Partagez | 
 

 « Coucou p'tit ange ! » † Alexandre & Elliana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Alexandre L. Leroy
Admin Bloody; La plus méchante (a)

Messages : 5090
Date d'inscription : 04/05/2010
▌AGE : 22
▌LOCALISATION : Tu voudrais savoir hein?
▌EMPLOI : Flemmarde à plein temps!
▌HUMEUR : Un plus un ça fait trois :3


Carte d'identités
Pseudo: Bloody
Autres comptes: Grégoire E.-G. Carpentier ; Ruby C.-M. Delcourt
Personnages sur le compte: Alexandre L. Leroy ; Gwen Lemerle ; Gaël C.-J. Fournier ; Jérémy Y.-M. Ambroziewicz





MessageSujet: « Coucou p'tit ange ! » † Alexandre & Elliana   Jeu 23 Oct - 22:45




« Coucou p'tit ange ! »

ҩ
Sept heures, un jour de semaine, pour un homme de la nuit comme moi, c'était vraiment trop tôt. Bon, d'accord, je ne travaillais pas depuis quatre mois jours pour jours à cause de mon "accident de chasse" - et autant vous dire que j'appréciais moins d'être le gibier sur lequel un chasseur aveugle s'était trompé en tirant, parce que jusqu'à preuve du contraire il n'y avait pas d'autre piste exploitable - mais bon, quand même, me lever à sept heures, c'était vraiment super casse-pieds, surtout pour une visite de contrôle à l'hôpital. J'en avais eu une il y a un mois et tout allait bon train, sauf qu'il y a quinze jours, au moment du normalement aval pour attaquer la rééducation, c'était le couac, parce que tout n'était pas en ordre. Alors si tout allait bien, aujourd'hui j'aurais le feu vert. Sincèrement, j'espérais pouvoir commencer à remettre en état fonctionnel ce bras droit, quatre mois sans rien pouvoir faire - même pas pouvoir prendre Savannah, la plus jeune de mes sœurs, correctement dans mes bras - ça commençait à me taper sérieusement sur les nerfs et le moral. Et oui, le moral était en chute libre. Du coup, j'avais pris le train direction le nord, puisqu'il était compliqué de conduire une boîte manuelle avec un bras droit plus qu'inutile, et j'avais passé dix jours avec mon père, ma belle-mère, ma benjamine. J'étais rentré la veille au soir, par le dernier train. Réveil compliqué pour quelqu'un pas du matin du tout.

Mais je m'étais fait violence pour sortir du lit. Allez, wake up Leroy, t'as pas le choix ! Directement, j'avais pris la direction de la salle de bain pour une douche tonifiante, bien chaude pour délasser mes muscles raides à force d'inactivité. Bon, mon absence de muscles plutôt. Quatre mois sans rien pouvoir faire étaient venues à bout de ma masse musculaire. Et j'avais plus ou moins fait régime pour éviter de faire trop de gras. Résultat, je faisais pitié à voir, ou presque. Il me manquait des kilos et des abdos. Vivement que je puisse recommencer à bouger un peu pour refaire ma masse. Parce qu'en attendant, j'avais plus l'air d'un claquette que d'un athlète. C'était pathétique et j'avais plus de mal à assumer mon corps dans cet état-là. Il n'y avait plus rien dont je pouvais être fier hormis mes tatouages, mais sur mon corps sans relief - du moins c'était mon point de vue - ils n'avaient plus le moindre intérêt. En fait, vous l'aurez sans doute compris, j'avais presque attrapé un complexe avec mon corps ces derniers mois, ce qui n'avait jamais été le cas avant. J'étais plutôt mal dans ma peau, je me sentais inutile, d'un banal déconcertant, en plus d'être un fardeau pour mes amis proches et ma famille. L'opération douche n'avait plus grand chose d'agréable.

En sortant de la douche, je m'étais essuyé le plus rapidement possible tout en tentant de ne pas trop malmener mon épaule. J'avais ensuite enfilé un jean droit, simple, et un tee-shirt noir, avec un gilet crème en laine torsadée. Je m'étais ensuite battu pour remettre mon attelle en place avant d'aller prendre mon petit déjeuner dans le silence. Jenna était partie, tout comme les éclats de rire de ce studio. Mais j'avais des nouvelles d'elle quotidiennement ; tout se passait bien dans l'école dans laquelle elle était finalement partie en internat. Ses résultats avaient l'air de remonter un peu, ce qui me rendait fier et aussi plus serein. Au moins, elle avait arrêté de foutre sa vie en l'air tout comme je l'avais fait avant elle, sauf que je n'avais pas réagi. Tout ça pour dire que, chez moi, les choses avaient repris leur cours d'avant, et même si ça me faisait bizarre, comme un pincement au cœur, tout allait pour le mieux. A part que je déjeunais dans le silence le plus total et au lance-pierre. Un café noir, deux petits suisses, une orange. Rien de bien exceptionnel et c'était rapidement avalé, mais c'était suffisant pour tenir jusque midi. Au pire je me ferais un goûter, comme les enfants, sur les coups de dix heures. Mon déjeuner avalé et débarrassé, j'étais passé à la salle de bain pour le laver les dents, me coiffer et me parfumer. J'avais ensuite enfilé une paire de converses noires et attrapé ma veste en cuir contenant déjà mes papiers, mon portable et mes clés et j'étais sorti, en refermant le studio derrière moi.

Direction l'arrêt de bus le plus proche. Comme je vous l'avais dit, je ne pouvais pas conduire en ce moment, alors pour tous mes déplacements proches c'était le bus, et dès que le bus n'était plus suffisant il fallait que je me trouve un chauffeur. Mais aujourd'hui, pour ma visite de contrôle à l'hôpital d'Etretat, c'était bus. J'avais entamé le voyage debout, puisque visiblement personne n'avait à cœur de me laisser une place, bien que mon bras en écharpe soit facilement visible. Et avec ma stupide fierté, je n'allais pas quémander pour voyager assis, même si c'était désagréable de me sentir tanguer et d'avoir du mal à me stabiliser avec le bras gauche. Finalement, au bout de deux arrêts - donc pas trop longtemps - c'est une adolescente qui me laissa sa place. Elle eut en retour un de mes sourires de charmeur. Visiblement, ça la mettait dans tous ses états, et moi, ça m'amusait. Encore cinq arrêts et le bus me déposa juste à l'entrée de l'hôpital. J'avais quinze minutes d'avance pour mon rendez-vous, parfait timing. D'ailleurs j'appris avec plaisir que le médecin avec lequel j'avais rendez-vous n'avait pas encore de retard. Jackpot !

Ce qui était drôle, pour moi, à l'hôpital, c'était de croiser les infirmières que j'avais croisées durant mon hospitalisation. A coup sûr je les avais marquées. Ma belle gueule, mon physique d'athlète et mon caractère de merde, c'était un mélange explosif très difficile à oublier. Et mon grand jeu était de leur retourner un large sourire. Bon, ce n'était pas vraiment aimable. C'était plutôt charmeur et légèrement arrogant, mais définitivement c'était craquant sur ma bouille. Heureusement, je ne passais pas trop de temps en salle d'attente. Le médecin me prit juste à l'heure, et après les questions de routine, ce fut la radio pour vérifier que toute l'ossature recréée chirurgicalement était bien en place, avant l'écho pour s'assurer que l'inflammation qui m'avait valu un veto de rééducation n'était plus là. Et là, pactole. C'était, au bout de quatre mois, tout bon. J'avais le droit à de la rééducation pour les prochains mois, et encore un moment sans travailler donc, mais je voyais arriver la fin de l'attelle. Car oui, je devais la garder encore jusqu'à avoir un minimum réutilisé mon épaule en rééducation. Mais on était désormais plus proche de la fin que du départ. Autant vous dire que j'avais quitté l'hôpital d'excellente humeur.

C'était donc avec une excellente nouvelle que j'étais rentré à HB, après être passé acheter des croissants dans la meilleure boulangerie d'Etretat. Aujourd'hui, ma cadette était chez elle, et elle m'avait demandé de la tenir au courant du rendez-vous. J'avais donc décidé de passer chez elle pour lui faire part de ma très bonne humeur qu'elle n'avait pas vue depuis des mois maintenant. J'étais devenu exécrable après mon accident, puis progressivement simplement morose et défait. Avant mon accident, j'étais instable, le cœur à vif, prêt à exploser de rage. En somme, la dernière fois où j'avais pu être aussi léger, Sha' n'était pas très loin. J'avais tiré un trait, depuis le temps. Maintenant, j'en étais à un point où j'allais de l'avant sans me retourner. Je l'avais aimée plus que quiconque avant elle, et elle m'avait brisé le cœur. Continuer de penser à elle ne m'était que néfaste et j'avais simplement arrêté de chercher à ressentir les choses pour continuer. J'avais décidé de ne plus m'attacher, comme avant, à une époque où les choses étaient beaucoup moins douloureuses.

Vous devez vous demander pourquoi les croissants. J'avais une réponse simple à vous offrir ; il n'était pas encore dix heures et j'étais de retour à l'académie. Je ne pouvais décemment pas sabrer le champagne à une heure aussi matinale, et puis je connaissais ma blondinette gourmande. Les viennoiseries lui avaient toujours plus. Alors, en rentrant, j'avais pris la direction du bâtiment A des studios et grimpé les deux premières volées de marches pour arriver sur mon palier, qui était aussi celui de ma sœur et de Raphaëlle. Raphaëlle était, pour ceux qui n'auraient pas suivi, la charmante blonde qui m'aidait à passer le temps. La réciproque était d'ailleurs vraie. C'était aussi la demoiselle à qui je devais la vie, parce qu'on avait été à deux dans ce merdier de chasse à l'homme et que sans son aide pour contenir l'hémorragie dont j'étais la malheureuse victime, je me serais vidé de mon sang bien avant l'arrivée des secours. J'en vins à me demander si elle aurait un quelconque intérêt pour la fin de ma convalescence et le début de ma rééducation. Je secouais finalement la tête, un sourire aux lèvres. Elle s'en soucierait à peine, juste parce que c'était comme une page qui se tournait pour nous deux. On avait traversé ça à deux et bientôt il n'y aurait plus grand chose pour nous le rappeler. Après tout, nous deux, on ne se devait rien. Pas de sentiments, pas d'attaches. Je tournais mon attention vers la porte de ma frangine avant de toquer. J'attendais environ deux secondes et demi avant de lancer, guilleret :

« Room service mademoiselle ! Croissants et bonne nouvelle ! »


Alexandre ҩ Elliana

CODE BY AMIANTE

_________________
Mon royaume assiégé, elle a annexé mon canapé.
Embrasé, désarmé, je me suis constitué prisonnier.
Elle veut de la vie en grosses coupures,
Enfant de luxure tout ce qu'elle touche brûle.
Possédée, possédée. Bien accroché à son cœur de gitane.
Dans les veines du sang d'apache, comme si
Bonnie fumait Clyde pour partir avec le cash.
C'est l'escalade, le road trip puis le crash comme
Une marquise de Sade qui fait dans le White Trash.
White Trash


© KYO


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Clarissa Charmant
Admin Morue; La graphiste de la bande (a)

Messages : 4160
Date d'inscription : 16/09/2008
▌AGE : 25


Carte d'identités
Pseudo:
Autres comptes:
Personnages sur le compte:





MessageSujet: Re: « Coucou p'tit ange ! » † Alexandre & Elliana   Mer 29 Oct - 0:22



"Coucou p'tit ange !"

Elliana


La rentrée avait débuté en septembre et Elliana s'était replongée avec délice dans l'ambiance de la fac. Elle n'avait pas travaillé sur des cours et surtout dans un amphi depuis plus d'un an et cela lui faisait un bien fou. Bon d'accord, elle râlait sur la tonne de travail qu'elle avait, sur les profs pas toujours pédagogue et sur l'organisation même de la faculté, mais c'était les joies d'être de nouveau étudiante. Le premier jour elle avait un peu appréhendait car elle ne savait pas si elle allait retrouver un rythme de travail correct, après tout elle n'était pas allée en cours pendant plus d'un an et elle avait travaillé dans les écuries de l'académie, ce qui était totalement différent de ce qu'elle s’apprêtait à faire. Le pire ce n'était surement pas de retourner en cours, mais bien la filière qu'elle avait choisi, partir en première année de médecine en ayant perdu sa façon de bosser était quelque peu suicidaire, mais Elli s'en sentait capable, elle avait toujours été bonne à l'école et puis elle savait qu'elle pouvait compter sur son cher Camille si jamais elle galérait vraiment. Tout ça lui avait permis de se lancer, et puis aussi le fait qu'elle avait perdu Maël à cause de ce choix, alors elle n'allait pas faire marche arrière maintenant !

La jeune femme avait donc commencé les cours et s'était mise à bosser comme jamais, elle n'avait aucune envie de prendre du retard. La première année de médecine était juste un passage pour elle, elle souhaitait partir en pharmacie, sauf que voilà, réforme oblige, elle devait passer par cette première année commune aux études de santé. Son boulot aux écuries lui manquait presque, elle avait passé du temps dehors, elle voyait du monde tous les jours, alors que là elle était une anonyme parmi des tas d'anonymes et elle ne sortait que pour aller à la fac et de temps en temps pour faire une course ou deux, mais ça s'arrêtait là. Elle continuait, heureusement, à voir son frère, parce qu'il était hors de question qu'elle l'abandonne sous prétexte qu'elle devait travailler. Il avait traversé suffisamment de chose pour qu'elle s'inquiète pour lui et qu'elle ne le lâche pas aussi facilement. Elli savait que son frère n'était pas en sucre et que les blessures qu'il avait guérissaient, mais elle était trop proche de lui pour le laisser vivre sa vie sans elle, sans qu'elle ne le surveille un peu. C'était tout elle ça, devoir gérer sa propre vie plus celles des gens qu'elle aimait. Heureusement son Potame de n'amour semblait aller de mieux en mieux et elle sentait qu'elle allait devoir le laisser vivre un peu plus sans elle, même si là elle n'avait pas vraiment envie de le quitter... Mais il avait fait un effort lorsqu'elle était avec Maël alors elle devait prendre sur elle pour faire la même chose et le laisser respirer.

Sa petite vie était bien remplie, mais elle était surtout régie par ses études. C'est ainsi qu'elle se retrouvait avec une semaine d'interruption pédagogique et donc une semaine de révisions intensives sur les choses qu'elle maîtrisait moins. Elle avait heureusement achevé ses deux années de prépa BCPST et donc avait de bonnes bases, mais là on lui demandait quand même un niveau nettement au dessus et elle avait oublié pas mal de choses en quasiment deux ans passés loin des cours. Elliana avait donc fait un planning de révision, prévoyant large, ainsi elle pourrait se ménager quelques pauses qui seraient les bienvenues. Car même si elle avait eu l'habitude de travailler régulièrement et de façon assez intensive, elle savait qu'elle ne pourrait maintenir pareil rythme indéfiniment, son corps et surtout son cerveau allait protester avant ! Donc elle se garda deux après midi dans sa semaine pour se détendre et la première lui avait permis de se rendre chez le coiffeur et changer de nouveau de couleur de cheveux, elle redevint blonde, même si pour le moment il ne s'agissait pas de sa couleur naturel, il faudrait attendre qu'il repousse pour cela. La seconde n'avait pas encore eu lieu, mais elle espérait pouvoir monter à cheval toute l'après midi, une longue balade lui ferait beaucoup de bien, enfin si elle ne se retrouvait pas à terre !

Mais pour le moment Elliana s'était levée vers 8h, elle avait pris son petit déjeuné en musique et était allée prendre une douche avant d'enfiler un pantalon de jogging gris et un débardeur vert fluo. La jeune femme s'installa à la table de la cuisine et brancha son PC afin d'avoir un support si elle avait un problème avec une planche d'anatomie ou du vocabulaire en SSH. Elle regarda l'heure avant de débuter : 9h, Alex devait certainement savoir, ou en tout cas il ne tarderait pas à savoir s'il pouvait débuter la rééducation. Son esprit vagabonda quelques instants vers son frère pendant qu'elle cherchait une playlist qui lui permettrait de travailler en musique sans être déconcentrée. Elle espérait vraiment que le parisien pourrait se mettre au boulot avec son épaule sinon il allait vraiment mal finir, elle l'avait vu passer par différents états et ce n'était jamais celui auquel elle pensait. Elle ne connaissait pas tous les détails de ses journées, mais depuis que Jenna n'était plus là ça devait lui paraître particulièrement long ! Et puis avec son épaule défaillante il devait galérer pour pas mal de choses. Le seul avantage était qu'au moins ça l'occupait pendant une partie de la journée, le temps devait passer plus vite lorsqu'il s'énervait contre lui même ou contre ce maudit chasseur du dimanche. Mais Elli craignait quand même que dans un moment d'énervement il ne se perde et qu'il ne se fasse mal, ça serait le comble de devoir encore repousser sa rééducation pour une bêtise.

Sa petite pensée pour son frère passée, la blondinette se mit au travail, elle débuta par l'anatomie et plus précisément l'ostéologie des membres. Elle avait du mal à retenir les passages de veines et des nerfs, elle connaissait exactement l'attache de tous les muscles, mais le passages de tous les vaisseaux c'était une autre paire de manches ! Donc elle voulait boucler ce problème, même si elle savait qu'elle allait devoir revoir cette partie plus intensément que le reste avant l'examen. Elliana était donc en pleine mémorisation du nerf saphène lorsqu'elle entendit toquer à sa porte. Elle savait que parfois il y avait des 'inspections' des studios, enfin elle n'avait jamais su pourquoi, mais du coup elle hésita à se lever et à aller voir qui c'était. Non mais elle s'avait que Cam ne viendrait pas et il n'y avait plus de Maël, à la rigueur c'était possible que ce soit Alex, mais il l'aurait prévenu avant quand même, non ?! Sa réflexion ne poussa pas plus loin puisque ce fut la voix de son frère qui résonna à travers la pièce. Elli se leva d'un bon, abandonnant ses cours et ses fiches de révisions, ainsi que son atlas d'anatomie pour se précipiter vers la porte d'entré et ouvrir au parisien. Comme ça il avait de quoi manger et surtout une bonne nouvelle ! Elle se demandait si cela concernait son rendez vous de la matinée... La blonde ouvrit la porte et son plus beau sourire s'afficha sans qu'elle ne s'en rende compte. Voir son frère d'aussi bonne humeur la mettait elle aussi de bonne humeur !


"Monsieur ! Pourtant je n'ai rien commandé... j'espère que vous n'allez pas me faire payer !"

Elliana avait une folle envie de lui sauter au cou mais elle se retint et se contenta de faire la bise à Alex, ne le lâchant pas si vite quand même, elle entoura sa taille pour un semblant de câlin, oui un semblant parce que avec l'épaule de monsieur, elle ne pouvait pas forcer la chose. Cela aurait pu surprendre le jeune homme, sauf que depuis qu'il était rentré, sa petite soeur essayé d'être au petit soin et surtout elle avait tendance à être plus tactile qu'avant, ne se gênant pas pour le prendre dans ses bras. Impossible de dire si c'était le manque de Maël ou si c'était la peur de le perdre mais en tout cas elle avait besoin de s'assurer que son cher frère était là bien vivant.

Après ce petit bonjour bien joyeux, Elli fit entrer son frère chez elle et elle se dirigea vers la cuisine une fois la porte refermée. Elle referma son atlas et coupa la musique pour refermer son ordi et tout mettre dans un coin, leur laissant un peu de place sur la table. Elle voulait savoir ce qu'était cette bonne nouvelle et logiquement ce serait la possibilité pour Alex de débuter, enfin, la rééducation de son épaule. Non mais parce que la dernière fois on lui avait dit que ce n'était pas possible à cause d'un problème et ça lui avait miné le moral, donc là normalement c'était un feu vert du chirurgien... Bonne petite hôtesse, Elli' alla préparer du café, elle savait que le parisien accepterait un café, même à un peu plus de dix heure du mat'. Tout en s'affairant dans sa cuisine, Elli jetait quelques coups d'oeil au jeune homme et finit par lui poser la question qui lui brûlait les lèvres
.

"Alors ?! Dis moi que tu vas pouvoir recouper ta viande tout seul !"

Oui Elli se moquait du blond, mais bon elle sentait qu'elle pouvait largement, qu'elle n'allait pas se faire envoyer bouler alors autant en profiter ! Comme elle venait de finir de remplir la cafetière et qu'il faudrait quelques minutes avant qu'ils ne puissent boire, la jeune femme alla s'installer à la chaise qu'elle occupait quelques instants plus tôt, mais sans ses cours devant elle. Ils pourraient bien attendre un peu, son frère était bien plus important pour l'instant ! S'appuyant sur ses coudes, elle posa son regard vert, et non maquillé, sur Alex et lui sourit, heureuse de le voir beaucoup plus détendu et plus serein que quelques jours auparavant.

_________________


and the others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« Coucou p'tit ange ! » † Alexandre & Elliana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Archives :: « Horse Beautiful » Forum version 1 :: Archives "RPG" :: Rp's divers-