Partagez | 
 

 « Merci d'être là. » Kayleigh & Flynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: « Merci d'être là. » Kayleigh & Flynn   Dim 8 Déc - 17:07




Kayleigh & Flynn

" Merci d'être là. "

Ca faisait quelques nuits que je dormais très mal. J’avais beau avoir une vie quasiment parfaite, un boulot que j’aimais, un appartement dans mon lieu de travail, le nécessaire pour pouvoir vivre une vie agréable et surtout un copain et un enfant adoptif que j’aimais plus que tout, mais depuis quelques temps, ça n’allait plus. Je me rendais compte que si je ne faisais pas quelques efforts en plus, j’allais rapidement me retrouver en manque d’argent et c’est la dernière chose dont j’avais besoin. Surtout que les travailleurs sociaux venaient souvent vérifier les conditions de vie du petit Flynn et bien qu’elles soient très agréables pour l’instant, je ne pouvais pas me permettre qu’elles se détériorent, au risque de voir le bonhomme renvoyé aux States sans exceptions. En plus de ça, l'offre d'emploi que j'avais faite au café du village avait été refusée puisqu'ils ne cherchaient personne pour l'instant. Rien que cette idée-là me hantait l’esprit depuis quelques semaines et ça se ressentait dans ma manière de vivre, bien que j’essaye de cacher tout ça au garçon parce qu’il n’en avait pas du tout besoin, après tout il devait se concentrer sur ses résultats à l’école et il devait vivre sa vie sans se soucier de mes problèmes à moi. Qui deviendraient siens si je n’y remédiais pas, mais pour l’instant, il ne fallait pas qu’il le sache. S’il me le demandait, je lui dirais sûrement pourquoi je n’avais plus ma joie de vivre habituelle mais pour l’instant, pas besoin de l’inquiéter. En effet, je n’arrivais plus à transmettre ma bonne humeur aux autres et je devais souvent me forcer à sourire, alors qu’en général, ça allait tout seul. Ce changement me déstabilisait et j’avais l’impression de ne plus être moi-même. Il n’y avait que trois personnes qui arrivaient à réellement me faire sourire. Jesse, bien évidemment, le petit Flynn et puis Liam, mon frère. Il était arrivé à Etretat depuis un petit temps et j’essayais de passer le plus possible de temps avec lui, même si j’avais du mal à tout gérer en même temps. Il me rassurait, me conseillait et m’offrait beaucoup de choses dont je lui étais vraiment très reconnaissant. Et puis avec mon chéri… tout n’était pas rose tout le temps parce qu’il avait encore et toujours un sale caractère, mais derrière ce masque de chieur se cachait un blondinet au cœur énorme que je n’aurais abandonné pour rien au monde et que j’aimais plus que tout. Oh, oui, je l’aimais, mon Jesse. Nous étions en couple depuis beaucoup plus d’un an et je ne regrettais en rien cette relation qui était née d’un réel coup de foudre.

Voilà pour la petite intro expliquant mon état d’esprit du moment ainsi qu’un petit récapitulatif de ces dernières semaines. Maintenant, passons à l’instant présent, celui dont je vais vous parler. Un samedi, plus précisément, un samedi assez banal puisque comme chaque jour, je m’étais levée de bonne heure afin d’aller nourrir les chevaux. Le samedi, Flynn faisait ce qu’il voulait et se levait quand il voulait, alors je l’avais laissé dormir tranquillement, fermant la porte de sa chambre, comme à mon habitude. Souvent pendant le week-end, il partait faire du sport et il n’avait qu’à me demander de le conduire s’il voulait y aller, moi je me rendais disponible quand il voulait, après tout le centre du village n’était pas très loin. Je m’étais préparée sans trop me presser, puis je m’étais rendue dans les écuries et j’avais nourri les chevaux de trois allées différentes, laissant les autres aux autres palefreniers, puis je m’étais occupée de Black Dream quand celui-ci avait fini de manger. Pansage en profondeur, puis je l’avais monté pendant une demi-heure, pour du travail sur le plat. Il était aux taquets, le gros ! Vraiment génial à monter. Après ça, je m’étais à nouveau occupée de lui et je l’avais emmené brouter tranquillement, rien qu’à nous deux. Il me permettait de me changer les idées et de me détendre un peu tout en faisant mon boulot, et c’était parfait. Une fois Black rentré au box, je m’étais rendue dans le bureau des palefreniers pour faire un peu de paperasse, même si j’avais tout le mal du monde à me concentrer et que j’étais obligée de tout relire trois fois pour m’assurer que je n’avais rien oublié. A l’heure de midi, j’avais rapidement mangé quelque chose pour avoir des forces, mais pas trop parce que je n’avais que très peu d’appétit. Saleté de nervosité à la con.

Une fois mon repas terminé et quelques chevaux sortis au pré, je me rendis au club-house et déchaussai mes bottes pour ne pas tout salir, puis je tombai sur Florent, jeune marié que j’avais rencontré à la fête qu’il avait organisée. Un mec super sympa qui respirait la joie de vivre et qui parvenait à faire sourire n’importe qui. Même moi, c’est vous dire. J’avais un peu discuté avec lui et il avait joué de la guitare en chantant, chose qui m’avait apaisée un max, d’ailleurs je lui en étais que trop reconnaissante. Pourtant, toute chose a une fin et il s’était éclipsé, étant obligé d’aller étudier un peu. Il faisait des études en médecine, le Parisien, c’était une filière compliquée et j’admirais son choix, surtout qu’il ne se décourageait visiblement pas. Une fois Florent parti, j’avais pris un livre dans la bibliothèque du club-house et je m’étais posée sur le canapé, les jambes remontées contre moi. Je restai là pendant bien une demi-heure lorsque j’entendis la porte du club-house s’ouvrir et je relevai le nez de mon livre déjà bien entamé, constatant que c’était Flynn qui venait d’entrer. Un sourire illumina mon visage et je l’accueillis donc en anglais, comme à notre habitude :

« Flynn ! Alors, ça se passe bien ? T’as besoin de quoi que ce soit ? »



Codage par Phantasmagoria

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Liz M. Dubois
Admin Dori ; La codeuse de l'équipe (a)

Messages : 1831
Date d'inscription : 04/10/2008
▌AGE : 27
▌LOCALISATION : Centre de la France, loin de tout les gens du forum T-T
▌EMPLOI : En recherche de formation
▌HUMEUR : Changeante


Carte d'identités
Pseudo: Miss Dori
Autres comptes: //
Personnages sur le compte: Liz M. Dubois, Isaure Neggers & Brooklyn N. Cooper





MessageSujet: Re: « Merci d'être là. » Kayleigh & Flynn   Dim 8 Déc - 21:15

Kayleigh & Flynn
Merci d'être là
Huit mois. Voilà le temps depuis lequel j'étais chez Kayleigh. Et pratiquement un an que mes parents étaient décédés. Je ne faisais plus de cauchemars la nuit et ma vie en France était de plus en plus facile même si j'avais vraiment du mal avec cette langue. J'essayais de tourner la page de ma vie aux Etats-Unis mais la présence fréquente des services sociaux chez Kay' ne rendait pas la chose aisée. D'ailleurs, en parlant de la jeune femme, j'avais bien remarqué que quelque chose clochait depuis quelques temps maintenant. Mais impossible de lui demander ce qu'il se passait. Parce que, quand j'étais avec elle, je ne pensais pas spécialement aux ennuis qui pouvaient planer sur ma jolie tête brune. Elle n'était pas aussi joyeuse qu'au début où je vivais avec elle et je n'arrivais pas à comprendre pourquoi. En même temps, ce qu'elle avait, c'était certainement des problèmes d'adultes et je n'étais pas le plus à même de savoir ce dont il s'agit ni même de comprendre. Je n'étais qu'un garçon de tout juste onze ans et j'étais encore loin de savoir ce qu'était réellement un problème d'adulte. Toujours est il que, quand Kayleigh pensait que je ne la regardais pas, elle perdait facilement son si jolie sourire que je lui connaissais. Et cela durait depuis quelques semaines maintenant. Et j'avais beau retourné le problème dans ma tête, je n'arrivai pas à comprendre le pourquoi du comment. Mais j'étais bien décidé d'aller lui parler quand je serais en week end. C'est à dire aujourd'hui même.

Donc aujourd'hui, nous étions samedi. Au programme, grasse matinée, devoir puis reprise avec l'un des deux moniteurs de l'académie. Je ne savais jamais son prénom, c'était pas un prénom américain comme Daniel mais un prénom à la française. J'entrouvris un œil quand Kay' ferma la porte de ma chambre et je me rendormis, après m'être tourné de l'autre côté. Il était environ onze heures quand je m'étais finalement décidé à me lever. Je pris une douche et me lavais les cheveux avant de me lancer dans mes cours de français et de mathématiques. Autant la première matière me donnait du mal, autant les maths, ça allait tout seul. Même si les cours étaient en français, je commençais sérieusement à être bon en cours. En même temps, valait mieux que je sois bon et même le meilleur si je voulais devenir ostéopathe équin plus tard. Ou kinésithérapeute, comme vous voulez. C'était la même chose de toute façon. Mais plutôt que de traiter les humains, je préférais de loin soigner les chevaux. Après une heure de mathématiques, je fis une pause repas. Au programme, jambon pâtes. C'était le plus facile à préparer et surtout le plus rapide. Parce que j'avais encore pas mal de devoirs. Mais à quinze heures, j'avais équitation avec le deuxième moniteur, celui là même dont je ne me souvenais pas du nom. Une fois mon français fini, je pus partir préparer Vent d'Automne Elvey, la jument dont j'avais la charge. Je l'aimais bien et je crois qu'elle aussi. Au programme de la reprise du jour, saut d'obstacle. Même si j'étais doué en maths, je n'étais qu'un débutant pour ce qui était de l'équitation. Mais j'adorais le saut d'obstacle et j'essayais d'être sérieux dans tout ce que je faisais. Une fois la reprise fini, je passais du temps avec Vent d'Automne avant de prendre la direction du club house pour boire un petit verre de soda avant de retourner dans l'appartement de Kayleigh, espérant l'y retrouver. Mais je n'eus pas besoin d'aller jusqu'à l'appartement puisqu'une fois dans le club house, je vis que kay' y était elle aussi.

Je lui fis un grand sourire en réponse au sien. Mais avant de lui répondre, je partis en vitesse jusqu'au frigidaire qui se trouvait dans un coin du club house pour prendre une canette de soda que je décapsulais avant de vider en deux ou trois fois, je ne savais déjà plus. Une fois ma canette finie, je la jetais dans la bonne poubelle avant d'aller m'installer dans le fauteuil juste à côté de Kayleigh. Cette fois ci, je n'oublierais pas de lui demander ce qui n'allais pas. Mais je pris le temps de souffler un peu avant de me tourner vers celle qui comptait le plus pour moi. Et je lui répondis en anglais car même si je devais parler français, je préférais de loin parler en anglais. J'arrivais à faire passer plus de choses par l'anglais que par le français.

« Tout ce passe très bien. Je viens de finir par reprise d'équitation et c'était super, on a fait du saut d'obstacle. Vent d'Automne est une super jument, je l'adore. Et toi, dis moi ce qui se passe... Je sais bien que quelque chose cloche... Et me dis pas le contraire, je t'ai grillé. »


Fiche par summers

_________________
   
Liz Dubois
I'm a nightmare dress as a daydream.


Isaure:
 


Brooklyn:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: Re: « Merci d'être là. » Kayleigh & Flynn   Mar 10 Déc - 14:49




Kayleigh & Flynn

" Merci d'être là. "

Je m’étais rendue au club-house pour retrouver un peu de calme et pouvoir être tranquille pendant un petit moment, sans pour autant m’enfermer dans mon appartement, toute seule ou avec Flynn. Je sais que ça fait bizarre de voir une blonde presque sans vie alors que d’habitude elle est toujours aux taquets, mais je m’inquiétais et je n’y pouvais rien. Il y avait bien plus grave dans la vie, surtout que j’avais tout ce qu’il me fallait, mais c’était peut-être bien ça le problème. J’avais toujours eu une vie de princesse jusqu’ici et je n’avais jamais manqué de rien, et me dire que si je ne faisais rien, je n’aurais plus assez d’argent pour m’occuper de Flynn c’était… effrayant. Surtout que ce bonhomme, depuis toutes ces années, était devenu de plus en plus important pour moi et depuis qu’on vivait ensemble à Etretat, j’avais l’impression que notre lien s’était encore renforcé, de sorte à ce qu’on soit inséparables tous les deux. Alors non, décidément, je n’allais pas les laisser me le voler et j’allais prendre les choses en main pour que ce garçon puisse vivre la vie qu’il méritait. Je vous en fais le serment.

Au club-house, j’avais un peu parlé avec Florent, un gars encore pire que moi côté énergie et discuter avec lui m’avait fait le plus grand bien, d’ailleurs rien qu’en souriant, il apprenait aux gens à sourire à la vie eux aussi et c’était vraiment un jeune marié admirable. Je me souvenais de certains petits détails sur son passé que j’avais entendus quelque part et vu l’endroit d’où il venait, oui, il fallait vraiment l’admirer pour le chemin qu’il avait parcouru depuis. Ca faisait presque rêver, même si je n’avais pas du tout à me plaindre de mon côté. Juste ce petit manque d’argent qui allait grandir à toute vitesse, mais sinon, tout était parfait aussi. Un livre dans les mains, posée dans le canapé, je m’étais détendue suite au départ de Florent et j’avais essayé de me concentrer sur l’histoire, oubliant ma propre vie pendant quelques instants. D’ailleurs, ça me réussit, parce que quand Flynn rentra, je parvins à lui faire un grand sourire sincère et à l’accueillir comme il se devait. Voilà qui était beaucoup mieux déjà. Au lieu de me répondre tout de suite, Flynn se précipita vers le frigidaire et je le suivis du regard, haussant un sourcil. Je le vis en sortir une canette et la boire en même pas une minute, chose qui m’arracha un sourire amusé. Il était assoiffé, le pauvre ! Finalement, il vint se poser dans le fauteuil à côté du mien et je me redressai, pour ma part, posant simplement mes pieds au sol et me tournant vers lui afin de mieux pouvoir le voir. Il finit donc par me dire que tout se passait très bien, qu’il sortait d’une reprise de saut d’obstacles et que Vent d’Automne était une superbe jument, qu’il l’adorait. Je souris et hochai doucement la tête, après tout, Venty, je la connaissais très bien puisque je la côtoyais quasiment chaque jour, comme tous les autres chevaux, d’ailleurs. Je connaissais les caractères de chacun d’entre eux, sauf peut-être des nouveaux mais j’arrivais plus ou moins à les décrire malgré tout. Je m’apprêtais à répondre quelque chose à Flynn lorsque celui-ci me devança en reprenant la parole et mon sourire s’effaça légèrement. Il était vraiment trop intelligent, j’avais beau essayer de lui cacher des choses pour son propre bien, il finissait toujours par s’en rendre compte et me demander ce qui clochait. D’ailleurs, très loin de moi l’idée de ne rien lui dire puisque ça aurait été trop injuste, donc je l’invitai à venir se blottir dans mes bras en les ouvrant, dans sa direction.

« Viens là. » Lui dis-je doucement, un léger sourire aux lèvres malgré tout. Une fois le bonhomme installé sur le canapé à côté de moi, je le pris dans mes bras et le serrai doucement contre moi, avant de soupirer et de commencer à parler. « T’as pas tort sur le fait que quelque chose cloche. Je pensais juste te le cacher pour éviter de t’inquiéter pour rien, surtout que ça va s’arranger. » Je m’accordai un petit temps de réflexion pour trouver la bonne manière de lui annoncer le problème, puis je me lançai : « J’ai remarqué qu’à long terme, je manquerais d’argent pour pouvoir m’occuper de toi correctement. Mon emploi ne me rapporte pas énormément, même si c’était assez pour m’occuper de toi pendant ces derniers mois, mais je me suis rendue compte que ça ne suffisait pas. Alors j’ai fait une demande d'emploi au café au village, mais ils sont déjà trop nombreux et ma demande a été refusée. » Je m’arrêtai quelques secondes, fixant sans vraiment m’en rendre compte la bibliothèque du club-house, caressant doucement les cheveux de mon petit protégé. « Voilà ce qui me fait peur, ces derniers temps. Mais ne t’inquiète pas pour tout ça, je vais trouver un moyen de gagner un peu plus d’argent. Je ne les laisserai pas te ramener aux Etats-Unis, tu peux en être sûr. Même si je dois sacrifier certaines choses pour toi, je le ferai sans hésiter, et puis je crois que Jesse et Liam m’aideront de leur côté. »

Je posai un petit baiser joueur sur sa joue et souris vraiment cette fois, lui en parler m’avait fait du bien, étrangement. Je soupirai légèrement et repris Flynn contre moi, tout doucement, dans un geste que je répétais souvent mais qui me faisait le plus grand bien, et à lui aussi, ou en tout cas je l’espérais. Pour ne pas nous éterniser sur ce sujet, même s’il avait le droit de me poser autant de questions qu’il voulait, je poursuivis en lui posant une question à mon tour :

« C’était qui ton moniteur, aujourd’hui ? Je t’avoue que je n’ai pas regardé sur la fiche. » Une idée me traversa l’esprit et me fit sourire, puisque j’y avais déjà pensé mais que j’avais préféré l’oublier. « Jesse pourrait te faire ta leçon, c’est un super moniteur et puis toi t’es un super élève ! » J’eus un léger rire et taquinai le garçon en lui pinçant doucement le nez. Il m’avait, encore une fois, apporté le sourire et je lui en étais tellement reconnaissante… vous ne vous imaginez même pas !  




Codage par Phantasmagoria

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Merci d'être là. » Kayleigh & Flynn   Sam 22 Fév - 17:05

Kayleigh & Flynn
Merci d'être là
Ma journée avait été cool. Entre mes cours à réviser et mon cours d'équitation avec Killian, son nom m'était enfin revenu, je m'étais éclaté. Bon, je m'étais plus amusé à cheval qu'en faisant mes devoirs. Parce que bon, j'étais pas encore spécialement fort en français et j'avais un peu de mal à suivre malgré mon bon niveau scolaire. Et puis, la façon d'enseigner était différente entre les Etats-Unis et la France. Et puis bon... J'étais encore un peu chamboulé par mon changement de vie même s'il remontait à huit mois maintenant. Enfin, arrêtons de penser à des choses tristes et revenons au moment présent. Après mes devoirs, j'avais donc été monté Vent d'Automne. Une super jument que j'appréciais énormément. Et qui m'appréciait aussi je crois. Car elle était super cool avec moi. Mais après, elle était peut être comme cela avec tout le monde, je ne savais pas, je ne la voyais qu'avec moi. Je savais qu'il y avait une autre personne de l'académie qui avait la charge de Vent d'Automne mais je n'avais jamais rencontré cette personne. Après le cours, je passais du temps avec la douce jument avant de partir pour le club House. Qui sait, peut être que j'y croiserai quelqu'un que je connaissais ou que je ferais une nouvelle rencontre. Mais la personne que j'y trouvais n'était pas au mieux de sa forme. Il s'agissait de Kayleigh mais elle avait l'air perdue dans des pensées peu agréable. Après avoir bu un verre de soda, je m'installais dans un fauteuil près d'elle et lui demandait ce qui n'allait pas. Je vis bien qu'elle n'était pas contente que j'ai découvert que cela n'allait pas mais que voulez vous, à mon âge, j'étais déjà bien trop mature au goût de certaines personnes. Je rejoignis Kayleigh sur le sofa quand elle me demanda de venir près d'elle. Me glissant entre ses bras, j'écoutais ce qu'elle avait à me dire. Elle m'expliqua alors que ma présence lui coûtait de l'argent mais qu'elle allait trouver une solution. Sur le coup, je me sentais coupable de ne pas avoir pensé au fait que j'étais une contrainte de plus dans la vie de la jeune femme. Mais en même temps, ma mère m'avait toujours appris que dans la vie, il n'y avait pas de problèmes mais que des solutions. Elle ajouta que son frère et son petit ami pourrait l'aider et je souris. Et bah voilà, l'affaire était en partie réglée. Je posais ma joue contre l'épaule de Kayleigh.

« Désolé de t'apporter des soucis. Mais comme maman disait toujours: il n'y a jamais de problèmes à la vie, que des solutions. Elle arrêtait pas de dire ça, tu te souviens? »

La jeune blonde avait été ma baby sitter et avait donc côtoyé mes parents. Elle les avait connu pendant bien des mois et avait donc appris plein de leur petit truc pour garder le sourire. Kayleigh vint m'embrasser sur la joue et me serra un peu plus contre elle. J'aimais bien nos petits moments de tendresse, j'avais l'impression d'être retourné dans le passé, quand mes parents et Kayleigh étaient encore aux Etats-Unis. Enfin, bien entendu, ce n'était qu'une impression mais elle faisait chaud au cœur. Elle finit par me demander qui était mon professeur d'équitation tout à l'heure. Et elle ajouta tout en me pinçant le nez que Jesse pourrait me donner des cours car c'était un bon prof et que j'étais un bon élève. Je secouais la tête pour échapper à sa prise. Non pas que cela me faisait mal mais elle savait que je n'aimais pas être pris par le nez. C'était psychologique plus qu'autre chose et elle savait que cela m'enquiquinait.

« J'étais pas avec Daniel mais avec Killian aujourd'hui. Lui aussi c'est un bon prof. J'ai sauté trente centimètres aujourd'hui. Je suis content, j'avais l'impression de voler. J'aimerais bien que Jesse me donne des cours, on pourrait faire plein de chose tous les deux. »

Autant ne pas vous cacher que j'appréciais grandement le petit ami de la jeune femme. Même s'il était bourru, je l'aimais beaucoup. Déjà parce qu'il rendait heureux Kayleigh même si cela n'avait pas toujours été le cas. Et deuxièmement, parce que moi, il me faisait rire avec son humeur. Souvent de mauvaise humeur, j'aimais bien faire le pitre pour essayer de le faire sourire. Ce que j'arrivais souvent à faire. Donc, je joignais l'utile à l'agréable. Parce que j'adorais faire l'andouille. Me glissant de nouveau contre Kay', je l'embrassais sur la joue et m'amusais à entortiller une de ses mèches de cheveux entre mes doigts.

« D'ailleurs, en parlant de Jesse... Pourquoi vous n'êtes pas encore marié? »


Fiche par summers
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: Re: « Merci d'être là. » Kayleigh & Flynn   Lun 25 Aoû - 17:59




Kayleigh & Flynn

" Merci d'être là. "

Oh, le petit choupinet qui se souciait de comment j’allais. Par contre, il avait plutôt pas intérêt à s’en vouloir pour le fait que je sois un peu inquiète, parce que je l’avais accueilli chez moi avec grand plaisir et même si je doutais beaucoup de moi-même, il n’avait pas à s’en faire pour ça, puisque je lui offrirais quand même tout ce dont il avait besoin, mettant mes propres besoins de côté. J’étais bien consciente que le fait que je lui aie annoncé que sa présence me coûtait de l’argent le ferait culpabiliser un peu, mais j’avais préféré jouer franc jeu. Les cachoteries c’était loin d’être mon truc et puis Flynn était un petit bonhomme bien trop mature pour son âge, qui comprenait bien – trop bien – les choses qu’on lui expliquait. Je sentis sa joue contre mon épaule et j’eus un léger sourire, tandis que je l’écoutais parler. Lorsqu’il s’excusa, je secouai la tête en fronçant les sourcils. Non, non et non, je ne voulais pas qu’il se sente mal ! Ce qu’il ajouta m’arracha un léger sourire triste : l’entendre parler de sa mère me déchirait le cœur. Je passai une main dans ses cheveux, puis repris la parole à mon tour.

« Hé, je veux pas entendre d’excuses. Je t’aime, Flynn, et j’ai fait le bon choix en t’accueillant chez moi. Maintenant au moins, je sais que tu vas bien et je peux m’occuper moi-même de te donner tout ce dont tu as besoin. Alors ne sois pas désolé, parce qu’il n’y a aucune raison pour que tu le sois. » Une fois ma tirade terminée, je hochai la tête, puis poursuivis : « Et oui, je me souviens de ce qu’elle disait. Ta maman avait raison, comme toujours. »

J’eus un nouveau sourire consterné tandis que je serrais Flynn un peu plus contre moi. Si parler de ses parents me faisait déjà mal au cœur, je n’osais même pas imaginer ce que c’était pour lui… Ils me manquaient terriblement. En effet, sa mère avait toujours les bons mots pour rassurer les gens qui l’entouraient, et j’avais toujours admiré le grand cœur de son père. Ces gens étaient exceptionnels, et j’aurais tellement voulu qu’ils soient encore là. Je n’avais même pas eu l’occasion de leur dire vraiment au revoir. J’étais passée leur annoncer mon départ et on avait fêté ça tous ensemble, mais c’était dans l’espoir de se revoir un jour. Je reviendrais à Los Angeles et on remettrait ça, je serais toujours la bienvenue chez eux… Mes yeux s’embuèrent, mais je retins mes larmes. Heureusement que Flynn ne voyait pas mon visage, à ce moment-là. Je m’en serais voulue. Pour éviter de passer ma tristesse au petit garçon, je partis sur un autre sujet : son cours d’équitation. Les chevaux, ça me connaissait, et comme Flynn aimait bien ça, c’était un bon sujet de conversation. Je lui demandai quel moniteur il avait eu, puis déclarai qu’il faudrait qu’il prenne un cours avec Jesse, tout en le taquinant en lui pinçant le nez. Sa petite grimace me fit rire et il me répondit qu’il avait eu Killian, qui était apparemment un bon prof. Je l’avais croisé quelques fois dans les écuries et je voyais parfaitement de qui il s’agissait, mais je ne lui avais jamais parlé et je ne pouvais donc pas dire si oui ou non il était sympa. Lorsque Flynn m’annonça qu’il avait sauté trente centimètres, je lui lançai, enthousiaste :

« Ah, mais c’est génial ça ! Tu vas devenir meilleur cavalier que moi si ça continue ! » Il poursuivit en disant qu’il aurait bien aimé que Jesse lui donne des cours et mon sourire se fit tendre et tout mignon. Il s’entendait super bien avec mon blond – même quand il râlait – et ça me faisait chaud au cœur, parce que ça avait été une de mes plus grosses craintes en le prenant à la maison. « Je lui en parlerai la prochaine fois que je le verrai, et je suis sûre qu’il le fera avec grand plaisir ! »

Flynn me posa un bisou sur la joue, ce qui me fit sourire de plus belle. Alors qu’il s’amusait avec mes cheveux, il me posa une question qui me fit écarquiller les yeux, puis éclater de rire. Pourquoi nous n’étions pas encore mariés ? Je m’accordai un petit temps de réflexion, parce que sa question me prenait un peu de court.

« Eh bien… je suppose que je vois mal Jesse en costume noir devant l’autel. » J’eus un nouveau rire, avant de continuer : « Pas toi ? Non mais je veux dire… on parle de Jesse, là ! Le mariage c’est pas pour tout de suite hein ! »

La situation m’amusait. Non mais vous vous imaginez la scène ? Jesse en costume, moi en robe blanche, entourés de nos amis et de la famille ? Mouais… Déjà que Jesse avait moins de copains que moi, –on se demande pourquoi ! – en plus il n’était pas fan de sa famille, et le mot était bien faible… Je ne me souvenais que trop bien du moment où j’avais été réveillée par sa voix, puis le bruit de son téléphone qui avait volé contre je-ne-sais-quel meuble… Un appel des States, qu’il n’avait pas supporté. J’avais dû le consoler et il m’avait dévoilé un tout petit peu de quoi il s’agissait, mais il était resté très évasif et même après tout ce temps, je n’en savais toujours pas plus sur la famille Tylker. Et je me privais bien de lui en parler, bien trop effrayée à l’idée de faire remonter de mauvais souvenirs. Je préférais le voir sourire, mon petit blond, alors non, je n’insistais pas. Bref. Je fus prise d’une certaine envie de vengeance et un sourire un peu moqueur étira mes lèvres, tandis que je m’éloignai un peu de Flynn pour lui faire face. Je le pinçai au niveau de la taille, avant de lui lancer d’un air taquin :

« Et toi, pas de filles en vue ? Ce devoir que tu devais faire avec la petite brune… Julie, c’est ça ? Ou Sophie ? Ah, je sais plus… Mais cette petite, ça donne quoi ? »    



Codage par Phantasmagoria

_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « Merci d'être là. » Kayleigh & Flynn   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Merci d'être là. » Kayleigh & Flynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HeartBeat of Normandy :: Bienvenue à Etretat :: Archives :: « Horse Beautiful » Forum version 1 :: Archives "RPG" :: Rp's divers-