Partagez | 
 

 Esteban & Ariane | Grand méchant loup, y es-tu ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité







MessageSujet: Esteban & Ariane | Grand méchant loup, y es-tu ?    Lun 13 Oct - 18:27


   


Ariane s'était matinalement enfuit du douillet nid qui lui avait apporté refuge la nuit précédente, laissant derrière elle une valise -parce que mine de rien elle n'avait toujours pas récupérer ses clefs-, un croissant encore chaud et un mot qui indiquait qu'elle était au chenil.
Bon, il est vrai qu'elle partait un peu comme une voleuse, mais que faire d'autre ? Réveiller Aurélien ? ... Et puis... Elle lui laissait un croissant ... !

La jolie demoiselle avait donc rejoint son lieu de travail d'un pas tranquille, nourrit et occuper des animaux, ranger les papiers, et avait finit par prendre Bloody Mary en laisse pour la sortir un peu.
La voilà donc sous les miles et une teintes automnales que prenait les arbres en ces jours pluvieux, protégée de la morsure du froid par une jolie veste noire et blanche, des gants noirs, et un jean sombre.
Ses longs cheveux ondulés dansaient au rythme du vent, alors que Bloody Mary, la jolie petite dalmatienne du refuge semblait folle de joie.
Elle humait toute ses nouvelles odeurs qui l'entourait. Le parfum du bois, de l’écureuil, du pins.
C'était une belle journée bien que le soleil n'était pas à son beau fixe, le ciel était gris mais il faisait doux, et tant que la pluie n’abattait pas son courroux sur la promeneuse et sa protégée bicolore, cela satisfaisait Ariane.

Pourtant, plus la promeneuse et la chienne s'avançait dans les taillis, plus elles se perdaient dans les profondeurs végétales, plus elle se sentait prisonnière d'une certaine inquiétude. Elle avait beau adorer les forêts, aujourd'hui elle se sentait plus comme le petit chaperon rouge cherchant à échapper au grand méchant loup...
Pourtant, aucun pervers, éventuel agresseur en vue... A part peut être des écureuils fixant d'un oeil bizarre le grand sac noir que baladait Ariane... Mais ce n'était que son repas de midi ! Pas une réserve hivernale de noisette !
La demoiselle se retourna donc une première fois, continua son chemin, et finit par s'arrêter quelques mètres plus tard, en demandant d'une voix douce mais méfiante :

-Il y a quelqu'un ?


C'est couuurt T.T:
 
FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: Re: Esteban & Ariane | Grand méchant loup, y es-tu ?    Mer 15 Oct - 16:57




Esteban & Ariane

" Grand méchant loup, y es-tu ?"

I understand about indecision, but I don’t care if I get behind… Vêtu d’un t-shirt blanc et d’un pantalon de jogging gris clair, je courais. Depuis longtemps déjà, même si j’avais abandonné l’idée de regarder ma montre à chaque fois que j’y pensais, parce que ça ne faisait que me ralentir et j’avais besoin de retrouver la condition physique que j’avais avant. Certes je n’avais pas à me plaindre : des muscles, une bonne endurance, pas mal de force… Non, c’était définitivement pas trop mal. Mais en tant que pompier, il fallait que je fasse encore plus d’efforts, parce que j’avais un peu arrêté le sport ces derniers temps – à part l’équitation – et j’étais sorti beaucoup, ce qui ne me réussissait pas vraiment. Alors je comptais bien courir jusqu’à être crevé, aller jusqu’au bout. Peace of Mind de Boston dans les oreilles, j’essuyai une petite goutte de sueur qui perlait le long de mon visage, haletant légèrement à chaque pas. En réalisant que je perdais un peu de rythme, j’accélérai, me concentrant sur la musique pour ne pas penser à la fatigue. Il fallait que je continue, un tout petit peu encore.

Ces derniers jours, j’avais enchaîné les heures à la caserne et j’avais même travaillé de nuit, quelques fois, ce qui ne me déplaisait pas plus que ça. J’aimais bon boulot, alors je filais un coup de main à mes collègues sans broncher en général. En plus, j’avais un pote là-bas. Les mots « Esteban » et « ami » vont très mal ensemble, je vous l’accorde, mais mon coéquipier était quasiment le seul à me supporter et à ne jamais me taper sur les nerfs, alors que – oui, je le sais – je pouvais être insupportable par moments. Même quasiment tout le temps en fait, mais avec lui je me tenais à carreaux. Sûrement parce que ce mec pesait pas loin du double de moi, et ce n’étaient que des muscles ou presque, alors Esteban il mettait sa muselière et il se taisait. Le premier qui rit je lui éclate la tête contre un arbre !

Le bruit étouffé de mes pas sur les feuilles mortes ralentit au moment où je me mis à tousser, avant de reprendre ma course de plus belle. Saleté de clopes. Lorsque les dernières notes de Peace of Mind retentirent, je ralentis et soufflai un coup, avant de continuer ma route en marchant, calmement. Heureusement, il faisait relativement frais en cette journée d’automne et j’avais chaud, mais pas au point d’en mourir non plus. Pourtant, ma gorge était en feu et je manquais d’oxygène, mais ça me rassurait : bientôt, je serais autant en forme qu’avant. Après quelques minutes de marche, j’éteignis la musique et enroulai mes écouteurs autour de mon iPod, avant de le glisser dans ma poche. Je posai mon pied sur un tronc d’arbre qui servait de banc et resserrai les lacets de mes chaussures de sport, avant de commencer à m’étirer. J’en étais à l’étirement des mollets lorsque j’entendis une petite voix demander s’il y avait quelqu’un. En levant les yeux au ciel, je répondis d’une voix agacée :

« Non, y’a personne ! » Je soupirai et me tournai vers la jeune femme qui ne m’avait visiblement pas vu, avant de continuer : « Tu crois quoi, qu’il y a un loup-garou ou un vampire qui veut ta mort ? On est pas dans un film, je te rappelle. »

Elle avait l’air plus jeune que moi, alors j’oubliais bien soigneusement le vouvoiement. C’était pas mon truc, de toute façon. Mon regard se posa sur le dalmatien qui vint me renifler les chevilles et je m’accroupis, avant de lui gratter le dessus de la tête. Décidément, je préférais de loin les animaux. Ils étaient dix fois moins cons que les humains. Je finis pourtant par me relever et dans un sourire un peu sadique – ce sourire que j’avais l’habitude d’arborer – je lui lançai :

« Tu t’es perdue ? »

Pas difficile à deviner.



Codage par Phantasmagoria

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité







MessageSujet: Re: Esteban & Ariane | Grand méchant loup, y es-tu ?    Jeu 16 Oct - 21:18


   


Les feuilles craquantes sous des pas étouffèrent leurs cris d'agonies sous une voix des plus désagréable. Ariane c'était retourné à demi, et, au vu de l'ironie déplaisante de son interlocuteur, elle répondit au tac-au-tac :

-Je n'ai ni peur des vampires ni des loups garou, mais je me méfie des hommes au visage de prédateur sexuel. Quoi de plus normal ? Il y a des fous partout, non ?  


Elle laissa faire Bloody Mary sans pourtant baisser sa garde. Un regard farouche avais chasser la douceur habituelle qu'elle témoignait envers Aurélien ou ses protégés. Après tout, elle haïssait se faire marcher sur les pieds, et ce n'était pas un inconnu qui lui imposerait des règles.
Ce n'était pas parce qu'il faisait une tête et demi qu'elle qu'Ariane se coucherait docilement la queue entre les pattes. Et, alors qu'il abordait un sourire qui soulignait ses traits de malade ou d'échappé de prison, Ariane répliqua dans un soupire :

-Je connais mon chemin crétin, je n'irait pas en forêt sinon. Et toi ? Tu guête de ta prochaine victime ? Prend une douche, tu auras peut-être moins de chance de ne pas te faire repérer.

Ariane s'accroupit afin de faire revenir le dalmatien vers elle, et, la récupérant doucement, avant de reprendre tranquillement son chemin.
Cependant, malgré son naturel provocateur lorsqu'on l'engageait sur cette route, Ariane restait sur ses gardes : il était plus fort qu'elle, en tenue pour courir, vu sa carrure, devait être un minimum sportif, donc être endurant... Autrement dit, s'il décidait de la courser, elle devrait faire jouer ses cellules grises et son sens de survie...
Mais bon, ce n'était qu'un type désagréable parmi tant d'autre, ce n'était pas comme si il était recherché par la police, elle aurait dû croiser sa photo sur un journal dans ce cas là. Non ?

Enfin bref, il n'y avait aucun risque. S'il osait approcher, un coup de pied bien placé ferait l'affaire ! Cependant, alors qu'Ariane s'enfonçait dans ce labyrinthe de végétation, Bloody Mary, elle, refusait d'avancer. Sa queue remuante et son regard pétillant fixait l'étranger avec insistance comme attendant sa venue.
Ariane, elle, répéter à voix basse qu'Il ne serait pas son adoptant et qu'elle devait le laisser tranquille sans quoi il la jetterait dans une cage remplit de chat.
Et, malgré sa peur panique des chats, Bloody semblait ne comprendre aucun des mots prononcés, ou alors... Elle s'en moquait... Dans les deux cas, elle semblait visiblement surexcité.

-Bloody, soit pas idiote, tu as vu les 101 dalmatiens non ? Alors laisses tranquille Mr Cruella d'enfer, sinon ça ne va pas le faire... Murmura t'elle en se penchant sur la chienne, mains sur les hanches et une mine sérieuse sur le visage
FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: Re: Esteban & Ariane | Grand méchant loup, y es-tu ?    Dim 19 Oct - 15:02




Esteban & Ariane

" Grand méchant loup, y es-tu ?"

C’est quoi cette habitude qu’ont les gens à toujours demander s’il y a quelqu’un quand ils ont peur ? Quand on y réfléchit, c’est complètement stupide, surtout que personne, mais alors vraiment personne, n’avait jamais eu de réponse à cette question. Je m’étais donc un peu moqué de la jeune fille qui avait posé la question, juste parce que je mourais d’envie d’emmerder quelqu’un. Elle aurait sûrement préféré se retrouver nez à nez avec un dinosaure plutôt qu’avec moi, d’ailleurs. Soit. Elle me répondit du tac au tac et sa réponse m’arracha un rire sincèrement amusé, chose qui ne m’arrivait quasiment jamais. Un prédateur sexuel ? On me l’avait jamais faite, celle-là ! Je haussai les épaules, toujours un sourire amusé aux lèvres, tout en lui répondant :

« C’est vrai que j’aime les jolies filles, mais je les touche que quand elles en ont envie. J’suis pas un abruti à ce point. »

Très abruti, mais pas autant. Et pour ce qui en était des fous partout, ça oui, y’en avait des tonnes… J’en avais vu des vertes et des pas mûres dans mon rôle de pompier, d’ailleurs elle était loin de se douter de tout ce qui pouvait passer par la tête de certaines personnes parfois. Je finis par me reprendre – fallait que je reste un minimum fidèle à moi-même quand même – et j’eus un sourire moqueur en lui demandant si elle s’était perdue. Elle soupira et me répondit en me traitant de crétin qu’évidemment elle connaissait son chemin, mais j’en doutais fort. Elle n’aurait jamais été aussi inquiète sinon, et même si j’avais très peu d’empathie, je connaissais un minimum mon travail pour savoir que tout n’allait pas aussi bien qu’elle ne le prétendait. Elle renchérit en me demandant ce que je faisais là, et en me conseillant de prendre une douche.

« Si, t’es perdue. » lui lançais-je d’une voix neutre, dans un petit sourire en coin. « Ca se voit à ta tête, et tu serais pas aussi inquiète sinon. A ce qu’il paraît, l’inconnu fait peur, donc je suppose que cet endroit t’est inconnu. Je me trompe ? »

Je fourrai mes mains dans mes poches, le regard posé sur elle. J’avais complètement ignoré sa question, préférant répondre par une autre question. Après tout, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure que je venais de faire mille fois le tour de cette forêt en courant, vu que comme elle l’avait si bien remarqué, j’avais besoin d’une douche. Elle finit par s’éloigner, son dalmatien aux pieds, et je soupirai en secouant la tête, la suivant du regard. Si elle était vraiment perdue, elle finirait par revenir puisque la forêt avait l’air déserte et que sans moi, elle ne sortirait pas de là. J’eus un nouveau sourire moqueur, avant de sortir mon portable de ma poche et de faire mine de me concentrer dessus. Elle mettrait quoi, trente secondes à revenir ? Lorsque j’entendis à nouveau sa voix, mon regard se fit rieur et je tournai la tête vers le chien qui semblait à tout prix vouloir revenir vers moi, avant de rire à nouveau en entendant sa propriétaire me traiter de Cruella d’Enfer. Décidément, elle était pleine d’affreuses insultes, celle-là.

« Je suis désolé, mais je crois que Perdita a craqué pour Cruella. »

Oui, j’avais vu les 101 dalmatiens, et alors ? Mes petites sœurs étaient fan de Disney quand elles étaient petites, alors bon… Et évitez de rire, vous serez gentils ! Je m’approchai tranquillement de la jeune brune, les mains toujours dans les poches, le regard rivé sur le chien qui me fixait de ses yeux brillants. Je sortis une nouvelle fois mon portable de ma poche, composai le numéro de secours et le tendis à la brune, tout en lui lançant :

« Tiens, t’as qu’à appuyer sur le bouton vert au moment où je te sauterai dessus. C’est le numéro des pompiers et de la police, ils rappliqueront tout de suite. » Je fis une pause, souris, attendis qu’elle prenne le téléphone, puis ajoutai : « Par contre, faut que tu saches que les pompiers, je les connais, puisque j’en fais partie. Mais je suppose que ça te rassure pas de le savoir, hein ? »

Je m’accroupis près du dalmatien, que je me mis à caresser énergiquement. Il vint se blottir contre moi et je souris, avant de me relever, transformant mon sourire en un sourire impatient, presque agacé. Croyez-moi, je voulais l’aider à retrouver son chemin, vraiment. Mais si elle continuait à me traiter de monstre comme ça, j’allais l’abandonner là, je vous jure…

« Bon alors, tu veux sortir de cette forêt ? » Je me mis en route sans même avoir tenu compte de sa réponse, libre à elle de me suivre ou non. « Au fait, moi c’est Esteban. »




Codage par Phantasmagoria

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Esteban & Ariane | Grand méchant loup, y es-tu ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Esteban & Ariane | Grand méchant loup, y es-tu ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Archives :: « Horse Beautiful » Forum version 1 :: Archives "RPG" :: Rp's divers-