Partagez | 
 

 « Back under the willow tree. » Juliette & Laszlo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: « Back under the willow tree. » Juliette & Laszlo   Lun 15 Déc - 17:47




Juliette & Laszlo

" Back under the willow tree. "

« Je m’appelle Zack, et je voulais savoir si je pouvais rester un petit moment ici. »

Je me souvenais de ses paroles comme si elles dataient d’hier. Sa voix résonnait dans ma tête, certains jours, sans sembler vouloir sortir de là. J’avais beau essayer d’écouter de la musique, de me mettre une chanson affreuse dans la tête, de travailler jusqu’à m’écrouler de fatigue, impossible d’oublier cette voix que j’avais tellement aimé entendre, avant. Avant, oui, parce qu’il était parti. Zack était parti presque du jour au lendemain, ou en tout cas c’est l’impression que j’avais eue. On en avait parlé et je savais très bien qu’il fallait qu’il parte, on s’était dit au revoir, mais je n’étais toujours pas parvenue à combler ce vide en moi. On avait décidé à deux que notre histoire s’arrêterait là parce que sinon ce serait trop dur à gérer, mais il me manquait tellement… On avait traversé des milliers de choses ensemble, je l’avais vu remarcher alors que tout notre espoir s’était envolé quelques mois plus tôt, et pourtant… C’était terminé. Du coup, c’était une Juliette au cœur brisé qui faisait face au monde qui l’entourait en essayant tant bien que mal de sourire pour que les gens ne s’inquiètent pas. Seul point positif de cette rupture : je passais un peu plus de temps avec Roméo. C’était à peu près le seul à me faire sourire maintenant, vu que je sortais rarement et que je n’avais pas grand-monde sur qui compter à part lui. Alex, un peu, mais ces derniers temps il s’occupait plus de son épaule en miettes, de filles dont je ne connaissais pas le nom, de ses demi-sœurs et de Florent, qui allait devenir papa. Oh, non, très peu pour moi l’idée de lui en vouloir. Après tout, on était simplement amis, rien de plus. C’est juste que, ouais… Y’avait plus que Roméo et Juliette.

Doucement, je pris une gorgée de mon chocolat chaud, le regard rivé sur les écuries, que je voyais depuis la fenêtre de mon appartement. Y’avait peu d’animation, pour un samedi. Normalement les gens se bousculaient à l’académie le week-end, mais cette fois, ils n’osaient pas trop affronter le froid qui se faisait ressentir depuis quelques temps déjà. En même temps, avec la tempête qu’on avait eue, c’est vrai que l’idée de sortir n’était pas plus motivante que ça. Je terminai mon chocolat chaud d’une traite et déposai ma tasse dans l’évier, avant de passer dans ma chambre pour enfiler autre chose que mon pyjama. De toute façon, je passais ma vie en pyjama, ces derniers temps. Sauf quand j’allais travailler, évidemment, mais ça me rappelait les longs dimanches pluvieux en Angleterre et c’était plutôt rassurant. Je m’étais promis de retourner voir mes parents dans peu de temps, mais il fallait déjà que j’ose demander congé au patron, ce qui n’était pas gagné. J’avais beau travailler dur et ne jamais être absente, ce type ne semblait pas vouloir me lâcher la grappe.

Je sortis un pantalon en jean et un simple t-shirt rouge un peu moulant de mon armoire, que j’enfilai en vitesse. J’attrapai aussi un gros pull noir en laine et l’enfilai par-dessus, croisant les bras, frissonnant. Il faisait vraiment caillant, dans ce pays. Des vacances à la Costa del Sol ne me feraient aucun mal, mais bon, le patron, hein… Pourtant, je comptais bien sortir, aujourd’hui. Braver le froid. Je connaissais même ma destination : le vieux saule pleureur sous lequel j’avais rencontré Zack. Je n’y étais plus retournée depuis au moins tout ça alors que j’adorais cet endroit, et ça m’aiderait peut-être à tirer un trait sur mon histoire avec lui, ou en tout cas je l’espérais. Cette idée me fit sourire, parce que j’allais peut-être enfin réussir à m’endormir le soir, sans passer des heures à me retourner dans mon lit. Peut-être pas, mais ça valait le coup d’essayer. J’enfilai mon manteau rouge et agrippai un sac Longchamp noir, avant de fourrer mon bloc à dessins, des crayons, une gomme et mon téléphone dedans. J’étais en train de dessiner quand j’avais rencontré Zack, alors il fallait que je fasse tout à fait pareil maintenant. J’enfilai des bottes courtes à talons noires, puis me mis en route.

Hésitante, je sortis de la voiture, avant de claquer la porte derrière moi et de poser mon regard sur le saule pleureur, qui se trouvait encore assez loin. Je sortis mon écharpe du coffre de la voiture et l’enroulai autour de mon cou, pour enfouir ma tête dedans. Mon sac sur l’épaule, les mains dans les poches, je suivis le chemin qui menait à cet arbre où tout avait commencé, perdue dans mes pensées. Laisser tout ça derrière moi. Faire mes adieux. Recommencer à sourire. Me faire des amis. Vivre ma vie. D’un pas décidé, je rejoignis le vieil arbre en traversant le parc, quasiment désert, même s’il ne faisait pas mauvais. Il faisait gris, c’est tout. Lentement, j’écartai les feuilles qui pendaient jusqu’au sol et qui cachaient l’intérieur de l’arbre, une idée que j’avais toujours aimée. C’était une cage, cet arbre. Une cage où on se sentait moins vulnérable, même indestructible, à vrai dire. Je me baissai pour passer sous le reste des feuilles, puis aperçus un jeune homme avec sa guitare, assis contre le tronc d’arbre où je comptais m’asseoir, à la base. En arborant un sourire doux et gentil, je lançai d’une voix presque timide :

« Bonjour… Ca vous dérange si je m’installe ici, moi aussi ? Je me ferai toute petite, c’est promis. »

Mon sourire se fit un peu malicieux, tandis que je m’approchais de lui. Il avait le visage rond, presque enfantin, mais sa barbe démontrait qu’il n’était pas si jeune que ça. Si ça se trouvait, il avait le même âge que moi, c’était assez dur à dire. Je m’assis à côté de lui contre le gros tronc, un peu détournée de lui, du coup, puis poursuivis gentiment :

« Je m’appelle Juliette. »




Codage par Phantasmagoria

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« Back under the willow tree. » Juliette & Laszlo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Archives :: « Horse Beautiful » Forum version 1 :: Archives "RPG" :: Rp's divers-