourire de celle qui a une idée derrière la tête, elle se leva et disparut un instant derrière le bar. Quand elle revint elle avait l'agenda de l'Edelweiss et elle le posa sur la table devant Greg avant de s'installer sur le bord du canapé juste à coté du jeune homme et lui tendit un crayon en souriant.

"Allez, je veux que ton nom apparaisse sur ton agenda ! Et choisis une date ou je pourrais être là, ça serait pas mal, je pourrais même te remplacer si tu trouves personne..."

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'   Lun 21 Sep - 11:03


« On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. C'est comme l'amour en fin de compte. Les grands circuits sont les mêmes pour tous. Mais chacun peut y préférer, ici ou là, sa petite chapelle. » † J.-C. Carrière
Grégoire & Elliana
Elli' était quand même un sacré cas qui ne manquait pas de me faire rire. D'un autre côté, c'était comme ça que c'était agréable. Alors tout à notre début de rangement, j'avais fini par la chasser derrière le bar, non sans essuyer une petite rebuffade comme elle les adorait. Bon, d'un côté on ne travaillait plus alors je m'en fichais bien, pour le coup. Par contre s'il y avait encore eu des clients … pas sûr que je l'aurais pris avec autant d'amusement. Enfin en fait ça dépendait carrément de quel genre de clients se trouvaient là, mais soit. En tous cas, j'avais fini par la chasser vers le fauteuil, parce qu'il n'y avait pas à chiquer, elle avait travaillé ici pendant trois mois, et maintenant c'était l'heure du bilan. Il fallait en passer par là, et plutôt que d'en faire une épreuve désagréable en était assis raides comme des piquets chacun d'un côté du bureau qui me servait pour la paperasse, installé à l'arrière et plus que régulièrement déserté, j'avais décidé de faire ça dans le canapé, avec un mojito et de la guitare en fond sonore. Ça ne servait à rien de prendre une mine grave, pas du tout de circonstance, parce que tout s'était parfaitement bien passé. Sinon ça ferait un moment que j'aurais remis les points sur les i, remarquez. Enfin voilà, j'avais demandé à Elli' ce qu'elle avait pensé de sa période ici, ce qu'elle en tirait éventuellement, et je lui avais finalement répondu ce que moi j'en pensais, c'est à dire que du bien, et ça allait vraiment faire bizarre qu'elle ne soit plus là au bout de trois mois presque non stop ici. Mais bon c'était la vie et elle avait plus d'avenir en faisant des études de médecine qu'en restant dans un bar sans avoir de diplômes adéquates. Il fallait l'avouer, le métier de serveuse ne serait pas éternel. Si patron de bar ça ne dépendait pas vraiment de l'âge mais plutôt de la motivation, on privilégiait les jeunes au service, et puis le travail jusqu'à deux heures et la vie de famille étaient difficilement conciliables pour une femme. Donc un jour ou l'autre elle voudrait changer de voie, et dans ce cas-là mieux valait avoir un solide bagage de diplômes en poche. Enfin bref, je m'égare. Ce que la jeune femme ajouta me fit sourire en coin.

« Ah ça je ne dis pas non ! Mais tu devrais quand même te consacrer à tes études, médecine c'est le bagne quand même, je m'en voudrais si tu te plantais cette année parce que tu bosses ici plutôt que de réviser. »

Et c'était vrai. C'était égoïste de vouloir la faire bosser ici aux dépens de ses études, parce que bon ce n'était pas comme si elle avait choisi la plus simple des formations, non plus, ou alors une formation dans laquelle son métier de saisonnière pouvait lui apporter quoi que ce soit. Non franchement la médecine n'avait rien à voir avec servir dans un bar, même en commençant à me creuser les méninges pour trouver des points communs. Ou alors j'étais complètement con mais là j'avais quand même un très gros doute, sans vouloir me surestimer. Enfin voilà. Je réussis finalement à la faire rire avec mon accent de montagnard, et je la comprenais. Bon, pour moi c'était naturel et ça ne me faisait pas rire … Et puis je n'avais pas trop d'accent parce que ma mère avait un français à peine accentué – et là c'était l'accent anglais, en prime – alors j'avais pris une diction presque parisienne en ayant grandi à Morzine, mais c'était vrai que les accents français avaient de quoi faire rire. L'accent du Nord me faisait particulièrement rire, avec leurs ça qui sont des cha, leurs chiens qui sont des quiens et leurs hein à répétition. Bon d'accord, Bienvenue chez les Ch'tis était une véritable parodie mais l'accent du nord existait bien, et c'était très drôle. Ce qu'elle répondit sur le fait de la présenter à mon père me fit rire. Ah, si elle savait … C'était plutôt si je la présentais à ma mère qu'elle devrait se poser des questions, mais c'était vrai qu'elle n'en avait strictement aucune idée. Son invitation à passer chez elle à peine masquée me fit sourire en coin, et je préparais ma réponse, quelques secondes, avant de parler.

« Ça serait rapide si ça représentait quelque chose pour moi. » J'eus un léger rire. « J'ai grandi accoudé au bar de mon père à parler filles, conquêtes, et qualités des serveuses alors ça lui passerait même pas par la tête. » J'eus un sourire amusé et presque tendre en levant les yeux au ciel. « Par contre c'est vrai que si tu croises ma mère on finit mariés, et je suis pas sûre que tu supportes. » Parce que ma mère avait des idées bien arrêtées sur le mariage – et surtout sur moi qui devrais commencer à penser à me trouver une relation sérieuse vu que je prenais tout doucement des années – et que j'étais carrément un poison vivant. « Je sais pas si j'aurais le temps de m'ennuyer mais … Tu sais où j'habite, et tu sais où me trouver si jamais je bosse. »

Cette fois, je lui souris avec amusement, continuant à gratter du bout de mes doigts nus les cordes rêches de ma guitare. Celle-là, elle avait quelques années, et j'avais du cuir au bout des pattes à force de m'en servir, mais c'était un plaisir sans égal. C'était sur cette même gratte que j'avais posé les premiers accords de cette petite chanson. Parce que si on l'avait écrite au piano, et si elle n'avait rien de sérieux et ne finirait pas sur un quelconque album, pour moi il était clair qu'elle était faite pour la guitare, et je ne m'étais pas privé du plaisir de la transformer, de la fignoler, et surtout de l'interpréter entre amis. Même sobre. J'en parlais donc rapidement à Elli', parce que j'avais envie de la jouer, mais aussi de la chanter, parce que ça faisait plusieurs mois que je ne m'étais pas prêté à ce petit exercice devant quelqu'un en dehors de ma famille – et Louis comptait pour la famille, si vous vous demandiez. Ça me manquait, et puis bon, je la trouvais relativement de circonstances. Il me manquait juste une voix, parce qu'elle était écrite pour un duo plutôt, mais à la limite je pouvais largement m'en sortir à une voix. Une fois ma petite introduction finie, j'introduisis le rythme, fermant les yeux et suivant le rythme d'un petit mouvement du menton. C'était mon élément, mon domaine, mon truc à moi. Puis je commençais à chanter. Ça faisait un bien fou, et j'étais dans ma petite bulle, même si je rouvris les yeux, mon regard pétillant de malice se posant sur la demoiselle. J'étais bien, là. J'étais tranquille et détendu, et j'adorais ça à un point inimaginable. À la fin de la chanson, la réaction de la demoiselle me fit sourire. Impossible de ne pas tirer un peu de fierté de ce que je savais faire. Ce que la demoiselle dit alors me fit rire.

« Je suis loin de chanter comme un dieu, tu sais ! J'ai juste un petit don et je m'en sers. » Quant aux paroles … j'avais prévenu qu'elle avait été écrite à deux grammes cette chanson, non ? « J'ai passé assez de temps sur le devant de la scène pour qu'on me propose de sortir un EP et de faire des premières parties de concert. Franchement, ça m'intéresse pas. Ce que je veux, moi, c'est ça ! »

D'un geste avec un sourire plein de fierté, j'englobais mon bar. Parce que voilà, pendant un moment j'avais fait tous les bars de ma région, les week-ends, et même dans de grosses stations de ski réputées, allant jusqu'à plusieurs heures de route de chez moi pour une soirée à Courchevel durant laquelle ma route avait croisé celle d'un chercheur de talents pour un label qui cherchait justement un chanteur dans mon genre, avec ses chansons à lui, pour faire les premières parties de sa nouvelle poule aux œufs d'or et pourquoi pas sortir 6 ou 7 titres. Sauf que j'avais décliné sans vraiment y réfléchir, la célébrité ça ne m'intéressait pas. Je voulais ma liberté d'aller à tel endroit, de chanter telle chanson. Je n'arrivais jamais avec la setlist préparée, même si j'avais mes incontournables. J'improvisais selon le public et ça m'allait très bien. Et donc j'avais fini par m'effacer un peu du devant de la scène pour qu'on m'oublie et qu'on me fiche la paix, ce qui ne m'avait pas empêché d'enregistrer un CD avec Louis, fait à base des moyens du bord, pour les parents et quelques amis. C'était par contre très confidentiel, et je n'aurais partagé ça avec le reste du monde pour rien ! J'observais finalement Elli' qui se levait, un peu curieux de ce qui venait de lui prendre, certain qu'elle avait une idée derrière la tête mais sans rien en savoir. Lorsqu'elle se dirigea vers le bar et revint avec l'agenda en main, je secouais la tête en la regardant, ayant plutôt bien cerné ce qu'elle avait en tête. Et je n'étais pas vraiment d'accord ! J'étais patron de bar, pas artiste, et si je devais me produire quelque part ça ne serait pas ici, parce que surveiller mon monde et me concentrer sur ma musique en même temps, c'était impossible ! Lorsqu'elle posa l'agenda devant moi, je levais sur elle des yeux de chien battu. Elle n'allait quand même pas m'imposer ça ?! Je posais finalement ma guitare sur le côté avec un gros soupir.

« T'en as beaucoup des idées comme celles-là ? » Je passais ma main dans mes cheveux, avant de prendre le stylo qu'elle me tendait en ouvrant de l'autre main l'agenda. « Bon, quand est-ce que t'es là, aussi ? » Bah ouais sinon je faisais pas et puis tant pis. Je pointais ensuite une date. « Là je suis aux abonnés absents. Concert dans le bar parental, randonnée sur la Dent d'Oche et descente en kayak. »

Au fur et à mesure que j'annonçais les actions, je pointais les dates qui suivaient. Ce n'était jamais que cinq jours que j'allais passer dans ma montagne natale pendant les vacances. Et c'était le seul endroit où je me produisais bien volontiers. Ce qui me donna une idée. Je m'appuyais finalement dans le fond du canapé, croisant les bras sur ma poitrine et tournant le regard vers la demoiselle.

« Si tu veux vraiment me voir sur le devant de la scène … accompagne-moi ! Bon je préviendrais ma mère avant qu'elle n'a pas de mariage à organiser mais à part ça … Y'a une chambre d'amis à la maison et un studio occupé que par les saisonniers au dessus du bar. »

C'était toute une organisation ! Mais bon elle allait bien comprendre que si je lui proposais ça – c'était quand même pas super anodin de traverser la France en large ! – c'était que je n'avais strictement aucune envie de faire ça dans mon bar. Du moins pour le moment. C'était vrai que pendant un moment j'en avais parlé, mais d'un autre côté certaines têtes étaient passées ici, dont une fille du village qui avait gagné un télé-crochet et qui était vraiment costaud dans son genre, et je n'avais pas vraiment envie de décevoir. Plus tard, si je retrouvais un peu confiance en moi pourquoi pas … Bon par contre me produire chez mon père ça ne me dérangeait pas, parce que de toute façon il n'y aurait que les gens du village avec lesquels j'avais grandi alors bon, ça n'était pas un dilemme trop violent !

Emi Burton

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'   Lun 12 Oct - 22:52



Qui que l’on soit au fond de nous, nous ne sommes jugés que d’après nos actes.



: "On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes." Elliana & Greg
Le canapé c'était une bonne option à cette heure de la soirée et encore plus avec un verre à la main et quelques trucs à grignoter. Elliana était réellement ravie d'avoir bosser dans l'établissement tout l'été. Elle n'avait jamais été serveuse, mais c'était comme tout, ça s'apprenait et puis elle avait un contact inné avec les gens alors ça passait tout seul ! La jeune femme avait l'habitude de travailler en équipe, elle avait passé plus d'un an dans l'académie et l'équipe dans cet établissement était toute autre que celle du bar, il devait y avoir... dix fois plus d'employés... En tout cas cette ambiance plus familiale n'était pas pour déplaire à la blonde, bien au contraire et puis elle était heureuse d'avoir eu un patron aussi appliqué, patient et ouvert d'esprit. Pas beaucoup de gens auraient accepté de prendre une serveuse qui n'avait jamais servi à l'ouverture de son bar, mais il l'avait fait, il avait même prit un peu de son temps pour lui expliquer les trucs du métier et depuis elle était imbattable sur la tenue d'un plateau rempli, le nettoyage de sol imbibé d'alcool ou le nettoyage d'un bar ayant bien servi. Elli avait donc passé un été agréable, plein de travail, mais dans une bonne ambiance et avec des gens vraiment sympa. Et quand elle disait qu'elle reviendrait travailler s'il continuait comme ça, elle était sérieuse. Déjà parce que c'était super de bosser à l'Edel, parce qu'elle appréciait Greg et aussi parce que ça serait un moyen d'avoir un peu d'argent... Mais le hic c'était quand même qu'elle n'avait aucune idée de comment allait se dérouler son année. Tout le monde lui avait déjà dit que la seconde année n'était pas vraiment plus simple, c'était surtout une question d'organisation, d'habitude, et même si elle ne doutait pas de ses capacités, elle s'en voudrait aussi beaucoup d'avoir eu cet extra et de rater ce qu'elle avait entrepris.

"Oh t'aurais pas à t'en vouloir, je suis une grande fille qui sait ce gérer... normalement"

Sourire amusé aux coins des lèvres. Ils savaient tous les deux à quel point elle était capable de ne pas se gérer du tout quand elle s'y mettait. Mais bon, c'était indépendant de sa volonté, elle ne faisait pas exprès de dire ou faire des bêtises, elle ne pouvait tout de même pas rester sérieuse tout le temps. Et puis franchement le sérieux c'était surfait ! Elle devait déjà bien assez l'être dans ses études... et un peu dans son boulot aussi. Elli continua leur petite conversation à la cool, rythmée par les accords de la guitare de Greg. Elle plaisanta sur la rapidité des présentations et Greg lui répondit sur un ton amusé. Elle cerna très vite le genre de relation que pouvait entretenir le jeune homme et son père et elle l'envia presque à un instant. Sa relation avec son père était loin d'être glorieuse et ils se parlaient parce qu'ils le devaient, pour Savannah le plus souvent. Alors des fois elle oubliait presque que sa famille était un peu étrange, reconstituée d'un peu partout, élargie jusqu'aux amis très proches et que ce n'était pas le cas pour tout le monde. Même si elle ne doutait pas de la relation plus que forte entre Grégoire et Louis. Bref, elle eut droit ensuite à la description de la maman du barman et cela la fit rire. Elle imaginait le pauvre Greg face à sa mère lui disant qu'il était temps de se poser et de construire vraiment quelque chose. C'était presque comme avec Alex en fait, sauf qu'avec Alex il y avait un niveau au dessus avant qu'il ne se pose... Pour finir Greg lui dit qu'il ignorait s'il allait ou non s'ennuyer mais qu'elle connaissait et son numéro d'appart' et son lieu de travail. Elle acquiesça en souriant, bien sur qu'elle savait et il n'allait pas se débarrasser d'elle comme ça. Elle appréciait vraiment l'Edel et comptait bien y revenir de temps en temps.

Et puis arriva ce moment qui amusa beaucoup Elli. Elle ne s'attendait pas vraiment à ça, mais c'était juste... parfait en fait. La jeune femme se souvenait parfaitement du jour de leur rencontre, elle avait fait son Elli' encore une fois et forcément elle n'était pas vraiment passée inaperçue. Et cette chanson était tout à fait raccord avec cette soirée d'ouverture du bar. Elle n'avait pas vraiment voulu s'en prendre aux fesses du patron, en fait elle s'en était prise à celles du barman puisqu'elle ignorait alors que le barman était le patron, parce que très peu pour elle de passer pour une allumeuse qui veut gratter des verres au patron avec ses phrases aguicheuses et son décolleté bien ouvert. de toute façon décolleté ouvert ou non, cela ne ferait pas une grande différence. Tout ça pour dire qu'elle n'avait pas voulu paraître irrespectueuse face au patron du bar mais plutôt sauver la peau du barman qui risquait de passer un sale quart d'heure s'il traînait. Elliana ne put cacher sa joie et son amusement et elle finit même par complimenter son cher patron. Cher patron qui n'accepta qu'à moitié son compliment et cela fit sourire la demoiselle. Là il se dévalorisait vraiment ! Il lui expliqua ensuite qu'on l'avait repéré et qu'on lui avait proposé des choses que dizaines de jeunes n'auraient pas refusé, sauf que ce n'était pas vraiment ce qui lui plaisait. Lui et son bar !

La jeune femme n'écouta pas vraiment la fin, oui, elle savait qu'il était fou de son bar, que c'était son bébé, son trésor, et il avait tous les droits d'en être fier, mais elle trouvait qu'il pouvait également s'approprier totalement les lieux en investissant la scène. Elle partit donc chercher l'agenda du bar et revint s'installer en l'obligeant pratiquement à s'inscrire à une date. Ça va, elle ne voulait pas forcément qu'il fasse une soirée entière, de toute façon elle le connaissait assez à présent pour savoir qu'il aurait du mal à être à l'Edel' et ne pas pouvoir gérer les choses. Mais une ou deux chansons... ça ne coûtait rien. Quand il lui demanda si elle avait beaucoup d'idées comme ça, Elli ne retint pas son regard de 'Bah quoi ?' tout mignon. Oui, elle pouvait en avoir pleins des idées comme ça, c'était la sous-estimer que de penser le contraire, mais bon, elle ne lui en voulait pas, ils ne se connaissaient pas vraiment en dehors du travail et Elli évitait soigneusement de montrer son coté trop déjantée au boulot. Il finit quand même par prendre le carnet et un immense sourire s'afficha sur les lèvres de la jeune femme avant de s'effacer tout doucement. Non mais il se fichait d'elle ?! Il n'avait vraiment pas envie de chanter sur la scène de l'Edel et cela la vexa presque. Oui, elle trouvait son idée géniale et il ne voulait pas.

Elli était sérieusement sur le point de bouder, mais elle releva la tête quand il s'adossa et croisa les bras. Quoi, il refusait vraiment ?! Ah non, ça ça n'allait pas aller du tout. Elle était capable de lui sauter dessus et de l'attaquer... elle ne savait pas encore comment, jusqu'à ce qu'il accepte. Mais au lieu de refuser de vive voix, il fit une toute autre chose. Il lui proposa d'aller avec lui, dans ses montagnes tout ça... Il plaisanta même sur sa mère et Elli resta sans voix un instant, ce qui était un exploit quand même. Elle resta un moment à fixer Greg pour savoir s'il était sérieux ou non, mais apparemment il était très sérieux. La jeune femme soupira et un fin sourire finit par apparaître
.

"Donc si j'ai bien compris... tu me proposes des vacances chez tes parents. T'es prêt à inviter une fille chez toi juste pour ne pas chanter dans ton bar... eh bah dis donc."

Elliana se releva et attrapa le carnet avant de poser son index sur la poitrine de Greg, juste au dessus de ses bras croisés et elle se rapprocha assez pour voir les reflets bleus-verts de son regard.

"Vous avez de la chance d'être un patron sympa parce que sinon c'était harcèlement de votre petite personne jusqu'à capitulation ! Et sinon... je dis pas non pour te voir sur scène, ça va juste faire un long voyage pour ça..."

Comment ça elle venait d'accepter de partir avec son patron chez lui ?! Bon d'accord, mais de toute façon à ce moment là ça ne serait plus son patron et puis c'était pour le voir sur scène. Et peut être aussi pour avoir l'occasion de passer du temps avec parce qu'elle s'amusait vraiment avec le jeune homme et elle avait envie de voir d'où venait ce barman un peu fou sur les bords et avec un talent pareil. Elli resta dans cette position, le fixant, son sourire s'élargissant au fur et à mesure. En fait c'était un abruti qui allait réussir à avoir ce qu'il voulait et elle, pauvre petite créature crédule, elle allait laisser passer. mais bon, ça pouvait être réellement bien comme séjour... s'il ne la faisait pas monter sur des skis... parce que oui, elle ignorait les dates d'ouvertures des pistes.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'   Mar 13 Oct - 22:24


« On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. C'est comme l'amour en fin de compte. Les grands circuits sont les mêmes pour tous. Mais chacun peut y préférer, ici ou là, sa petite chapelle. » † J.-C. Carrière
Grégoire & Elliana
Elli' était une fille à croquer. Souriante, pétillante, amusante, polie, serviable, mignonne. Carrément mignonne, même. Et elle avait un caractère en or, de ce que j'en avais vu, même si elle était capable de tout un tas de frasques. C'était plus drôle que méchant, mais je me méfierais volontiers de l'eau qui dort ; à mon avis mieux valait ne pas lui marcher sur les pieds pour rester intact. Petite mais terriblement déterminée, la miss. Enfin il valait mieux pour faire les études qu'elle avait choisies. Franchement respect. Et puis venir bosser dans un bar avec un patron comme moi - exigent est un mot relativement faible en fait - sans avoir la moindre expérience demandait un peu de cran. Ou de culot, allez savoir. Toujours est-il qu'elle l'avait fait, et bien fait, au point de commencer à faire partie des meubles. Je sentais qu'elle allait me manquer. La fermeture et la remise en place de la salle ne seraient plus les mêmes sans elle, c'était certain. Elli était une perle, une pile électrique, mais après le service elle apportait quelque chose d'autre. De la bonne humeur, et elle avait régulièrement vue sur ce qu'était réellement mon caractère. Je n'étais ni le plus facile ni le plus chien à vivre, mais après le travail j'étais bien plus détendu. J'avais hérité du bon caractère modelable de mon père, il paraît. Avec un peu de la fierté et de la droiture de ma mère. En fait nous avions tous les deux deux sacrés caractères, et pas des mauvais, et c'était sûrement pour cette raison qu'on s'entendait très bien, et que je savais qu'elle allait me manquer. Même si je savais pertinemment que je ne résisterais pas longtemps à l'idée d'aller la voir chez elle et qu'elle risquait de passer au bar, voire chez moi, pourquoi pas. Enfin, il fallait tout de même que je l'avoue, maintenant qu'elle n'était plus mon employée ... Elli' me plaisait, en même temps c'était difficile de lui rester insensible, mais j'avais vraiment envie d'apprendre à la connaître. Finalement, je ris en laissant partir ma tête en arrière lorsqu'elle parla de savoir se gérer. Ce n'était pas méchant mais ...

« T'es une catastrophe ambulante Elliana ! »

Soit dit en passant ce n'était absolument pas méchant, surtout pas sur ce ton là. Mais elle m'avais franchement donné matière à rire pendant son travail ici. Heureusement, elle apprenait vite et refaisait rarement les même gaffes, même si c'était une Miss Oups en puissance. Au moins elle mettait un peu d'ambiance au travail, ce qui généralement n'était pas si mal que ça. Et puis elle n'avait jamais vraiment gourdé avec un client et c'était bien le principal. Non parce que sinon elle aurait pris un savon tellement monumental que je ne pense pas qu'on pourrait être assis tous les deux tranquillement dans ce fauteuil à bavarder - même si à la base j'avais essayé d'être sérieux, ce qui était impossible parce que je n'avais rien de gravement sérieux à dire - parce qu'elle aurait pu très facilement me détester. Je savais être intraitable, je le savais, et parfois j'étais même pire qu'une raclure de fond de tiroir. Mais mon modèle était mon père, un patron dur et exigent, aussi impitoyable qu'arrangeant et attaché à son équipe. On était fait du même bois et j'appliquais sans y songer les même principes que lui. Son commerce marchait depuis que j'étais haut comme trois pommes, et le mien était parti de la même façon. Cette méthode semblait avoir fait ses preuves, au moins. Enfin bref.

Je finis par parler de ma relation avec mon père, avec une fois de plus la sensation d'être privilégié. C'était peut-être l'apanage des enfants uniques, parce que j'avais beaucoup d'amis dont les relations familiales étaient un peu moins intimes tout de même. Mais mon père me connaissait sur le bout des doigts, j'avais passé toute ma vie avec lui, accoudé à son bar, à parler de la pluie et du beau temps, du futur, de mes ambitions. Il ne m'avait jamais freiné, mais en me mettant bien en tête qu'il me fallait un plan B parce que je n'avais aucune certitude de réussir, même avec de bonnes armes. Des fois c'était aussi au petit bonheur la chance, mine de rien. Mais visiblement je m'en sortais très bien, et quand je lui faisais mon bilan des événements, ce qu'il entendait lui plaisait visiblement. Mon père était parfois avare de compliments, mais c'était dans sa nature, alors lorsqu'il en faisait un, c'était tout de suite beaucoup plus élogieux à mes yeux. Et puis ma relation avec ma mère ... Eh bien je crois qu'aucun de nous deux n'avait vraiment envie de couper le cordon. J'étais encore parfois son grand bébé, mais il fallait aussi dire que c'était assez général comme cas, ça. C'était juste que ma famille côté maternel n'avait jamais voulu entrer en contact avec nous depuis que mes parents étaient mariés, alors la famille de ma mère se résumait à mon père, ma grand-mère paternelle qui l'avait accueillie comme sa fille, mes oncles, mes tantes, mes cousins, mes cousines, et moi, quand même. En fait il lui manquait tout le pan familial anglais et c'était pour ça qu'on était aussi soudés tous les trois. Elle avait sacrifié une partie de sa vie pour être avec mon père, et elle avait sacrifié encore plus avec ma naissance, parce que les derniers qui lui parlaient lui avaient tourné le dos avec mon arrivée, parce que ça prouvait qu'elle ne reviendrait jamais. Du coup on était une famille ultra soudée, même si je vivais à l'autre bout de la France, maintenant.

Puis je pris le temps d'interpréter Sweet Darling. Cette chanson avait une histoire, un fond, et c'était très drôle. C'était l'histoire d'amour d'un canapé tombé amoureux des fesses de la jeune femme qui s'asseyait dedans. Quelque chose de plein d'humour, de déjanté, écrit au bout de la nuit quand l'alcool faisait des ravages. Louis au piano, moi à la guitare, en catastrophe pour se trouver un air qu'on avait commencé par siffler jusqu'à ce qu'il nous plaise, improvisant des paroles. Trois heures là dessus, à griffonner sur un bout de nappe en papier après une soirée, c'était quand même énorme. Et si on l'avait fignolée en étant sobre, cette chanson était un hymne à nos soirées de débauche, à tous les deux. Mon dieu en y repensant, qu'est-ce qu'on avait bien pu en faire ! Moi surtout, remarquez, parce que faire la tournée des bars de Courchevel en plein hiver, arriver droit, chanter, et repartir à l'équerre, je l'avais fait toute une saison, quand même. Et j'avais traîné nos chansons jusque dans ces bars somptueux où on s'attendait presque à voir débarquer Mylène Farmer pour un concert privé plutôt qu'un fils de barman de la vallée d'à côté - ou presque à côté. Enfin pas vraiment à côté mais bon bref. C'est ce que j'expliquais finalement à la demoiselle assez rapidement et sans rentrer dans les détails, ainsi que les quelques fois où des managers ou des chercheurs de talents - parfois improvisés pour la soirée - m'avaient approché pour me faire tourner. J'avais eu des offres plus alléchantes que d'autres, c'était sûr, et j'en avais réfléchi une ou deux avant de nier en bloc. Mais ce n'était pas la vie que je voulais. Pour avoir croisé chez mon père quelques intermittents du spectacle à un petit niveau, je savais que si je ne perçais pas au moins au niveau national je n'allais pas m'en sortir, et j'allais devenir esclave de ce monde-là. Je ne voulais pas, alors j'avais refusé, et maintenant j'avais trouvé ma place dans mon bar. Je ne changerais d'orientation pour rien au monde, vous savez.

Finalement, lorsque la demoiselle me ramena l'agenda du bar, je lui demandais avec tout de même un certain étonnement si elle avait souvent des idées comme ça. Non mais déjà qu'elle avait réussit à vendre Florent pour qu'il vienne se produire ici - il n'avait plus qu'à choisir sa date, d'ailleurs - et maintenant c'était à mon tour ? Et visiblement d'après son sourire ça lui plaisait bien d'avoir ce genre d'idées, et je n'étais sûrement pas au bout de mes peines. Je pris un instant pour réfléchir, tout de même, avant de refuser. Non, franchement, je n'en avais pas envie. J'avais bien d'autres choses à faire pour mon bar. Dans quelques temps pourquoi pas, quand j'aurais vraiment quelqu'un dans l'équipe pour gérer les choses à ma place, mais pour le moment ce n'était pas possible. Et puis je préférais garder mon petit talent assez secret quand même, j'avais déjà eu l'effet groupies à Morzine et c'était aussi drôle que fatiguant de les supporter. Je n'avais aucune envie de me les coltiner ici aussi, enfin pas avant un moment, quoi. Si la scène me manquait, c'était certain que je reviendrais sur le devant dans mon bar avant d'aller ailleurs, mais pour le moment les choses m'allaient très bien comme ça. Tant pis si ça faisait friser le nez d'Elli', j'étais têtu et elle ne réussirait pas à me faire changer d'avis. Par contre j'avais une proposition à lui faire, quand même.

Cette proposition devait bien prouver à quel point je n'avais aucune envie de me produire chez moi, d'ailleurs, parce qu'elle était relativement extrême. Emmener Elli' jusque chez moi pendant une semaine, c'était quand même une vraie expédition qui demandait de l'organisation. Vis-à-vis de ma mère pour qu'elle ne se mette pas Martel en tête, vis-à-vis de la demoiselle qui aurait quand même du travail de révisions de cours à faire - remarquez elle pouvait bosser à Morzine, le grand air ne lui ferait pas le moindre mal pour ça ! - et puis pour moi aussi parce que mine de rien avoir une invitée qui ne connaîtrait personne là-bas ne me permettrait pas de partir en conquérant faire tout ce que j'aurais envie, pour le coup. Il allait falloir que je passe un minimum de temps avec elle, du coup c'était un programme à revoir. Mais ça ne me dérangeait pas franchement, il fallait l'avouer. Enfin, visiblement elle se demandait si ma proposition était du lard ou du cochon et c'était très drôle. Bien sûr que j'étais sérieux. Je ne l'étais pas forcément très souvent mais là pour le coup oui. Je préférais carrément l'emmener jusque mes montagnes que de me produire dans mon bar. J'étais peut-être bien tombé sur la tête, remarquez. Ma mère allait m'en faire voir de toutes les couleurs, quoi que j'en dise. Au moins Elli' aurait bien de quoi rire. Finalement son sourire me fit comprendre que j'étais en train de gagner, elle était en train de capituler. Voilà qui n'était pas mal pour moi. Et puis bon des vacances ne lui feraient pas de mal avec ses études. Bon et puis ça ne me coûtait rien non plus, restons terre à terre. Seul ou à deux la voiture allait consommer la même chose donc ... Ce qu'elle répondit me fit rire. Ah ça ...

« C'est tout à fait ça. Et puis des vacances ne te feront pas de mal vu les études de folie que tu vas suivre ! Le grand air ça aide à bosser. »

J'avais ma saloperie de sourire charmeur sur les lèvres. Elle risquait de ne pas vraiment résister longtemps, surtout qu'elle n'en avait visiblement pas du tout envie et ça me plaisait assez comme idée. Je détestais qu'on me résiste, vous voyez. Bon après ça dépendait du fond et de la forme et pour certaines choses je prenais bien les choses, mais là j'aimais trop mon idée - et surtout ma dérobade - pour la laisser me dire non. Remarquez si elle ne suivait pas le mouvement elle ne m'entendrait pas me produire et puis c'était tout, tant pis pour elle. Lorsqu'elle se leva en reprenant le carnet, puis qu'elle se pencha sur moi en appuyant son doigt contre mon torse, je me contentais de planter mon regard clair dans le sien. Mais à quoi elle pouvait bien jouer, la demoiselle, là ? J'eus finalement un sourire en coin.

« Le jeu en vaut la chandelle ou non ? »

Je voulais entendre un oui pour gonfler un peu mon ego, même s'il était moins surdimensionné que celui de certains hommes dont je ne citerais pas le nom. Néanmoins, la demoiselle ne bougeait pas, restant comme ça, son sourire s'élargissant progressivement. Le mien tira un peu plus sur le charme au fur et à mesure et je baissais les yeux sur son doigt toujours pointé sur ma poitrine, décroisant les bras pour caresser du bout des doigts la peau fine à l'intérieur de son poignet. Lorsque je relevais les yeux, mon regard avait changé. Le Greg calme et amusé s'était envolé. Mon regard était un peu plus brûlant, plus joueur. Cette fille me plaisait vraiment et maintenant qu'elle avait fini de travailler pour moi les barrières que je m'étais mises tombaient. J'avais vraiment envie d'apprendre à la connaître.

« Peut-être que j'aimerais que vous me harceliez, mademoiselle. »

J'avais pris une voix un peu plus sexy, qu'elle ne me connaissait assurément pas. Bon après il n'y avait dans tous les cas pas non plus de quoi la faire partir en courant parce que bon je n'avais rien d'un prédateur de base. J'étais plutôt un grand charmeur, parfois un brin romantique sur les bords, et la plupart du temps je laissais filer les filles comme un vrai gentleman. Ce qui ne m'empêchait pas d'avoir un joli tableau de conquêtes à mon actif. Mais je n'avais pas que ça, j'avais quelques jolies romances aussi, même si elles étaient plus rares et pas vraiment longues. Par contre je n'avais pas de casseroles que je me traînais, et ça m’enorgueillissait beaucoup, ça. Maintenant j'attendais de voir si Elli' était un peu réactive à mon approche. Un soupçon de subtilité tout de même.
 

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'   Sam 17 Oct - 22:27



Qui que l’on soit au fond de nous, nous ne sommes jugés que d’après nos actes.



: "On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes." Elliana & Greg
D'accord, peut être qu'Elliana l'avait un peu cherché, mais bon, elle avait été plus que correcte durant sa période à l'Edelweiss, et même s'il lui arrivait d'en faire de sacrées, elle savait se tenir au travail. En tout cas, elle trouvait qu'il n'avait pas vraiment à se plaindre, elle n'avait cassé que quelques verres au début et elle avait peut être un peu renversé la moitié de ses verres lors des premiers services, mais elle avait toujours gardé le sourire et elle avait tout fait pour que le tout passe auprès des clients. Mais bon, Greg n'avait pas totalement tort, elle était une catastrophe ambulante si elle ne se tenait pas un minimum. C'était d'ailleurs parce qu'il n'avait pas tort, enfin pas totalement qu'elle ne releva presque pas cette remarque, elle se contenta d'une petite moue vexée et d'un léger tirage de langue. Bah elle n'avait jamais dit qu'elle avait totalement grandi dans sa tête et le tirage de langue était devenu un de ses spécialités, surtout avec Cam d'ailleurs. Mais là ce n'était pas Camille qu'elle avait face à elle, mais bel et bien son futur ex patron. Et ça aurait même pu être son patron, elle aurait réagi de la même façon. Elle ne se sentait pas gênée le moins du monde d'avoir des gestes pareils en face de lui lorsqu'ils étaient seuls. Pas la peine de nier qu'ils s'entendaient bien... Devant les autres employés c'était une autre histoire, Greg ne l'aurait jamais laissée faire et puis elle n'aurait pas vraiment oser non plus, ils étaient là pour le boulot, pas la détente.

Leur discussion continua et ils en arrivèrent à la chanson de Greg, chanson qui plut et surtout amusa Elli. Elle fit par de son ressenti et Greg lui expliqua ses petites histoires d'EP, même qu'elle n'avait pas la moindre idée de ce que c'était, et autres petites anecdotes qui ne l'étonna pas vraiment. Oui, elle appréciait vraiment la voix du jeune homme et c'était exactement pour ça qu'elle s'était levée et qu'elle avait ramené l'agenda du bar. Elle voulait voir le jeune homme sur scène, parce que c'était quelque chose de chanter sur son canapé à la cool avec uniquement une employée comme public. Quoi que, même dans ces conditions là, Elli n'était pas certaine qu'elle aurait oser le faire, déjà parce qu'elle ne savait pas jouer à la guitare et que chanter a cappella... bof, et ensuite parce qu'elle ne savait pas vraiment chanter et que si elle se donner en publique en chantant c'était uniquement en faisant l'andouille, pas en étant, même un peu, sérieuse. Elliana fut toutefois assez déçue, même carrément déçue d'essuyer pareil refus. Il aurait au moins pu faire un effort et lui dire qu'il était pas trop sur... Quoi qu'en fait elle préférait quand même qu'il soit franc et honnête et qu'il refuse avant qu'elle ne se l'imagine déjà sur scène alors qu'en réalité il ne comptait pas le faire. Mais quand même, c'était vexant, et la blonde ne manqua pas de le montrer. Enfin jusqu'à cette drôle de proposition. Il parlait de ses idées à elle, mais il n'était pas beaucoup mieux dans le genre !

Après avoir réfléchi un instant pour savoir s'il était sérieux ou non, l'idée fit son petit bonhomme de chemin dans le cerveau d'Elli et elle comprit également que le voir se produire dans son bar n'était pas là d'arriver. C'était fou quand même ça ! Il préférait l'emmener de l'autre coté de la France plutôt qu'accepter cette idée de chanter à l'Edel'. Elli ne comprenait pas réellement les motivations de Greg qui l'empêchait de se produire dans son bar, à part forcément la logistique le jour ou il chanterait, mais il ne pouvait tout de même pas y avoir que ça ?! Elle était capable de le remplacer s'il le fallait, il le savait non ?! En tous cas la demoiselle ne manqua pas de dire à voix haute ce qu'elle avait pensé, il voulait l'emmener une semaine juste pour le voir chanter sur une scène. La réponse qu'il lui fournit ensuite la fit rire doucement, il pensait à son bien être mental, à son boulot quand il disait ça. En fait, il pensait beaucoup aux études qu'elle faisait et cela l'amusait beaucoup, même elle n'y pensait pas encore autant. Elle avait du se remettre un peu dans le bain quelques semaines plus tôt pour un stage, mais elle n'était pas encore la tête dans les bouquins alors elle ne réfléchissait pas trop à son année à venir. Pour finir Elliana se leva et récupéra le carnet qui ne leur serait d'aucune utilité. Pour la forme elle râla sur Greg tout en se penchant sur lui. Ils se fixèrent durant leur petit dialogue et, si avant Elli aurait peut être du mal à soutenir ce regard, là elle le faisait sans gêne aucune
.

"Je te dirai ça quand tu seras monté sur scène."

Le sourire du jeune homme se modifia et elle put y détecter comme une pointe de charme en plus, en fait c'était plus que du charme. Elli suivit du regard les doigts de Greg passer sur l'intérieur de son poignet avant de relever les yeux lorsqu'il lui parla. Elle ne savait pas vraiment si elle avait le droit d'entrer dans son jeu, même si à présent elle comprenait que c'était elle qui avait lancé les hostilités. La demoiselle n'était pas insensible aux charmes de son futur ex patron, loin de là même, pour preuve, elle en avait eu après ses fesses lors de leur première rencontre et elle avait bien sympathisé dès les premières minutes. Ça n'aurait surement pas été le cas s'il avait été laid comme un pou. Son sourire s'élargit pendant qu'une idée germait dans sa petite tête de blonde. Elle se déroba au contact des doigts de Greg, déposa le carnet à coté du jeune homme, ne manquant pas de se pencher au dessus de lui pour le faire et... elle le prit en traître en s'en prenant à ses cheveux, les ébouriffant comme jamais tout en se mettant à califourchon sur lui.

"Et bien Monsieur Carpentier vous êtes tombé sur la bonne personne lorsqu'il s'agit de harcèlement !"

Et elle se lança dans la mission de le faire supplier d'arrêter en lui enfonçant ses doigts dans ses cotes, son abdomen, bref toutes les parties du corps un peu sensibles et accessibles. Elle avait cassé tout le côté charme de l'instant, mais elle n'avait aucune envie de se prendre la tête pour l'instant avec une histoire pareille. Greg restait encore son patron jusqu'à ce qu'elle ait rendu le tablier et elle ne comptait pas faire d'extra. Bref, elle ne disait pas non aux avances du jeune homme, loin de là même puisqu'elle le provoquait, mais cela voulait également bien dire qu'elle n'avait aucune envie que leur relation prenne une certaine tournure, quelque soit cette tournure. Elle aimait beaucoup Greg, c'était indéniable, mais elle ne le connaissait pas vraiment et aux vue de ce qu'elle avait vécu avec le dernier barman avec qui elle était sortie... Elle n'avait pas spécialement envie de se jeter tête la première. Du coup, comme d'habitude, elle tourna ça en un moment complètement débile, sans aucune utilité mais quand même vachement drôle.

BY .SOULMATES


_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'   

Revenir en haut Aller en bas
 

« On peut aussi prendre son temps, choisir les saisons et les heures creuses. Préférer les sentiers aux autoroutes. » † Greg & Elli'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Archives :: « Horse Beautiful » Forum version 1 :: Archives "RPG" :: Rp's divers-