Partagez | 
 

 « I remember you. At least I think I do. » Aurélien & Jane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: « I remember you. At least I think I do. » Aurélien & Jane   Mer 11 Juin - 16:23




Aurélien & Jane

" I remember you. At least I think I do. "

 Les beaux jours étaient enfin là ! Il avait tellement plu ces temps-ci que j’étais rentré trempé la moitié du temps, mais finalement, notre attente avait fini par payer et un magnifique soleil chaud et lourd était venu éclairer nos journées. A côté des shootings réguliers qu’on me proposait, je passais quasiment tout mon temps dans les écuries, ou en tout cas en présence de chevaux. J’emmenais souvent Black Pearl en balade, ou alors je la faisais travailler, tout dépendait de mes envies, mais surtout des siennes. J’apprenais à la connaître et à la comprendre, et le boulot que je faisais me permettait d’y consacrer beaucoup de temps. J’étais franchement bien ici, à Etretat, et même si la vie n’était pas toujours facile – j’avais dû accepter le départ d’Ariane, du jour au lendemain, sans qu’on ait eu le temps d’apprendre à se connaître plus que ça – j’essayais de vivre ma vie à fond.

D’ailleurs, Ariane, parlons-en. Ariane… Cette fille sublime rencontrée sur la plage, qui avait un charme indéniable et qui m’avait fait comprendre que tout ne tournait pas autour de la drague lourde et collante. Avec elle, j’avais été obligé de m’y prendre de façon beaucoup plus délicate, sans chercher à être insistant, et elle m’avait lancé un défi, en quelque sorte. Elle ne me l’avait pas vraiment lancé d’elle-même, mais elle m’avait plutôt incité à être plus agréable, moins… bah oui, moins lourd. J’avais passé du très bon temps avec elle, et même si nous n’étions jamais allés plus loin qu’un baiser amical sur la joue, son départ m’avait beaucoup affecté. Elle était partie comme ça, pouf, en restant assez évasive sur la raison de son départ. Elle avait des choses à faire, et il fallait qu’elle s’en aille pour ça. Elle avait toujours été un peu mystérieuse, cette fille, et son départ étrange ne faisait pas exception. J’avais un peu déprimé les semaines qui suivaient : j’étais moins souriant, j’avais moins envie de sortir et surtout, je laissais les filles tranquilles. Puis, je m’étais repris, réalisant qu’il ne fallait pas que je me laisse abattre par une personne qui n’en valait peut-être pas la peine. Si elle n’était pas fichue de m’expliquer pourquoi elle s’en allait, alors j’avais bien le droit de m’en ficher complètement. C’est comme ça que la tristesse avait laissé place à de la rancœur, même très légère, et que j’étais passé à autre chose. Il y avait assez de jolies filles à l’académie pour que j’en trouve une autre, même si ce ne serait pas tout à fait la même chose malgré tout. Ariane me manquait, c’était clair et net, mais je refusais de me l’avouer, au risque de retomber dans ce gouffre béant qui n’attendait que moi.

Enfin soit. Je me retrouvais dans les écuries, une selle devant moi, et de quoi la nettoyer à mes pieds. Je m’affairais en silence, tout en observant les passants, assez nombreux parce que mine de rien, nous étions en plein milieu d’après-midi et les gens venaient d’assez loin pour venir voir leurs gosses monter et tout ça. C’était pratique, quand même, d’habiter là, au moins on avait que quelques mètres à faire et on se retrouvait nez à nez avec un cheval prêt à être monté. De temps en temps, les gens un peu perdus me posaient des questions et je les aidais avec beaucoup de gentillesse, ou alors ils engageaient la conversation et j’y participais volontiers. Je m’étais déjà occupé de la selle de ma jument, de son filet, et j’avais proposé mon aide aux gens qui passaient par là pour m’occuper de leur équipement. Je n’avais rien à faire, de toute façon, et il faisait un poil trop chaud pour monter, pour l’instant. J’étais assis sur un vieux tabouret en bois, vêtu d’un léger t-shirt blanc à inscriptions vert fluo ‘Have fun and don’t worry about tomorrow’ et d’un short beige, accompagnés de converses noires. Autant vous dire que je ne bougeais pas des masses et que c’était tant mieux comme ça, parce qu’il faisait vraiment crevant, dehors.

Alors que j’attaquais le nettoyage au savon glycériné de ma selle, mon regard se posa sur une jeune fille que j’avais l’impression d’avoir déjà croisé. Je fronçai les sourcils, les coins des lèvres légèrement remontés, en essayant de me rappeler d’où je la connaissais. Ah, c’était la petite vampire de la soirée d’Halloween, non ? C’était bien elle ? Je souris de plus belle et fis mine de me reconcentrer sur ma selle, tout en lui jetant des petits regards furtifs lorsqu’elle ne regardait pas. Elle était jolie. Et sexy. Elle semblait plutôt perdue, aussi. Je me remémorai alors ce qu’Ariane m’avait appris : ne pas trop jouer les tombeurs. Je soupirai et me remis à graisser ma selle, tranquillement, sans observer la jeune fille dont j’avais malencontreusement oublié le nom. Si elle me l’avait donné, déjà. Parce qu’à l’époque, j’étais lourd comme mec, alors elle avait pu simplement m'envoyer balader. Je n’en savais trop rien, c’était il y a bien trop longtemps… Enfin soit, revenons à nos moutons, mes chéris ! What a Face Cette selle, donc…



Codage par Phantasmagoria

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 


Dernière édition par Louis T. Delmas le Lun 6 Avr - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité







MessageSujet: Re: « I remember you. At least I think I do. » Aurélien & Jane   Mer 4 Mar - 20:45

© made by Islande



« I remember you. At least I think I do. »

Aurélien et Jane →J'ai construit une fortesse.


L'avant-veille, Jane avait pris son courage à deux mains pour demander un cours particulier avec l'un des moniteurs de l'académie. Elle avait commencé à stresser dès l'horaire déterminée. Après tout, malgré la réputation des chevaux à être doux, conciliants et tout, ils pouvaient quand même décider de ne plus écouter... Et ce n'était pas elle avec ses cinquante kilos toute mouillée qui allait pouvoir rivaliser avec un animal pesant au bas mot dix fois son poids. La jeune femme avait même songé à annuler finalement, mais cela aurait juste servi à décaler l'échéance. Si elle était dans une académie équestre, ce n'était pas pour apprendre le point de croix ou à jouer du hockey. De toute manière, jouer du hockey sur le sable, ça devait pas être pratique. Vous aviez déjà vu quelqu'un patiner dans une carrière ?
L'image l'amusa et lui arracha un petit sourire serré. Même sans rien y connaître, elle s'était rendue dans un magasin de sport pour prendre des affaires basiques d'équitation. Des bottes, un pantalon, un casque, basta. Pas besoin de plus, le moniteur avec qui elle avait parlé lui avait indiqué que que chaque cheval avait ses propres affaires pour être brossé et harnaché. Et puis, si jamais il se trouvait que l'équitation ne lui plaisait pas, elle n'aurait pas acheté plein de choses pour rien. Donc, minimum syndical. Il lui avait aussi montré le cheval qu'elle monterait, un bai habitué aux débutants, qu'elle avait trouvé démesurément grand et pourvu de trop de dents lorsqu'il avait bâillé devant elle. Mais elle n'avait rien dit et s'était contentée de hocher la tête devant lui.
Au niveau social, elle s'était aussi calmée. Une discussion en pleine nuit avec Kyle avait permis de mettre les choses à plat, de dire tout ce qui avait été gardé pendant huit ans. Elle avait enfin pu comprendre les raisons qui l'avaient poussé à rester sans réagir lorsque les flics les avaient retrouvés, et à ne pas revenir la chercher ensuite. Jane avait aussi pu lui dire ce que ce qu'elle avait pris pour un abandon lui avait fait. Elle avait donc cessé de mettre tous les hommes dans le même sac sans les connaître. À la bonne heure, diront beaucoup de ceux qu'elle avait envoyé paître sans qu'ils ne l'aient mérité... Elle était toujours méfiante, et son mordant refaisait souvent surface par pure habitude, mais elle était plus accessible, moins agressive. Elle n'en était pas du tout au point de se voir avec quelqu'un à ses côtés. Ça, elle le pensait impossible. Elle avait trop peur de risquer d'être abandonnée ensuite. Même si les explications avait été faites, il restait quand même des craintes. Mais par contre, personne n'était au courant. Ça ne les concernait pas, si ?
Enfin bref, cessons de parler de cœur, parlons plutôt présent et action. Elle était dans la sellerie, en train d'hésiter. Elle voulait bien préparer le cheval qu'on lui avait indiqué, mais sans aide d'aucune sorte, elle sentait que cela allait être difficile... Il y avait bien l'homme qui s'occupait d'une selle derrière elle, mais elle ne le connaissait pas, et puis qui sait si elle n'allait pas le déranger ? Elle voyait trois filets sur le crochet du géant bai, sans savoir ce qu'ils avaient de différent ni lequel il fallait qu'elle prenne. Elle avait pourtant bien précisé au moniteur qu'elle était débutante, mais il avait complètement oublié de lui parler des harnachements, ou alors elle n'avait pas bien écouté, mais elle ne se souvenait pas qu'il lui ait montré ce qu'il fallait mettre sur ce cheval... Déjà sous pression à l'idée de se retrouver perchée sur l'énorme truc qui la regardait depuis son box, elle se monta encore plus la tête en s'imaginant des situations qui auraient pu paraître cocasse à n'importe quel cavalier, mais lui semblait à elle la pire des humiliations.
Elle entendit un soupir derrière elle qui la fit tressaillir et sortir de ses pensées. Perdue dans ses réflexions, elle avait littéralement oublié sa présence. Est-ce qu'elle allait oser lui demander de l'aider ? Ou se débrouiller seule pour ne pas le déranger ? Avec tout ce bordel mental, le temps avait passé. Elle allait finir par être à la bourre ! Elle se mordit la lèvre en s'appuyant contre le mur. On inspire et on y va !
« Excusez-moi... J'ai jamais approché un cheval de ma vie, quasiment, et je voulais savoir si vous pouviez m'aider... Est-ce que l'entretien de cette selle est urgent ? »
Elle avait la sensation d'être totalement ridicule. Ça devait être justifié. S'il lui servait un sourire ironique, il en prenait une direct ! Non non non, Jane, s'il te plaît, du calme. T'es plus comme ça. Dans le coin sombre de la sellerie, elle le voyait à peine et décida de s'approcher pour mieux voir. Une fois dans la même ombre que lui, il sembla à la jeune femme qu'elle l'avait déjà vu quelque part. Elle n'en était pas sûre, mais son visage lui disait quelque chose. Ça devait faire un moment déjà. Elle pencha la tête, un sourcil levé et l'autre abaissé.
« On s'est déjà vus quelque part, non ? »

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: Re: « I remember you. At least I think I do. » Aurélien & Jane   Lun 6 Avr - 14:40

I remember you. At least I think I do.
Aurélien & Jane

J’aurais bientôt terminé l’entretien de cette selle. Elle appartenait à Fair Play, d’après ce qu’on m’avait dit, et la cavalière censée s’occuper de ce genre de choses avait l’air bien contente que je le fasse à sa place. De toute façon, ça m’importait peu. Je n’irais monter que dans une heure ou deux, et puis il fallait bien que je passe mon après-midi à faire quelque chose. Autant me rendre utile, du coup ! Surtout que j’avais une assez jolie vue sur la jeune fille dont j’avais reconnu le visage, ou du moins je pensais l’avoir reconnu. Je n’avais pas trop de doutes sur le fait qu’elle soit la fille d’Halloween, mais je n’en étais pas non plus sur à cent pourcent, alors je préférais me taire pour éviter d’avoir l’air con si ce n’était pas elle. Alors que je m’étais reconcentré sur la selle, la voix de la brune retentit et je tournai mon regard vers elle. Un léger sourire étira mes lèvres en l’entendant me demander de l’aider. Généralement, c’était moi qui trouvais des prétextes pour parler aux filles, et là ça m’arrangeait qu’elle fasse le premier pas. Je posai le savon glycériné en spray à côté de moi et mon chiffon sur la selle, avant de me tourner vers la jeune fille, un sourire avenant aux lèvres.

« Urgent, non, mais il faut que je la termine quand même, ce serait con d’abandonner une selle à moitié nettoyée. » J’essuyai une trace de savon sur ma joue du revers de ma main et poursuivis : « Vous n’avez jamais approché un cheval de votre vie et on vous demande d’en préparer un toute seule ? C’est pas très logique. » Je fronçai les sourcils, repris mon chiffon en main et réattaquai la selle : « Attendez que je termine ça, j’en ai pour deux minutes. »

Oui parce que bon… les cavaliers de Fair Play seraient tout sauf contents de retrouver son équipement dans un état pareil, quand même. Tout en essayant de m’appliquer un maximum – mais j’avais un geste un peu plus rapide malgré tout, pour ne pas la faire attendre de trop – je terminai le nettoyage, rangeai le matériel ainsi que la selle au bon endroit et passai par le vieil évier sale pour me rincer les mains. Tout en secouant ces dernières pour les sécher, je me tournai vers la jeune fille, un sourire joyeux aux lèvres :

« Et voilà ! » Lorsque je la vis me regarder, un sourcil haussé, un sourire légèrement intrigué étira mes lèvres. Elle me posa finalement la question que j’attendais, et je ris doucement en hochant la tête. « A la soirée d’Halloween. J’étais le mec lourd déguisé en vampire. » Je fixai le sol en souriant et secouai la tête. C’est clair que j’avais été beaucoup trop lourd, ce soir-là, mais c’était avant ma rencontre avec Ariane. Elle avait un peu plus de chance, aujourd’hui. Je reposai mon regard sur elle et lui dis gentiment : « D’ailleurs il me semble qu’on se tutoyait. Ca te dérangerait qu’on fasse pareil maintenant ? J’aime pas le vouvoiement, ça donne l’impression d’être vieux. » Petit sourire à croquer. « On s’était déjà présentés, je crois, mais quoi qu’il en soit… moi c’est Aurélien. Et c’est qui, la bête féroce que tu dois monter ? »

Bon, normalement ils ne lui avaient pas collé Piazor ou une autre terreur dans ce style-là. Ou alors ils l’avaient fait, mais dans ce cas c’était une simple erreur qu’il suffisait de corriger, ce qui était largement faisable, mais dans tous les cas je n’avais pas envie de me battre avec un cheval chiant, il faisait beaucoup trop chaud pour ça. Pour le coup, j’étais tout gentil, tout serviable. Elle ne reconnaîtrait plus le mec qu’elle avait rencontré il y a quelques mois de cela, et c’était tant mieux, non ?    


 


Emi Burton

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « I remember you. At least I think I do. » Aurélien & Jane   

Revenir en haut Aller en bas
 

« I remember you. At least I think I do. » Aurélien & Jane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Archives :: « Horse Beautiful » Forum version 1 :: Archives "RPG" :: Rp's divers-