Partagez | 
 

 TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Jeu 20 Nov - 23:39




« Trapped »

ҩ
Soyons francs. Cette journée était pourrie, avec un temps pourri. A côté de ça j'avais l'air d'être la bonne humeur incarnée, sérieusement. Bon, d'accord, j'étais d'humeur plus que correcte depuis le matin, malgré le temps morose. J'avais réussi à dormir une nuit complète, comme de plus en plus régulièrement ces derniers temps. Je recommençais enfin à prendre un rythme plus calme dans ma vie, et puis... mon épaule ne m'avait pas fait souffrir. Ce qui était plutôt rassurant parce que j'avais commencé la rééducation il y a peu de temps, et même si je devais encore me tenir tranquille un petit moment et que je ne faisais toujours pas grand-chose de mon bras droit, il était libéré de l'attelle. A moi la charge de ne pas prendre un mauvais coup ou vouloir porter quelque chose de lourd sous peine de repartir de zéro.

Mais, avec ma prudence, je n'avais plus le moins du monde mal quand je ne sollicitais pas directement l'épaule. J'étais bien plus autonome et ça me mettait de très bonne humeur, mine de rien. Je détestais à la base être dépendant de quelqu'un, et maintenant, petit à petit, je ne devenais dépendant que de moi-même. Les choses étaient parfaites, non ? Si, même si j'avais encore de gros progrès à faire. Mais d'un autre côté, comme je ne travaillais plus, j'avais un tas de disponibilités pour dormir, profiter de prendre la vie du bon côté et aller chez le kiné. C'était d'ailleurs mon programme d'après midi. Je m'étais rendu à pieds chez le kiné, malgré le temps apocalyptique, et à mon arrivée j'avais été pris en charge par un des deux kinés de la structure. N'avaient pas tardés à démarrer les exercices, plus ou moins douloureux selon le sens du travail. Dès que je devais monter le bras à l'horizontale, ça devenait le bagne, sans déconner.

Mais, chose rare, je ne me plaignais pas et j'effectuais les exercices avec un peu de bonne volonté. Du coup les séances allaient plutôt vite quand même. Et petit à petit certains mouvements répétitifs qui avaient été pénibles à faire au départ devenaient plus fluides, preuve que quand même ça s'améliorait, bien que j'ai pu être assez pessimiste au départ. Enfin, je restais un peu sur la réserve, car, mine de rien... Il y avait des choses qui ne s'amélioraient pas du tout, et c'était à croire que ça n'irait plus jamais. C'était peut-être ça les éventuelles séquelles dont avait parlé le chirurgien. Mais bon, je m'y étais résigné. Au moins j'avais une épaule qui redeviendrait valide ou presque, alors qu'avec une 300 Winchester comme celle qui m'avait transpercé... Un peu plus bas et j'aurais perdu un poumon. Encore que je n'y aurais tout simplement pas survécu. Bref, j'avais de quoi relativiser.

Finalement, j'avais fini ma séance et j'étais assis dans un calme tout relatif avec les électrodes branchées sur mon épaule. Ce truc, c'était vraiment bizarre, mine de rien. A la fois désagréable parce que ça chatouillait et picotait, et puis aussi agréable, parce que ça avait tendance à soulager les muscles au bout d'un moment. Décidément, j'étais partagé sur les électrodes. Je relevai finalement la tête de mon IPod sur lequel j'étais en train de zapper les musiques. Dans la pièce d'à côté, ça bossait toujours, je le voyais par la porte à demie fermée. Et si bien entendu je voyais les personnes qui s'affairaient à côté - une petite fille à cloche pieds sur un trampoline, une blonde qui me disait vaguement quelque chose en train de s'étirer, un vieux monsieur faisant des exercices du dos - elles pouvaient aussi me voir. Autant vous dire que je me fichais pas mal d'être assis avec les électrodes patchées sur mon torse nu. Quand bien même je n'avais plus tous mes muscles juste bons à me mettre à l'aise avec ma superbe plastique, je n'avais pas vraiment honte de mon corps, et si on me voyait, tant pis. Ce n'était pas comme si j'avais délibérément laissé la porte de la pièce ouverte, personnellement.

J'étais en train de regarder à travers leur fenêtre lorsqu'un énorme coup de tonnerre me surprit. Il fallait dire que même avec la musique à une bonne intensité sonore dans les oreilles, j'avais entendu le coup de tonnerre, et les lumières s'étaient éteintes et rallumées. Bien sûr, l'éclair aveuglant avait pris le relais pendant l'extinction, et d'ailleurs avec plus d'intensité que les ampoules. Je n'étais pas naturellement peureux des éléments, et pour cause j'avais passé des nuits d'orage dans mon habitat de prédilection, les ruelles. Mais là ça avait été carrément surprenant, assez pour que je coupe la musique et scrute la fenêtre. Les éclairs zébraient le ciel et la pluie s'abattait par vagues sur les fenêtres. Quelque chose me disait que ce n'était pas un traditionnel petit orage d'automne. Je passai une main dans mes cheveux, distrait.  


Alexandre ҩ Clarissa

CODE BY AMIANTE

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Sam 22 Nov - 13:00



Trapped
Clarissa

Des journées comme celle-ci s'était quand même monnaie courante sur Etretat. Clarissa était née dans cette petite ville, elle avait toujours connu les automnes tristes, pluvieux et souvent particulièrement venteux de la côte. Et ce n'était pas parce qu'elle y était habituée qu'elle aimait ça, bien au contraire ! Elle n'appréciait pas vraiment le froid et l'humide, mais voilà, toute sa petite vie était ici et elle n'avait pas encore envie de partir de là. Elle avait ses parents, une bonne école, un stage intéressant et même un appartement dans une des plus prestigieuse académie équestre, c'était le pied ! Donc pour l'instant elle prenait son mal en patience et subissait les aléas de la météo. En ce jour c'était quand même assez particulier, quand elle était partie en cours le matin il faisait noir, les nuages étaient bas, menaçants et le vent soufflait modérément mais avec régularité. Dans la matinée il s'était mis à tomber des trombes d'eau, le vent était monté et Clary se demanda si elle allait survivre sur la route en rentrant. Heureusement elle avait encore quelques heures avant de retourner à l'académie, d'ici là le temps se serait peut être calmé. La journée passa, longue, comme toujours mais il fallait qu'elle aille en cours, elle avait encore tant de choses à apprendre ! L'heure de quitter l'établissement arriva enfin, la jeune femme ne finissait pas tard, mais elle avait pris un rendez vous chez le kiné juste après parce qu'elle avait besoin de travailler encore régulièrement sa hanche et surtout elle essayait de retrouver une certaine souplesse parce que là c'était une véritable catastrophe.

Clarissa parcourut les quelques rues qui séparées la fac du cabinet de kiné en voiture et elle crut mourir vingt fois à cause de la pluie, la visibilité était quasi nulle par moment et elle avait une peur bleue d'écraser quelqu'un, même s'il fallait avouer qu'il fallait être rudement bête ou désespéré pour se balader dehors par ce temps. Elle roulait donc vraiment doucement et se gara juste devant le cabinet. Bon au moins elle n'allait pas devoir affronter la tempête trop longtemps, en plus de ça la pluie s'était calmée et le vent n'était plus aussi virulent, enfin une accalmie. Clary attrapa un sac de sport à coté d'elle et sortie en vitesse pour rejoindre l'intérieur. Elle alla directement dans un petit vestiaire et quand elle ressortit elle portait un short assez moulant noir et un débardeur blanc à motifs bleus. Elle rejoignit la pièce principale ou se trouvait le matériel et commença à s'échauffer, elle fit aller chevilles, genoux, hanches, ensuite vinrent les étirements et là elle pesta beaucoup intérieurement. Elle s'installa sur le sol, jambes tendues et alla toucher ses pieds, jusque là ça allait pas trop trop mal, elle sentait une gêne dans la hanche, comme une résistance et d'après ce qu'elle savait il y avait des chances que cette gêne soit permanente. Son kiné, qui devait surement bientôt arriver, l'avait prévenue qu'elle n'allait surement pas retrouver toute sa souplesse et que même en travaillant régulièrement elle ne parviendrait pas à faire ce qu'elle faisait avant, sa hanche avait était trop abîmée.

En attendant que le kiné la prenne en charge, là il était occupé avec un jeune fille qui devait sauter sur un trampoline, Clary observa un peu les gens présents, ça c'était son passe temps favoris. Elle scruta donc la petite faire ses exercices et comprit qu'elle avait quelque chose au niveau de la cheville, il y avait aussi un vieux monsieur qui avait des problèmes de dos et qu'on faisait travailler. Après une vague observation, Clary remarqua qu'une des salles était occupée et elle put même voir que c'était quelqu'un qu'elle connaissait. Bon d'accord, quelqu'un qu'elle avait déjà croisé plusieurs fois. Elle ignorait son nom mais savait qu'il s'agissait d'un ami à Florent et Céleste et qu'il l'impressionnait beaucoup. Il était tranquillement installé, torse nu et elle constata qu'il était bien plus tatoué qu'elle ne l'imaginait, avec des électrodes autour de l'épaule. Sa réflexion s'arrêta là puisqu'il y eut une micro-coupure de courant, un coup de tonnerre puissant et un éclair foudroyant remplacèrent la lumière de la salle et le son de la musique. Clary sentit son coeur s'emballer et intérieurement ça devint Bagdad :
maman j'vais mourir ! C'est quoi ce bordel, on dirait la fin du monde !

Oui les réflexions de la jeune femme étaient très poussées. Elle se leva, de toute façon elle ne travaillait pas vraiment là et se plaça devant la fenêtre, la pluie battante ruisselait sur la vitre et en regardant bien elle pouvait distinguer les arbres quasiment couchés à cause des bourrasques de vent. Clary croisa les bras et commença à se mordiller la lèvre inférieure tout en observant le spectacle. Ce qui ne dura pas longtemps car il y eut un nouvel éclair accompagné d'une coupure de courant et le grondement fut tel qu'elle crut que l'orage était à quelques mètres seulement du bâtiment. Ça aurait été possible mais la différence entre l'éclair et le grondement était quand même assez important pour penser que ce n'était pas tout près tout près. N'empêche que ça restait rudement flippant tout ça ! Elle pensa a sa pauvre petite voiture garée devant le cabinet et espéra qu'elle était bien étanche sinon ça deviendrait un véritable aquarium. Bon et puis c'était quoi ces lumières qui ne revenaient pas ? L'un des kiné s'éclipsa à la lumière de son téléphone et il revint quelques secondes après en disant qu'il ne pouvait rien faire pour l'électricité c'était une coupure générale. Ils étaient pas dans la merde franchement !

Les éclairs se succédaient avec intensité et la pluie ne cessait pas. Là, à la fenêtre, c'était comme regardait un film catastrophe sans avoir l'impression d'y participer. Clarissa finit par se détourner et remarqua la petite fille qui pleurait seule dans son coin, elle vit également le vieux monsieur assis qui observait la fenêtre méfiant. La blonde essaya de rejoindre l'enfant, mais comme la lumière de la sortie de secours n'était pas suffisante, elle se prit les pieds dans des tapis et failli tomber, ce qui la fit jurer du style
"Bordel ! Chiotte crotte mouise bique ! c'est quoi ça ?" Quand elle vit qu'il s'agissait de tapis elle fit le tour à tâtons et alla s'installer par terre face à la porte ou se trouvait le jeune homme tatoué. Elle n'avait même pas son portable sur elle et elle ne savait pas non plus pourquoi elle restait là. Bon d'accord, elle n'avait aucune envie d'aller affronter les éléments déchaînés, Dame Nature semblait plutôt en colère alors il valait mieux attendre. Le second kiné, qu'elle n'avait même pas vu partir, revint avec son téléphone en main et observa, enfin tenta d'observer les clients avant d'annoncer :

"C'est une grosse tempête, la ville demande à ce que tout le monde reste là ou il est, des routes sont inondées et ils prévoient des rafales encore plus violentes que celles qu'y a déjà... Je suis désolé, mais personne ne va pouvoir partir d'ici avant qu'on ne nous le dise..."

Clary soupira, dégouttée d'être coincée ici alors qu'elle aurait pu être chez elle, dans son lit, avec une tasse de thé et un bouquin, bon sans lumière ça n'aurait pas été pratique et en plus elle aurait été seule, ce qui n'était pas drôle par un temps pareil, mais elle se serait surement sentie plus en sécurité quand même. La fillette elle se remit à pleurer plus fort en réclamant sa maman, la jeune femme la regarda, des fois elle souhaitait être plus jeune, au moins elle aurait pu agir comme elle est réclamer sa maman et ses bras protecteurs sans qu'on la regarde de travers. Elle s'approcha de la petite fille et même si elle ne savait pas quoi lui dire, elle essaya de la réconforter un peu.

"T'inquiète pas va, ça va aller, je suis sure que ta maman est tranquillement chez vous et qu'elle attend que la tempête s'arrête pour venir te chercher. Et puis il ne faut pas que t'aies peur, on est à l'abris ici."

La fillette se jeta pratiquement dans ses bras en pleurant après sa maman et Clary se retrouva toute désemparée. Elle n'avait rien contre les enfants, c'était juste pas son truc. Et dans ces conditions c'était vraiment pas son truc !
(c)ARAMIS

_________________


and the others:
 


Dernière édition par Clarissa Charmant le Lun 24 Nov - 13:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Dim 23 Nov - 22:30




« Trapped »

ҩ
Autant la séance de kiné en elle-même n'avait pas été la pire torture - même si, pour être tout à fait honnête avec vous, ce n'était pas non plus une partie de plaisir -, autant les électrodes étaient toujours un moment assez désagréable à passer. Dans ces moments-là, j'étais isolé avec des impulsions électriques qui titillaient ma peau scarifiée, sans oublier mes muscles fondus, mes nerfs à vif, mes tendons abîmés. En somme, ça n'était pas vraiment une chose agréable à mon goût. Il y avait certes pire, mais c'était le pire dans les séances de rééducation. D'autant plus que, dans cette période d'inactivité, j'aurais vaguement pu m'ennuyer si je n'avais pas eu mon IPod avec moi. Rester assis et tranquille, ça allait quand même bien cinq minutes, mais je faisais ça depuis des mois, maintenant, et ça n'entretenait pas forcément toujours ma meilleure humeur. Pourtant, aussi étonnant que ce soit, j'étais de bonne humeur.

Et puis, d'un coup, mini fin du monde. Le courant qui se coupe, le vent qu'on entend siffler, la pluie qui cingle le bâtiment, l'orage qui roule et le flash lumineux qui nous éblouit. L'orage qui menaçait depuis le matin avait finalement pointé le bout de son nez, finalement. Et il était quand même plus impressionnant que celui auquel je m'attendais. Cela faisait deux ans que j'étais à Etretat et les caprices de Mère Nature ne m'avaient encore jamais surpris de la sorte, ici. Je profitais du fait que la lumière revienne pour décoller d'un coup sec les électrodes accrochées à mon épaule. Elles étaient reliées au courant par l'intermédiaire d'un boîtier qui permettait de régler leur intensité mais en gros... J'étais branché sur secteur et par temps d'orage, je préférais ne pas mettre les doigts dans la prise, voyez-vous. Alors je n'étais pas plus mal à les enlever de mon propre chef, surtout qu'il ne restait que deux minutes normalement alors ça n'allait pas foudroyer la séance non plus.

J'avais posé la main sur mon tee-shirt lorsque le courant sauta de nouveau. Je levais les yeux au ciel, presque dans le noir complet. Les seuls flashs de lumière me venaient de la porte entrebâillée lorsqu'un éclair jaillissait. Bon et bien... Il allait falloir que je me débrouille dans le noir. Je passais mon tee-shirt, étouffant vaguement des jurons parce que, comme toujours, cela malmenait mon épaule encore fragile. Bon, et puis je n'allais peut-être pas rester dans le noir non plus, c'était super moyen. Je pris mon IPod et le glissais dans ma poche avant de prendre mon téléphone et de le mettre en mode torche pour rejoindre la porte toute proche sans me prendre un gadin monumental qui aurait sûrement fait pas mal de mal à mon épaule pas encore remise. C'est ainsi que je finis par m'appuyer de l'épaule gauche dans l'encadrement de la porte avec mon gilet posé sur la même épaule et la lumière éclairant mes traits vers le bas puisque je pointais ma lumière vers la fillette.

Elle était visiblement complètement paniquée. C'était presque compréhensible pour moi. Elle était dans le noir, entourée d'inconnus, par un temps de tempête. Rien que les bruits étaient impressionnants. Le vent hurlait contre les fenêtres, la pluie tambourinait toutes les surfaces, et le tonnerre roulait et grondait presque sans discontinuer. C'était aussi sans compter les éclairs qui inondaient la pièce sans crier gare. Oui, c'était sans doute impressionnant pour cette enfant. Ça avait été impressionnant pour moi aussi, enfant. Pourtant, je n'avais jamais pu appeler ma mère à mon secours. Elle n'avait jamais été là pour moi. Peut-être que c'était la raison pour laquelle je m'étais tant endurci. Quoi qu'il en soit, cette puce à l'air fragile me rappelait une autre puce que je m'étais promis de toujours protéger et qui n'était autre que ma demie-sœur, Savannah. Mon petit ange, mon adorable rayon de soleil. J'étais tout de même soulagé qu'elle ne soit pas avec moi à cet instant.

Un rapide coup d'œil vers la petite fille m'appris qu'elle s'était jeté au cou de la blonde que j'avais déjà dû croiser et que cette dernière n'avait visiblement pas tout à fait la situation en main. Je passais de nouveau une main dans mes cheveux qui devenaient trop longs par manque de soin avant de me diriger vers les deux demoiselles, m'asseyant à côté, contre le mur, une jambe tendue et l'autre repliée, dans une position décontractée. Je n'étais pas nerveux, du moins pas réellement, dans cette situation. Vu toutes mes galères récentes, le toit ne devrait pas me tomber sur la tête, en théorie. J'avais donc des raisons d'être serein tant que je ne sortirais pas d'ici. Je posais mon téléphone-torche sur le sol, à mi-chemin entre les demoiselles et moi, et cela capta l'attention de la petite, qui me regarda avec son petit visage plein de détresse. J'esquissai un sourire assez doux, un peu de ceux que j'avais avec Savannah pour la rassurer d'un million de choses. Je savais aussi que je devais détourner l'attention de l'enfant pour la tranquilliser un peu.

« Salut. Tu t'appelles comment ma puce ?
- Cassie. Et... Et toi tu t'appelles comment ? »
Sa petite voix d'enfant tremblante était touchante, et il n'y avait nul doute qu'elle aurait fait fondre mon cœur en lambeaux même si j'avais été d'une humeur massacrante.
« Je m'appelle Alexandre. » Je lui souris de nouveau avant de sortir mon IPod de ma poche et de l'ouvrir sur une playlist que j'avais composée avec Savannah quand j'étais allé passer quelques jours chez mes parents après le braquage. Je fis glisser l'IPod vers la petite. « Tu veux mettre de la musique, Cassie ? C'est ce que ma petite sœur fait quand il y a de l'orage. Et on va attendre ta maman tous ensembles, d'accord ? »

Ma voix était douce et avenante, et ça n'était pas vraiment cette douceur qui primait chez moi d'habitude. Pourtant, la petite hocha la tête et appuya sur une musique d'enfant. C'était une chanson de Disney, si je ne me trompais pas, mais j'aurais bien été incapable de vous dire de quel dessin animé elle provenait. Je n'étais pas vraiment professionnel de ce domaine, même plutôt loin de là. Toujours est-il que, même si la petite Cassie était toujours blottie contre la blonde et qu'elle étouffait encore de gros sanglots, ses cris d'enfant perdue avaient cessé, et c'était déjà une bonne chose. Elle m'éviterait au moins de m'excéder alors qu'au contraire j'aurais du me temporiser et être... Eh bien, exactement comme je l'étais à ce moment-là, un peu grand frère protecteur et avenant. Pourtant, je détournais le regard de la petite fille et de la blonde qui était avec elle pour le porter, un peu vague, vers la fenêtre où je regardais les éléments se déchaîner. Instinctivement, je portais ma main gauche à mon épaule, la massant légèrement pour faire passer la sensation de gêne. Dans cette position, j'vais l'air... Totalement déconnecté de la situation. C'était comme si je me contentais d'attendre, comme si tout allait bien et que je ne pouvais juste pas partir pour une raison bête comme un embouteillage. Contrairement à mon aura de haine et de rage pures habituelle, c'était plutôt un halo serein et détaché qui flottait autour de moi, à cet instant précis.   


Alexandre ҩ Clarissa

CODE BY AMIANTE

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Lun 24 Nov - 14:21



Trapped
Clarissa

Les enfants étaient une responsabilité et Clarissa avait déjà assez de mal à réussir à se gérer toute seule par moment qu'elle ne s'imaginait pas devoir prendre soin d'un enfant, même d'un certain âge déjà. Après tout elle n'était pas si loin que ça de son enfance, du haut de ses 21 ans elle s'imaginait encore souvent comme ayant 15 ans et pouvait avoir des idées bien futiles et immatures. A coté de ça elle était tout à fait capable de travailler dur pour réussir à boucler un dossier ou de prendre sur elle pour qu'un client n'ait pas l'impression d'avoir une ado tout juste sortie du lycée en face de lui. Seulement elle avait encore toute son âme d'enfant et avait du mal à grandir, même si les responsabilités s'accumulaient petit à petit. Et là, dans ce cabinet de kinésithérapie, elle venait de prendre en charge une pauvre fillette apeurée. Elle ne s'attendait pas à ce qu'elle ne lui saute dessus, Clary était trop... timide pour avoir un geste pareil, elle avait peur de déranger, d'entrer dans l'espace des gens et n'avait donc que rarement et uniquement avec des gens qu'elle connaissait depuis longtemps ce genre de comportement. Par contre que quelqu'un envahisse son espace personnel ne la dérangeait pas plus que ça. Bon il ne fallait pas non plus que cette personne soit insistante ou qu'elle ne dépasse les bornes des limites, mais en général elle recevait plus de marques d'affection qu'elle ne donnait.

La jeune femme resserra donc son étreinte sur la petite fille et resta comme ça, le visage penché vers la fillette, incapable de savoir ce qu'elle devait faire. Elle aperçut de la lumière et fut aveuglée un instant, ce qui la fit cligner des yeux, puis la lumière se déplaça et termina sa course près d'elle. Clary put ainsi voir le jeune homme qui se trouvait dans la pièce d'à coté, il avait mis un t-shirt et venait de s'asseoir à coté de la petite fille. Il semblait savoir ce qu'il faisait, ce qui étonna un peu Clarissa. Elle ne connaissait pas beaucoup de gars capable de s'occuper d'un enfant, encore moins dans une situation pareille ou l'enfant était en pleurs et terrorisée. Il s'adressa calmement à la fillette pour lui demander son prénom et Clary ne quitta pas le visage du blond jusqu'à ce qu'elle entende la voix de la fillette qui lui donnait son prénom. Le jeune homme se présenta ensuite et Clarissa eut un vague souvenir de ce prénom lors d'une soirée, elle n'avait jamais pu mettre de visage sur ce prénom, maintenant c'était chose faite. La jeune femme regarda Cassie prendre l'Ipod et mettre les écouteurs avant de choisir une musique de La reine des neiges, ce qui la fit sourire, Clary était une grande enfant et oui elle regardait de temps en temps des dessins animés et elle aimait particulièrement les Disney. Cassie ne se détacha pas pour autant d'elle et les larmes continuaient de couler mais elles commençaient à se faire plus rares et ses hoquets plus espacés. Doucement Clarissa se mit à caresser les cheveux de la petite fille, sachant à quel point elle-même aimait les caresses dans ses cheveux.

Le temps n'allait pas en s'améliorant et pour le coup la blonde prenait sur elle car elle aurait aimé se planquer dans un coin. Mais bon il y avait du monde alors il fallait rester forte et puis faire sa poule mouillée devant Alexandre c'était bof bof... Non elle ne s'imaginait rien, ils étaient bien trop différents et elle n'était pas le genre de filles qu'il devait regarder. Et puis de toute façon là elle était juste un peu trop inquiète avec e qu'il se passait dehors pour se préoccuper de ce genre de chose. Pour une fois que son cerveau la laissait tranquille avec ses idées bizarroïdes de pseudo-couple inenvisageable. Clarissa ne savait pas quoi dire, elle était à la limite de la gêne, devait elle s'adresser au jeune homme ?! Qu'est ce qu'elle pouvait bien dire dans ce cas ?! Elle n'allait quand même pas parler de la pluie et du beau temps puisqu'ils étaient coincés ici à cause de ce satané temps ? Le visage tourné vers la fenêtre, le spectacle des éclairs et du paysage sous le vent l'hypnotisait. Cassie se redressa et la regarda les larmes aux yeux
.

"Tu peux me faire des tresses ?
Si tu veux oui, tu en veux beaucoup ?
"

La petite acquiesça et Clary la mit devant elle, elle s'installa en tailleur contre le mur et passa ses doigts dans les cheveux de la fillette afin de les démêler. Elle avait de long cheveux et si elle voulait pleins de tresses elles allaient en avoir pour longtemps ! Mais bon, Clary commença donc à séparer trois mèches et débuta la première tresse.

"Qu'est ce que t'écoutes de beau ?
Ce rêve bleu, c'est dans Aladdin.
Je sais, c'était mon dessin animé préférait quand j'étais petite, maintenant j'ai une préférence pour Raiponce.
J'aime bien Raiponce... Et toi Alexandre, c'est lequel ton préféré ?
"

Clarissa avait presque oublié que le jeune homme pouvait parfaitement entendre leur conversation, non mais avouez quand même que c'était la honte de parler de dessin animé à coté d'un mec qui n'avait pas vraiment la tête à regarder ce genre de chose. Mais bon, là question amusa la blondinette qui leva les yeux pour observer Alexandre. Elle n'avait pas besoin de regarder ce qu'elle faisait pour faire une tresse et donc avait tout le loisir de le regarder en attendant sa réponse. Clarissa termina sa première tresse et entama la seconde, elle avait l'habitude d'en faire, sur soi c'était nettement plus compliqué et elle y parvenait plutôt bien donc là c'était d'une facilité déconcertante. Une fois que le jeune homme eut répondu la fillette changea totalement de sujet de conversation, ce qui surpris un peu Clary, les enfants passaient vraiment du coq à l'âne. Comme elle en fait... Elle devait vraiment être restée une grande enfant !

"Et pourquoi vous êtes là vous ? Moi je me suis tordue la cheville en faisant de la corde à sauter à l'école...
Et moi je me suis faite marcher dessus par un cheval et les os de mon bassin se sont cassés et maintenant que c'est guéri je dois réapprendre à bien marcher.
"

Clary passa les détails, elle n'allait quand même pas dire à une gamine qu'elle avait eu des plaques de métal dans le corps, qu'on lui avait passé des câbles afin de soutenir sa jambe. Bref, pas la peine de ressasser ce genre de chose. Pas non plus la peine de dire qu'elle aurait pu mourir sous les pieds de cet étalon ou même à cause des flammes se nourrissant des écuries. Clarissa haussa les épaules, elle était là et c'était le principal !
(c)ARAMIS

_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Dim 30 Nov - 20:27




« Trapped »

ҩ
La tempête qui faisait rage dehors m'avait donc coincé dans ce cabinet de kinésithérapie, dans le noir total lorsque les éclairs ne nous faisaient pas tout leur petit cinéma, avec une petite fille, une jeune fille que j'avais déjà du croiser, un vieillard et les kinés. C'était quand même vraiment la poisse, mais bon, j'allais devoir prendre mon mal en patience. Et aussi conserver ma bonne humeur, parce que ces pauvres gens coincés avec moi n'y étaient pour rien eux non plus, ils n'avaient strictement rien demandé et ne faisait que subir, un peu comme moi quoi. Et puis, mine de rien, mon instinct de grand-frère un peu surprotecteur avait refait surface et, une fois rhabillé et la situation un peu étudiée, je m'étais dirigé vers la petite fille, posant mon éclairage entre elle et moi, et engageant une conversation sur le genre d'intonations douces que j'avais apprises à employer avec Savannah. Elle était tellement petite lorsque j'étais entré comme un boulet de canon dans sa vie, moi, ce garçon instable et sauvage que j'étais encore un peu parfois. Moi et mon caractère compliqué, mes sautes d'humeur et mes excès de colère à la limite de la violence. Et ma petite sœur m'avait apprivoisé, en quelques sortes, réveillant un instinct de protection différent, chez moi. Certes, j'avais déjà cherché à protéger mes amis, mes complices des rues. Mais jamais je n'avais eu à protéger une enfant.

Maintenant, j'étais plus à l'aise avec les enfants, assez pour demander à la puce comment elle s'appelait et me présenter en retour, avec cette voix que je ne prenais habituellement qu'avait ma petite sœur. Cette voix douce et empreinte de sérénité, de patience. Ça ne me ressemblait pas beaucoup, à vrai dire, mais souvent, mon père, Elliana ou sa mère m'avaient dit que ça ne m'allait pas si mal que ça. Bien entendu, en réponse, je me contentais de leur rire gentiment au nez, mais au final, peut-être qu'ils n'avaient pas tord. Les enfants des autres m'allaient plutôt pas mal. Mais moi, je n'en voulais pas. Enfin, j'avais appris que la petite s'appelait Cassie et je lui avais proposé de mettre de la musique, chose qu'elle avait faite, et qui avait contribué à calmer un peu ses hoquets et ses pleurs. Bon, ça n'était pas pour autant gagné mais il aurait été difficile de l'empêcher de pleurer par une occasion pareille sans la connaître. Je m'étais ensuite absorbé dans une contemplation détendue et naturelle des éléments déchaînés à travers la fenêtre, ne prêtant plus grande attention à la blonde ou à Cassie, du moins pas tant qu'elles n'avaient pas besoin de moi d'une quelconque manière. Imaginez tout de même mon peu d'intérêt pour les tresses. Parce que personne n'avait jamais eu l'idée un peu stupide de me faire jouer les coiffeurs. Et pourtant, Sav' m'en avait fait faire quand même en cinq ans... Elle avait eu l'art et la manière de me mener à la baguette, ma pucette.

Un sourire amusé étira en coin mes lèvres tandis que j'écoutais la plus âgée des deux filles à mes côtés parler de ses préférences en dessin animé. Tiens, voilà qui était comique. Bon, je savais qu'Elliana avait encore tendance à regarder des Disney, mais quand même ! C'était comme si la blonde avait manqué d'un filtre là, parce que bon, j'existais non ? Bon, d'accord, je peux admettre que peut-être que je ne l'intéressais pas, je ne disais absolument pas ça dans le sens où je pensais être irrésistible mais plutôt que bon, à sa place, je m'abstiendrais bien de parler de mes goûts enfantins devant des personnes de mon âge. Quoi que, avec mon presque quart de siècle, je devais être un peu plus âgé qu'elle, je pense. Et ce fut sans compter sur Cassie qui me demanda quel était mon dessins animé préféré. La question qui tue, en quelques sortes. J'émis un « Mhhh » un peu pensif en passant une main sur mon menton, mon index suivant le contour de mes lèvres. J'étais en pleine réflexion. J'étais prêt à être un peu cassant et ironique en parlant de Bambi mais... Ce n'était pas vraiment bien de mentir ou de devenir amer et insupportable avec une enfant à deux doigts de la panique. J'optais donc pour la franchise.

« Honnêtement, je n'ai jamais vraiment regardé de dessins animés. Mais je garde un bon souvenir du Roi Lion. »

Quand même, il ne fallait pas abuser, celui-là je l'avais vu enfant, et puis revu plus tard avec Savannah. Ça m'avait au moins donné un nom à placer. Et puis la petite Cassie changea de sujet aussi brusquement que j'étais capable de changer d'humeur. Sauf que le sujet qu'elle abordait assombrissait déjà mon humeur et je détournais le visage, pour mettre mes traits plus violents dans l'ombre. Je ne voulais pas rendre mon bouillonnement intérieur – qui ne me quitterait sans doute jamais à la pensée de cet « accident de chasse » qui avait failli avoir raison de moi – le temps de respirer un peu et de retrouver un semblant de calme pour ne pas impressionner Cassie avec ma mauvaise humeur. La petite n'avait rien demandé à personne. J'écoutais finalement la blonde expliquer son accident avant de poser l'arrière de la tête contre le mur, la tête inclinée en arrière, regardant fixement devant moi de mes grands yeux clairs comme la glace. Les doigts de ma main droite pianotèrent contre mon torse tandis que, par pur réflexion, ma main gauche se porta à mon épaule blessée pour délier les muscles qui commençaient à me faire mal, comme toujours après une séance de kiné. J'essayais finalement de contenir le grondement dans ma voix qui, pourtant, était devenue un peu plus dure sans que je ne puisse vraiment l'en empêcher.

« Cet été, un chasseur m'a confondu avec un lapin pendant que je me baladais en forêt et il m'a tiré dans l'épaule.  »

Je finis par tourner de nouveau la tête vers Cassie, qui semblait un peu... Comme choquée de ce que je venais de lui dire, et je lui fis un sourire qui se voulait rassurant. Elle n'avait eu qu'un mal d'enfant, pour atterrir ici, mais la jeune fille et moi... C'était autrement plus grave. Et c'est en y pensant que je finis par tourner mon regard glacé sur la demoiselle, la fixant avec intensité. Je me souvenais d'où je l'avais vu, maintenant que je savais ce qu'elle faisait ici, et je savais même comment son accident lui était arrivé. Mais bien entendu, au moment des faits, connaître la tête des blessés ne m'aurait avancé à rien puisque je n'avais pu m'inquiéter que pour ma sœur. Mais j'avais vite fait le calcul et une certitude avait franchi mes lèvres.

« Tu étais à l'incendie de l'académie... » Il n'y avait qu'une constatation dans ma voix, pas de curiosité ou de moquerie, même si un frisson glacial courut le long de mon échine. « Et tu étais aussi au mariage de Céleste et Florent. »

A l'évocation du mariage de mon meilleur ami, un léger sourire vint étirer mes lèvres. Je n'en gardais qu'un très bon souvenir, même si aujourd'hui je ressentais un coup de poignard en y repensant. C'était dommage qu'Elisha soit dans mes pensées lorsque je pensais au mariage. Elle avait été ma cavalière, ma compagne, mais aussi la témoin de Céleste, quand j'étais celui de Florent. À ce moment-là, tout allait pour le mieux entre nous, après une passe un peu compliquée dûe à un malentendu avec la sœur aînée de Florent, Nina. Je n'étais pas encore papa, si on peut dire ça comme ça, et j'étais encore à la fois amoureux et heureux. Bien sûr, aujourd'hui j'avais tourné la page, mais les souvenirs restaient douloureux, bien que mon célibat ait finalement pris le goût exquis de la liberté et du droit de faire exactement ce que je voulais à la seconde où je le voulais.


Alexandre ҩ Clarissa

CODE BY AMIANTE

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Lun 1 Déc - 23:24



Trapped
Clarissa

Discuter de choses aussi banales que de dessins animés aidait à détendre Clarissa et également Cassie, ce qui était vraiment pas mal. Elle n'était pas eu bord de la panique, mais bon elle n'était pas totalement cool là. Il y avait quand même des éclairs, des grondements puissants et sourds et puis elle se trouvait chez son kiné, sans lumière, rien de sympa en soit. Heureusement elle n'était pas seule et le fait d'avoir avec elle une jeune fille l'aidait beaucoup à prendre sur elle. Elle faisait sa fiérote là mais en réalité elle n'aimait pas la situation. Donc cette petite discussion sur Aladdin, Raiponce et même le Roi Lion à présent la faisait penser un peu à autre chose. D'ailleurs le fait que le jeune homme n'ait pas regardé beaucoup de dessin animé ne l'étonnait pas, il n'avait pas l'air comme ça d'être un adepte des dessins animés... En même temps elle aurait pu être surprise. Tout ça pour dire que le Disney qu'il mentionna était assez logique pour Clary, le Roi Lion n'était pas destiné spécifiquement à un genre particulier. L'hésitation qu'Alexandre avait eu avant de répondre amusa plutôt la blondinette, elle se demanda ce qu'il pouvait bien avoir en tête avant de se rétracter, perso elle était contente d'être seule dans sa tête donc souhaiter savoir ce qu'un mec pouvait avoir en tête c'était peut être pas le top. Quoi que... ça lui permettrait peut être de mieux les comprendre...

Clarissa continuait son travail de coiffeuse avec les cheveux de la fillette et elle répondit à sa question sans vraiment y mettre les détails. Elle n'était pas une adepte du sanglant et de la douleur et puis elle s'adressait quand même à une pauvre gamine qui n'avait eu qu'une entorse, pas la peine de la traumatiser avec ses histoires. La jeune femme ne prêtait pas grande attention aux gestes avec ses mains, c'était naturel et elle n'avait pas besoin de réfléchir à ce qu'elle faisait, elle eut donc le loisir de tourner son regard vers la main du jeune homme se portant à son épaule. Il mit un peu plus de temps qu'elle pour répondre et même sa voix semblait plus tendue lorsqu'il leur annonça qu'on l'avait pris pour cible. Le mec se croyait dans Hunger Games ou quoi ?! Non mais sérieusement quel genre de type se mettait à tirer sur les gens ?! Il fallait être vraiment fou ! Clary se demanda si Alexandre avait porté plainte pour cette histoire parce qu'il avait certainement droit à des compensations ! Oui des fois son boulot prenait le dessus dans sa petite tête de blonde et là elle se dit qu'elle allait certainement en parler avec son patron juste pour être certaine de comment gérer une affaire comme celle ci, si jamais ça lui arrivait. Elle chassa cette pensée de sa petite tête et reposa plutôt ses yeux sur Cassie qui avait l'air d'avoir presque aussi peur de ce qui leur était arrivé que de l'orage. En même temps, apprendre que quelqu'un s'est fait écrasé par un cheval et que quelqu'un d'autre a carrément subi la folie humaine, ce n'était pas rien, même pour une enfant de son âge. Tout ça Clary pouvait le comprendre et elle n'insista pas sur leur accident respectif, de toute façon qu'aurait elle pu demander ?! Quel était le sentiment lorsqu'on se faisait tirer dessus ? Comment il s'en était sorti ? Quels étaient les dégâts ? Cela ne la regardait pas, elle était peut être curieuse mais pas totalement impolie non plus.

La blonde entamait une nouvelle tresse, elle prenait trois mèches de cheveux lorsqu'Alexandre s'adressa à elle. Comment était il au courant pour l'incendie ?! Enfin c'était pas la bonne question, comment était il au courant que cet accident avait eu lieu pendant l'incendie ?! Clarissa savait qu'il y avait eu pas mal de blessés pendant l'incendie et qu'il y avait même eu un mort, elle savait qui l'avait sorti du bâtiment en feu mais elle n'avait jamais vraiment su qui été présent. Elle avait vu Elliana à l’hôpital une fois et puis au mariage de Florent et Céleste la jeune femme avait encore des séquelles, tout comme elle. Clary hocha donc la tête pour répondre à cette affirmation, également elle se trouvait dans l'incendie... Et ce n'était pas spécialement un bon souvenir. Il continua en lui disant qu'elle se trouvait aussi au mariage de Florent et Céleste. En effet elle y était allée, même si, à cause de ses blessures, elle avait passé peu de temps sur les lieux de festivités et elle n'avait pas pu profiter non plus d'une danse puisqu'en béquilles ce n'était pas pratique. Elle se souvenait du jeune homme lors de cette soirée, il était habillé en blanc et bleu et était, d'après ce qu'elle avait appris, le témoin de Florent. D'ailleurs il semblait à Clary qu'elle l'avait vu avec une jeune femme dont elle ignorait le nom. Et puis elle avait été là aussi à l'anniversaire de Florent, elle avait vu Alexandre et l'avait trouvé tout aussi impressionnant que la première fois. Lui par contre ne l'avait pas vu apparemment puisqu'il ne la mentionna pas. Ce n'était pas hyper étonnant, elle s'était faite très discrète car elle ne connaissait personne à part les mariés et qu'elle n'avait pas envie de monopoliser leur attention. Par contre, d'après ses souvenirs, Clary avait vu le jeune blond avec bon nombre de demoiselles, dont Elliana
.

"Et j'étais là aussi à l'anniversaire de Florent... J'ai rencontré Florent juste avant l'incendie en fait... Je crois qu'il a eu pitié de moi quand il a vu que j'étais toute seule."

Mais pourquoi avait elle ce besoin d'expliquer son lien avec Florent ?! Le mec était marié, il était fou amoureux de sa femme alors qu'est ce que ça lui apportait de donner de pareils détails ? Et puis franchement dire qu'il avait eu pitié d'elle ce n'était pas très valorisant non plus, à croire qu'elle parlait d'un morceau de viande laissé sur le coin de l'assiette et que personne n'en voulait... Clary était toujours, ou presque toujours, en train de se rabaisser. Le manque de confiance en elle était peut être masquée derrière un masque de fausse assurance, mais en réalité elle doutait toujours et si on prenait la peine de l'écouter il n'était pas difficile de deviner que ce masque de fille forte, solitaire et indépendante n'était qu'une façade. La jeune femme avait relevé les yeux sur le visage d'Alexandre et elle ne put soutenir son regard très longtemps, préférant soudainement regarder ce qu'elle faisait. Maintenant il fallait qu'elle trouve un truc à dire un minimum intelligent... il se souvenait d'elle c'était quand même flatteur, même s'il devait avoir en tête plutôt l'image d'une fille avec des béquilles galérant à marcher avec et coincée sur sa chaise. Son cerveau tournait à vide, comme toujours dès qu'elle le solliciter pour sortir quelque chose de pas trop bête. Peut être qu'elle allait devoir abandonner l'idée de dire des choses intelligentes et assumer son coté blonde... Bon ça venait cette idée ou quoi ?!

"T'as commencé la rééducation il y a longtemps ?"

Ok, tu peux mieux faire Charmant ! La niveau nullité en sujet de conversation tu fais fort ! M'enfin c'était tout ce qu'elle avait en tête en cet instant alors elle avait sorti la première idée qui lui venait. Y a pas elle manquait vraiment de conversation quand elle ne connaissait pas la personne en face d'elle et encore plus lorsque cette personne était de la gente masculine. Mais bon, il était trop tard pour revenir en arrière et en plus de ça elle avait levé les yeux vers le jeune homme tout en manquant d'un filtre. Alors, avec ses yeux bleus posés sur Alexandre elle ne pouvait pas faire semblant de n'avoir rien dit... En plus de ça elle était quand même vraiment curieuse de savoir si cela faisait longtemps, parce qu'il semblait gêné, comme elle au début de sa rééducation. Maintenant ça allait pas trop mal, elle avait encore une gêne de temps en temps, mais sinon c'était plutôt une crainte de se faire mal.
(c)ARAMIS

_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Jeu 11 Déc - 12:03




« Trapped »

ҩ
Et voilà comment, à vouloir trouver un moyen de faire se calmer Cassie – c'est à dire en lui laissant mon Ipod et ma musique du coup – j'en avais été réduit par le hasard des conversations filantes, à parler Disney. Et ça, c'était le genre d'exercice que je n'aimais pas, mais alors pas du tout du tout du tout. J'étais vraiment du genre à garder ces détails enfantins pour moi, et pas à en parler devant des inconnues, et du coup, ça me retenait légèrement de me lancer. Mais d'un autre côté, je ne risquais pas grand chose. À part une attaque de guimauve je ne vois pas trop ce dont j'aurais pu être victime. Bref, j'avais répondu à la question de Cassie, et avec un peu moins de retenue puisque c'était tout de même une enfant qui me le demandait. L'innocence de l'enfance, tout ça, vous voyez le topo ? Ça me donnait souvent moins envie de me barricader derrière mes apparences un peu brutales et tout ça. C'était relativement parfait, du coup. Pourtant, lorsque Cassie changea de conversation, je me figeai légèrement, détournant le visage le temps de passer par au dessus de la rage qui m'étreignait à chaque fois que mes pensées filaient vers ce jour où on m'avait pris pour Bambi. Pourtant, malgré le fait que je m'enjoigne au calme, ma voix était plus dure, plus raide lorsque je répondis à la petite sans la regarder de suite, pour qu'elle ne voit pas briller d'une lueur mauvaise mon regard glacial. Seulement, lorsque je la regardai de nouveau, je vis clairement que nos accidents respectifs l'avaient un peu chamboulé. Je m'essayai alors à un sourire qui se voulait rassurant et qui ne devait pas en être trop loin puisque Cassie ne paniqua pas plus. Mission accomplie.

Finalement je tournai mon regard intense vers cette blonde, dont le visage me disait quelque chose, mais que j'avais du mal à remettre dans le contexte. Après tout, avec mon boulot, j'avais croisé de nombreuses têtes la nuit, et certaines me restaient plus ou moins. C'était l'impression d'avoir croisé une personne, mais sans être capable de la remettre dans le contexte, la plupart du temps. Alors peut-être bien que cette fille, je ne l'avais croisé que pendant un de mes services. Après tout, elle était mignonne, et c'était assez pour me marquer, parfois. Mais en fait, à bien y réfléchir, en connaissant les conditions de son accident, je su quand il lui était arrivé. Après tout, la nouvelle de l'incendie avait fait le tour de l'académie. Une adolescente morte dans les flammes, une palefrenière coincée sous une poutre avec une fourche plantée dans le flanc – on se demande de qui je parle d'un coup ! – et une fille renversée et écrasée par un étalon affolé occupé de sortir du brasier. Sans parler du traumatisme pour les participants à la soirée d'été dans le cross ou pour les entiers qui avaient été un moment piégés. Donc, cette fille était de l'académie, j'en étais certain. Et en sachant ça, je pus réfléchir, et la replacer aussi au mariage de Céleste et Florent. Bon, d'accord, je la connaissais de vue et j'aurais presque pu la côtoyer si je n'avais pas toujours été aussi accaparé par ces filles qui gravitaient autour de moi. Mon ex, la sœur de mon meilleur ami, ma filleule, ma sœur... J'étais toujours très bien entouré, mine de rien. Bref, je fis état de ma constatation à la demoiselle en la fixant de mon regard de glace, pourtant totalement dénué de ses éclairs violents. La réponse de la demoiselle m'arracha un sourire en coin qui fit briller d'amusement mon regard, et une réponse franchit instinctivement mes lèvres.

« J'étais un peu occupé, à l'anniversaire de Flo'. » Ma filleule qui venait d'arriver, Nina qui essayait de recoller un peu avec moi après le froid qu'il y avait eu entre nous, la rencontre entre mes deux demies-sœurs... Un véritable programme. « Entre nous, Flo' n'est pas sujet à ce genre de pitié. S'il est allé vers toi, c'est simplement parce que c'est un bisounours hyper sociable avec un instant grégaire parfaitement développé. »

Cette fois-ci, c'est un éclat de rire léger qui m'échappa. Malgré le fait que mon meilleur ami soit clairement chambré dans cette phrase, je l'avais dite sur un ton plutôt tendre, et puis d'un autre côté, c'était vrai. Florent ne ressentait pas de pitié, pas pour une personne un peu esseulée. Non, c'était juste qu'il était tellement d'un naturel bavard et ouvert qu'il ne résistait jamais à l'envie de faire de nouvelles rencontres. Et plus d'une fois ces rencontres avaient été un soupçon dangereuses, quand il était plus jeune. Faire ma rencontre juste après ma sortie du trou, c'était un brin dangereux, définitivement, par exemple. À côté de ça ça ne lui avait pas trop mal réussi comme rencontre au final. On passait notre temps à nous chambrer à un niveau de compétition assez impressionnant mais, n'empêche, on était plutôt inséparables, et rien que le fait de l'avoir retrouvé à l'académie, ça m'avait fait un bien fou. Mon p'tit mouton..! En tous cas, cette façon qu'avait la demoiselle de croiser mon regard et de détourner quasiment instantanément le sien m'amusait. Il y avait deux options, du coup. Soit je l'impressionnais, et là je ne voyais pas trop ce que j'avais pu faire pour ça, soit elle était du genre timide, et des filles comme ça, j'en avais connu assez pour savoir que c'était sûrement le cas de... Bah je ne connaissais toujours pas son prénom, mine de rien. Néanmoins, je ne relevais pas cet évident manque de franchise passant par un regard. Finalement, le silence s'étira doucement et je finis par me laisse glisser de ma position assise pour finalement être allongé, la main gauche derrière ma nuque. Moi, à mon aise ? Totalement. Lorsque la blonde me posa une question – qui m'arracha un très léger rire –, je me redressai sur le coude gauche pour la regarder, avant de répondre avec le calme parfait de celui qui expose un simple état clinique.

« Non, à peine deux semaines. »

J'étais en train de marquer une pause, m'apprêtant à m'essayer à dire autre chose, lorsqu'un énorme fracas eu lieu dehors. Le genre de vacarme qui n'avait pas grand-chose à voir avec l'orage. C'était... Comme un effondrement, et je me redressais d'un mouvement souple de chat, avant de me lever toujours aussi souplement. Autour de moi, il y avait toujours cette aura de calme, et d'ailleurs je ne m'étais pas précipité. D'un pas mesuré et un soupçon prudent, je me dirigeai finalement vers la fenêtre, presque prêt à reculer si jamais elle explosait à cause d'une chaise envolée d'une terrasse ou quelque chose comme ça. Non mais il fallait la vivre, cette tempête, pour imaginer son horrible puissance ! Elle allait tout briser autour d'elle, et une chaise volante n'avait rien d'improbable. Seulement, avant mon arrivée à la fenêtre, rien n'avait explosé, même si le fracas continuait par intervalles. Avec l'absence de lumières extérieures, il devenait facile de regarder dehors, et ce que je vis me figea. La digue, qui était à portée de vue tout à gauche... La digue était dans un état improbable. Les blocs qui la constituaient n'étaient plus dans leur alignement parfait. La mer, qui se brisait dessus, la poussait à se déformer. Les pontons, voilà ce que l'on entendait s'effondrer. La descente à bateaux avaient été réduite à un impossible rien. Je pris le temps de respirer, pour ne pas pouvoir inquiéter Cassie, dont j'entendais désormais de nouveau les larmes, avant de retourner vers les deux jeunes filles. Cette fois-ci, je ne me mis pas un peu sur le côté, comme précédemment, mais juste à côté de la blonde, mon regard protecteur posé sur la petite. Je lui esquissais un demi-sourire calme lorsqu'elle me regarda de ses grands yeux plein de larmes. Il n'en fallait vraiment pas plus à mon instinct tout neuf de grand-frère pour faire vraiment surface. Je passais une main toute douce sur son visage, pour essuyer tout doucement ses larmes.

« T'inquiète pas Cassie, tout va bien. » Bon, d'accord, c'est vraiment vilain de mentir. Mais difficile de lui expliquer que la tempête avait raison d'une digue qui avait survécu à de nombreuses autres tempêtes, déjà. Et puis ce n'était qu'un demi-mensonge, puisque nous étions totalement à l'abri ici. La mer ne viendrait pas jusqu'ici, on était quand même fortement en retrait par rapport à la digue de mer, et c'était plutôt rassurant quand même. Finalement, mon regard coula vers mon Ipod, qui était le gardien de mes souvenirs, et d'un coup l'idée d'utiliser une vidéo pour changer les idées de Cassie me vint à l'esprit. Je récupérai doucement l'appareil avant de me tourner vers la blonde. « J'sais pas si t'as déjà entendu parler des talents de Florent... Mais vaut mieux pas lui dire que j'ai ça sur mon Ipod sinon j'vais me faire tuer par mon p'tit mouton préféré. Ça craint. »

Pas d'écouteurs, le volume bien monté, la vidéo en route entre nous, je finis par attirer Cassie contre moi où elle se blottit dans ce que j'avais fini par assimiler à un réflexe enfantin dès que les choses leur échappaient. Les premières notes du joyeux Château de Sable de mon meilleur ami s'élevèrent et je commençai à siffloter l'air d'une vidéo prise un peu à l'insu de mon frisé préféré quand il m'avait présenté sa chanson. Sauf que cette vidéo n'était pas un raté, loin de là même. Disons juste, un moment de bonne humeur volé, mais si sa bonne humeur pouvait éviter à la petite puce de se focaliser sur le temps apocalyptique de l'extérieur j'étais preneur.


Alexandre ҩ Clarissa

CODE BY AMIANTE

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Lun 22 Déc - 23:58



Trapped
Clarissa

Clarissa ne pouvait qu'acquiesçait lorsqu'Alexandre lui dit que le soir de l'anniversaire de Florent il était occupé, particulièrement occupé d'ailleurs. Non mais il était avec quoi... 3 ou 4 filles... Elle elle s'était sentie toute seule jusqu'à ce que Camille ne manque de lui rentrer dedans et ne l'emmène avec sa petite troupe. D'ailleurs ce jour là elle s'était retrouvée face à Alex, il lui avait fait un petit numéro de charme elle en était certaine, mais bon elle s'était contentait de rougir ne sachant quoi répondre. Et apparemment il ne s'en souvenait pas du tout. Il avait bien trop de jolies filles autour de lui, non mais elle se souvenait d'Elliana, d'une fille blonde, d'une autre brune... enfin de quoi avoir la tête ailleurs et ne pas se souvenir d'elle. Bon d'accord elle lui trouvait des excuses mais trouvait pas ça très cool quand même. Elle aurait aimé lui marquer l'esprit un peu plus que ça. Mais bon, elle devait se rendre à l'évidence, personne ne la verrait vraiment, enfin si mais bon elle n'était pas inoubliable... Clary s'y faisait, mais ça restait assez désagréable d'être quasi invisible pour les hommes, même pour certaines femmes aussi. Mais bon sa réflexion n'alla pas plus loin parce que monsieur Alexandre reprenait la parole pour la rassurer sur les intentions de Florent. Elle ne doutait pas que c'était quelqu'un de bien et qu'il était du genre à parler à un rat mort, mais bon elle avait apprécié le fait qu'il vienne vers elle. Elle s'était sentie un peu plus importante durant quelques instants, moins transparente.

La façon que le jeune homme avait de parler de son ami amusa Clary, elle eut un petit rire léger. Elle n'était pas sure que Florent apprécierait qu'on dise tout ça de lui, mais ça restait amusant. Et puis c'était plutôt gentil pour elle en plus. La blondinette ne savait que répondre, après tout, elle n'allait quand même pas insister sur le fait qu'elle était un cas désespéré lorsqu'il s'agissait des relations humaines et encore plus des relation avec les hommes. Et elle n'allait pas non plus lui faire remarquer que lors de l'anniversaire de Florent ils s'étaient vus, face à face, elle n'était pas assez à l'aise pour commencer à lancer des piques, pourtant elle pouvait être forte à ce jeu là, mais pas avec des quasi-inconnus. Un rapide coup d'oeil montra à Clarissa que le blond, lui, était bien à l'aise, il se retrouvait en position allongée, une main derrière la nuque. Non mais comment il pouvait être aussi détendu ?! Entre la tempête et se retrouver coincée là Clary n'était pas vraiment la personne la plus détendue. Non mais sérieusement, l'orage grondait dehors, la pluie battait les fenêtres et le vent fouettait les arbres, et à l'intérieur ils se retrouvaient entre inconnus, elle était même en charge d'une pauvre fillette. Le seul truc à peu près normal qu'il y avait là c'était les tresses qu'elle faisait sur Cassie. Bon et puis la discussion qu'elle venait vaguement d'avoir avec Alexandre aussi, même si ce n'était pas tout à fait le genre de chose qui lui arrivait régulièrement.

Tout en tressant les longs cheveux de Cassie, Clary réfléchissait à ce qu'elle pouvait dire, non mais ça le faisait pas si la conversation s'arrêtait là, elle pouvait bien trouver un truc à dire non ?! Le silence s'étira lentement jusqu'à ce que son cerveau daigne trouver un truc à dire.Et il fallait avouer, ce n'était pas très très intelligent comme question, mais bon elle aurait pu trouver pire. Clary jeta un coup d'oeil à son interlocuteur qui se plaça de coté pur lui répondre. Elle avait de la chance, il faisait plutôt sombre et même avec la lumière posée entre eux, ça pouvait cacher les quelques défauts qu'elle avait, enfin elle espérait que ça les cachait. Parce que les défauts en question étaient quelques kilos qu'elle avait pris et qu'elle n'appréciait pas vraiment. La jeune femme continua sa tresse, elle tourna les yeux vers Alexandre lorsqu'il lui répondit et elle eut une petite moue désolée quand elle apprit que cela ne faisait que deux semaines qu'il avait commencé la rééducation. Pour elle lui lui avait fallu des mois et des mois de rééducation avant de pouvoir remarcher seule, sans béquilles, sans canne, parce que oui elle avait eu droit à la canne pendant un moment. Tout ça pour dire qu'elle savait ce que c'était, qu'à tout moment il pouvait y avoir une rechute et qu'il allait devoir garder le moral parce que le temps allait surement lui paraître long. En tout cas c'était l'impression qu'elle avait eu, même si son kiné lui avait dit qu'elle faisait des progrès très rapides. Clarissa finissait sa tresse, ne sachant pas si elle devait ou non répondre quelque chose. Qu'est ce qu'elle pouvait bien dire à part : à c'est cool ! ou bon courage t'es pas au bout de tes peines... Elle jeta un coup d'oeil au jeune homme et c'est à cet instant qu'un bruit de fracas résonna. Cassie se remit à pleurer et Clary écarta suffisamment les jambes afin que la petite vienne se blottir contre elle et observa le blond se lever et se diriger vers la fenêtre. Franchement elle aurait aimé pouvoir en faire autant et en même temps elle n'était pas mécontente d'être coincée au sol avec la fillette comme ça elle n'avait pas à affronter l'extérieur et la vue de quelque chose qui pouvait être horrible. Dans la tête de Clary c'était la fin du monde, elle imaginait la mer montant, des corps dans les rues... Son coeur accéléra ses battements et elle dut s'obliger à respirer pour ne pas paniquer. Si elle commençait à avoir des pensées aussi morbides elle n'allait pas s'en sortir et ça n'allait pas aider Cassie.

Quand Alexandre revint, Clary était plutôt très pâle et elle ne le quitta pas des yeux, attendant de voir ce qu'il avait à dire. Forcément il rassura la jeune fille qui pleurait dans ses bras, il n'allait pas lui dire qu'il y avait des morts dans la rue... N'empêche qu'elle n'avait aucune idée de ce qui avait pu causer un tel bruit et le jeune homme ne semblait pas décidé à le lui dire. Bon bah tant pis, elle allait laisser traîner son imagination... Enfin ça c'est ce qu'elle pensa, parce qu'en réalité le jeune homme reprit son iPod et Cassie leva les yeux vers lui pour voir ce qu'il faisait. Clarissa jeta un rapide coup d'oeil et elle leva les yeux quand il s'adressa à elle. Elle connaissait un peu Florent, elle avait vaguement entendu parlé de ses talents de chanteurs mais n'avait pas encore eu l'occasion d'assister à l'un de ses petits concerts privés. Elle lacha la fillette qui alla se blottir contre Alex, Clary ramena les jambes vers elle, les entoura de ses bras et posa son menton sur ses genoux, elle pouvait ainsi voir la vidéo et ne sentait plus l'épaule du jeune homme contre la sienne, même si elle se sentait beaucoup trop proche de lui. Bizarrement ça lui donnait chaud cette proximité, mais la petite tenue qu'elle avait lui apportait plutôt du froid, bref entre le chaud qu'elle ressentait au niveau de son visage et le froid du reste de son corps plusieurs frissons la parcoururent. Elle ne dit pourtant rien, se contentant de resserrer l'étreinte sur ses jambes et de continuer d'écouter le brun. Il avait une voix superbe et peu commune, mais cela ne suffisait pas à la jeune femme pour oublier son cerveau, il tournait à plein régime, que ce passait il dehors ?! Pourquoi elle était habillée comme ça par ce temps gelé ?! Et est ce que Alexandre à coté d'elle pouvait entendre son coeur battre trop vite et trop fort ? Une fois la vidéo terminée Clary regarda le jeune homme et un nouveau frisson la parcourut. Non mais c'était abusé d'avoir aussi froid ! Bref maintenant elle devait commenter ce qu'elle venait d'entendre et elle n'était pas douée pour ce genre d'exercice
.

"Il devrait pas avoir honte de ce qu'il fait. Je m'y connais pas spécialement en musique mais j'aime bien sa voix et puis il est doué avec une guitare. C'est Céleste qui doit être contente, un vrai petit chanteur pour elle !"

Euh Charmant... tu pousses pas le bouchon un peu trop loin là ?! Non mais franchement, d'accord c'était juste une sorte de fantasme d'avoir un mec qui chante pour soi, mais de là à dire ça comme ça à un quasi inconnu quand même... En même temps elle n'avait rien dit de mal, mais bon ça restait le fond de sa pensée et elle savait que chaque phrase, chaque mot pouvait être interprété, décortiqué et même ne plus avoir le même sens que dans sa tête par les gens en face.

"Enfin en tout cas il gère..."

D'accord, ça c'était de l'intervention super méga trop utile Clary ! La prochaine fois tourne ta langue 7 fois dans ta bouche... Et arrête d'avoir des images d'autres langues avec la tienne... Oui, le cerveau de la jeune femme avait tendance à être très explicite niveau image et elle se baffait régulièrement pour avoir des pensées pareilles, d'ailleurs là elle se serait bien giflée tout court mais avec les gens autour... ils allaient la prendre pour une folle. Pour une vraie folle.
(c)ARAMIS

_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Mar 3 Fév - 20:42




« Trapped »

ҩ
Ah ça, pour avoir été occupé à l'anniversaire de Flo'... Difficile de le nier, surtout qu'à cette époque précise, Nina me tournait un peu autour, ma filleule venait d'arriver à l'académie et d'être jetée dans la fosse aux loups avec cette soirée, mes deux demies-sœurs qui ne s'étaient jamais vues s'étaient rencontrées. J'avais géré milles fronts en même temps, durant cette soirée... Et si finalement la demoiselle avait été là, je ne l'avais pas vraiment remarquée. J'avais passé ma soirée entre Céleste et Florent, Camilla, mes sœurs, ma filleule et la sœur aînée de mon meilleur ami. Ça faisait déjà beaucoup d'informations, surtout que je n'avais pas spécialement fini sobre ce soir là, même si j'avais déjà été en bien pire état. Quoi qu'il en soit, c'était ainsi, de toute manière, et on n'y changerait rien. En tous cas ça ne m'empêchait pas de bousculer un peu mon petit mouton d'amour en paroles, bien qu'il soit absent. Ses oreilles sifflaient sûrement, à l'heure qu'il était, mais ça restait bon enfant. Et au moins, ça fit rire la blondinette et ça me fit sourire, parce que son rire avait quelque chose de tendre et de mignon qui me parlait. Et au moins son rire n'avait rien des ricanements secs qui m'auraient mis aux aguets, vieux réflexes conservés de la rue, alors que maintenant j'étais plutôt du genre un max à l'aise. Si j'avais été chez moi, tranquille, la seule différence aurait été que j'aurais sûrement été torse nu... Sauf si vraiment j'avais froid. Et pour l'instant, ça n'était pas encore le cas. Finalement, la conversation dérapa sur le temps depuis lequel j'avais repris la rééducation, et c'était peu de temps. Ma réponse sembla laisser la miss sans rien à me répliquer, et peut-être que c'était tant mieux. Je n'étais pas sûr d'avoir la patience de m'entendre dire qu'il faudrait du temps avant que ça n'aille mieux. Je le savais trop bien, déjà.

J'avais néanmoins surpris la moue désolée de la jeune femme et étouffé un soupir en réponse. Qu'elle ne s'avise pas de me prendre en pitié, sinon je risquais de ne pas l'apprécier... Et puis, bon... Il fallait déjà laisser la cicatrisation se faire, vu ce que j'avais vécu, et même si ça me semblait terriblement long et que le pronostic de récupération de récupération totale de mon épaule était vraiment mitigée de l'avis du chirurgien, du spécialiste ET du kiné, j'étais plutôt déterminé à attendre le temps qu'il faudrait et à mettre toutes les chances de mon côté pour ne pas finir complètement handicapé à vie. Et pour le moment ça n'allait pas si mal que ça, même si ma patience avait déjà atteint ses limites et que je prenais terriblement sur moi pour ne pas laisser mes nerfs lâcher en plein nez de n'importe qui. Enfin bref, la conversation n'eut pas le temps de s'éterniser qu'un raffut insupportable me tira de mon calme, me poussant à me lever et à surveiller. Si je ne paniquais pas, j'étais méfiant, puisque ça n'augurait pas grand chose de bon. J'approchais de manière mesurée de la fenêtre, presque sûr qu'elle pourrait m'exploser au visage à n'importe quel moment. Mais elle n'en fit rien et je m'estimais heureux. Pourtant, rien ne me préparais à l'horrible vision que j'eus de la digue, loin sur la gauche, avec la jetée aux bateaux et les pontons de pêcheurs. Mère Nature avait eu raison de tout, et il me fallut quelques instants pour prendre sur moi. Les pleurs de Cassie étaient déjà suffisants, inutile de l'inquiéter en lui disant que la mer avait brisé un béton posé après-guerre. Je retournais finalement vers les demoiselles, m'asseyant plus près, essayant de rassurer Cassie comme je le pouvais, même si pour cela il fallait que je taise à la plus âgée ce qu'il se passait.

Au final, la petite s'était blottie contre moi et je m'apprêtais à lancer une vidéo de Flo' prise le jour où il m'avait pour la première fois fait écouter une de ces chansons. C'était une chanson joyeuse et superbe, et même si c'était une vidéo dont il n'avait même pas conscience de l'existence, elle était vraiment belle. Bon après vous pourriez être sceptiques et vous demander comment il faisait pour ne pas avoir vu un Ipod le filmant... Mais imaginez juste deux secondes la concentration de mon petit mouton noir préféré en pleine démonstration... Autant vous dire qu'il n'aurais pas vu que je m'éclipsais avant la fin de sa chanson. Cette concentration faisait partie de sa force. En tous cas, je lançais la musique, entourant d'un geste protecteur les épaules de la fillette, observant du coin de l'œil la blonde lovée contre elle-même. Mon attention revint finalement sur la vidéo, un petit sourire en coin. Ça avait été, comme souvent lorsque j'étais avec Flo', un excellent moment. Un moment pendant lequel j'avais pu être détendu et profiter simplement de mon meilleur pote, qui m'avait juste fait trop rire après cette chanson. Un moment qui me faisait songer qu'il avait toujours été là d'une façon ou d'une autre, depuis que je l'avais rencontré, et qu'on s'était vraiment bien trouvés, parce que si on n'était pas vraiment forgé du même acier, on se ressemblait beaucoup et on était généralement sur la même longueur d'onde sans trop se concerter avant. On se connaissait, et ça n'avait pas de prix. Ce fut finalement la réflexion de la blonde qui me tira de ma réflexion et je tournais vers elle un petit sourire amusé. Mais dos donc c'est qu'une fois qu'elle commençait à parler on ne l'arrêtait plus ! Un rire m'échappa lorsqu'elle fit la mention de Céleste. Ah, ça, son chanteur, elle ne s'en séparerait pour rien au monde, la petite pile brune ! Enfin qu'il chante ou non d'ailleurs, et ça, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. Elle avait des étoiles plein les yeux quand elle le regardait. Je songeai non sans cette habituelle douleur lancinante que jamais Elisha ne m'avait regardé de la même façon, bien que je ne m'en sois jamais plains avant. C'était juste qu'à la lumière d'événements suivants, ça prenait un peu de sens. Je fis néanmoins en sorte de reprendre un air enjoué.

« C'est pas vraiment qu'il a honte de ce qu'il fait... C'est plutôt qu'il s'estime pas assez bon pour trop pouvoir s'exposer et se mettre en avant. Et puis il compose et chante pour les siens. Mais moi je trouve qu'il a un talent fou et qu'il devrait en faire profiter les gens. » Un sourire étincelant étira mes lèvres avant que je ne poursuive. « Je crois qu'avec ou sans sa guitare, Céleste l'aime pareil... Ils sont vraiment fais l'un pour l'autre. C'est presque rageant, de les voir si amoureux. »

Un petit rire m'échappa. Je n'étais pas jaloux d'eux, loin de là puisque je ne leur souhaitais que le meilleur, j'aimerais juste avoir pu un peu plus longtemps profiter de leur chance d'être à deux. Quoi que, avec la mauvaise personne, ça n'allait pas pour un mieux. De quoi me rendre légèrement pensif et faire éluder par un simple sourire ce que la demoiselle ajouta. Cassie sanglotait toujours un peu, contre moi, même si le gros des larmes, encore une fois, avait cessé. Elle était plutôt courageuse, cette gamine, coincée ici avec de parfaits inconnus avec cette horrible tempête qui battait son plein. Je passais donc une main rassurante le long de ses cheveux, lui murmurant doucement que tout irait bien. C'était un instinct plus vieux que le monde qui m'y poussait, je n'avais pas d'autre explication à donner. Mais c'était Elliana et Savannah qui avaient d'abord éveillé cet instinct et c'était avec elle que j'avais appris à devenir un grand-frère protecteur. Ça m'allait à ravir, me disait-on. Je finis par relever la tête et poser mon regard de glace sur la blonde.

« Bon j'espère que tu n'avais rien de prévu ce soir, parce qu'on est visiblement coincés ici pour un moment. » Mon sourire partit en coin. « Et quitte à être coincé ici, tu pourrais peut-être me donner ton prénom, non ? » Un très léger ricanement m'échappa. Il n'avait pas grand chose à voir avec cet espèce de rire froid et étranglé que j'avais d'habitude. Mais bon ça n'était pas non plus le rire d'un enfant de cœur, mais c'était sorti plus que naturellement.


Alexandre ҩ Clarissa

CODE BY AMIANTE

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Mar 3 Fév - 23:04



Trapped
Clarissa

Cassie s'était décollée de Clary lorsqu'Alexandre lui proposa de regarder une vidéo. Il s'agissait d'une vidéo de Florent, un ami du jeune homme et une bonne connaissance de la demoiselle. Elle n'avait pas beaucoup d'amis, à part Cléia qui la connaissait vraiment et deux trois connaissances à la fac ou à l'académie, elle pouvait facilement les compter sur les doigts des mains. Mais bon comme elle aimait le penser, Clarissa préférait nettement avoir peu d'amis, mais de vrais amis, sur qui elle pouvait compter et puis bon, même si elle aimait la compagnie, rester seule était souvent moins stressant qu'être entourée d'inconnus. La jeune femme n'était pas du genre exubérante, enfin si, mais seulement lorsqu'elle était avec de bons amis et dans certaines conditions, alors devoir s'intégrer dans un groupe c'était plutôt difficile. On lui reprochait souvent de rester trop à l'écart, de ne pas faire d'effort pour s'imposer un peu. Mais ce n'était pas dans sa nature, elle craignait le regard des autres, de passer pour ce qu'elle n'était pas, ce qui était surement le cas au final, mais au moins elle n'envoyait pas une image de quelqu'un qu'elle ne voulait pas être. Tout ça pour dire qu'elle se retrouvait à présent assise avec l'épaule du blond contre la sienne à regarder une vidéo d'un de ses amis et qu'elle ne se sentait pas très à l'aise. Ce n'était pas une situation normale pour elle et elle échappa à ce contact en se recroquevillant sur elle même. De toute façon elle commençait à avoir froid alors c'était parfait pour éviter les pertes de chaleur inutiles.

La voix de Florent était agréable à écouter et puis il avait un talent certain pour la guitare, et aussi pour l'écriture, même si Clary avait du mal à se concentrer sur ce qu'il se disait, son petit cerveau de blonde était un peu plus préoccupé par ce qui avait lieu dehors et qu'Alexandre ne lui avait pas dit que par la musique. Elle avait l'imagination plutôt débordante et cela même pour les pires scénarios possibles. En même temps elle était le genre de fille à s'imaginer seule dans une ruelle alors qu'il fait sombre et se retrouver coincer par un groupe de gars pas très sympathiques et surtout avec des envies particulières. Pourtant sur Etretat elle ne pouvait pas dire que les bandes de se genre couraient les rues et puis même elle, elle n'était pas souvent dehors à la tombé de la nuit alors c'était idiot comme pensée, mais elle avait déjà une dizaine de scénarios différents l'impliquant dans des situations impossibles. Donc là elle arrivait aisément à imaginer la fin du monde à l'extérieur et finir comme dernière survivante de la ville. ce qui était débile puisqu'elle n'était pas seule. D'ailleurs si c'était la fin du monde et que Alexandre survivait aussi... chuuuut Clary ! Bon et puis il y avait aussi cette température chutant qui ne l'aidait pas à écouter la chanson du brun, elle aurait vraiment du mettre un de ses pantalons souple plutôt que ce micro short... Les frissons c'était horrible et puis à force d'être toute contractée elle commençait à avoir mal au dos. Mais là il était temps de donner son avis sur le chanteur et même si la demoiselle n'avait pas réellement tout écouté, elle pouvait dire qu'il était plutôt doué et qu'elle en connaissait une qui avait de la chance. Ce n'était pas vraiment de la jalousie, juste une sorte de fantasme que surement beaucoup de femmes avaient. Un homme capable de vous chanter son amour c'était quand même le top, ça faisait rêvé. Et Clary était une pro pour les rêves.

Le jeune homme lui avoua que ce n'était pas de la honte de la part de Florent, mais juste que celui ci ne pensait pas avoir assez de talent pour le partager, à part avec les siens. Clarissa pouvait comprendre ça, pas qu'il ait à douter de lui, mais le fait de rester assez humble pour ne pas envahir le monde avec son talent lui paraissait normal. Savoir chanter restait quelque chose de magnifique, elle même était une véritable casserole, mais cela ne nécessitait pas forcément qu'on commence à chanter à tout bout de champs juste pour montrer ce que l'on sait faire. Florent avait raison de garder ça pour lui et ses proches, ça restait ainsi personnel et même s'il avait un talent certain, il pouvait ainsi en faire profiter uniquement à ceux qu'il souhaitait. Qu'Alexandre dise qu'il devrait s'exposer un peu plus la fit sourire. Peut être qu'il devrait, mais en même temps c'était un peu à double tranchant... Et puis si ce n'était qu'un plaisir, pourquoi se prendre la tête à devenir célèbre ?! Ils avaient déjà assez de paparazzis par moment autour de l'académie lorsque les grandes stars étaient là. Bizarrement depuis qu'elle avait vu les cameraman et photographes, Clarissa trouvait moins drole l'idée de sortir avec quelqu'un de connu. Non mais imaginez le peu d'intimité et puis elle qui était déjà réservée à la base, là elle ne voudrait plus qu'une chose : se cacher jusque la fin de sa vie de peur d'être jugée sévèrement par des inconnus. Donc oui, peut être que Florent pourrait se montrer un peu plus, mais c'était son choix. Surtout qu'il avait sa petite femme quoi. D'ailleurs la conversation continua sur Céleste et son amour pour son mari. Clary les avait vu ensemble, plus d'une fois et elle jalousait leur couple, elle souhaitait qu'un jour on la regarde comme Florent pouvait regarder sa femme, elle enviait leur complicité. Ce n'était pas correct, elle en avait conscience et n'en parlait à personne, mais c'était un sentiment qui l'animait. Que le couple se rassure, ils n'étaient pas les seuls qu'elle enviait. L'amour n'avait jamais frappé à la porte de la jeune femme et elle rêvait du jour ou elle serait capable de s'ouvrir à quelqu'un, d'être capable d'aimer. Alexandre mit des mots sur ce qu'elle ressentait et lorsqu'il se mit à rire, elle en fit autant. La jalousie restait un mauvais défaut, mais elle ne pouvait contrôler ses sentiments et faisait plutôt avec, les enfouissant aussi loin que possible.

Clarissa ajouta pour faire bonne figure que le brun avait du talent avec sa guitare et avec sa voix, mais le silence s'installa doucement. Au début cela stressa la blonde, elle ne savait jamais si un silence était bon signe ou non. Elle ne voulait pas paraître ennuyante ou quelque chose d'en le genre, elle avait juste du mal à trouver un sujet de conversation durable. En fait si elle en était tout à fait capable, quand elle avait un peu trop bu ou qu'elle se retrouvait avec des amis, là elle avait tendance à ne plus s'arrêter. Ses yeux se posèrent sur la fillette qui pleurait toujours. En même temps les éclairs zébraient toujours le ciel et le tonnerre grondait avec violence et puis il y avait ses bruits de temps en temps qu'elle n'arrivait pas à identifier. Du visage de Cassie, ses yeux passèrent aux bras du jeune homme qui entouraient les épaules de la petite fille et qui étaient couverts de tatouages. Il était difficile de deviner clairement les motifs avec si peu de lumière, mais il n'y avait plus beaucoup de peau nue ça elle en était sure. Il semblait sur dans ses mouvements et même dans ses paroles. La maintenant Clary n'aurait pas dit non pour être à la place de Cassie, mais au lieu de ça, elle avait la tête posée sur les genoux, les bras entourant ses jambes. Peut être qu'il connaissait des enfants ?! Peut être même qu'il en avait... Non mais elle avait vu pas mal de jeunes avec des enfants et cela ne l'étonnait presque plus. Elle n'était pas vraiment d'accord sur le principe d'avoir des enfants tôt, mais elle n'avait rien à dire, ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient. Et même si elle jugeait et critiquait, elle n'allait pas leur cracher leur irresponsabilité au visage.

Les pensées de la blonde, qui étaient assez chaotiques il fallait le dire, furent interrompues par la voix d'Alexandre. Elle redressa la tête et observa son visage, ses grands yeux bleus avant de regarder par la fenêtre pour se donner une certaine contenance. C'était quoi ce sourire en coin qu'l venait de faire ?! C'était pas vraiment le genre de sourire que le pauvre petit coeur et le malheureux cerveau de la blonde pouvaient supporter. Alors regarder le temps dehors était une bonne alternative. Elle haussa les épaules avant de reposer ses yeux bleus sur le jeune homme qui venait de lui demander son prénom. Sérieusement, elle ne lui avait pas dit ?! Bah bravo Charmant ! La jeune femme s'installa en tailleur et sentit le rouge lui monter aux joues lorsqu'elle prit la parole.


"Clarissa... et à part finir un dossier pour la fac et regarder un ou deux épisodes de séries j'avais pas grand chose de prévu..."

Heureusement qu'elle avait encore un peu de temps pour rendre ce fichu dossier parce que là elle allait prendre du retard, déjà qu'elle avait parfois du mal à se mettre au boulot quand il s'agissait de travail d'école, là elle allait devoir mettre les bouchées doubles ! mais bon ce connaissant elle aurait plutôt regardé un épisode de série et puis après aurait sorti son dossier avant d'arrêter parce que son pc lui faisait de l'oeil. c'était typiquement elle ça ! Bon et maintenant qu'elle lui avait répondu, elle pouvait peut être lui demander ce qu'il comptait faire de sa soirée... Allez on se lance !

"Et toi, pas trop ennuyé de rester coincé là avec nous ?"

C'était quoi ça ? Pourtant le début de la question était pas mal, par contre c'était quoi ce avec nous ? Sérieusement pas très subtil ! Et ça l'était encore moins avec ce petit éclat de curiosité dans l'oeil et ce petit sourire timide. Clarissa se baffa mentalement, elle avait honte d'ouvrir la bouche par moment, mais bon elle n'y pouvait rien, les mots sortaient toujours avant qu'elle ne prenne conscience de ce qu'elle était sur le point de dire. La blondinette se décida donc d'ajouter quelque chose avant qu'Alexandre ne puisse répondre, on sauve les meubles comme on peut...

"Parce qu'on peut pas dire que ça soit la soirée rêvée là."

Ok Clary, ferme juste ta bouche et arrête de rougir sinon même dans la pénombre on pourrait deviner ta gêne. Heureusement son kiné s'approcha d'eux et lui tendit son téléphone, elle ne l'avait pas vu arrivé sur le coté et sursauta lorsqu'elle aperçut sa main dans son champ de vision. Il lui apprit que c'était sa mère et elle soupira. sa petite maman s'inquiétait pour elle, c'était trop mignon et là c'était surtout la totale honte ! Mais bon elle n'allait pas lui raccrocher au nez non plus et puis Clarissa était curieuse de savoir comment ça se passait pour sa mère qui était encore au travail. Elle s'excusa donc auprès d'Alexandre et prit le téléphone. Forcément elle ne put s'empêcher de se mettre à chuchoter pour ne pas déranger le calme environnant, par contre ne lui vint absolument pas l'idée de se lever et de s'éloigner. Même Alexandre devait surement entendre toute la conversation...

"Hallo...
- Clary, comment ça va ?
- Ça va bien, on est coincé ici pur l'instant, ça fait un peu ambiance fin du monde mais bon... j'attends.
- Surtout tu ne sors pas du cabinet avant qu'on ne te le dise, j'ai eu ton père au téléphone et avec les marées ça risque d'inonder les rues. Surtout avec la digue qui s'est effondrée... vous n'êtes pas très loin.
- Euh... ouai, non mais t'inquiète pas, je copte pas sortir avant qu'on me le dise, je tiens à la vie ! J'ai eu ma dose de catastrophe jusque la fin de ma vie là, je vais pas tenter le sort ! Et toi alors ?
- On est enfermé aussi, y a une ligne électrique qui est tombée pas très loin donc on ne peut pas bouger. Bon je vais essayer de rappeler ton père, tu me tiens au courant si tu sors.
- Oui maman, je t'envoie un message si je sors, mais là mon téléphone est dans le vestiaire et j'ai pas vraiment envie d'aller le chercher... Allez, à toute, bisous !
"

Après les au-revoir habituels, Clary coupa la communication et rendit son téléphone au kiné avant de tourner la tête vers Alex. Elle prit soudainement conscience que toute sa petite conversation avait été entendue et qu'elle passait pour une fille à sa maman. d'accord, c'était un peu le cas, elle avait peut être son appart' et elle ne voyait peut être plus ses parents tous les jours mais elle avait besoin d'eux, elle aimait avoir de leurs nouvelles. En fait elle n'avait pas totalement quitté le nid et c'était d'autant plus vrai après son accident à l'académie, elle ne voulait pas être totalement indépendante, c'était un peu les seuls personnes lui montrant tout l'amour qu'ils avaient pour elle alors elle n'avait pas envie de lâcher ça. Bon et s'ils reprenaient leur conversation ? Peut être que ça aiderait à la détendre un peu, même si elle était plus calme maintenant qu'elle savait que c'était la digue qui avait lâché et que sa mère et son père allaient bien.

"On disait quoi déjà ?"

Avec tout ça elle avait carrément perdu le fil de ce qu'ils disaient. Ce qui n'était peut être pas plus mal, m'enfin là elle était juste assise en tailleur, elle s'était légèrement tournée afin d'être un peu plus en face du jeune homme et elle réussissait à soutenir son regard sur le visage d'Alexandre. Bonne reprise des choses en main...
(c)ARAMIS

_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Jeu 19 Fév - 22:12




« Trapped »

ҩ
Cette chanson là, elle était pleine de pêche, pleine de peps, juste parfaite pour se mettre de bonne humeur. Et elle allait à merveilles à mon petit Flo'. C'était pour ça que j'avais décidé de la faire écouter aux miss. Elle pourrait remettre un peu de bonne humeur dans cette ambiance pré-apocalyptique, ce qui ne serait pas de trop, d'après moi. Surtout que Cassie était contre moi, occupée de sangloter et que même si j'avais des gestes doux envers elle, emplis d'habitude, je ne parvenais pas à la calmer totalement et ça me mettait en partie les nerfs en pelote. Je n'avais jamais aimé entendre des pleurs d'enfant, ça avait tendance à me faire frissonner et fulminer à la fois. Je détestais ça, pas parce que ça m'énervait au sens strict du terme, mais plutôt parce que je ne les supportais pas. Sûrement un peu de mon côté grand tendre qui refaisait soudainement surface, que voulez-vous... En tous cas, je commençais à me sentir bouillonner, et ça n'était pas tourné contre la petite... C'était général, en fait. Mais bon, je m'astreignais au calme, histoire de ne pas complètement exploser. Déjà que la soirée que j'avais prévue tombait à l'eau... Mais bon, je pouvais relativiser, j'aurais pu avoir une bien pire compagnie. Surtout que visiblement, quant au couple parfait formé par Flo' et Céleste, la demoiselle et moi étions raccord. Difficile de ne pas l'être en les voyant quand on était célibataire, me direz-vous... Pourquoi je soupçonnais qu'elle était célibataire ? Parce que c'était parfaitement dans son genre... Une jeune femme un peu timide, qui appréciait sûrement les beaux garçons – et j'étais sûr que si je la titillais un peu je pourrais lui donner chaud, même sans rien d'explicite – et qui rougissait dès qu'on s'intéressait d'un peu plus près à elle. Des comme ça, j'en avais connues, et elles étaient pour moi plus facilement un amusement qu'autre chose. Oui, je pouvais être un salopard et jouer avec elles de manière générale. Mais jamais, ô grand jamais, je ne m'étais amusé avec une de ces filles trop gentilles pour moi autrement qu'en paroles et petits gestes. Et ce soir, je ne jouerais pas trop avec celle-là. Le fait d'avoir une gamine dans les bras ne me donnait pas vraiment envie de faire montre de mes talents de séducteur. Quoi que, est-ce que j'en étais encore capable ? Depuis cet été, je n'en avais pas trop eu de preuves...

Bref, trêve de pensées débiles. J'avais fini par demander à la demoiselle si son programme pour la soirée n'était pas trop chamboulé. Enfin, pas comme le mien, en fait, parce que là c'était juste impossible et ça avait presque tendance à me rendre fou. Et puis tant qu'à faire je lui avais demandé son prénom, parce que jusque là, je n'en avais pas la moindre idée, à vrai dire. Alors comme ça, elle s'appelait Clarissa ? Ça n'était pas vraiment commun, comme prénom, mais plutôt joli. Je n'allais pas vous faire le coup du sempiternelle « ça lui va bien » parce que pour moi, un prénom ne va pas bien ou mal à quelqu'un, parce qu'au fur et à mesure de notre vie, on change. Prenez-moi comme exemple, parce qu'en deux ans que j'étais là, je crois que j'avais suffisamment prouvé qu'on pouvait évoluer. Enfin bref ça c'était juste une question de point de vue, toujours était-il qu'elle avait un prénom charmant, et sans jeu d'esprit puisque je n'avais aucune idée de son nom de famille, pour le coup. Quant à son programme, c'était vrai qu'il était sympathique, mais ce n'était rien de bien compliqué à rattraper, au pire des cas. Vous me direz, mon programme non plus n'était pas irrattrapable, mais il allait falloir que je trouve un créneau pour le rattraper, et ça, avec ma vie bien remplie et les aléas... ça allait devenir compliqué. Je me contentais donc d'un sourire amusé avant une réponse, formulée de manière un peu... traînante et suave, avec une voix calculée. Si là je ne la cherchais pas..!

« Clarissa, donc. Charmant, ce prénom. » Là, l'intonation était telle que... J'avais comme laissé glisser doucement son prénom. Oh je savais y faire, avec mes paroles. « Rien d'irrattrapable, donc. »

J'étais plein d'aplomb, sûr de moi. Je me connaissais, pour ça. Je connaissais mes capacités et mes limites... Et là, on entrait juste à la limite de mon jeu. J'étais capable de plein de choses avec cette intonation-là et cette voix-là. Quand j'y ajoutais un regard délibéré ou un sourire tout ce qu'il y avait de plus calculé, pour peu qu'une fille soit un minimum réceptif, j'étais capable de tout un tas de choses. Et vous voyez, ça, ça marchait sans bouger et à un mètre cinquante de distance. Je vous laisse imaginer ce dont j'étais capable quand je sortais en boîte et que je commençais à me rapprocher d'un corps féminin... bref, je m'égare totalement, pour le coup. Je sais que j'ai toujours tendance à m'écarter du sujet mais là, j'étais parti vraiment loin de pas grand chose ! C'est la voix de la demoiselle qui me ramena sur terre et ma bouche s'arqua dans un sourire très amusé. Surtout en voyant son petit air tout timide. Définitivement, si j'avais voulu, celle-là, j'aurais pu la briser. Un peu de volonté et quelques paroles choisies et... Je l'aurais rendue cramoisie ! Ma réponse allait fuser lorsque la demoiselle ajouta quelque chose qui me fit rire doucement. Ah bah ça... C'était sûr que j'aurais pu espérer mieux mais bon...

« J'aurais pu passer une meilleure soirée mais... Compromise pour compromise, je peux au moins me réjouir de la compagnie loin d'être désagréable ! »

Je lui fis un petit clin d'œil avec un sourire à tomber. Si ça c'était pas être un enfoiré ! Mais bon, d'un autre côté ce mec un peu chercheur, ce charmeur et ce dragueur, c'était totalement moi, alors bon, comme ça faisait quand même un moment que je n'avais pas usé de mes charmes – Raphaëlle m'avait suffit et puis après je n'avais plus été en état – il fallait bien que je m'y remette. Surtout que bon, j'étais quand même libre comme l'air, alors ça serait du gâchis pour les filles que je ne m'intéresse pas à elle de manière générale, n'est-ce pas ? J'allais expliquer à Clarissa le programme de ma soirée lorsque le kiné arriva avec le téléphone et qu'il le passa à la blondinette. Je n'écoutais que d'une oreille distraite sa conversation, préférant plutôt « pousser » gentiment Cassie vers le kiné. Pas qu'elle me dérange, bien loin de là même, mais plutôt qu'elle n'était pas sous ma responsabilité mais sous la sienne, et comme je commençais à me sentir quand même un peu dépassé par les événements... Je préférais qu'elle parte avec quelqu'un qui avait peut-être un peu plus d'habitude avec les enfants que moi, parce que franchement... Bah je savais y faire avec Savannah parce que j'avais vécu des années avec elle depuis qu'elle était toute petite mais bon, à part ça je n'étais pas franchement rôdé. J'avais au moins pu me débrouiller pas trop mal jusque maintenant, c'était vraiment bien à mon goût. Du coup Cassie était debout et prête à retourner avec le kiné quand la conversation téléphonique de Clarissa se termina, si bien que je n'avais pas capté grand chose à ce qu'elle avait dit. Peut-être que c'était mieux pour elle, de garder un peu sa conversation privée. Je tournais donc finalement de nouveau mon regard vers elle et sa question étira un sourire amusé sur mes lèvres.

« Je disais que même si ça n'était pas la soirée rêvée, ça restait une soirée... Agréable, vu les conditions. » Toujours ce même sourire de tombeur qui finissait par prendre place sur mes lèvres. Finalement, je jetais un coup d'œil à l'heure qu'il était sur mon portable. Tournant mon regard vers la demoiselle, je m'excusais. « Excuse-moi deux minutes, il faut que je passe un coup de téléphone. »

Oui bon je savais bien qu'elle ne s'était pas excusée précédemment en recevant un coup de téléphone mais pour elle ça avait été assez impromptu pour l'occasion, que moi je savais que j'allais le passer et donc la laisser en plan, parce que je n'étais définitivement pas du genre à rester à portée de voix quand j'étais au téléphone si je pouvais faire autrement. Surtout que j'adorais arpenter les pièces quand je téléphonais, ce qui avait toujours eu le chic de rendre mon père complètement fou mais de paradoxalement beaucoup amuser belle-maman. D'ailleurs c'était eux que je devais appeler. Parce que voilà, mon super rendez-vous de soirée, c'était un Skype avec ma petite Savannah. On essayait de se faire ça le plus souvent possible, elle et moi, parce qu'elle grandissait beaucoup trop vite et parce qu'avec ma capacité à me faire poignarder ou tirer dessus alors qu'à la base du problème je n'avais rien fait – ce qui me changeait de ma vie parisienne où je cherchais les embrouilles tout le temps, pour rappel – eh bien ma petite puce voulait me « surveiller », comme elle me l'avait dit. Je trouvais ça mignon au possible, et j'appréciais franchement nos soirées. Sauf que là c'était déjà un exploit d'avoir du réseau téléphonique alors pouvoir capter assez internet... Sans compter que mon Ipod ne ferait vraiment pas long feu donc... à reporter ! Je composais rapidement le numéro et, à la troisième sonnerie, quelqu'un décrocha. La voix féminine qui me répondit m'arracha un sourire, tandis que je me levais, déroulant lentement ma carcasse avant de commencer à bouger dans la pièce.

« Allô ?
- Bonsoir Christine, c'est moi.
- Bonsoir Alexandre ! Tout va bien ? Tu n'appelles jamais ! Sav' a hâte de pouvoir allumer l'ordinateur !
- Oui, tout va bien. Enfin, quelques petits problèmes techniques à Etretat mais rien de bien grave pour moi. D'ailleurs j'appelais pour parler à Savannah, tu pourrais me la passer s'il te plaît ?
- Oui bien sûr !
- Merci ! … Salut mon ange, ça va ?
- Salut Lexou ! Oui ça va, mais pourquoi tu m'appelles ? On devait faire Skype ce soir !
- Je sais ma puce mais il y a un gros orage chez moi... J'ai pas internet ce soir, je voulais te prévenir, et puis entendre un peu ta voix quand même.
- Mais nan ! C'est trop nul !
- Je suis d'accord, mais j'ai pas le choix. Tu me manques fort, tu sais ?
- Tu me manques aussi Lexou ! T'es avec Elli' ?
- Non mon cœur, je suis chez le kiné pour le moment, je peux pas rentrer... Et puis elle travaille ce soir, elle a bientôt ses examens. Si demain ça va mieux ici et que j'ai de nouveau internet, j'irais chez elle et on se fera un skype à trois, tu veux ?
- Oui ! Vous me manquez trop tous les deux, vous êtes pas venus depuis longtemps !
- Oui je sais. Je viens dès que je peux conduire, promis mon ange. Bon, je vais te laisser, j'ai presque plus de batterie et je vais pas pouvoir recharger mon téléphone. Je t'aime fort. Je t'appelle demain de toute façon, d'accord ?
- D'accord ! Je t'aime aussi ! À demain Lexou ! Bisous !
- A demain ma puce. »


Avec un soupir je raccrochais. Je détestais ne pas pouvoir tenir une promesse que j'avais faite à ma petite sœur. Mais bon... Là c'était vraiment contre mon gré. Et j'avais de ce fait utilisé ma voix la plus douce et la plus tendre. Mais ça me minait le moral de ne pas pouvoir la voir ce soir, vous n'imaginez même pas ! Je passais une main dans mes cheveux, essayant de reprendre contenance, avant de retourner vers Clary. Sur ma peau, je sentais que la température baissait et, avant de me rasseoir à côté de la demoiselle, j'attrapais mon pull, un peu plus loin, pour le déposer sur ses épaules. Non mais parce que je n'étais peut-être pas très couvert mais là, elle allait littéralement se transformer en glaçon... Et j'avais beau avoir un petit côté enflure, je ne l'aurais pas laissée geler sur place, bien au contraire.

« Tiens, mets ça, tu vas finir gelée sinon. » J'avais dit ça en la regardant et en me rasseyant à proximité d'elle. Autant vous dire qu'il n'y avait cette fois ni moquerie ni taquinerie dans ma voix, juste une volonté concrète de permettre à la demoiselle de prendre son mal en patience. « Et maintenant, il n'y a plus qu'à attendre. » Cette fois-ci, un sourire ironique traversa mes lèvres. Attendre, voilà quelque chose que je détestais tout bonnement. Heureusement que j'avais une compagnie plutôt agréable, quand elle parlait...


Alexandre ҩ Clarissa

CODE BY AMIANTE

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Lun 2 Mar - 12:30



Trapped
Clarissa

voulait sa mort le Alexandre là ?! Nan mais être obligée de regarder par la fenêtre pour ne pas devenir trop rouge, ça faisait un moment que ça ne lui était pas arrivé. Bref, elle lui donna quand même son prénom et son petit programme de la soirée. Elle n'avait pas spécialement honte de ce qu'elle avait à faire, pas même des épisodes de séries, après tout chacun son truc, et elle elle appréciait rester dans son lit avec son pc et regarder les derniers épisodes sorties de ses séries préférées. Clary avait les yeux posés sur le visage du jeune homme et elle vit la point d'amusement naître, ce qui eut pour effet de faire apparaître un sourire sur ses lèvres. Et là... on perdit la demoiselle, Alex employa ce ton, cette intonation traînante qui fit rougir Clarissa un peu plus encore et elle se dit qu'elle aimerait bien qu'on emploie plus souvent ce ton là pour l'appeler. Mais ce qu'il ajouta l'amusa beaucoup plus et son sourire s'élargit. Il ne pouvait pas savoir que son nom de famille était Charmant, mais ça restait quand même très drôle, même avec sa voix si plaisante. Quand il lui dit par la suite que ce n'était pas irrattrapable, elle répondit d'un petit non et se retint d'ajouter que ça faisait quand même chier parce qu'elle avait pas vraiment envie de prendre du retard dans son boulot. Heureusement elle n'était pas en mauvaise compagnie, loin de là même donc elle était moins énervée d'être là au lieu d'être chez elle.

Clary se décida à se lancer et posa une question au jeune homme. Rien de bien méchant, même si elle se rendait compte de la manière dont elle avait posé cette question. De toute façon s'était fait alors il n'y avait plus qu'à écouter la réponse et elle ne fut pas déçue du voyage ! La blonde fut d'abord un peu vexée, bon elle savait quand même faire très bonne figure et ça ne se voyait pas, mais elle était vexée, non mais quand même il aurait pu dire ça avec un peu plus de subtilité... Ah mais il avait pas fini de parler... Et là ce fut la surprise, une véritable chute libre. Il se fichait d'elle ou quoi ? Elle une bonne compagnie ? Il parlait bien d'elle au moins ? Non pas possible il devait parler de... bah de Cassie parce qu'elle n'était pas du genre bavarde, à l'aise et capable de soutenir son regard plus de 5 secondes, alors il ne pouvait pas parler d'elle. Le visage cramoisi, elle se maudit encore une fois de ne pas pouvoir maîtriser l'afflux de sang. Et en plus de ça il ne rajoutait avec son clin d'oeil et son sourire de tombeur. Non mais là son coeur allait s'arrêter de lui même à force de battre aussi fort ! Et puis soudainement elle n'avait absolument plus froid, bien au contraire, elle avait trop chaud, beaucoup trop chaud. Heureusement elle fut interrompu par le kiné qui venait lui présenter son téléphone, elle prit l'appel, contente de pouvoir détourner son attention de son interlocuteur. Enfin qu'à moitié en fait, elle écoutait bien sur ce que sa mère lui disait, mais elle jetait un vague coup d'oeil au jeune homme qui apparemment voulait se débarrasser de Cassie. Et il y parvint puisque lorsqu'elle raccrocha et qu'elle rendit le téléphone au kiné, celui ci embarqua la petite avec lui. Non mais être que à deux... c'était bizarre. Pas désagréable, loin de là même, mais elle allait se sentir vite débile et à cours de choses à dire... Bon allez, un peu de courage et on reprend la ou la conversation s'était arrêtée. Sauf que du coup cela voulait dire regarde un Alexandre avec son visage charmeur sans Cassie entre eux deux. Y a pas, il faisait drôlement chaud d'un seul coup ! Clary répondit par un sourire totalement involontaire, ça faisait plaisir d'entendre ce genre de chose quand même ! On ne le lui disait pas souvent qu'elle était de bonne compagnie. Mais en même temps Alexandre ne la connaissait pas, il changerait surement d'avis en voyant à quel point elle pouvait être dérangée par moment, souvent, bon presque tout le temps.

Il s'excusa auprès de Clarissa afin d'aller passer un coup de fil et la jeune femme acquiesça, le laissant tout à fait libre de faire ce qu'il voulait. Elle le vit composer le numéro et se leva dès qu'il mit le téléphone à son oreille. Clary s'appuya sur le mur derrière elle et se concentra sur ses cheveux, elle les détacha et se mit à faire une tresse. C'était un moyen de paraître occupée et en fait d'écouter tout ce qu'il se disait autour. Et forcément elle essaya de ne pas louper une seule miette de la conversation téléphonique. Ce n'était pas poli et ça ne se faisait pas, mais elle n'y pouvait rien si elle était curieuse et que les gens avaient tendance à l'oublier, ou juste à oublier qu'elle était loin d'être sourde. Clary suivit donc la conversation, elle se demandait qui il pouvait bien appeler. Sa copine ? Un pote ? Sa soeur ? Tien une Christine... ça ne faisait pas vraiment prénom de leur âge... Mais bon des fois Clary était surprise par les choix de prénoms. Quelques petits problèmes techniques... La jeune femme n'aurait pas dit ça comme ça, la digue qui s'effondre et des lignes électrique à terre c'était quand même plus qu'un problème technique. Ah un nouveau prénom... Savannah, ce n'était pas commun. Et donc il voulait parler à cette Savannah, ça devait être quelqu'un de proche, en tout cas ce n'était ni sa soeur, si un pote... Mon ange ?! Ah bah il devait s'agir de la copine. Non mais ne plus il y avait ce ton tout doux, tout tendre, un peu comme lorsqu'il parlait à Cassie. Clary continua d'écouter tout en triffouillant dans ses cheveux afin que la tresse qu'elle était en train de se faire ne soit pas trop moche. Tous ces surnoms, il devait vraiment l'aimer cette Savannah ! Mais euh... pourquoi il avait eu ce numéro de charme avec elle juste avant ?! Elle l'avait peut être mal interprété alors... Oui ça devait être ça et ça expliquerait le fait qu'elle ait eu l'impression pendant un instant qu'il pourrait s'intéresser à elle. Il ne devait pas porter d'intérêt pour une fille comme elle, pas spécialement bien dans sa peau, incapable d’interagir avec la gente masculine. Clarissa termina sa tresse avant la fin de la conversation, mais elle ne s'autorisa pas à observer Alexandre, elle jeta plutôt un regard sur toute la pièce, bon d'accord, ça incluait aussi le jeune homme, mais c'était quand même vachement moins suspect non ?

Elle était en pleine contemplation de la fenêtre et aussi un peu du reflet d'Alexandre dans ladite fenêtre lorsqu'il raccrocha et revint vers elle. Heeein ? Nan mais il savait qu'il y avait d'autres personnes s'il voulait ? Qu'il n'était pas obligé de traîner avec le boulet qu'elle était ? Bon bah rebonjour m'sieur Alexandre. Clarissa le regarda prendre son pull, c'est vrai qu'il commençait à faire plutôt froid, surtout que là la demoiselle n'avait plus de raison de rougir et de se sentir toute chose à cause du jeune homme. Elle fut donc très surprise lorsqu'il déposa son pull sur ses épaules. C'était quoi son parfum ? Ça sentait bon, il sentait bon ! Clary leva les yeux sur lui et lui sourit. Il n'y avait plus trace de ce côté charmeur qu'elle avait vu quelques minutes avant, elle avait surement du voir ce qu'elle voulait voir. M'enfin, là elle se retrouvait avec son pull sur le dos et ça lui allait parfaitement !


"Merci... J'ai mes affaires dans le vestiaires mais... je suis pas sure de réussir à y aller et revenir indemne dans le noir"

Conversation inutile bonjour ! Et puis vas y Charmant, dis lui carrément que t'as peur du noir, que t'as peur qu'une créature obscure hante la salle, que tu as peur même de ton ombre et que tu pourrais avoir envie de fuir en courant. Mais ne fait... elle s'en fichait qu'il sache qu'elle avait peur de se retrouver toute seule dans une pièce sombre puisqu'il avait surement quelqu'un dans sa vie... Au pire elle aurait l'air ridicule, mais ça ne serait pas la première fois. Alexandre s'installa à coté d'elle et elle se rappuya sur le mur avec le pull sur son dos, y a pas il sentait vraiment bon ! qu'est ce que ça devait être d'avoir le nez dans son cou... Hop là Clary, on change de sujet de pensée ! La jeune femme réussit à regarder le jeun homme dans les yeux un instant, le temps qu'il lui dise qu'ils n'avait plus qu'à attendre en fait. Elle haussa les épaules et soupira. Pourvu que ça ne soit pas trop long quand même ! Et puis qu'il n'y ait pas d'accidents trop grave. Clarissa se perdit dans ses pensées quelques secondes, elle repensa à la conversation qu'Alex avait eu au téléphone et au fait qu'il ne pouvait pas conduire, alors comment était-il venu ? Elle faillit lui demander avant de se rappeler qu'elle n'était pas censée savoir qu'il ne pouvait pas conduire. Bon bah pour une fois qu'elle réfléchissait avant de parler ! Ah mais ils pouvaient bien avoir un sujet de conversation en commun en fait !

"Je me demandai... ta soeur s'est remise de ses blessures ?! Je l'ai croisé qu'à l'hôpital et ça avait l'air sérieux..."

Bien sur que ça remontait à plusieurs mois en arrière, mais même elle elle n'était pas encore totalement remise de son accident et d'après ce qu'elle avait entendu, les blessures d'Elliana étaient graves. Elle ne savait pas ce qu'elle avait eu exactement, mais bon elle était restée presque aussi longtemps qu'elle à l’hôpital, ça ne pouvait qu'être sérieux. Et en parler avec Alex était un moyen d'avoir un peu de trucs à dire et aussi de se renseigner, parce qu'elle avait l'air plutôt sympa l'Elliana.
(c)ARAMIS

_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   Lun 13 Avr - 10:36




« Trapped »

ҩ
Oui, j'étais tout à fait conscient des réactions physiques que je pouvait déclencher chez cette blondinette. Malgré la pénombre, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure qu'elle rougissait, et puis elle avait cette façon de détourner le regard en espérant être discrète... Moi c'était une situation qui me faisait rire, tout bonnement et tout simplement. C'était méchant et digne d'un salopard, j'en étais pleinement conscient. Mais voilà, c'était totalement moi, ça me ressemblait, alors franchement il y avait un moment que je n'étais plus capable de m'en vouloir d'être moi-même. Finalement, la demoiselle se retrouva au téléphone et je n'y fis pas spécialement attention, plutôt occupé d'essayer de faire en sorte que le kiné récupère Cassie, dont il était sensé avoir la charge en l'absence de ses parents. J'étais mieux sans avoir à m'occuper d'une enfant, mine de rien. J'avais beau toujours m'être occupé de mes demi-sœurs – et à l'époque Savannah était une toute petite crevette, elle était à peine en âge de rentrer au CP maintenant –, je ne me sentais absolument pas de m'occuper toute la soirée d'une petite fille, surtout si le temps se gâtait encore plus. Là on aurait cru se retrouver avec le calme avant la tempête, alors franchement, ce n'était pas super rassurant. Ou alors c'était le calme tout court, difficile de le savoir. Toujours est-il que ce n'était pas à moi de prendre en charge Cassie, et qu'elle repartit en même temps que le kiné lorsque la blondinette eut terminé avec son téléphone. Je n'avais donc absolument pas pu suivre sa conversation, et c'était peut-être tant mieux, non ? Je repris donc où je m'en étais arrêté, un sourire satisfait venant étirer mes traits en voyant à quel point je la troublais. C'était bien, c'était le but.

Je finis par m'excuser auprès de la demoiselle. Il était tant d'appeler mon petit poussin pour lui expliquer que je ne serais pas là sur Skype ce soir. Ce fut ma belle-mère qui décrocha, et je préférais minimiser mon explication de pourquoi je ne serais pas là. Un incident c'était moins grave qu'une énorme tempête. Bon, ça finirait aux informations de toute façon, mais bon entre deux j'avais appelé en étant bien vivant, et puis j'étais certain qu'Elli' ferait de même. Ça serait de quoi les rassurer, et puis demain quand je rappellerais je serais en mesure de leur parler le plus clairement des événements de la veille, sans qu'un vent de panique ne souffle sur Liévin. Non mais je ne comptais pas sortir et me mettre en danger, pour le coup, alors franchement je ne pourrais que les rassurer. Et puis j'étais tellement persuadé qu'Elli' resterait tranquillement chez elle que... Pfiou, je ne m'inquiétais vraiment pas pour la petite famille ! Toujours est-il que je finis par raccrocher, en promettant au moins de téléphoner le lendemain. Je ne savais pas si internet serait rétabli, mais si le réseau téléphonique n'avait pas encore sauté c'est qu'on ne risquait finalement pas grand-chose, n'est-ce pas ? Au pire je trouverais un système D pour tenir mon petit monde au jus. Je retournais donc m'asseoir auprès de la blondinette, posant au passage mon pull sur ses épaules pour lui éviter de finir en mode glaçon. Il ne faisait pas franchement chaud par ici, mais j'étais un peu plus couvert qu'elle, déjà.

Sa réponse me fit rire doucement. Pourtant, je n'avais pas grand-chose à lui répondre. Je n'allais pas non plus me moquer ouvertement d'elle. Je sais bien que je suis une saloperie finie à vos yeux mais tout de même ! Finalement, je fis remarquer que nous n'avions plus qu'à attendre, et l'attente commença. Déjà, le silence s'apprêtait à s'étirer, et j'avais l'impression d'être mal installé. Assis comme ça je commençais à avoir mal partout, à commencer par les fesses. Oui oui je l'ai dit. Je profitais donc du manifeste manque d'intérêt de la demoiselle pour moi pour m'allonger, calant juste mon bras intacte derrière ma nuque, me contentant de respirer calmement en fixant le plafond. Si le vent ne mugissait pas aussi fort et si le sol était plus confortable, j'aurais sûrement pu m'endormir sans vraiment faire trop de manières. J'étais plutôt fatigué de ma journée, et il y avait un calme relatif autour de moi. Je n'étais pas spécialement nerveux pour le moment. Sauf que finalement Clarissa reprit la conversation avec un sujet qui me fit tourner vivement la tête vers elle. Ça me surprenait un peu, qu'elle me pose cette question. La plupart des gens la posaient directement à Elli'. Je finis par reposer mon regard sur le plafond, cherchant à prendre l'air le plus détaché possible.

« Oui, ça va. Elle m'a fait une belle frayeur mais elle s'en est bien sortie. » Un léger rire m'échappa, pour une idée qui ne pouvait traverser que ma tête. « Dans la famille recomposée Leroy et compagnie, dans la catégorie 'catastrophes ambulantes', je demande l'aîné et la cadette... » Mon rire s'éteint. Une autre pensée me traversa l'esprit, beaucoup moins 'drôle'. « Remarque manquerait plus que la benjamine s'y mette pour maintenant ! » Je me redressais sur le coude du bon côté, posant mon regard glacé sur la demoiselle. « Plus sérieusement, Elli' va mieux. Elle a eu de la chance que Camille et Maël soient là pour la sortir de l'écurie, quand même. Mais maintenant qu'elle a repris ses études de médecine, elle a moins de temps pour me faire peur. »

J'eus un sourire en coin assez satisfait. Si au moins j'étais sûr qu'Elli' passait plus de temps enfermée dans son studio à réviser ou en cours, ça m'assurait qu'elle ne courrait pas les écuries en feu et qu'elle ne risquait pas trop de finir carbonisée. Bizarrement ça me rassurait, cette histoire. Je devrais peut-être en faire de même... Reprendre mes études – commencer par obtenir un bac – pour trouver un job un peu plus agréable que serveur dans une boîte. Ça serait peut-être vachement moins dangereux pour moi, vous me direz. Pas le temps d'aller faire du shopping ou d'aller batifoler en forêt... Plus de coups de couteaux ou de balles perdues. Ça leur ferait peut-être des vacances, tiens... Cette idée fit naître un sourire amusé sur mes lèvres. Si Clary savait ce qui me passait par la tête des fois...


Alexandre ҩ Clarissa

CODE BY AMIANTE

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa   

Revenir en haut Aller en bas
 

TEMPÊTE SUR HB † « Trapped » † Alexandre & Clarissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Archives :: « Horse Beautiful » Forum version 1 :: Archives "RPG" :: Rp's divers-