Partagez | 
 

 Et toutes ces nouvelles résolutions ?! [Ruby/Ben/Erylis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Et toutes ces nouvelles résolutions ?! [Ruby/Ben/Erylis]   Jeu 1 Jan - 22:18



Et toutes ces nouvelles résolutions ?!

Benjamin


Les fêtes étaient passées, Ben n'avait pas pu rentrer chez lui pour cette période de l'année. Après la terrible tempête au mois de novembre, les normands avaient du mettre la main à la pâte pour tout remettre en ordre. La ville avait été touchée, ainsi que la forêt et certains endroits ou les cours d'eau avait débordé, mais la plus touchée restait la plage. Toute la côte avait subi l'acharnement de Dame Nature. La digue qui s'était effondrée, les blocs de béton échouaient sur la plage, les bâtiments proches inondés, voire même abîmés par la force des vagues. Ben avait été appelé d'urgence afin de rejoindre la côte et aider les gens présents. Il avait du sortir des gens de leur véhicule et les accompagner jusqu'à un bâtiment à l'abris de la marée, il avait aidé des personnes à remonter les meubles de leur maison avant que l'eau ne monte. Tout cela avait duré des heures et pourtant le plus gros rester encore à faire. Juste après la tempête le plus important était de rétablir le réseau d'eau potable et l'électricité, mais pour cela il fallait dégager les routes et les lignes électriques des arbres qui étaient tombés. Tout le monde avait donc été réquisitionné et pendant que certains tronçonnaient, d'autres installaient des pompes ou aidaient à déblayer les décombres. Le jeune homme avait été plutôt occupé sur la côte, il devait installer des barrières de sécurités, empêcher des touristes de s'aventurer trop près des gravats du coté de la plage et puis aussi aider quelques commerçants à sortir le matériel inutilisable à présent.

Toute cette agitation à cause de la tempête avait donc empêcher Benjamin de rentrer dans son sud natal et dans sa famille. Sur le coup il l'avait un peu mal pris, cela faisait des mois qu'il n'était pas rentré pour voir ses parents et sa dernière soeur, il pensait pouvoir au moins partie deux-trois jours histoire de retrouver sa famille. Seulement voilà, Etretat avait besoin de toutes les mains possibles et il n'avait pas pu quitter la côte, surtout que le temps n'était pas toujours au beau fixe et cela n'aidait en rien. Heureusement, maintenant que le plus gros était fait il avait quelques jours de repos avant de reprendre son service sur les falaises et la plage. Benji comptait profiter de ce temps libre pour régler quelques affaires de l'ordre administratif et puis peut être aussi toucher deux mots au chef des palefrenier sur la monture qu'il avait. Il avait remarqué que Classic avait déferré, il était donc nécessaire de voir le maréchal, mais autant savoir avant qu'elles étaient ses permanences. Et faire un point sur la ration de l'étalon n'était pas à exclure non plus. Bref Benji' devait d'abord s'occuper de ses points, tout ce qui était paperasse ça serait pour plus tard.

Le jeune homme se leva donc en ce premier jour de repos de l'année 2015 avec la ferme intention de traîner un peu chez lui et peut être même de faire le ménage parce que là... c'était un peu le foutoir, bon carrément le foutoir ! Il allait devoir se transformer en véritable fée du logis pour remettre son studio en ordre. Mais pour commencer il allait prendre son petit déj' et surement une douche après. La table de la cuisine n'était pas un exemple de propreté, c'était ça de travailler en extérieur et de rentrer le soir crevé, incapable de quoi que ce soit. En plus de ça, le fait de vivre seul, de n'avoir aucune contrainte particulière ne l'aidait pas. Il n'avait personne derrière lui pour le critiquer sur sa méthode de nettoyage quasi inexistante. Bon aller, café, beaucoup de café et ensuite il allait quand même devoir faire quelque chose pour son appartement sous peine de devoir faire intervenir des exterminateurs pour nuisibles. Ben' commença donc par nettoyer la cuisine, il rangea ce qui traînait sur le bord de l'évier, passa un bon coup d'éponge sur la table et il en arriva même à passer l'aspi et à laver par terre. Cette pièce propre, il passa à la chambre, passa également l'aspirateur, tria les vêtements propres des vêtements sales, avec cette fâcheuse manie de sentir pour être sur que ce qu'il avait en main partait du bon côté. Bon c'était quand même pas un plaisir de faire le ménage, alors il se mit un peu de musique, n'hésitant pas à s'arrêter par moment pour chanter et danser, l'aspirateur servant de micro. Benjamin passa ensuite à la salle de bain et là il prit une douche rapide, rangea encore une fois ce qui n'avait rien à faire là, jeta les gels douche vides et les rasoirs inutilisables. Opération nettoyage de la douche maintenant et il lui fallut quelques instants avant de retrouver le produit nécessaire, il prit presque autant de temps pour retrouver celui qui servait pour la glace et une fois fait il alla enfiler autre chose que le vieux caleçons qu'il avait mis en attendant de finir le ménage.

La matinée était bien avancée lorsque Ben sortit enfin de chez lui. Il avait enfilé un pantalon de survet' gris foncé, un t-shirt blanc et un sweat gris foncé à lignes blanches, bien sur le manteau était de rigueur, mais il restait ouvert et il avait enfilé une paire de baskets noires non lacées. Pas vraiment une allure d'homme de cheval, mais il portait tellement souvent ses affaires pour monter que lorsqu'il était de repos il évitait soigneusement à avoir à porter ce genre de tenue et puis pourquoi se faire beau et classe pour aller dans les écuries ?! Benji attrapa ses clés et son portable qu'il mit dans ses poches et descendit les escaliers en sifflotant. Il ne faisait pas trop moche et s'était agréable, même s'il y avait toujours du vent et que l'air était humide et frais. Le jeune homme traversa la cours et entra dans les écuries des juments, ce n'était pas vraiment là qu'il allait mais il n'avait pas eu l'occasion de faire le tour des écuries depuis un moment et il aimait bien voir les nouvelles têtes et celle qui avait pu quitter l'académie. Il ne s'arrêtait pas à chaque box, mais à ceux ou il savait qu'il y avait un bon cheval qui ne risquait pas de l'attaquer s'il s'approchait de trop. C'est ainsi qu'il se retrouva devant le box d'une nouvelle jument. Bonne taille, bonne tête, elle avait une tête assez arabisée sans pour autant avoir la carrure d'une arabe, elle était plus grande et plus massive
.

"Salut toi !! J't'ai pas encore vu ici !"

La plaque sur la porte indiquait que la jument se nommait Erylis, un joli petit nom pour une belle petite grisette. Ben avança sa main et fit quelques grattouilles à la jument, insistant derrière les oreilles puisqu'elle semblait apprécier ça. Il se mit à rire quand elle chercha un contact un peu plus fort encore.

"Eh bah dis donc, t'es en manque de câlin ou quoi ? Bah t'es pas la seule va, viens ici que j'en profite un peu !"

Ben gratta un peu plus l'arrière des oreilles et avec son autre main il fit la base du toupet, c'est qu'elle aimait vraiment ça la demoiselle !
(c)ARAMIS

_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: Et toutes ces nouvelles résolutions ?! [Ruby/Ben/Erylis]   Sam 31 Jan - 22:56




« Et toutes ces nouvelles résolutions ?! »

ҩ
Les fêtes de fin d'année étaient passées et, en tant que petite dernière arrivée à l'hôpital, j'avais hérité des deux gardes dont personne ne voulait. Autant vous dire que j'avais pu faire une croix sur mon Noël en famille traditionnel, et je n'avais pas remis les pieds du côté de Bordeaux depuis mon arrivée. Bon, remarquez, ça ne faisait pas très longtemps que j'étais loin de la maison non plus, mais Noël avait toujours été un moment privilégié dans la famille Delcourt et le rater c'était quand même douloureux. Toujours est-il qu'après mes deux gardes sur les plus belles soirées de l'année, j'avais eu quelques jours de congés bien mérités aux vues du travail que j'avais eu. Je ne vous raconte pas tout ce qu'on peut voir quand il s'agit de personnes éméchés. Certains blessures vous feraient vraiment froid dans le dos. Ou alors mourir de rire en vous expliquant comment elles avaient eu lieu. J'avais eu les deux cas, mais le professionnalisme voulait que je n'en montre rien. Imaginez, avec le médecin de garde, comme on avait pu rire après une plaie un peu profonde au pouce causée par les pinces d'un crabe vivant qu'on avait voulu cuisiner ou une entorse du poignet pour avoir voulu ramener la dinde sur un plateau d'argent à la façon d'un maître d'hôtel... Là, quand même, on avait le droit de rire.

Bref, c'était une journée qui démarrait et que j'avais décidé de me consacrer. Tout d'abord, grasse matinée. Et pour une fois que Gulliver obtempérait à me laisser dormir, c'était juste super agréable ! Non mais parce que monsieur était du matin, en général. Là il s'était tenu tranquille, et j'étais sortie du lit plus tard que d'habitude, sautant dans un jogging bleu électrique et un gros sweat shirt noir avec des inscriptions bleues. Une paire de baguettes chinoises pour retenir mes cheveux du réveil et des baskets, je n'avais pas attendu que mon infernal me réclame sa première sortie pour l'emmener faire un tour en lisière de bois. Je ne risquais pas de rencontrer grand-monde, par là-bas, au moins, et je pourrais lâcher Gully, qui adorait la forêt, définitivement. Je m'étonnais qu'il ne m'ait pas encore ramené un lapin, d'ailleurs. D'un côté, tant mieux pour moi quand même. Je n'aurais pas vraiment su quoi faire avec un lapin mort. le dépiautage et l'écorchage ça n'était vraiment pas dans mes cordes. Enfin voilà comment passer un quart d'heure au saut du lit dehors, avec un temps super agréable ! Bon d'accord il fallait oublier le vent mais, ma foi... C'était tout le temps comme ça donc ça ne me choquait même plus. Je m'étais quand même vite habituée à ce temps pré-apocalyptique récurrent, mine de rien !

Enfin, finalement, je retrouvais la chaleur de mon appartement, et c'était d'autant plus agréable que c'était l'heure du petit déjeuner suivi de la douche. Pendant que mon café passait, je mis ses croquettes et de l'eau à mon monstre roux. Je finis par prendre mon petit déjeuner ; café et brioche à la gelée de groseille. Miam ! Mais bon pas de quoi m'attarder à table, je n'avais même pas allumé la télévision de toute manière. Je débarrassais ma table avant de faire rapidement la vaisselle ; une cuillère, un couteau et une tasse, voilà qui ne me prendrait pas la journée ! Et en effet, en moins de cinq minutes, tout était sur l'égouttoir et j'avais regagné ma chambre pour choisir ma tenue du jour. J'avais décidé d'aller aux écuries donc il fallait faire en fonction de, mais comme je ne savais pas monter à cheval le pantalon d'équitation n'était pas encore de rigueur. Non, pour aujourd'hui, j'allais me contenter d'un pansage de base, parce que ça je savais à peu près faire. J'avais encore quelques gestes hésitants mais bon, je me débrouillais relativement bien quand même. J'optais donc pour un jean classique, foncé, qui avait déjà bien vécu, et un autre sweat, celui-là rouge, histoire d'être bien visible. A cela j'ajoutais une paire de boots, quand même, je n'avais pas envie de me faire casser un orteil par mégarde, ça serait bien bête. Je finis rapidement sous la douche, histoire de profiter du jet brûlant sur ma peau et de laver mes cheveux. En sortant, je m'enroulais dans mon peignoir avant de commencer à sécher mes cheveux de manière naturelle, laissant mes boucles sauvages reprendre le dessus. Je me séchais ensuite, avant de m'habiller puis de me maquiller ; voile de fard à paupière argenté, léger smokey en noir, mascara sans eye-liner, un peu de crème correctrice pour le teint, une touche de gloss rouge pour parfaire le tout. C'était encore relativement discret, comme maquillage, et ça me plaisait comme ça. Une fois ma touche finale, Angel de Thierry Mugler, ajoutée, j'allais enfiler mes chaussures et mon blouson, passant aussi un foulard rouge et marine pour éviter de chopper une angine ou toute autre extinction de voix tout sauf sympathique. Portable, clés... Départ opérationnel pour les écuries !

Je descendis les escaliers avec bonne humeur, rebondissant presque comme une biche à chaque fois que je touchais une marche. Du genre je suis en forme bonjouuuuur ! En sortant du bâtiment des studios, mes pas me menèrent directement et toute guillerette à l'allée des juments, parce qu'aujourd'hui j'allais m'occuper d'Erylis, une jolie petite croisée arabe grise qui avait l'air juste extra gentille. J'entrais d'un pas décidé dans les écuries, un sourire aux lèvres, avant de replacer d'un mouvement de main ma mèche de cheveux rebelles. Avec tout ce, vent, mes boucles étaient venues se mettre devant mes yeux et je ne voyais strictement plus rien ! Donc avec une visibilité dégagée pour voir où j'allais ce n'était pas mal non plus. Surtout qu'en entrant dans l'écurie, je découvris un jeune homme en train de gratouiller la tête de la jument. Cette scène me fit sourire. Pourquoi ? Tout simplement parce que la gente masculine n'était normalement pas du genre câline, enfin d'après les stéréotypes. Mais de tous les cavaliers que je connaissais, il n'y en avait pas un qui n'était pas tendre avec sa monture. C'était plutôt mignon à voir, comme scène, du coup, et je m'en voulais de les interrompre. Non mais parce que pour maintenant, soit j'allais panser la jument quand même soit j'allais rencontrer l'inconnu un peu plus loin, mais je n'allais pas rester plantée en plein milieu de l'allée comme une potiche, quand même. Finalement, je me décidais à un compromis ; pourquoi ne pas faire une nouvelle rencontre tout en m'occupant de la jument ? Que je sache, il n'y avait rien dans l'un qui puisse empêcher l'autre. C'est donc avec un sourire aux lèvres que je m'approchais du couple décalé de l'allée. Je finis par m'appuyer d'une épaule contre le mur de pierre soutenant le boxe.

« Salut ! » Dans la joie et la bonne humeur avec un soupçon de charme quand même. « Je m'appelle Ruby. » Superbe sourire. « C'est toi qui t'occupe d'Erylis ? » Question logique, puisqu'il était là à la gratouiller et que je n'étais pas sa cavalière. Et puis le vouvoiement c'était envolé tout seul, face à ma question douce et intriguée, allant de paire avec mon regard pétillant de vie et de malice et mon sourire délicat. P'tit diamant à croquer !


Ruby ҩ Benjamin