Partagez | 
 

 Et deux rescapés, deux ! [Flo' & Stan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Louis T. Delmas
Admin Kay' ; P'tite Belge d'amour

Messages : 1067
Date d'inscription : 20/08/2012
▌AGE : 20
▌LOCALISATION : En Belgique, une fois !
▌EMPLOI : Bergère.
▌HUMEUR : Save the Sheep, Follow the Sheperds !






MessageSujet: Et deux rescapés, deux ! [Flo' & Stan]   Jeu 15 Aoû - 19:38






« Insomnie quand tu nous tiens... »
Flo' & Stan

Encore une de ces horribles insomnies que j'avais quand Céleste n'était pas là. Impossible de m'endormir, je réfléchissais trop et je n'avais pas l'amour de ma vie à côté de moi pour me calmer. A quoi je réfléchissais ? Oh, à tout et n'importe quoi. Plein de choses en rapport avec le mariage, l'emménagement et tout ça. J'étais incroyablement content de faire ma vie avec la plus parfaite des filles, mais ça me faisait un peu peur en même temps. J'avais toujours été le plus jeune, celui qu'on protégeait, celui à qui on empêchait de faire des conneries. Celui qu'on charriait pour son jeune âge, pour son inexpérience avec les filles. Et voilà qu'à vingt ans, je me mariais. Avant tous mes anciens amis sur Paris, tous plus âgés ou presque. Avant Alex et avant Cam' aussi. Non, attention, j'étais sûr de mon coup, je voulais me marier avec Céleste. Mais ça semblait être quelque chose de si grand, de si important à mes yeux que parfois, je doutais de moi, je ne savais pas si j'allais être capable d'assumer la suite. Je le devais pourtant, pour Céleste, mais j'espérais que je sois à la hauteur, que je la comblerais de bonheur, que je ferais d'elle la femme la plus heureuse de la terre. Tout avait été très vite et même si je ne doutais pas de nous deux, de notre couple, je doutais de moi. Je voulais absolument être le mari parfait. Mais comment ? Je ne le savais pas. Je finirais par comprendre au fil du temps, mais là je n'en avais aucune idée. Voilà à quoi je réfléchissais, ce genre de choses me passaient sans cesse par la tête. Tout le temps, sauf quand Céleste était là. Les nuits que je passais sans elle étaient rares, oui, mais il y en avait.

Je tournai la tête, regardant mon réveil. Deux heures du matin, alors que je m'étais couché à dix heures pour être sûr d'être en forme le lendemain. Je soupirai et me levai, me dirigeant vers mon placard pour en sortir un jogging et un t-shirt tout simples. Noir pour le jogging et blanc pour le t-shirt, si vous voulez tout savoir. J'enfilai tout ça rapidement, passai une main dans mes cheveux, puis me dirigeai vers l'endroit où était posée ma guitare. C'était la seule chose à part Céleste ayant le don de m'apaiser, en jouer me faisait tout oublier et je me concentrais sur autre chose. Par contre, commencer à en jouer en pleine nuit réveillerait mes voisins, et pas sûr qu'ils apprécient, donc fallait que je sorte. Quelques mois après le braquage, j'avais été incapable d'en jouer et maintenant que j'y arrivais à nouveau, j'en profitais. Je passai donc la housse de ma guitare autour de mon épaule tel un sac à dos -l'épaule droite, pas la gauche puisqu'elle me faisait encore trop mal pour ça- et pris les clefs de mon studio, pour finalement passer la porte et la verrouiller derrière moi. Aux pieds, je m'étais mis des converses bleu nuit, au passage. Finalement, je longeai le couloir des studios -j'étais le dernier, youpi- et en passant devant celui d'Alex, je chuchotai, à peine audiblement :

"Bonne nuit, espèce de chieur."

Oui, que d'amabilités, s'il vous plaît ! Mais c'était dit avec un petit sourire aux lèvres et bon, Alex, il s'en foutait pas mal que je le taquine. Je remis ma guitare en place, qui avait un peu bougé, puis je descendis les escaliers vite fait, pas la peine de prendre l'ascenseur pour le coup. Je passais par les écuries en observant un peu les chevaux, puis, voyant Ezeckiel debout en mâchouillant sa paille, je m'approchai de son box pour lui faire une petite caresse. Lui, c'était le cheval qui m'était attribué, en même temps qu'à Louis et Elisha. Après une minute ou deux, je m'éloignai de son box, sortant des écuries par la même occasion. Je m'assis alors sur un banc donnant sur toutes les prairies et je sortis ma guitare, impatient de pouvoir jouer. Ce qui était bien en été, c'était que même la nuit il ne faisait pas froid. Peut être frais, mais pas froid. Vingt degrés à tout casser. N'étant pas un mec frileux, un simple t-shirt me suffisait largement. Autant les écuries étaient éclairées d'une lampe qui restait allumée toute la nuit, autant sur le banc, il faisait tout noir, mais ça m'importait peu : je connaissais ma guitare et ses cordes par cœur. Je jouais facilement à l'aveugle, sans même chercher les cordes et ça, c'était grâce à toutes ces années d'entrainement. Je commençai à jouer l'Hallelujah de Cohen, celui qui était tatoué dans mon cou et qui me rappelait la première fois où j'avais joué pour Céleste. Puis j'enchaînai sur d'autres chansons, au hasard, faisant de jolies transitions bien gérées.

Je ne sais pas pendant combien de temps je restai là, à jouer. Plusieurs heures, c'est sûr. Mais ces heures défilaient à une vitesse incroyable, je ne voyais même pas le temps passer. Lentement, le soleil se leva à l'horizon et le ciel passa de rose à orange, d'orange à bleu foncé. Je ne comptais pas dormir cette nuit, après tout, des nuits blanches j'en avais déjà fait plus d'une. Je ne m'arrêtai pas de jouer, jamais, et ça faisait d'ailleurs longtemps que je n'avais plus gratté si longtemps. Même mes doigts, pourtant habitués, à force, me faisaient souffrir. Mais j'étais bien là, calme, concentré, cool. Il ne manquait qu'une chose, et je vous laisse deviner ce que c'est. Finalement, mon attention fut attirée par des bruits de pas près de moi et je tournai la tête pour voir qui arrivait. En voyant le gars, j'eus une sorte de flash qui me montrait clairement d'où je le connaissais. Il était là au braquage, lui aussi. Il avait vu les mêmes choses que moi. Par contre son nom... je le connaissais, pourtant. Je me mis rapidement à réfléchir, puis, quand il passa à côté de moi, son prénom me revint.

"Bonjour... Stan, c'est ça ?" je fis une courte pause puis lui demandai : "Tu saurais pas l'heure qu'il est, par hasard ? J'ai pas ma montre."

Question débile qui me faisait passer pour le mec bourré de service, mais tant pis, c'était comme ça ! Je réalisai alors que le ciel était déjà bleu... bah bleu ciel :alala:et que j'avais donc dû rester ici beaucoup de temps. Pfiou, comment je me déconnectais du monde en jouant...


   

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



_________________




Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Daniel Crowner
Admin Popoc; Petite vieille en chef (a)

Messages : 3783
Date d'inscription : 27/09/2008
▌LOCALISATION : juste derriere toi MOUAHAHAH!
▌EMPLOI : Industrie pharma
▌HUMEUR : trop super mega gogole! xD






MessageSujet: Re: Et deux rescapés, deux ! [Flo' & Stan]   Sam 17 Aoû - 17:51



Stan & Flo'




Feat. Kellan Lutz

    >>>> Il est temps de s'y remettre !!<<<<


    Musique d'ambiance... Cliquez !